Valentina BRUCCOLERI

Éléments islamiques dans la porcelaine impériale chinoise du début de la dynastie Ming (1368-1435) 

 

 

Communication présentée le 18 janvier 2019

Article publié le 13 avril 2020

La porcelaine impériale produite à Jingdezhen sous les cinq premiers règnes Ming de la dynastie Ming (Hongwu 1368-1398, Jianwen 1398-1402, Yongle 1402-1424, Hongxi 1425 et Xuande 1425-1435) peut être considérée comme une production relativement homogène en ce qui concerne les formes, les techniques et les décors, qui se distingue selon plusieurs aspects des productions des autres règnes de la dynastie Ming (1368-1644). Parmi ces productions, seulement celles d’époque Hongwu, Yongle et Xuande sont identifiables, les deux autres règnes (Jianwen et Hongxi) étant trop courts pour y associer une production artistique précise. Les pièces impériales du début des Ming sont de très haute qualité, destinées à usage de l’empereur ou pour la cour selon les types d’objets. De façon générale, les pièces monochromes étaient les plus prisées, souvent utilisées pour des rituels d’État et probablement par l’empereur lui-même. Si les porcelaines monochromes et celles à décor rouge de cuivre sous couverte étaient destinées uniquement à usage de la cour, des nombreuses porcelaines à décor bleu de cobalt sous couverte, appelées généralement « bleu et blanc », et certains monochromes blancs, font partie aujourd’hui des grandes collections d’Ardebil au musée de Téhéran et du palais de Topkapi à Istanbul  ; d’autres pièces de ce type ont aussi été retrouvées dans des collections syriennes. Cela a pendant longtemps poussé les chercheurs à penser que ces pièces n’avaient été réalisées que pour l’exportation dans les pays du Proche et Moyen-Orient, mais de nombreux exemples de pièces identiques dans les collections impériales et les découvertes plus récentes dans les fouilles du site des fours impériaux de Jingdezhen suggèrent une problématique  plus complexe. 

Le début de la dynastie Ming est généralement considéré comme une période de fermeture politique et économique de l’Empire chinois : après un siècle de domination mongole de la part de la dynastie Yuan (1279-1368), qui avait favorisé les échanges entre les différentes zones de l’espace eurasiatique, le premier empereur des Ming, Hongwu (r. 1368-1398) referme les frontières terrestres et maritimes et interdit tout commerce avec l’extérieur. Cette interdiction officielle du commerce avec l’extérieur ne signifie pas une absence totale des contacts avec les régions voisines et lointaines : en plus des célèbres voyages maritimes de l’amiral Zheng He, qui emmènent la flotte chinoise entre 1405 et 1433 jusqu’aux côtes de la Péninsule arabique et d’Afrique de l’Est, les envois d’ambassades terrestres vers les royaumes d’Asie Centrale continuent. Ces voyages n’avaient officiellement pas un but commercial, et les objets apportés par les ambassades chinoises (thé, textiles et céramiques) étaient principalement des dons pour s’assurer la continuité du système tributaire avec ces régions. Toutefois, en plus de la recherche d’une certaine stabilité des frontières et une sécurité des routes, l’intérêt économique chinois de ces missions était bien présent et concernait particulièrement l’approvisionnement de chevaux provenant des régions occidentales. Sur la base des études sur la politique commerciale de cette période, ainsi que les études récentes sur la porcelaine Ming à usage impérial, il est possible d’avancer l’hypothèse que la porcelaine bleu et blanc issue des fours de Jingdezhen au début de la dynastie Ming ne se limitait pas à une production exclusive pour le marché centrasiatique. Cette hypothèse est confortée aussi par les dernières publications scientifiques, dont les actes du colloque Ming China: Courts and Contacts 1400-1450 tenus au British Museum en 2016, où Jessica Harrison-Hall a réexaminé le statut de la porcelaine bleu et blanc en Chine dans la première moitié du XVe siècle : s’il est vrai qu’elles n’étaient pas estimées comme des objets de luxe destinés uniquement à un usage royal, comme c’était le cas en Occident, ces pièces étaient bien présentes dans la vie de cour en Chine. Un autre point qui appuierait cette hypothèse est le fait que les premières porcelaines bleu et blanc d’époque Ming, datées du règne de Hongwu, sont aujourd’hui extrêmement rares dans les collections du Proche-Orient, et se trouvent pour la plupart sur le territoire chinois, soit dans les collections impériales, soit comme découvertes archéologiques du site des fours impériaux de Jingdezhen.

La porcelaine bleu et blanc est le type de céramique qui, sous les trois premiers empereurs Ming, présente le plus d’éléments provenant du monde musulman, même s’il existe des pièces monochromes blanches d’époque Yongle qui reproduisent des formes provenant du répertoire islamique. La question des éléments islamiques en porcelaine chinoise n’est pas nouvelle : depuis l’étude pionnière de Basil Gray dans les années 1940, de nombreux chercheurs s’y sont intéressés. Traiter de la réinterprétation, dans un objet, d’éléments provenant d’un monde autre que celui qui le produit, porte à réfléchir sur la question délicate des « influences ». Si la problématique est certainement utile, lorsqu’il s’agit de traiter de ces questions il est nécessaire d’être prudent et de ne pas tomber dans des jugements rapides et qui seraient forcément limités. Les formes et les motifs, en effet, circulent non seulement à travers les zones géographiques, mais aussi à travers les époques et les différents milieux sociaux, en apparaissant sur des supports différents. Dans notre cas, il est difficile de déterminer de façon précise si un élément est typiquement « chinois », « islamique », « persan », « mongol », ou encore « centrasiatique » et dans quelle mesure le monde chinois a « influencé » le monde islamique ou vice-versa. Par exemple, si le dragon est considéré comme un des symboles chinois par excellence, il est présent dans l’art persan, de la peinture aux objets en métal, au moins depuis l’époque ilkhanide (1256-1335), et il avait peut-être été intégré dans le répertoire décoratif persan bien avant le XVe siècle. De la même façon, si l’utilisation du cobalt pour obtenir la couleur bleue pour les verres, mais aussi en céramique, dérive du Moyen-Orient, il serait impropre de considérer la production de porcelaine bleu et blanc en Chine comme une invention persane.

Cette communication ne vise pas à déterminer la provenance géographique des éléments décoratifs sur la porcelaine chinoise impériale du début de la dynastie Ming. Elle propose, dans le cadre du thème de la journée doctorale « Exô-tikos. Penser l’Autre et l’Ailleurs en histoire de l’art » des éléments de réflexion sur la question de la réinterprétation, dans les supports et techniques disponibles à une certaine époque, dans un certain lieu et dans un certain milieu, d’éléments issus d’un monde différent. L’utilisation ici du terme « éléments islamiques », bien que très général, englobe les caractéristiques étrangères au répertoire décoratif chinois et intégrées dans celui-ci après les contacts de la Chine avec le « monde musulman », en particulier le monde persan et l’Asie Centrale. Pour ce propos, il est nécessaire de s’appuyer sur des exemples précis pour analyser les éléments islamiques qui ont eu un impact sur la forme, la couleur et les décors d’un certain type de porcelaine chinoise.

L’élément qui probablement ressent le plus de l’influence de l’art islamique sur la porcelaine du début des Ming est la forme des pièces. Il s’agit probablement de la caractéristique la plus visible, puisque de nombreux objets en porcelaine bleu et blanc reprenaient les formes sur des objets en métal provenant du monde islamique. De nombreuses formes nouvelles s’introduisent dans le répertoire chinois déjà au cours du XIVe siècle, à partir de la domination mongole sous la dynastie Yuan. La plus courante est le plat de grandes dimensions, d’un diamètre de plus de 30 cm pouvant aller jusqu’à 60 cm, à lèvre ronde ou festonnée [Fig. 1]. Ces plats ont souvent été considérés comme une forme réalisée en Chine exclusivement pour l’exportation vers le Proche et Moyen-Orient. Les habitudes alimentaires chinoises ne nécessitaient pas, en effet, de grands plats, mais plutôt des coupes et bols de dimensions petites et moyennes. L’épaisseur considérable de ces plats, en opposition à la finesse des céramiques produites sous la dynastie Song, a aussi conforté l’idée que ces objets devaient être résistants pour réduire le risque d’être cassés pendant le long trajet. Comme dernier point, en outre, la présence de nombreux œuvres de ce type dans les collections d’Ardebil et Topkapi semblait confirmer cette hypothèse. Toutefois, considérer les porcelaines chinoises qui s’inspirent de formes islamiques comme des pièces produites dans le seul but d’être exportées, serait ne considérer qu’un aspect de la production. S’il est vrai que l’épaisseur des pièces les rendait plus résistantes aux voyages, ce n’est pas la seule raison pour laquelle celles-ci étaient réalisées avec une pâte plus robuste par rapport aux porcelaines d’époque Song : ceci permettait à des pièces de si grandes dimensions une majeure résistance lors du séchage et de la cuisson. En outre, en ce qui concerne la présence de ces porcelaines dans les deux grandes collections du Proche et Moyen-Orient, celle-ci ne garantit pas le fait qu’elles aient été commanditées par les souverains ottomans ou persans. 

Fig. 1. Plat à lèvre festonnée en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Yuan (1271-1368), D.: 35 cm, Freer & Sackler Gallery, Washington (inv. F1974.32a-f). Photo : Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution.

Au début de la dynastie Ming, il n’existait pas un marché d’exportation aussi développé qu’il le sera à partir de la fin du XVe siècle, et les voyages entre la Chine et l’Asie Centrale ou le Proche-Orient se situaient, comme nous l’avons mentionné, dans une démarche de maintien de relations tributaires avec l’extérieur plutôt que par une volonté systématique de commerce. Par conséquent, il n’est pas à exclure par que les grands plats, utilisés par les dirigeants de la dynastie mongole, aient ensuite été intégrés par la dynastie suivante en se figeant par conséquent dans le répertoire des formes de la porcelaine Ming. 

D’autres formes provenant du répertoire islamique sont reprises dans la porcelaine bleu et blanc en Chine, en particulier à partir du règne de Yongle, par exemple les bocaux à panse arrondie [Fig. 3], les gourdes [Fig. 15], les chandeliers [Fig. 5], les aiguières au long col fin [Fig. 7] et panse les boîtes à pinceau (qalamdân). Il y a peu de doute que ces formes furent produites en Chine à partir d’objets en métal provenant du monde musulman : en particulier, les formes rappellent celles des objets produites dans deux des villes principales du Grand Khorassan, Hérat et Ghazni [Fig. 6 et 8] ou du sultanat mamelouk. Ces formes seront produites même après le XIIIe siècle : par exemple, il est possible de voir des nombreux parallèles entre les formes des porcelaines bleu et blanc du début des Ming et les objets du métal de l’empire timouride (1405-1507). Le bocal à panse arrondie est une forme assez fréquente des pièces bleu et blanc des règnes de Yongle et Xuande [Fig. 3], et probablement la forme la plus courante parmi les objets en métaux d’époque timouride. Il s’agit d’un objet intéressant pour notre propos puisqu’il témoigne du possible échange d’éléments décoratifs chinois et islamiques. Les potiers de Jingdezhen se sont sûrement basés sur un objet islamique pour réaliser cette nouvelle forme, inconnue auparavant dans l’art chinois. Toutefois, il n’est pas à exclure que sa version timouride [Fig. 4], très courante au XVe mais aussi au XVIe siècle, se soit à son tour inspirée de la version chinoise en porcelaine, par exemple avec l’introduction du dragon, qui aurait pu arriver à Herat grâce aux ambassades chinoises sous les règnes de Hongwu et Yongle. S’il est difficile de trouver une réponse sûre à cette question, il est certainement intéressant se demander comment une forme ou un motif ne sont pas forcément représentatifs d’une culture précise, mais peuvent circuler dans le temps, l’espace et d’un milieu à l’autre et changer de type de support.

Figure 3 : Bocal à panse arrondie en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Xuande (1425-1435), H.: 14 cm, Metropolitan Museum of Art, New York (inv. 2004.163). Photo : Metropolitan Museum of Art.
Figure 15 : Gourde en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), H.: 24,3 cm, Musée du Palais de Pékin. Photo : Musée du Palais de Pékin.
Figure 5 : Chandelier en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), H.: 38,5 cm, Musée du Palais de Pékin. Photo : Musée du Palais de Pékin. 
Figure 7 : Aiguière en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), H.: 38,8 cm, Musée du Palais de Pékin. Photo : Musée du Palais de Pékin. 
Figure 6 : Chandelier en laiton incrusté en argent, Iran, époque Seldjoukide, XIIIe siècle, H.: 16, 3 cm, Freer and Sackler Gallery, Washington (inv. F1954.128). Photo : Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution.
Figure 8 : Aiguière en laiton incrusté en argent, Iran ou Afghanistan, 1180–1210 env., H.: 40 cm, Metropolitan Museum of Art, New York (inv. 44.15). Photo : Metropolitan Museum of Art.
Figure 4 : Bocal à panse arrondie en laiton incrusté en argent et or, Afghanistan (prob. Herat), fin du XVe siècle, H.: 14,3 cm, Metropolitan Museum of Art, New York (inv. 91.1.607).  Photo : Metropolitan Museum of Art.

L’arrivée de la couleur bleue fabriquée à partir du cobalt en porcelaine chinoise pourrait aussi être dérivée d’une utilisation moyen-orientale du bleu dans les objets en verre, mais aussi en céramique, en imitation de la couleur du lapis-lazuli. Les recherches récentes effectuées à Jingdezhen sur l’origine des porcelaines à décor bleu sous couverte témoignent des échanges technologiques entre la Chine et le monde islamique. Des études se sont intéressées aux liens entre les premières céramiques à décor bleu de cobalt sur fond blanc produites dans les fours de Gongxian sous la dynastie Tang (618-907) [Fig. 9] et celles produites dans la région de Basra (Irak) au IXe siècle [Fig. 10]. Si l’origine du développement du décor bleu sous couverte en porcelaine ne peut pas être déterminée avec certitude, on est sûr est la provenance persane du pigment utilisé à Jingdezhen pour la réalisation de ces objets à partir des années 1320. Les noms utilisés par les Chinois sumali 蘇麻离 ou sumani 蘇麻泥 ou encore suboni 蘇渤泥, seraient des formes dérivées du persan solaymānī, terme qui apparaît dans un texte sur la technique céramique écrit au XIVe siècle par l’historien et céramiste Abu al-Qasim Kashani : 

« Le sixième élément est la pierre lâjvard, que les artisans appellent solaymânî. Sa source est dans le village de Qamsar, dans les montagnes proches de Kashan […]. Il ressemble à de l’argent blanc brillant dans une gangue de pierre noire. On en tire la couleur lapis, comme celle des céramiques émaillées de cette couleur. »

Fig. 9. Assiette en céramique à décor bleu de cobalt provenant de l’épave Belitung, fours de Gongxian, IXe siècle, D.: 22 cm, Musée de Singapour. Source : http://www.koh-antique.com/lyc/belitung_shipwreck.htm

Fig. 10. Bol en faïence, Irak, probablement Basra, IXe siècle, D.: 20 cm, Freer and Sackler Gallery, Washington (inv. 63.159.4). Photo : Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution.

Après la dynastie Yuan, un type de cobalt chinois sera aussi utilisé pour obtenir la couleur bleue en porcelaine, parfois mélangé au cobalt importé, qui était très cher. Tout en tenant compte du fait que la réussite d’une couleur sur porcelaine ne dépend pas seulement de la qualité du pigment, il semble que ce cobalt local, avec des proportions différentes en fer et manganèse par rapport au cobalt importé, ne donnait pas la même brillance et profondeur de couleurs si caractéristiques de l’époque Yuan [Fig. 11]. 

Fig. 11. Détail de vase meiping en porcelaine, décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Yuan (1271-1368), H.: 42 cm, Musée de la céramique de Jingdezhen. Photo de l’auteur.

Au delà de la technique du bleu et blanc, il n’est pas à exclure que la technique des pièces à couverte monochrome bleue produites sous la dynastie Yuan, dont celles à décor d’or, soit liée à celle des lajvârdina du XIIIe siècle [Fig. 12]. Tout en s’agissant seulement d’une hypothèse, il est connu que les souverains Mongols avaient facilité les voyages à travers le continent eurasiatique : ceci avait, par conséquent, favori aussi les échanges d’artisans ainsi que la circulation des savoirs et des techniques dans l’ensemble des khanats de l’empire mongol. Les pièces monochromes bleues décorées avec une feuille d’or fixée au feu d’époque Yuan sont extrêmement rares. Aujourd’hui, quatre pièces de ce type, découvertes dans des fouilles archéologiques, sont connues : un bol et une coupe yi 匜 [Fig. 13 et 14], provenant des fouilles de Baoding dans la province du Hebei, et deux coupes jue  爵 provenant respectivement d’un site à Hangzhou (Zhejiang) et à Shexian (Anhui). Au delà des pièces de provenance archéologique, il est possible d’ajouter une coupe avec sa soucoupe conservée au musée du palais de Taipei et une bouteille vendue chez Sotheby’s Hong Kong, le 28 novembre 2018 (lot 2903). Leur rareté pourrait s’expliquer avec l’édit de Kubilai Khan de la huitième année de l’ère Zhiyuan (1271) qui interdisait l’utilisation de l’or sur les objets en porcelaine.

Fig. 12. Carreau de céramique avec glaçure lajvârdina, Iran, deuxième moitié du XIIIe siècle – XIVe siècle, H.: 20 cm, Metropolitan Museum of Art, New York (inv. 20.120.73). Photo : Metropolitan Museum of Art.
Fig. 13 et 14. Bol et coupe yi en porcelaine à couverte monochrome bleue et émaux dorés, découverte dans les fouilles de Baoding (Hebei), dynastie Yuan (1271-1368), Musée du Hebei, Photo : thepaper.cn.

En ce qui concerne les décors, il est plus difficile de rapprocher des éléments de comparaison précis comme pour les formes. En effet, si le décor islamique a eu une influence sur les porcelaines bleu et blanc, surtout en ce qui concerne la répartition du décor en registres et l’usage de formes géométriques, des motifs précis n’étaient pas fréquemment copiés. Ceci est dû probablement à la difficulté d’adaptation des motifs islamiques, très géométriques, qui n’étaient pas familiers aux potiers chinois, habitués de leur côté à des décors traités avec des lignes plus sinueuses. Certains exemples semblent toutefois être des représentations assez fidèles du motif original, comme le décor géométrique visible sur la panse d’une gourde en porcelaine du musée du palais de Pékin [Fig. 15], qui copie un décor semblable à celui d’un Coran de provenance persane, daté de 1313, conservé à la Bibliothèque Nationale du Caire. Il est intéressant de remarquer comment les artisans chinois ont adapté un motif destiné à une surface plane à la surface bombée de la gourde et structuré l’espace en essayant de reproduire la précision géométrique islamique. Moins proche, mais avec la même structure hexagonale entourant une fleur est le décor d’une tuile de céramique architecturale conservée au Musée du Palais de Pékin [Fig. 16]. 

Fig. 15. Gourde en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), H.: 24,3 cm, Musée du Palais de Pékin. Photo : Musée du Palais de Pékin. 
Fig. 16. Carreau de céramique architecturale, décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Xuande (1425-1435), L.: 28 cm, Musée du Palais de Pékin. Photo avec la permission du Musée du Palais de Pékin.

En plus des décors géométriques, les inscriptions en arabe ou en persan furent aussi reproduites sur des pièces bleu et blanc d’époque Yongle et Xuande. Toutefois  dans la plupart des cas, il ne s’agissait pas de vraies inscriptions, mais plutôt d’imitations illisibles de l’écriture arabo-persane, comme sur le piédestal conservé au musée de Pékin [Fig. 17]. Sur d’autres exemples, comme un bol conservé au musée de Xi’an [Fig. 18], daté du règne de Yongle, l’inscription, illisible aussi dans ce cas, est appliquée sur des pièces qui imitaient une répartition du décor déjà connue sur des pièces islamiques. Le parallèle le plus proche issu du monde islamique est un bol qui, bien que daté du tout début du XVIe siècle, présente la même répartition en registres, en conservant celui du rebord pour l’inscription [Fig. 19].

Fig. 17. Piédestal en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), H.: 17,5 cm, Musée du Palais de Pékin. Photo avec la permission du Musée du Palais de Pékin. 
Fig. 18. Bol en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), D.: 13,5 cm, Musée de Xi’an.
Fig. 19. Bol en argent incrusté d’or et de nielle, Iran, 1500-1510, D.: 11,2 cm, Freer and Sackler Gallery, Washington (inv. F.1954.115). Photo avec la permission de Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution.

Le dernier exemple présenté par cette communication est une œuvre qui résume les aspects que nous avons abordés, c’est-à-dire la forme, la couleur et les décors de certaines porcelaines bleu et blanc du début des Ming qui ont intégré des caractéristiques « exotiques » aux yeux du potier chinois des fours impériaux. Un grand plat à lèvre festonnée, à décor bleu de cobalt sous couverte avec motif central de raisin, est concerné par ces trois aspects. [Fig. 2] La forme, comme nous l’avons vu, était une forme étrangère aux artisans chinois avant le XIVe siècle, du moins avec ces grandes dimensions, et elle a été intégrée progressivement dans le répertoire chinois. La couleur, bleu brillant avec les typiques points noirs dus aux concentrations du cobalt, est aussi une mise au point chinoise d’un pigment venu du Moyen-Orient. Enfin le raisin, décor principal de la pièce, est un fruit qui, malgré sa présence en Chine depuis l’époque Han, a longtemps été associé par les Chinois à son lieu de provenance, le Dayuan 大宛 (la vallée du Ferghana). De nombreux exemples de ce plat existent dans le monde, que ce soit dans les collections chinoises ou dans les collections d’Istanbul et de Téhéran, et certains sont arrivés, plus récemment, dans les collections européennes et américaines. L’exemple le plus célèbre est probablement le plat dit « Mahin Banu », qui se trouvait dans la collection de la fille de Shah Ismail (r. 1501-1524) des Safavides, puis dans celle de Shah Jahan (r. 1628-1658) des Moghols et fait partie, depuis 2015, de la collection Al Thani. Ce plat témoigne non seulement de la circulation des techniques et motifs entre Chine et monde islamique, mais aussi des objets eux-mêmes, qui ont voyagé parmi certaines des plus grandes collections mondiales. 

Fig. 2. Plat en porcelaine avec décor bleu de cobalt sous couverte, dynastie Ming, règne de Yongle (1402-1424), D.: 44,7 cm, Freer & Sackler Gallery, Washington (inv. F1953.77). Photo avec la permission de Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution.

La production impériale du début de la dynastie Ming marque probablement l’apogée de l’intégration d’éléments islamiques en porcelaine chinoise. D’un côté, la dynastie Yuan avait introduit des éléments mongols tout à fait nouveaux aux yeux des artisans chinois ; de l’autre côté, la circulation des formes et motifs entre monde chinois et monde islamique sur des supports tels que les métaux et les textiles avait permis aux potiers chinois la création d’objets inédits qui réunissaient des caractéristiques provenant de ces deux mondes. 

Bibliographie 

AYERS et KRAHL, 1986

AYERS, John, KRAHL, Regina, Chinese Ceramics in the Topkapi Saray Museum Istanbul, Londres, Philip Wilson for Sotheby’s Publications, 1986.

BRUCCOLERI, 2016

BRUCCOLERI, Valentina, La porcelaine impériale à l’ère de l’empereur Hongwu (1368-1398), mémoire de master, dir. Antoine Gournay, 2 vol., Université Paris-Sorbonne, 2016. 

CARSWELL, 1973

CARSWELL, John, « China and the Near East. The Recent Discovery of Chinese Porcelain in Syria », Percival David Foundation, Colloques in Art and Archaeology in Asia, vol. 3, 1973, p. 20-25.

CHAO, 2012

CHAO Zhongchen 晁中辰, Mingdai haiwai maoyi yajiu 明代海外贸易研究 (Recherches sur le commerce extérieur sous la dynastie Ming), Pékin, Gugong chubanshe, 2012.

DIDIER, 2012

DIDIER, Michel, Chen Cheng (1365-1457). Ambassadeur des premiers empereurs Ming, Paris – Louvain, Éditions Peeters, 2012.

GARDELLIN, 2019

GARDELLIN, Roberto, « Gold and Silver Decoration on Chinese Wares », Revue de la SFECO, 2019, à paraître. 

GRAY, 1941

GRAY, Basil, « The influence of Near Eastern Metalwork on Chinese Ceramics », Transactions of the Oriental Ceramic Society, vol. 18, 1940-41, p. 47-60.

GUO, 2012

GUO Xuelei 郭学雷, « Baoding Yuandai jiaocang zhuren ji xiangguan wenti de tansuo 保定元代窖藏主人及相关问题的探索 (Investigation sur le propriétaire du trésor de Baoding d’époque Yuan et les questions rélatives) », in LI Zhongmou, CHEN Kelun, CHEN Xiejun, LU Minghua (éds.), Splendors in Smalt: Art of Yuan Blue-and-white Porcelain Proceedings Volume II, actes du colloque (Shanghai, Musée de Shanghai, 2012), Shanghai : Guji chubanshe, 2012, p. 170-193.

HALLETT, 2005

HALLETT, Jessica, « From Basra to Canton. Trade and Innovation in the Abbasid Period », Hadeet ad-Dar, vol. 25, 2008, p. 22-26.

HARRISON-HALL, 2016

HARRISON-HALL, Jessica, « Early Ming Ceramics: Rethinking the Status of Blue-and-White », in Craig Clunas, Jessica Harrison-Hall, Lui Yu-Ping (éds.), Ming China: Courts and Contacts 1400-1450, actes du colloque (Londres, British Museum, 2016), Londres : British Museum, 2016, p. 77-86.

HUANG et HUANG, 2012

Huang Wei 黄薇, Huang Qinghua 黄清华, « Yuan qinghuaci zaoqi leixing de xinfaxian 元青花瓷早期类型的新发现 (Nouvelles découvertes sur les porcelaines bleu et blanc Yuan de la première période) », Wenwu, vol. 11, 2012, p. 79-88.

HUANG, 2016

HUANG Lanyin 黄兰茵, « Ming Yongle baici shoudaier bianhu 明永乐白瓷绶带耳扁壶 (La gourde ‘bianhu’ en porcelaine monochrome blanche du règne de Yongle des Ming) », Gugong wenwu yuekan, vol. 404, 2016, p. 102-111.

JIANG, 2013

JIANG Jianxin 江建新, Jingdezhen taoci kaogu yanjiu 景德鎮陶瓷考古研究 (Recherches archéologiques sur la céramique de Jingdezhen), Pékin : Kexue chubanshe, 2013.

JIANG, 2018

JIANG Jianxin 江建新, Ming Hongwu guanyao yanjiu 明洪武官窑研究 (Étude sur les fours officiels du règne de Hongwu des Ming), Pékin, Wenwu chubanshe, 2018.

KADOI, 2012

KADOI, Yuka, « How Islamic ornament was reworked in China », Beiträge zur Islamischen Kunst und Archäologie, vol. 3, 2012, p. 237-152.

KOMAROFF, 1992

KOMAROFF, Linda, The Golden Disk of Heaven. Metalwork of Timurid Iran, Costa Mesa (California), Mazda Publishers, 1992.

KRAHL, 1989

KRAHL, Regina, « Chinese Designs: The Fluidity of the Brush », Eskenazi. Chinese Art from the Reach Family Collection, Londres : Eskenazi, 1989, p. 7-12. 

LAU, 1993

Lau, Christine, « Ceremonial Monochromes Wares of the Ming Dynasty », The Porcelains of Jingdezhen, Colloquies on Art and Archaeology in Asia N°16, Rosemary E. Scott (éd.), Londres, The School of Oriental and African Studies, 1993, p. 83-100.

MA, 1999

MA Wenkuan 马文宽, « Mingdai ciqi zhong Yisilan yinsu de kaocha 明代瓷器中伊斯兰因素的考察 (Étude sur les éléments islamiques dans la porcelaine Ming), Kaogu Xuebao, vol. 4, 1999, p. 437-464.

MEDLEY, 1975

MEDLEY, Margaret, « Islam, Chinese Porcelain and Ardabil », Iran, vol. 13, 1975, p. 31-37.

PEKIN, 2015a

Mingdai Hongwu Yongle yuyao ciqi: Jingdezhen yuyao yizhi chutu yu gugong bowuyuan cang chuanshi ciqi duibi 明代洪武永乐御窑瓷器: 景德镇御窑遗址出土与故宫博物院藏传世瓷器对比 (La porcelaine impériale d’époque Hongwu et Yongle : comparaison entre les porcelaines découvertes dans les fouilles sur le site des fours impériaux de Jingdezhen et celles de la collection impériale du Musée du Palais), Pékin, Musée du Palais, juin-septembre 2015 (Pékin : Gugong chubanshe, 2015). 

PEKIN, 2015b

Mingdai Xuande yuyao ciqi: Jingdezhen yuyao yizhi chutu yu gugong bowuyuan cang chuanshi ciqi duibi 明代洪武永乐御窑瓷器: 景德镇御窑遗址出土与故宫博物院藏传世瓷器对比 (La porcelaine impériale d’époque Xuande : comparaison entre les porcelaines découvertes dans les fouilles sur le site des fours impériaux de Jingdezhen et celles de la collection impériale du Musée du Palais), Pékin, Musée du Palais, juin-septembre 2015 (Pékin : Gugong chubanshe, 2015). 

POPE, 1956

POPE, John Alexander, Chinese Porcelain from the Ardebil Shrine, Washington, Smithsonian Institution, 1956.

PORTER, 2011

PORTER, Yves, Le prince, l’artiste et l’alchimiste. La céramique dans le monde iranien Xe-XVIIe siècle, Paris, Hermann Éditeurs, 2011.

ROSSABI, 2013

ROSSABI, Morris, « Notes on Mongol Influences on the Ming Dynasty », Eurasian Influences on Yuan China, Morris Rossabi (éd.), Singapour, Institute of Southeast Asian Studies, 2013, p. 200-223.

SOUDAVAR, 1998

SOUDAVAR, Abolala, « A Chinese Dish from the Lost Endowment of Princess Sultānum (925–69/1519–62) », Iran and Iranian Studies: Essays in honor of Iraj Afshar, Princeton (New Jersey), Zagros Press, 1998, p. 125-136.

TAIPEI, 2015

Radiating Hues of Blue and White. Ming Dynasty Blue-and-White Porcelains in the National Palace Museum Collection, Taipei, National Palace Museum, décembre 2015 – avril 2016 (Tsai Mei-Fen, Weng Yu-Wen, Taipei : National Palace Museum, 2015). 

WANG, 2010

WANG Guangyao 王光堯, Mingdai gongting taoci shi 明代宮廷陶瓷史 (Histoire des porcelaines impériales à l’époque Ming), Pékin, Zijincheng chubanshe, 2010.

WEN et al., 2007

WEN Rui et al., « The Chemical Composition of Blue Pigment on Chinese Blue-and-white Porcelain of the Yuan and Ming Dynasties (AD 1271–1644) », Archaeometry, 2007, vol. 49, p. 101-115.

WOOD et TITE, 2009

WOOD, Nigel et TITE, Mike, « Blue and White – The Early Years: Tang China and Abbasid Iraq Compared », Transfer : The Influence of China on World Ceramics. Colloquies on Art & Archaeology in Asia No. 24. Percival David Foundation of Chinese Art, Stacey Person, (éd.), Londres, School of Oriental and African Studies, 2009, p. 21-45. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search