Archives par mot-clé : Syrie

Analyse fonctionnelle des lames-faucilles de Dja’de-el-Mughara

par Fiona Pichon

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 25 janvier 2013
Article soumis le 18 mai 2015
Article publié le 29 juin 2016

Résumé

Le site de Dja’de-el-Mughara en Syrie du Nord, fouillé par É. Coqueugniot, est fondamental dans la compréhension du processus de néolithisation au Levant, notamment parce que l’occupation villageoise est contemporaine des premiers essais de mise en culture des céréales. L’analyse fonctionnelle de l’outillage lithique – particulièrement celle des lames-faucilles – représente alors un champ de recherche primordial pour éclairer nos connaissances sur les changements techniques, économiques, sociaux et culturels qui s’opèrent durant la néolithisation et qui ont permis, entre 12 000 et 6500 avant J-C., l’établissement des premières sociétés agro-pastorales sédentaires. Dans cet article, nous présentons les enjeux scientifiques et les aspects méthodologiques de l’étude fonctionnelle que nous menons sur un échantillon de lames-lustrées provenant de Dja’de.


Figure 1. Carte de situation de Dja’de-el-Mughara en Syrie du Nord ( DAO MOM).
Figure 1. Carte de situation de Dja’de-el-Mughara en Syrie du Nord ( DAO MOM).
Introduction : présentation du site

   La néolithisation désigne les profondes mutations sociales, économiques et culturelles qui, entre 12 000 et 6500 avant J.C., ont permis la mise en place des premières sociétés d’éleveurs-agriculteurs sédentaires dans le Croissant Fertile au Proche-Orient (AURENCHE & KOZLOWSKI, 1999 ; CAUVIN, [1997] 2010). Au Levant Nord, ces changements s’observent en particulier sur le site néolithique de Dja’de-el-Mughara, situé sur la rive occidentale du Moyen-Euphrate syrien (Fig. 1) et fouillé par E. Coqueugniot (COQUEUGNIOT, 2014), qui a livré une séquence stratigraphique continue depuis le PPNA final (9310 avant J.-C. en dates calibrées) jusqu’au PPNB ancien (8290 avant J.-C. en dates calibrées)1. Débutée en 1991 et constituant une opération de la Mission permanente d’El-Kowm-Mureybet, la fouille du site archéologique a été entreprise en premier lieu dans le cadre de la campagne internationale de sauvetage liée à la construction du barrage de Tichrine sur le Moyen-Euphrate syrien. Toutefois, en raison de sa position topographique élevée, le tell fut préservé de la montée du fleuve – conséquence de la mise en eau du barrage à l’automne 1999 – et les fouilles se poursuivirent, avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères, jusqu’au printemps 2010, période à partir de laquelle les missions de terrain ont été interrompues en raison de la guerre.

L’environnement naturel : un cadre favorable à l’implantation humaine

   Le village de Dja’de est installé sur la moyenne terrasse quaternaire (terrasse pléistocène QII datant de l’avant-dernier pluvial) située sur la rive gauche de l’Euphrate en marge de la vallée (GEYER & BESANÇON, 1996 ; COQUEUGNIOT, 1998). Cette formation est composée de cailloutis et de galets de roches métamorphiques provenant des montagnes du Taurus et consolidés à cet endroit en un conglomérat de type poudingue qui préserve le tell de l’érosion latérale exercée par l’Euphrate (COQUEUGNIOT, 1998). Le site dominait ainsi la plaine alluviale d’une quinzaine de mètres de hauteur, ce qui le protégeait des inondations susceptibles d’être provoquées par le fleuve (COQUEUGNIOT, 1998).

   La plaine alluviale, composée du lit principal du fleuve et de ses circonvolutions formant des îles végétalisées, constituait une niche écologique riche qui procurait les ressources naturelles nécessaires aux habitants du village (bois de la forêt ripisylve, faune sauvage) (COQUEUGNIOT, 1998). Les bords de l’Euphrate et les grandes nappes d’épandage quaternaire de la rive gauche du fleuve constituaient également des sources d’approvisionnement en matière première lithique, notamment en galets de silex roulés (COQUEUGNIOT, 1994). Par ailleurs, dans l’arrière pays steppique, facilement accessible depuis le site, les villageois pouvaient s’approvisionner en faune sauvage (i.e. gazelles), en bois (i.e. pistachiers et amandiers), en matières premières lithiques (i.e. basaltes et rognons de silex) ou en céréales sauvages (COQUEUGNIOT, 1998). Enfin, la pluviométrie annuelle de 250 millimètres était propice à la mise œuvre de pratiques agricoles, sans avoir recours à l’irrigation (COQUEUGNIOT, communication personnelle).

   Ainsi, la complémentarité des ressources disponibles dans l’environnement du site offrait un cadre naturel favorable à un habitat de type permanent, situé par ailleurs à l’abri des inondations de l’Euphrate. Ceci pourrait expliquer la longévité de l’occupation du site, pendant près d’un millénaire, depuis le PPNA final jusqu’au PPNB ancien.

L’occupation du site : la séquence stratigraphique

   L’importance des niveaux archéologiques, qui représentent selon les secteurs entre 6 et 9 mètres de stratigraphie, a permis de diviser l’occupation du Néolithique précéramique en trois phases marquées par des évolutions tant dans le domaine architectural que funéraire et technologique (COQUEUGNIOT, 2014).

   La phase « Dja’de 1 » (9310 à 8830 avant J.-C. en dates calibrées) correspond à la fin du PPNA, déjà connue sur les sites de Mureybet (phase IIIB) (CAUVIN, 1977, p. 19-48 ; AURENCHE, 1980, p. 35-53 ; IBAÑEZ, 2008) et de Jerf-el-Ahmar (STORDEUR, 2000, 2015 ; STORDEUR & ABBÈS, 2002). L’architecture domestique est représentée par des cellules rectangulaires, dont les murs sont édifiés à l’aide de terre et de grosses pierres et dont les sols sont dallés, par des cellules arrondies et par des structures plus légères. L’une des découvertes les plus remarquables est certainement la « maison aux peintures », construction subcirculaire et semi-enterrée aux dimensions exceptionnelles (diamètre interne proche de 7,50 mètres) dont certains murs sont recouverts de peintures polychromes à motifs géométriques (COQUEUGNIOT, 2014) et qui évoque les bâtiments « communautaires » de Mureybet, Jerf-el-Ahmar et Tell ‘Abr (STORDEUR et al., 2000 ; YARTAH, 2004). L’industrie lithique, essentiellement laminaire, est caractérisée par des débitages unipolaires et quelques débitages bipolaires réalisés majoritairement sur des galets de silex à grain moyen ou grossier (COQUEUGNIOT, 1994 ; ARIMURA, 2007). Parmi l’outillage, les grattoirs, réalisés à partir d’éclats primaires ou de lames unipolaires, sont les plus représentés (COQUEUGNIOT, 1994 ; ARIMURA, 2007). L’outillage sur lame se compose de pointes de flèches à base retouchée (pointes d’Aswad, de Nevali Cori, quelques pointes à pédoncule), de perçoirs, de burins et de lames lustrées.

   La phase « Dja’de 2 » (8800 à 8500 avant J.-C. en dates calibrées) correspond au début du PPNB ancien. Des niveaux contemporains ont été découverts sur les sites de Mureybet et Cheikh Hassan (CAUVIN, 1977, p. 19-48 ; ABBES, 2001), mais ceux-ci ont été noyés sous les eaux de l’Euphrate suite à la construction du barrage de Taqba. Cette phase est donc actuellement préservée uniquement à Dja’de. L’architecture domestique est représentée par des maisons rectangulaires, souvent composées de plusieurs cellules de grandes dimensions et construites avec des murs en terre à armature de pierres calcaires. Ce niveau est caractérisé par la présence d’épandages de déchets de boucherie interprétés comme des restes de repas communautaires ou « festins » (GOURICHON, 2004 ; COQUEUGNIOT, 2014). Le débitage laminaire bipolaire, qui augmente au détriment du débitage unipolaire, est orienté vers l’obtention de lames rectilignes et régulières extraites à partir de nucléus à crête postéro-latérale, corticaux ou naviformes – ces derniers étant considérés comme marqueurs culturels du PPNB (COQUEUGNIOT, 1994 ; ARIMURA, 2007). Ce débitage s’effectue majoritairement sur des galets fluviaux à grain moyen et la proportion de silex à grain fin augmente par rapport à la phase précédente. Parmi l’outillage, les grattoirs sont toujours le type dominant. Les pointes de flèches avec un pédoncule nettement distinct du corps, les pointes d’Aswad et les pointes losangiques sont des éléments typologiques caractéristiques pour cette période. Quelques rares lames à ergot, typiques du PPNB ancien du Moyen Euphrate, sont également présentes (COQUEUGNIOT, 1994 ; ARIMURA, 2007).

   Enfin, la phase « Dja’de 3 » (8540 à 8290 avant J.-C. en dates calibrées), correspond au PPNB ancien stricto sensu, tel qu’il est connu à Mureybet (phase IVA) (CAUVIN, 2004 ; IBAÑEZ, 2008). L’organisation architecturale du village évolue par rapport à la phase précédente : les maisons, toujours rectangulaires avec des murs de terre à armature de pierres, sont désormais plus petites et souvent unicellulaires. Elles sont séparées par des espaces ouverts qui semblent constituer des zones d’activité et dans lesquels sont aménagés des murets parallèles, dits en grill-plan (déjà présents à la fin de Dja’de 2), des trous de poteaux et des fosses-foyers (COQUEUGNIOT, 2014). L’industrie lithique repose sur un débitage laminaire majoritairement bipolaire, effectué à la pierre tendre, qui utilise un silex de très bonne qualité (COQUEUGNIOT, 1994 ; ARIMURA, 2007). Parmi l’outillage, les pointes de flèches pédonculées (pointes de Byblos), les lames à ergot et les lames lustrées sont des éléments caractéristiques.

   L’occupation de Dja’de est fondamentale dans la compréhension du processus de néolithisation car elle correspond « à la fin de la période de gestation du processus de domestication, celle où les premières tentatives agricoles ont dû être effectuées avec des céréales à morphologie encore sauvage (protoagriculture) et à la suite de laquelle les hommes sont passés d’un mode de vie de chasseurs-cueilleurs plus ou moins sédentaires, à une économie de villageois producteurs mais exploitant encore largement l’environnement naturel » (COQUEUGNIOT, 1998, p. 109). Si à Dja’de les céréales (orge, seigle, blé engrain à deux grains, blé engrain à un grain, blé amidonnier) sont encore de morphologie sauvage, d’autres indices, comme la présence des adventices dans les restes botaniques (mauvaises herbes agricoles envahissant les champs cultivés), l’important mobilier de broyage et de mouture et l’augmentation des lames lustrées laissent envisager la pratique d’une agriculture dite pré-domestique (COQUEUGNIOT, 1998 ; WILLCOX et al., 2008 ; WILLCOX, 2014).

   Dans ce contexte, l’analyse fonctionnelle des armatures de faucilles2 (CAUVIN, 1983) représente un champ de recherche fondamental pour comprendre la manière dont les hommes se sont adaptés à leurs nouveaux besoins et pour éclairer nos connaissances sur les changements techniques et économiques majeurs qui s’opèrent durant la néolithisation. Il n’est d’ailleurs pas impossible que l’utilisation des faucilles pour moissonner les céréales sauvages ait joué un rôle dans le processus de domestication en occasionnant une sélection inconsciente des céréales à rachis semi-solide, dits « individus mutants », présents en faible proportion au sein d’une population sauvage (HILLMAN & DAVIES, 1990 ; IBAÑEZ et al., 2013). L’ensemencement annuel et répété des grains issus de ce type de récolte aurait alors pu provoquer une augmentation progressive des céréales domestiques au détriment des céréales sauvages. L’identification et l’interprétation fonctionnelle de ces outils dans les assemblages archéologiques reposent sur la caractérisation des traces expérimentales de moisson qui, par comparaison, permet d’identifier cette activité sur les lames archéologiques et d’en saisir les modalités.

I. Problématiques de recherche et enjeux scientifiques

         Au Proche-Orient, les faucilles ont toujours été considérées par les préhistoriens comme des témoins privilégiés pour appréhender l’évolution des modalités d’exploitation des céréales par l’Homme. Elles sont retrouvées sur les sites archéologiques sous la forme de « lames faucilles », emmanchées seules, ou d’ « éléments de faucilles », qui sont juxtaposés les uns à la suite des autres pour former le tranchant d’’un outil composite (CAUVIN, 1983 ; ASTRUC et al., 2012). Connues dès le Paléolithique supérieur sur le site de Ohalo II en Israël (SNIR et al., 2015), elles deviennent de plus en plus nombreuses à partir du Natoufien sur les sites levantins (AURENCHE & KOZLOWSKI, 1999). Jusqu’au PPNB ancien, elles sont composées d’un manche droit armé d’un ou plusieurs inserts parallèles. Puis, les faucilles à manche courbe et inserts parallèles sont progressivement adoptées, ce qui semble refléter la recherche d’un meilleur rendement de la moisson des céréales (IBAÑEZ et al., 2008). À la fin du PPNB moyen, alors que la pratique de l’agriculture se généralise, les faucilles à manche courbe sont dotées d’inserts obliques dans le nord de la Syrie, dans les vallées de l’Oronte, du Balikh et du Khabur (NISHIAKI, 2000 ; ARIMURA, 2007 ; ASTRUC, 2004, 2011 ; ASTRUC et al., 2012 ; ASTRUC & RUSSEL, 2013). Cette nouvelle tradition technique est interprétée comme le signe d’une intensification des activités de moisson à la fin du PPNB conjuguée à un plus grand besoin d’efficacité des faucilles (IBAÑEZ & GONZALEZ-URQUIJO, 2006 ; ASTRUC et al., 2012). L’intensification et la complexification des activités d’acquisition et de traitement des végétaux semblent donc se refléter dans ces outils de récolte qui deviennent plus nombreux, plus standardisés et morphologiquement mieux adaptés à certaines opérations (ANDERSON, 1998).

   À l’origine, les armatures de faucilles ont été associées aux « lames lustrées », qui présentent une plage brillante, visible à l’œil nu, sur au moins un de leurs bords. En effet, les premières tentatives expérimentales du début du XXe siècle avaient suggéré que le lustre macroscopique était le résultat de la moisson des céréales (SPURELL, 1892 ; VAYSON, 1920 ; CURWEN, 1930 ; CURWEN, 1935). L’augmentation du nombre de ces pièces lustrées dans les industries lithiques, corrélée à la place de plus en plus importante que prennent les céréales dans l’économie de subsistance des populations néolithiques, a ainsi conduit les préhistoriens à associer ce « gloss » caractéristique à cette activité (CAUVIN, 1983). Ce sont le développement des observations à fort grossissement selon la méthode Keeley (KEELEY, 1980) et la multiplication systématique de programmes expérimentaux exhaustifs depuis les années 1980 qui ont montré que ces seuls critères macroscopiques – le « gloss » et sa distribution – était insuffisants pour interpréter les lames lustrées comme des armatures de faucilles (ANDERSON, 1991, 1992 ; ANDERSON-GERFAUD et al., 1991 ; CAUVIN, 1983 ; CAUVIN & COQUEUGNIOT, 1985 ; KOROBKOVA, 1993).

   En effet, l’analyse des tranchants au microscope et les résultats d’expérimentations ont prouvé que la coupe de nombreuses autres plantes tendres riches en silice produit également un lustre macroscopique sur les tranchants utilisés (CAUVIN, 1983, VAUGHAN, 1985 ; ANDERSON, 1991 ; ANDERSON, 1992 ; JENSEN, 1994). Les recherches portant sur les mécanismes de formation du lustre ont d’ailleurs démontré le rôle fondamental que joue la silice3 dans la formation des traces. Or, dans le contexte des sociétés préagricoles et agricoles néolithiques, l’acquisition de ces plantes tendres siliceuses peut répondre à des besoins variés, d’ordre domestique, et ainsi correspondre à des activités diverses, autres que la moisson des céréales. Les roseaux, présents communément dans l’environnement naturel au Levant, sont ainsi probablement recherchés pour la couverture des maisons ou pour la fabrication de nattes. Les fibres des joncs, des carex, des graminées, des roseaux, du lin, peuvent également être utilisées pour des objets de vannerie ou des matières textiles (PÉTREQUIN, 1974 ; UNGER-HAMILTON, 1988 ; STORDEUR, 1989 ; STORDEUR et al., 1997). Outre les gestes de coupe, l’ensemble de ces activités requiert l’emploi d’autres actions – raclage, fendage, etc. – qui peuvent également produire un lustre sur les tranchants utilisés. Enfin, des expériences ont montré que d’autres matières premières (l’argile, la peau travaillée avec un abrasif, la pierre) peuvent aussi être à l’origine de plages lustrées semblables sur les outils – sans doute en raison de la silice qu’elles contiennent (GYSELS & CAHEN, 1982 ; GIJN, 1988 ; GIJN, 1992 ; ANDERSON-GERFAUD et al., 1989 ; ANDERSON, 1993 ; JENSEN, 1994). L’un des premiers enjeux de cette étude consistera donc à identifier, parmi les lames lustrées de Dja’de, celles qui ont servi comme armatures de faucilles et à les distinguer de celles qui ont pu servir à récolter des roseaux – présents à proximité du site dans la plaine alluviale – ou d’autres types de plantes tendres siliceuses ou encore à travailler un tout autre type de matière première.

   Par ailleurs, les résultats des analyses fonctionnelles des armatures de faucilles provenant de différents sites proche-orientaux datés entre 12000 et 5000 BP ont prouvé l’importance de ce type d’approche pour comprendre l’exploitation du milieu végétal par les groupes néolithiques durant le processus de domestication des céréales. En effet, ces études ont montré que les caractéristiques des traces de moisson de céréales évoluent durant la néolithisation et que ces variations reflètent en partie les transformations qui s’opèrent dans l’économie alimentaire avec la mise en culture des céréales et leur domestication progressive (ANDERSON-GERFAUD, 1983 ; ANDERSON, 1992 ; ANDERSON, 1995 ; ANDERSON, 1998 ; ANDERSON, 2000 ; ANDERSON & VALLA, 1996 ; IBAÑEZ et al., 1998, 2007 ; BORREL & MOLIST, 2007). L’expérimentation ayant montré que la moisson des céréales sauvages doit être pratiquée avant maturité complète des épis – pour éviter une perte trop importante de grains – alors que celle des céréales domestiques s’effectue lorsque les épis sont mûrs, ces variations morphologiques des traces archéologiques ont été mises en relation avec le degré d’humidité des tiges au moment de la récolte et donc, par extrapolation, avec le processus de domestication des céréales. L’« analyse complète des traces d’utilisation conservées sur les instruments de moisson expérimentaux et préhistoriques pourra fournir des informations sur la maturité des graines, qui correspond à l’humidité et à la dureté des tiges, et sur le geste de moisson (direction, coupe près du sol, etc.). Nous pouvons extrapoler, à partir de nos observations expérimentales, quel aurait été l’effet de l’opération (par exemple si le geste a dû provoquer ou non une perte de graines). A leur tour, ces informations indiquent si la technique de moisson pourrait figurer dans un processus de culture prédomestique » (ANDERSON-GERFAUD et al., 1991, p. 212). Ces outils sont donc « un témoin important pour étudier l’orientation économique des populations qui se sont trouvées dans le stade de transition entre la cueillette et l’agriculture » (KOROBKOVA, 1993, p. 369). En outre, certaines évolutions dans la morphologie des traces ont également été mises en relation avec d’autres besoins économiques nouveaux. Ainsi, dans la mesure où l’abondance de stries a été reliée expérimentalement avec la pratique d’une moisson basse (à 20 cm du sol environ), leur augmentation sur les tranchants utilisés a été mise en relation avec un besoin accru en paille, utilisée notamment comme dégraissant dans la terre à bâtir (ANDERSON, 1991 ; ANDERSON, 2000). Identifier les armatures de faucilles à Dja’de et caractériser précisément les traces de moisson afin d’interpréter leur variabilité en termes techniques et économiques constituent donc un autre enjeu fondamental de notre étude.

   L’identification des lames lustrées ayant servi à moissonner des céréales requiert une méthode d’analyse reposant sur l’expérimentation – qui permet de se familiariser avec les gestes techniques de la moisson – et sur la caractérisation microscopique des traces expérimentales de moisson (émoussé, écaillures, stries, micropolis) – qui permet par comparaison d’identifier cette activité sur les lames archéologiques et d’en saisir les modalités (SEMENOV, 1964 ; KEELEY, 1980).

II. Méthode d’analyse fonctionnelle : expériences de moisson et caractérisation des traces

         Dans le cadre de nos recherches4, cette méthode d’analyse fonctionnelle est appliquée à l’étude d’un échantillon de cent vingt-sept lames lustrées dont le « gloss » macroscopique présent sur au moins un de leurs tranchants laisse envisager une utilisation en tant qu’armature de faucille pour la moisson des céréales. Ces lames proviennent majoritairement des niveaux archéologiques correspondant à la phase 3 de Dja’de, c’est-à-dire au PPNB ancien stricto sensu ; quelques-unes seulement proviennent de la phase 2, soit du début du PPNB ancien. Cet échantillon a été constitué sur le terrain par E. Coqueugniot, directeur de la mission, et ramené au laboratoire de recherche Archéorient à Lyon (France) en vue d’une étude tracéologique. Pour effectuer nos observations, nous utilisons une loupe binoculaire qui offre des grossissements jusqu’à 45x et un microscope métallographique Olympus BHM équipé d’objectifs 10x, 20x et 40x (grossissements de 100x, 200x et 400x).     Or, dans la mesure où l’interprétation fonctionnelle nécessite la comparaison des traces archéologiques avec un corpus de traces expérimentales, nous devons constituer et/ou avoir accès à un référentiel expérimental de traces caractéristiques de la coupe de différentes plantes tendres siliceuses (céréales, roseaux, graminées) susceptibles d’avoir été récoltées par les habitants du village avec des lames en silex. Le corpus expérimental de lames sur lequel nous nous appuyons pour valider et/ou rejeter nos hypothèses fonctionnelles se compose donc d’outils provenant de nos propres expérimentations de moissons de céréales ainsi que de pièces appartenant à la collection expérimentale constituée par P. Anderson5, directrice de recherches au CNRS et spécialiste des origines des techniques agricoles, notamment de la moisson des céréales durant la néolithisation au Proche-Orient. A partir des observations effectuées sur ce corpus de lames, nous avons appris à distinguer optiquement les critères diagnostiques – tels que la morphologie de la coalescence, l’étendue des traces, la présence éventuelle de stries, le degré d’écaillage du tranchant (JENSEN, 1994) – pour caractériser et ainsi discriminer optiquement certaines plantes siliceuses (céréales, roseaux et herbacées diverses).

 

A. Expériences de moisson et corpus expérimental de référence

   Nous avons mené des expériences de moisson de céréales près de Séranon dans les Alpes-Maritimes en France6. Des reconstitutions de faucilles, à manche courbe ou rectiligne armé de plusieurs éléments en silex, ont servi à moissonner, pendant une à deux heures selon les outils, du blé engrain domestique (Triticum monococcum) à l’état mûr et parfois encore légèrement vert (Fig. 2). Ces expériences nous ont permis d’une part d’appréhender les morphologies des faucilles, et des indices tels que la répartition des traces sur les lames archéologiques permettent de les reconstituer, et donc de comprendre le fonctionnement de l’outil entier ; d’autre part, de nous familiariser avec les gestes techniques de la moisson ainsi qu’avec les propriétés de la matière première travaillée (dureté, humidité).

Figure 2. Cadre expérimental : moisson de céréales domestiques (T. monococcum), 2013, Séranon. Sud de la France. Détail des expériences.
Figure 2. Cadre expérimental : moisson de céréales domestiques (T. monococcum), 2013, Séranon. Sud de la France. Détail des expériences.

   Par ailleurs, l’étude du matériel archéologique nécessitait de nous référer à des outils expérimentaux ayant récolté les types de plantes dont l’emploi est attesté à Dja’de dans des conditions similaires (climat, sécheresse des sols, état de maturité). Pour cela, nous avons eu accès au corpus expérimental constitué par P. Anderson7 lors de ses propres recherches sur les techniques agricoles durant le Néolithique au Proche-Orient. Il s’agit de lames qui ont servi à moissonner des céréales sauvages à l’état mi-vert (Triticum dicoccoides, Hordeum spontaneum, Triticum boeticum subsp. thaoudar) dans des champs « vestiges » du Jebel Druze en Syrie (ANDERSON, 1998 ; ANDERSON, 2000), des céréales sauvages cultivées à l’état mi-vert (Triticum boeticum subsp. thaoudar) dans les champs expérimentaux de l’Institut de Préhistoire Orientale à Jalès en France (ANDERSON-GERFAUD et al., 1991) et des céréales domestiques à l’état mi-vert (Triticum durum et Triticum aestivum) à Tell Banat en Syrie (ANDERSON, communication personnelle). Nous avons également pu observer des lames en silex ayant coupé des roseaux à l’état vert et jaune (Phragmites communis) dans le sud de la France (ANDERSON, communication personnelle) et des graminées diverses.

            L’observation des traces d’utilisation produites par la coupe de ces différentes plantes tendres siliceuses à divers stades de maturité et selon des gestes différents montre que la combinaison particulière des stigmates d’usure peut permettre de distinguer les lames répondant à une fonction agricole (ANDERSON, 1995) de celles ayant servi à récolter des roseaux ou des graminées.

B. Caractérisation des traces de moisson de céréales

   Ainsi, les traces de moisson de céréales (Fig. 3, 4 et 5) se caractérisent par un micropoli bifacial, brillant à très brillant, d’extension couvrante (supérieure à 1 mm vers l’intérieur de la lame), visible à l’œil nu sous forme de plage lustrée après un usage prolongé (ANDERSON, 1983 ; UNGER-HAMILTON, 1988 ; JENSEN, 1994).

Figure 3. Moisson de céréales domestiques mûres (2 h.) et mi-vertes (45 min.) (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (200x). Micropoli à trame compacte à semi-serrée et topographie ondulée à irrégulière. Stries longitudinales.
Figure 3. Moisson de céréales domestiques mûres (2 h.) et mi-vertes (45 min.) (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (200x). Micropoli à trame compacte à semi-serrée et topographie ondulée à irrégulière. Stries longitudinales.
Figure 4
Figure 4. Moisson de céréales domestiques mûres (2 h.) et mi-vertes (45 min.) (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (200x). Micropoli à trame compacte à semi-serrée et topographie ondulée.

   Au début de l’utilisation, le micropoli présente une topographie plutôt irrégulière avec une trame ouverte ; progressivement, la microtopographie se régularise et devient ondulée alors que parallèlement la trame se resserre de plus en plus, notamment sur le fil du tranchant et à proximité immédiate, là où le contact avec la matière travaillée est le plus intense. Le micropoli devient alors caractéristique du travail des céréales avec une texture lisse et une coalescence dure plus ou moins bombée. Dans les zones à trame serrée à semi-serrée, la réticulation est large (supérieure à 15 microns) ou moyenne (entre 10 et 15 microns). Des cratères et des micro-trous participent de cette apparence réticulaire. La trame s’ouvre progressivement vers l’intérieur de la lame à mesure que l’on s’éloigne du fil du tranchant ; toutefois, elle se resserre sur les arêtes dorsales actives qui sont naturellement plus exposées au frottement durant l’utilisation.

Figure 5
Figure 5. Micropoli de moisson expérimental de céréales domestiques (T. subsp monococcum) (200x). Stries comblées (ex. flèche rouge) et trous en forme de comète (ex. flèche bleue).

   La surface du micropoli est parfois parcourue de longues stries qui s’étendent parallèlement au bord dans le sens du mouvement. Il s’agit de stries fines et brillantes, comblées de matériel siliceux ou de stries à fond noir et rugueux (Fig. 5). Par ailleurs, des dépressions allongées et dissymétriques, dites également « trous en forme de comète » avec une queue parallèle à la direction d’utilisation, s’observent également à la surface du micropoli (Fig. 5).

Figure 6
Figure 6. Moisson de céréales domestiques mûres et mi-vertes (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (100x). Limite externe progressive et régulière.

   Sur nos propres lames expérimentales, la largeur du micropoli n’est pas déterminée par la distribution du bitume puisque celui-ci se trouve en retrait sur la lame par rapport aux traces. Sa limite externe est donc floue mais régulière, les taches polies s’évanouissant progressivement à mesure que l’on s’éloigne du tranchant (Fig. 6). Toutefois, ceci semble fonction du temps d’utilisation (ANDERSON, 1991) puisque sur les lames archéologiques, l’extension du micropoli, qui est beaucoup plus importante vers l’intérieur de la lame, semble conditionnée par la distribution de l’adhésif utilisé pour l’emmanchement. Dans ces cas-là, la limite externe laisse deviner la morphologie du manche, droit ou courbe, et le mode d’insertion dans la rainure, parallèle ou oblique.

Figure 7
Figure 7. Coupe de roseaux (Phragmites communis), état jaune (100x). Expérimentation P. Anderson. Micropoli très brillant, à trame compacte à semi-serrée. Texture lisse piquetée de micro-trous et coalescence dure bombée. Quelques cannelures.

   Lorsqu’ils sont suffisamment développés, ces stigmates d’usure se distinguent de ceux liés à la coupe des roseaux (Fig. 7) et des autres graminées sauvages. La première activité produit sur le bord utilisé un micropoli bifacial, très brillant qui affecte majoritairement les sommets de la microtopographie du silex (ANDERSON-GERFAUD, 1983 ; UNGER-HAMILTON, 1988 ; VAUGHAN, 1985 ; JENSEN, 1994). Lorsque le micropoli est peu développé, il présente une trame ouverte constituée de taches polies, à texture lisse et à coalescence dure, individualisées par de vastes espaces interstitiels. Au fur et à mesure de l’utilisation, la trame se resserre et la morphologie de la coalescence devient nettement bombée avec un aspect parfois cannelé. La seconde activité produit un micropoli brillant, bombé et lisse, qui se limite à une bande étroite s’étendant près du fil du tranchant (GIJN, 1989 ; JENSEN, 1994).


Conclusion et perspectives

   L’acquisition, par l’expérimentation, d’une connaissance approfondie des plantes récoltées par les habitants de Dja’de, la reconstitution morphologique des faucilles complètes, la familiarisation avec les gestes techniques de la récolte et la caractérisation systématique des microtraces sont autant d’opérations qui permettront vraisemblablement d’identifier l’activité de moisson dans l’échantillon étudié et d’en saisir les modalités. Les premières observations – et l’excellente conservation du matériel archéologique – laissent espérer des résultats prometteurs. Ainsi, nos perspectives d’étude s’orientent vers les trois axes de recherches suivants :

  • la caractérisation des supports : quels choix ont été effectués dans la sélection des supports pour armer les faucilles ? Ces supports ont-ils été transformés par une opération technique (cassure, retouche) ? Si oui, dans quel but ?
  • la description des bords actifs et des traces d’utilisation : quelle est la morphologie des bords des lames utilisées pour moissonner les céréales ? Quelle est la taille des tranchants entiers des faucilles ? Comment se caractérisent les traces d’utilisation ? Existe-t-il une variabilité au sein du corpus de traces archéologiques ? Si oui, à quoi réfère-t-elle ?
  • le reconstitution de l’emmanchement : un adhésif est-il conservé sur les lames utilisées pour armer les faucilles ? Si oui, quelle est sa nature ? Quelles informations donne-t-il sur les procédés d’emmanchement ? La distribution des traces d’utilisation sur les bords actifs donne-t-elle des informations complémentaires ? Quelles hypothèses peuvent-être émises sur la morphologie des manches de faucille à Dja’de ?

            Enfin, nous espérons que la confrontation des résultats de l’analyse microscopique traditionnelle avec ceux d’une analyse quantitative, dont la méthode a été mise au point par une équipe d’archéologues espagnols (IBAÑEZ et al. 2013, p. 1-8), apportera des éléments de compréhension supplémentaires sur les modalités de la moisson des céréales à Dja’de.


TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1. Carte de situation de Dja’de-el-Mughara en Syrie du Nord (ã DAO MOM).

Figure 2. Cadre expérimental : moisson de céréales domestiques (T. monococcum), 2013, Séranon. Sud de la France. Détail des expériences.

Figure 3. Moisson de céréales domestiques mûres (2 h.) et mi-vertes (45 min.) (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (200x). Micropoli à trame compacte à semi-serrée et topographie ondulée à irrégulière. Stries longitudinales.

Figure 4. Moisson de céréales domestiques mûres (2 h.) et mi-vertes (45 min.) (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (200x). Micropoli à trame compacte à semi-serrée et topographie ondulée.

Figure 5. Micropoli de moisson expérimental de céréales domestiques (T. subsp monococcum) (200x). Stries comblées (ex. flèche rouge) et trous en forme de comète (ex. flèche bleue).

Figure 6. Moisson de céréales domestiques mûres et mi-vertes (T. subsp monococcum) avec un tranchant brut (100x). Limite externe progressive et régulière.

Figure 7. Coupe de roseaux (Phragmites communis), état jaune (100x). Expérimentation P. Anderson. Micropoli très brillant, à trame compacte à semi-serrée. Texture lisse piquetée de micro-trous et coalescence dure bombée. Quelques cannelures.


BIBLIOGRAPHIE

ABBÈS, 2001
ABBÈS Frédéric, « Nouvelles recherches sur l’Obsidienne de Cheikh Hassan (Vallée de l’Euphrate, Syrie) au néolithique : PPNA et PPNB ancien », Syria, 78, 2001, p. 5-17.

ANDERSON, 1991
ANDERSON Patricia C., « Harvesting of Wild Cereals during the Natufian as seen from Experimental Cultivation and Harvest of Wild Einkorn Wheat and Microwear Analysis of Stone Tools », dans BAR-YOSEF Ofer et VALLA François (éds), The Natufian Culture in the Levant, Ann Arbor : International Monographs in Prehistory, 1991, p. 521-556.

ANDERSON, 1992
ANDERSON Patricia C., « Experimental Cultivation, Harvesting and Threshing of Wild Cereals and their Relevance for Interpreting the Use of Epipalaeolithic and Neolithic Artefacts », dans ANDERSON Patricia C. (éd), Préhistoire de l’agriculture : Nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Paris : CNRS Editions, 1992, p. 179-210.

ANDERSON, 1993
ANDERSON Patricia C., « Interpretation of Agricultural Activities », dans ANDERSON Patricia C., BEYRIES Sylvie, OTTE Marcel et PLISSON Hugues (éds), Traces et fonction : les gestes retrouvés, Liège : Centre de recherche archéologiques du CNRS, 1993, p. 335-338.

ANDERSON, 1995
ANDERSON Patricia C., « La moisson à Aswad vue à travers une étude des microtraces d’utilisation sur un échantillon d’outils lustrés », dans DE CONTENSON Henri, Aswad et Ghoraifé, sites néolithiques en Damascène (Syrie) aux IXème et VIIIème millénaires avant l’ère chrétienne, Beyrouth : IFAPO, 1995, p. 221-231.

ANDERSON, 1998
ANDERSON Patricia C., « The History of Harvesting and Threshing Techniques for Cereals in the Prehistoric Near East », dans DAMANIA A.B., VALKOUN J, WILLCOX Georges et QUALSET C. O. (éds), The Origins of Agriculture and Crop Domestication, Alep : ICARDA, 1998, p. 141-155.

ANDERSON, 2000
ANDERSON Patricia C., « La tracéologie comme révélateur des débuts de l’agriculture », dans GUILAINE Jean (éd), Les premiers paysans du monde. Naissance des agricultures, Paris : Errance, 2000, p. 99-119.

ANDERSON & VALLA, 1996
ANDERSON Patricia C. et VALLA François, « « Glossed Tools » from Hayonim Terrace: Blank Choice and Functional Tendencies », dans KOZLOWSKI Karol Stefan et GEBEL Hans-Georges (éds), Neolithic Chipped Stone Industries of the Fertile Crescent, and their contemporaries in adjacent regions. Studies in Near Eastern Production, Subsistence and Environment, Berlin : Ex Oriente, 1996, p. 341-362.

ANDERSON-GERFAUD, 1982
ANDERSON-GERFAUD Patricia, « Comment préciser l’utilisation agricole des outils préhistoriques? », Cahiers de l’Euphrate, 3, 1982, p. 149-164.

ANDERSON-GERFAUD, 1983
ANDERSON-GERFAUD Patricia, « A Consideration of the Uses of Certain Backed and « Lustered » Stone Tools from Late Mesolithic and Natufian Levels of Abu Hureyra and Mureybet (Syria) », dans CAUVIN Marie-Claire (éd), Traces d’utilisation sur les outils néolithiques du Proche Orient, Lyon : Maison de l’Orient Méditerranéen (TMO 5), 1983, p. 77-105.

ANDERSON-GERFAUD et al., 1991
ANDERSON-GERFAUD Patricia, DERAPRAHAMIAN Gérard et WILLCOX Georges, « Les premières cultures de céréales sauvages et domestiques primitives au Proche-Orient néolithique : résultats préliminaires d’expériences à Jalès (Ardèche) », Cahiers de l’Euphrate, 5-6, 1991, p. 191-232.

ANDERSON-GERFAUD et al., 1989
ANDERSON-GERFAUD, Patricia, INIZAN, Marie-Louise, LECHEVALLIER, Monique, PELEGRIN, Jacques et PERNOT, Michel, « Des lames de silex dans un atelier de potier harappéen : interaction des domaines techniques », Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, 308, 1989, p. 443-449.

ARIMURA, 2007
ARIMURA Makoto, Néolithisation de la Syrie du Nord-Ouest : l’évolution des industries, lithiques à Tell Ain el-Kerkh (Bassin du Rouj, 8500-6000 cal. BC.), thèse de doctorat, Lyon : Université de Lyon 2, 2007.

ASTRUC, 2004
ASTRUC Laurence, « Des pointes de flèches aux faucilles. Mutations économiques et sociales au VIIème millénaire av. J.-C. en Méditerranée orientale : l’exemple de la vallée du Balikh en Méditerranée (Syrie du Nord) », Annales de la fondation Fyssen, 18, 2004, p. 69-77.

ASTRUC, 2011
ASTRUC Laurence, « Points and Glossed Pieces from Tell Sabi Abyad II and Tell Damishliyya, (Balikh Valley, Djezireh): a View from Use-Wear Analysis », dans HEALY Elizabeth, CAMPBELL James Stuart et MAEDA Osamu (éds.), The State of the Stone Terminologies, Continuities and Context in Near Eastern Lithics, actes de la 6e PPN Conference on Chipped and Ground Stone Artefacts in the Near East (Manchester, 3-5 mars 2008) et du 4e PPN Workshop on Chipped Lithic Industries (Cappadoce, Niğde, 4-8 juin 2001), Berlin : Ex Oriente, 2011, p. 465-263.

ASTRUC et al., 2012
ASTRUC Laurence, BEN TKAYA Mohamed et TORCHY Loïc, « De l’efficacité des faucilles néolithiques au Proche-Orient : approche expérimentale », BSPF, 109-4, 2012, p. 671-687.

ASTRUC & RUSSEL, 2013
ASTRUC Laurence et RUSSEL A., « Trends in Early Pottery Neolithic Projectiles and Wild Fauna Exploitation at Tell Sabi Ayad I, Northern Syria », dans NIEUWENHUYSE Olivier, BERNBECK Bernard, ROGASH J. et AKKERMANS Peter M. M. G. (dir), Interpreting the Late Neolithic of Upper Mesopotamie, Turnbout : Brepols, 2013, p. 331-345.

AURENCHE, 1980
AURENCHE Olivier, « Un exemple de l’architecture domestique en Syrie au VIIIe millénaire : la maison XLVII de Tell Mureybet », dans MARGUERON Jean-Claude (éd.), Le Moyen Euphrate, zone de contacts et d’échanges, Leyde : Brill, 1980, p. 35-53.

AURENCHE & KOZLOWSKI, 1999
AURENCHE Olivier et KOZLOWSKI Karol Stefan, La naissance du Néolithique au Proche-Orient ou le paradis perdu, Paris : Errance, 1999.

BORREL & MOLIST, 2007
BORREL Ferran et MOLIST Miquel, « Projectile Points, Sickle Blades and Glossed Points. Tools and Hafting Systems at Tell Halula (Syria) during the 8th millenium cal. BC », Paléorient, 33-2, 2007, p. 59-77.

CAUVIN, 1977
CAUVIN Jacques, « Les fouilles de Mureybet (1971-1974) et leur signification pour les origines de la sédentarisation au Proche-Orient », AASOR, 44, 1977, p. 19-48.

CAUVIN, [1997] 2010
CAUVIN Jacques, Naissance des divinités, Naissance de l’agriculture, Paris : CNRS, 2010 (rééd. de 1997).

CAUVIN, 1983
CAUVIN Marie-Claire, « Les faucilles préhistoriques du Proche-Orient. Données morphologiques et fonctionnelles », Paléorient, 9-1, 1983, p. 63-79.

CAUVIN, 2004
CAUVIN Marie-Claire, « Mureybet IV », dans AURENCHE Olivier, LE MIERE Marie et SANLAVILLE Paul (éds), From the River to the Sea : The Palaeolithic and the Neolithic on the Euphrates and in the Northern Levant: Studies in Honour of Lorraine Copeland, Oxford : Archaeopress, 2004, p. 323-334.

CAUVIN & COQUEUGNIOT, 1985
CAUVIN Marie-Claire et COQUEUGNIOT Eric, « Traces d’utilisation sur les outils de pierre », dans LICHARDUS Jan et LICHARDUS-ITTEN Marion (éds), La protohistoire de l’Europe. Le Néolithique et le Chalcolithique entre la Méditerranée et la mer Baltique, Paris : PUF, 1985, p. 614-621.

COQUEUGNIOT, 1994
COQUEUGNIOT Eric, « L’industrie lithique de Dja’de el Mughara et le début du P.P.N.B. sur l’Euphrate syrien (sondages 1991 et 1992) », dans GEBEL Hans-Georges et KOZLOWSKI Karol Stefan (éds), Neolithic Chipped Stone Industries of the Fertile Crescent, and their Contemporaries in Adjacent Regions. Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment 2, Berlin : Ex Oriente, 1994, p. 313-330.

COQUEUGNIOT, 1998
COQUEUGNIOT Eric, « Dja’de el Mughara (Moyen Euphrate), un village néolithique dans son environnement naturel à la veille de la domestication », dans FORTIN Michel et AURENCHE Olivier (éds), Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10è-2è millénaire av. J.-C.), Québec/Lyon : Canadian Society for Mesopotamian Studies/Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 1998, p. 109-114.

COQUEUGNIOT, 2014
COQUEUGNIOT Eric, « Dja’de (Syrie) et les représentations symboliques au 9e millénaire cal. BC », dans MANEN Claire, PERRIN Thomas et GUILAINE Jean (éds), La transition néolithique en Méditerranée, actes de colloque (Toulouse, Muséum, 14-15 avril 2011), Paris : Errance, 2014, p. 91-108.

CURWEN, 1930
CURWEN E. Cecil, « Prehistoric Flint Sickles », Antiquity, 4, 1930, p. 179-186.

CURWEN, 1935
CURWEN E. Cecil, « Agriculture and the Flint Sickle in Palestine », Antiquity, 9-33, 1935, p. 62-68.

GEYER & BESANÇON, 1996
GEYER, Bernard et BESANÇON, Jacques,  « Environnement et occupation du sol dans la vallée de l’Euphrate syrien durant le Néolithique et le Chalcolithique », Paléorient, 22, Paris : CNRS Editions, 1996, p. 5-15.

GIJN, 1988
GIJN Anne Lou van, « The Use of Bronze Age Flint Sickles in the Netherlands: a Preliminary Report », dans BEYRIÈS, Sylvie (Éd.), Industries lithiques : tracéologie et technologie. Aspects archéologiques, Oxford : BAR : International Series, 411-1, 1988, p. 197-218.

GIJN, 1989
GIJN, Anne Lou van, The Wear and Tear of Flint. Principles of Functional Analysis Applied to Dutch Neolithic Assemblages, Analecta Praehistorica Leidensia, 22, Leyde : Université de Leyde, 1989.

GIJN, 1992
GIJN Anne Lou van, « The interpretation of « Sickles »: a Cautionary Tale », dans ANDERSON Patricia C. (éd), Préhistoire de l’agriculture : Nouvelles approches expérimentales et ethnographiques, Paris : CNRS Editions, 1992, p. 363-372.

GOURICHON, 2004
GOURICHON Lionel, Faune et saisonnalité. L’organisation temporelle des activités de subsistance dans l’Epipaléolithique et le Néolithique précéramique du Levant nord (Syrie), thèse de doctorat, Lyon : Université de Lyon 2, 2004.

GYSELS & CAHEN, 1982
GYSELS Jo et CAHEN Daniel, « Le lustre des faucilles et les autres traces d’usage des outils en silex », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 79-7, 1982, p. 221-224.

HILLMAN & DAVIES
HILLMAN Gordon C. et DAVIES M. S, « Measured Domestication Rates in Wild Wheats and Barley under Primitive Cultivation, and their Archaeological Implications », Journal of World Prehistory, 4:2, 1990, p. 157-222.

IBAÑEZ, 2008
IBAÑEZ Juan José (éd), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). En hommage à Jacques Cauvin, Oxford : Archaeopress, 2008, 2 vol.

IBAÑEZ & GONZALEZ-URQUIJO, 2006
IBAÑEZ Juan José et GONZALEZ-URQUIJO Jesús Emilio, « Evolution technique et société dans le Néolithique du moyen Euphrate », dans ASTRUC Laurence, BON François, LÉA Vanessa, MILCENT Pierre-Yves et PHILIBERT Sylvie (éds), Normes techniques et pratiques sociales. De la simplicité des outillages pré- et protohistoriques, Antibes : APDCA, 2006, p. 361-376.

IBAÑEZ et al., 2013
IBAÑEZ Juan José, GONZALEZ-URQUIJO Jesús Emilio et GIBAJA Juan Francisco, « Discriminating Wild vs Domestic Cereals Harvesting Micropolish through Laser Confocal Microscopy », Journal of Archaeological Science, 2013, p. 1-8.

IBAÑEZ et al., 1998
IBAÑEZ Juan José, GONZALEZ-URQUIJO Jesús Emilio, PALOMO Alfonso et FERRER Arnau, « Pre-Pottery Néolithic A and Pre-Pottery Neolithic B Lithic Agricultural Tools on the Middle Euphrates: The Sites of Tell Mureybit and Tell Halula », dans DAMANIA A.B., VALKOUN J., WILLCOX Georges et QUALSET C.O. (éds), The Origins of Agriculture and Crop Domestication, Alep : ICARDA, 1998, p. 133-144.

IBAÑEZ et al., 2007
IBAÑEZ Juan José, GONZALEZ-URQUIJO Jesús Emilio et RODRÍGUEZ RODRÍGUEZ Amelia, « The Evolution of Technology during the PPN in the Middle Euphrates: A view from the Use-Wear Analysis of Lithic Tools », dans ASTRUC Laurence, BINDER Didier et BRIOIS François (dir.), Systèmes techniques et communautés du Néolithique précéramique au Proche-Orient, Antibes : APDCA, 2007, p. 153-165.

IBAÑEZ et al., 2008
IBAÑEZ Juan José, GONZALEZ-URQUIJO Jesús Emilio et RODRÍGUEZ RODRÍGUEZ Amelia, « Analyse fonctionnelle de l’outillage lithique de Mureybet », dans IBAÑEZ Juan José (éd), Le site néolithique de Tell Mureybet (Syrie du Nord). En hommage à Jacques Cauvin, Oxford : Archaeopress, 2008, vol. XX, p. 363-405.

JENSEN, 1994
JENSEN Helle Juen, Flint Tools and Plant Working: Hiddent Traces of Stone Age, Aarhus : Aarhus University Press, 1994.

KEELEY, 1980
KEELEY Lawrence H., Experimental Determination of Stone Tools Uses. A Microwear Analysis, Chicago/Londres : University of Chicago Press, Chicago, 1980.

KOROBKOVA, 1993
KOROBKOVA Galina Fedorovna, « La différenciation des outils de moisson d’après les données archéologiques, l’étude des traces et l’expérimentation », dans ANDERSON Patricia C., BEYRIES Sylvie, OTTE Marcel et PLISSON Hugues (éds), Traces et fonction : les gestes retrouvés, Liège : Eraul, 1993, p. 369-385.

NISHIAKI, 2000
NISHIAKI Yoshihiro, Lithic Technology of Neolithic Syria, Oxford : Archaeopress, 2000.

PÉTREQUIN, 1974
PÉTREQUIN Pierre, « Interprétation d’un habitat néolithique en grotte : le niveau XI de Gonvillars (Haute-Saône) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 71-2, 1974, p. 489-534.

SEMENOV, 1964
SEMENOV Sergeĭ Aristarkhovich, Prehistoric Technology. An Experimental Study of the Oldest Tools and Artefacts from Traces of Manufacture and Wear, Londres : Adams and Mackay, 1964.

SNIR et al., 2015
SNIR Ainit, NADEL Dani, GROMAN-YAROSLAVSKI Iris, MELAMED Yoel, STERNBERG Marcelo, BAR-YOSEF Ofer et WEISS Ehud, « The Origin of Cultivation and Proto-Weeds, Long before Neolithic Farming », PloS One, 10-7, 2015, p. 1-12.

SPURELL, 1892
SPURELL Flaxman Charles John, « Notes on Early Sickles », Archaeological Journal, 49, 1892, p. 53-69.

STORDEUR, 1989
STORDEUR Danielle, « Vannerie et tissage au Proche-Orient néolithique : IXe-Ve millénaire », dans FISHES et STORDEUR Danielle (éds), Tissage, corderie, vannerie : approches archéologiques, ethnologiques, technologique, actes des IXème Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes (Juan-les-Pins), Antibes : APDCA, 1989, p. 19-39.

STORDEUR, 2000
STORDEUR Danielle, « Jerf el Ahmar et l’émergence du Néolithique au Proche-Orient », dans GUILAINE Jean (éd.), Premiers paysans du monde. Naissances des agricultures, Paris : Errance, 2000, p. 33-60.

STORDEUR, 2015
STORDEUR Danielle, Le village de Jerf el Ahmar (Syrie, 9500 – 8700 av. J.-C.). L’architecture, miroir d’une société néolithique complexe, Paris : CNRS Editions, 2015.

STORDEUR & ABBES, 2002
STORDEUR Danielle et ABBES Frédéric, « Du PPNA au PPNB : mise en lumière d’une phase de transition à Jerf el Ahmar (Syrie) », BSPF, 99-3, 2002, p. 563-595.

STORDEUR et al., 1997
STORDEUR Danielle, HELMER Daniel et WILLCOX Georges, « Jerf el Ahmar : un nouveau site de l’horizon PPNA sur le moyen Euphrate », BSPF, 94-2, 1997, p. 282-285.

STORDEUR et al., 2000
STORDEUR Danielle, BRENET Michel, DERAPRAHAMIAN Gérard et ROUX Jean-Claude, « Les bâtiments communautaires de Jerf el Ahmar et Mureybet. Horizon PPNA. Syrie », Paléorient, 26-1, 2000, p. 29-44.

UNGER-HAMILTON, 1988
UNGER-HAMILTON Romana, Method in Microwear Analysis: Sickles and Other Tools from Arjoune, Syria, Oxford : BAR International Series, 1988.

UNGER-HAMILTON, 1989
UNGER-HAMILTON Romana, « The Epi-Paleolithic Southern Levant and the Origins of Cultivation », Current Anthropology, 10-1, 1989, p. 88-103.

UNGER-HAMILTON, 1991
UNGER-HAMIILTON Romana, « Natufian Plant Husbandry in the Southern Levant and Comparison with that of the Neolithic Periods: the Lithic Perspective », dans BAR-YOSEF Ofer et VALLA François (éds), The Natufian Culture in the Levant, Ann Arbor : International Monographs in Prehistory, 1991, p. 483-517.

VAUGHAN, 1985
VAUGHAN Patrick C., Use-Wear Analysis of Flaked Stone Tools, Tucson : University of Arizona Press, 1985.

VAYSON DE PRADENNE, 1919
VAYSON de PRADENNE André, « Faucille préhistorique de Solferino (étude comparative) », L’Anthropologie, 29, 1919, p. 393-422.

WILLCOX, 2014
WILLCOX Georges, « Les premiers indices de la culture des céréales au Proche-Orient », dans MANEN Claire, PERRIN Thomas et GUILAINE Jean (éds), La transition néolithique en Méditerranée, actes de colloque (Toulouse, Muséum, 14-15 avril 2011), Paris : Errance, 2014, p. 47-58.

WILLCOX et al., 2008
WILLCOX Georges, FORNITE Sandra et HERVEUX Linda, « Early Holocene Cultivation before Domestication in Northern Syria », Vegetation History and Archeobotany, 17-3, 2008, p. 313-325.

YARTAH, 2014
YARTAH Taher, « Tell ‘Abr 3, un village du néolithique précéramique (PPNA) sur le Moyen Euphrate. Première approche », Paléorient, 30-2, 2014, p. 141-158.


L’auteure

Fiona PICHON est docteur de l’Université Paris-Sorbonne, spécialisée en Archéologie du Proche-Orient ancien (ED 124 ; UMR 8167 “Orient et Méditerranée”).

Elle a soutenu en 2017 sa thèse intitulée Traditions culturelles dans les premières communautés villageoises au Levant Nord : l’exemple de Dja’de-el-mughara (Syrie), sous la direction de M. Jean-Yves MONCHAMBERT, Professeur (Université Paris-Sorbonne), en co-direction avec M. Eric COQUEUGNIOT, chercheur (Université Lumière Lyon 2 ; CNRS).

  1. Vers 8200 avant J.-C. en dates calibrées, le site est abandonné. Il est occupé de nouveau durant la période pré-Halaf (début du 6ème millénaire avant J.-C.) et durant le Bronze ancien (3ème millénaire avant J.-C.) (COQUEUGNIOT, 2014, p. 91-108.). []
  2. La faucille est un outil agricole utilisé pour la moisson des céréales. Au Proche-Orient, les faucilles apparaissent durant le Natoufien et sont constituées d’un manche dans lequel sont insérées une ou plusieurs armatures lithiques (ASTRUC et al., 2012, p. 671-687). []
  3. La silice, présente dans les sols, est absorbée par les racines des plantes à l’état d’acide silicique en solution avec l’eau. Elle se dépose contre la surface épidermique des cellules ou forme un dépôt intracellulaire sous forme de dioxyde de silicium, amorphe ou gel de silice amorphe (SiO2’ʼnH2O), La concentration de silice dans la plante varie selon les différentes parties de la plante (racines, tiges, feuilles et bractées des inflorescences) (ANDERSON-GERFAUD, 1982, p. 150). []
  4. Nous remercions E. Coqueugniot (UMR 5133-Archéorient) pour nous avoir confié l’étude de l’outillage lithique de Dja’de. Ce travail de recherches est effectué sous la direction de M. Monchambert (Université Paris-Sorbonne / UMR 8167-Orient et Méditerranée) et la co-direction d’E. Coqueugniot (UMR 5133-Archéorient). []
  5. Directrice de recherche, CNRS, CEPAM – UMR 7264, Gestion des Ressources Naturelles, Environnements et Sociétés. []
  6. Nous remercions P. Anderson d’avoir organisé ces expérimentations et de nous avoir permis d’y participer. []
  7. Nous remercions P. Anderson pour nous avoir laissé consulter le corpus expérimental de lames faucilles et nous avoir donné de précieux conseils et commentaires dans l’observation des traces. []

“Les peintures murales de Doura-Europos : sources de l’histoire religieuse de la ville et objets d’art” par Mathilde Couronné

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 1er février 2012
Article soumis en janvier 2015
Article publié le 1er juin 2016

Résumé

Les peintures murales de Doura-Europos constituent une source précieuse pour l’histoire religieuse de la ville. Leur iconographie fournit des informations essentielles sur de nombreux aspects de la vie cultuelle locale (divinités honorées ou rites observés). Mais ces images parfois difficiles à interpréter peuvent aussi être étudiées en tant qu’objets d’art, afin de mieux comprendre les pratiques artistiques et religieuses douréennes.


La ville antique de Doura-Europos, vaste de soixante-quinze hectares, se situe le long de la rive droite de l’Euphrate, dans l’actuelle Syrie (Fig. 1). Elle a été fondée par les Macédoniens à la fin du IVe s. av. J.-C., puis conquise par les Parthes en 113 av. J.-C., qui l’ont occupée jusqu’à ce que les Romains en prennent possession en 165 ap. J.-C. Ces derniers n’ont toutefois pas su résister au siège sassanide du milieu du IIIe siècle, et la ville a définitivement été abandonnée après sa conquête par les troupes de Châpour Ier vers 256 ap. J.-C1.

Fig. 1. Carte de l’Orient gréco-romain. D’après un fond de carte de l’IFAPO.
Fig. 1. Carte de l’Orient gréco-romain. D’après un fond de carte de l’IFAPO.

Ce n’est qu’au XXe siècle que le site a été redécouvert. Le 30 mars 1920, un pan entier de mur peint très bien conservé se révéla en effet de manière totalement fortuite au capitaine anglais Murphy, qui s’était retranché avec ses troupes dans les ruines de la ville face à la menace de certaines tribus arabes. Il informa son général de cette découverte, qui transmit la nouvelle à Gertrude Bell. Lorsque l’expédition archéologique de Mésopotamie, organisée par l’Université de Chicago, arriva à Bagdad le 23 avril 1920, les autorités militaires proposèrent à son directeur, J. Breasted, de l’accompagner sur le site afin de pouvoir étudier ces peintures. Il fallut partir immédiatement pour des raisons militaires, et J. Breasted n’arriva à destination qu’à l’issue d’un voyage d’une semaine semé d’embûches. Le 3 mai, il procéda à un examen préliminaire des monuments. Le 4 mai, il en fit un relevé. Puis il lui fallut quitter une position avancée jugée trop dangereuse, que les troupes britanniques avaient reçu l’ordre d’évacuer2. Deux ans plus tard, en juillet 1922, il exposa le résultat de ses découvertes à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres3. L’Académie chargea alors Fr. Cumont d’une mission archéologique sur le site en question. Lors de ses campagnes de 1922 et 1923, il dirigea entre autres la fouille du sanctuaire de Bêl, dont la décoration murale avait suscité un grand intérêt dans la communauté scientifique4. C’est donc grâce aux peintures murales que les recherches sur la ville ont commencé. Et c’est encore en grande partie grâce à la découverte de nouvelles représentations pariétales que la renommée de Doura-Europos a continué à s’accroître au cours des années suivantes. Au cours de l’hiver 1931-32 notamment furent mises au jour les peintures de la maison chrétienne, illustrant des scènes de la Bible5. Puis furent révélées en novembre 1932 les peintures de la synagogue (Fig. 2), représentant des passages de l’Ancien Testament6.

Fig. 2. Moïse sauvé des eaux. Peinture de la synagogue de Doura-Europos. SCHLUMBERGER, 1970, p. 110.
Fig. 2. Moïse sauvé des eaux. Peinture de la synagogue de Doura-Europos. SCHLUMBERGER, 1970, p. 110.

Si ces peintures murales bénéficient d’une certaine renommée auprès des historiens de l’art et des archéologues, c’est en grande partie parce qu’elles sont exceptionnellement bien conservées. Ceci s’explique par leur contexte d’enfouissement très particulier. En effet, au milieu du IIIe s. ap. J.-C., alors que l’armée sassanide approchait dangereusement de Doura-Europos, ses occupants ont décidé de construire un glacis défensif le long des remparts de la ville. Tous les édifices situés à proximité immédiate des fortifications ont alors été sacrifiés au profit de la protection militaire, et emmurés dans ce glacis de briques crues7. C’est donc grâce à cette construction à vocation défensive que les peintures n’ont pas subi les outrages du temps et qu’elles ont été trouvées presque intactes dans les années 1920 et 1930 par les fouilleurs français et américains qui les ont mises au jour.

Parmi les bâtiments protégés par le glacis se trouvent plusieurs édifices cultuels. La synagogue et la maison chrétienne sont les plus célèbres d’entre eux. Toutefois, les peintures des édifices polythéistes, moins connues, n’en sont pas moins exceptionnelles. Nous nous intéresserons donc à celles-ci, en essayant de montrer que si les images représentées sur les murs de ces édifices constituent une source majeure de l’histoire religieuse de la ville, elles posent néanmoins de nombreux problèmes d’interprétation. Nous présenterons donc ensuite une autre approche scientifique de ces peintures, en proposant de les analyser en tant qu’objets d’art, indépendamment de ce qu’elles représentent.

I. Une source majeure pour l’histoire religieuse

A. Les divinités honorées

Les divinités honorées dans les différents sanctuaires de Doura-Europos sont souvent attestées par des mentions épigraphiques. Toutefois les peintures murales de Doura-Europos fournissent également des informations précieuses à leur sujet, aidant notamment à préciser la présence de certains cultes.

Au sein du sanctuaire d’Azzanathkona par exemple, situé au nord de la ville, deux inscriptions trouvées dans le temple principal8 mentionnent le nom de cette déesse probablement locale ou régionale9. Cependant à Doura-Europos, comme de façon plus générale dans l’Orient hellénisé, les sanctuaires accueillaient souvent plusieurs dieux (synnaoi theoi)10. Or dans ce cas, l’épigraphie ne nous dit rien des autres divinités probablement honorées aussi dans ce sanctuaire. L’iconographie présente alors un réel intérêt. Un dipinto assez élaboré de 32 cm sur 60 a en effet été découvert dans la salle 14w de l’édifice, sur la partie centrale du mur occidental11 (Fig. 3).

Fig. 3. Dipinto représentant Iarhibôl (fac-similé). Sanctuaire d’Azzanathkona, Doura-Europos. P.R. V, pl. XXVI, 3.
Fig. 3. Dipinto représentant Iarhibôl (fac-similé). Sanctuaire d’Azzanathkona, Doura-Europos. P.R. V, pl. XXVI, 3.

Un dieu avec la tête entourée d’un nimbe et de rayons y est représenté sur un piédestal composé de trois marches, vêtu en uniforme d’officier romain. Sa main droite tient deux petites feuilles de palmier et le haut d’une lance (ou d’un sceptre) plantée sur le piédestal. Sa main gauche tient un globe contre la poitrine. A droite de la tête du dieu, une Victoire ailée vole vers lui, tendant une couronne dans la main droite. Sous la Victoire se trouve un thymiaterion et un personnage en tunique à manches longues faisant un sacrifice. A gauche de la tête du dieu, un aigle vole vers lui, avec une couronne de laurier dans son bec. Sous l’aigle est représentée une autre scène de sacrifice : un homme est debout à gauche d’un autel qui présente deux renflements au milieu de son fût. Il porte une tunique à manches longues, de hautes bottes, et un paludamentum. Sa main droite jette une offrande dans les flammes de l’autel. Une bretelle l’aide à porter son épée. A gauche de ce dédicant se trouvent deux personnages qui avancent vers la droite, en direction du dieu : le premier est un homme à cheval vêtu d’habits perses tenant un bouclier et équipé d’un carquois rempli de flèches, et le second, plus petit, représente un individu masculin portant une branche de palmier et une boite d’encens. Le dieu représenté est une divinité solaire, puisque sa tête est entourée d’un nimbe et de rayons. Dans le contexte de Doura-Europos, il s’agit probablement du dieu palmyrénien Iarhibôl12. L’importance accordée à la représentation de ce dieu dans le sanctuaire dit d’Azzanathkona pourrait indiquer que ce dieu solaire y était également honoré.

L’image peut donc avoir le statut de source dans l’histoire des cultes de la ville. Toutefois, l’interprétation iconographique n’est pas toujours aussi simple. C’est le cas par exemple dans le sanctuaire dit des dieux palmyréniens, situé au Nord-Ouest de la ville. Dans ce sanctuaire, plusieurs dieux sont attestés par l’épigraphie : Zeus13, Athéna14, Iarhibôl15, et Resou16. Mais l’interprétation des données iconographiques présente certaines difficultés. Une incertitude entoure en effet la triade divine représentée sur le tableau VI, situé sur le mur Nord du pronaos (Fig. 4). Il s’agit de la peinture dite « sacrifice du tribun romain », ou « sacrifice de Terentius », qui mesure 150 cm de long par 88 cm de haut. Au centre de l’image se trouve un thymiaterion. Juste à droite de l’autel, un officier romain, Terentius, jette de l’encens sur l’autel. Vingt-quatre autres militaires sont placés à côté et en arrière du tribun. Juste à gauche de l’autel se tient un porte-enseigne. En bas à gauche du tableau sont représentées les Fortunes de Doura et de Palmyre, sous forme de femmes assises coiffées d’une tourelle crénelée et posant chacune un pied sur un individu émergeant de l’eau (personnifications de l’Euphrate et de la source Ephka).

Fig. 4. Peinture du sacrifice du tribun Terentius. Sanctuaire de Bêl, Doura-Europos. Cumont 1926, pl. L.
Fig. 4. Peinture du sacrifice du tribun Terentius. Sanctuaire de Bêl, Doura-Europos. Cumont 1926, pl. L.

En haut à gauche du tableau, trois divinités sont figurées, en tenue militaire romaine, sur des socles qui les apparentent à des statues. L’identification de cette triade a suscité diverses interprétations. D’après Fr. Cumont, les dieux représentés seraient Baalshamîn au centre, Iarhibôl à sa droite et Aglibôl à sa gauche17.Le port d’un costume militaire romain ne contredit pas cette hypothèse, dans la mesure où de nombreuses divinités en étaient revêtues en Syrie à cette période18. Toutefois, l’état de dégradation des peintures empêchant d’affirmer que les personnages portent bien les attributs les plus spécifiques d’Aglibôl et de Iarhibôl, à savoir le nimbe radié et le croissant de lune, Fr. Cumont admet que l’identité des divinités ne peut pas être certifiée.

Plusieurs interprétations différentes ont de fait été avancées. Th. Pekary a notamment cru voir dans cette triade des empereurs romains divinisés19, tout comme J. Breasted avant lui, qui avait toutefois préféré renoncer à cette supposition20. Plus précisément, ces figures pourraient être, selon Th. Pekary, celles de Pupien, Balbin et Gordien III, qui partagèrent le pouvoir temporairement en 238. Il avance plusieurs arguments en faveur de son hypothèse : tout d’abord, il s’appuie sur le costume militaire romain des divinités ; ensuite, il fait remarquer que la scène semble très officielle, et qu’elle aurait eu un caractère plus privé s’il s’était agi de dieux indigènes ; enfin, il affirme qu’on attend du tribun qu’il sacrifie au culte impérial plutôt qu’à des divinités locales. Bien que l’hypothèse de Th. Pekary soit rarement retenue, elle dispose donc d’arguments valables.

Pourtant, c’est maintenant une troisième interprétation qui est la plus répandue et la mieux acceptée : il s’agirait en réalité non pas d’une triade de Baalshamîn, comme le prétendait Fr. Cumont, mais d’une triade de Bêl, composée de Bêl, de Iarhibôl et d’Aglibôl. C’est l’hypothèse défendue depuis les années 1980 par S. Downey, qui avance deux arguments majeurs : d’abord, elle affirme qu’il y aurait bien un croissant de lune au-dessus des épaules de l’une des trois figures, ce qui l’assimilerait nécessairement à un dieu lunaire comme Aglibôl, et non pas à un empereur romain21 ; ensuite, S. Downey insiste sur le fait que c’est la triade de Bêl, Iarhibôl et Aglibôl qui se trouve honorée dans le sanctuaire de Bêl de Palmyre, auquel le sanctuaire douréen pourrait donc faire écho.

Toutefois, bien que l’hypothèse de S. Downey soit généralement admise, T. Kaizer s’est récemment penché à nouveau sur ce dossier, ce qui lui a permis de proposer une quatrième interprétation. D’après lui, la triade représentée dans le sanctuaire douréen dit de Bêl serait bien une triade palmyrénienne. Cependant, de nombreuses triades existent à Palmyre, et rien ne permet de confirmer qu’il s’agit bien ici de celle de Bêl : il n’y aurait en effet selon lui, sans doute à juste titre, aucune raison de penser que la triade honorée à Doura-Europos devrait nécessairement être la même que celle honorée dans le grand sanctuaire de Palmyre22.

Les divergences autour de cette triade montrent ainsi que même lorsque les images sont retrouvées in situ dans un bon état de conservation, il reste parfois très difficile de les interpréter. Les peintures murales de Doura-Europos sont donc une source importante pour l’étude des divinités, mais qui reste souvent problématique. Le même phénomène se produit lorsque l’on s’intéresse aux rituels religieux.

B. Les rituels religieux

Dans certains cas, les peintures peuvent nous fournir des renseignements très utiles sur les gestes pratiqués lors des rituels. Plusieurs images nous permettent notamment de deviner quel était le geste adopté à Doura-Europos pour la prière. Sur la peinture du sacrifice du tribun par exemple (Fig. 4), les vingt-quatre militaires placés derrière Terentius adoptent tous la même position : ils ont la main droite levée, avec la paume vers l’avant, ce qui était une attitude de prière fréquente dans le monde gréco-romain23. Le même geste apparaît sur une autre peinture du même sanctuaire des dieux palmyréniens (Fig. 5). Sur ce tableau en effet, appelé « sacrifice de Conon », presque tous les dévots de la partie droite (une femme, quatre hommes et deux enfants) ont la main droite levée, paume vers l’avant. Ces peintures permettent donc de penser que le geste de la prière à Doura-Europos était le même que celui qui avait cours dans le reste du monde gréco-romain.

Fig. 5. Peinture du sacrifice de Conon. Sanctuaire de Bêl, Doura-Europos. Cumont 1926, pl. XXXI.
Fig. 5. Peinture du sacrifice de Conon. Sanctuaire de Bêl, Doura-Europos. Cumont 1926, pl. XXXI.

Mais l’interprétation des images n’est pas toujours aisée, et il est le plus souvent difficile de deviner l’existence de telle ou telle pratique religieuse en se fondant uniquement sur les peintures. L’exemple du sacrifice de Conon (Fig. 5) est révélateur de cette difficulté, car il a fait l’objet de nombreuses hypothèses contradictoires. Sur cette grande peinture, où les personnages figurent approximativement à taille humaine, une famille est représentée en compagnie de deux prêtres, reconnaissables à leur bonnet conique, en train de faire un sacrifice en jetant quelque chose sur un autel. D’après Fr. Cumont, le personnage à gauche, Conon, tient dans sa main droite une longue bande rose qui serait en fait une infula24, laquelle était habituellement fixée aux cornes de l’animal sacrifié pour l’embellir. Quant à l’objet que Conon tient dans sa main gauche, ce serait peut-être un malleolus, c’est-à-dire la masse destinée à étourdir l’animal avant de l’égorger. Enfin il pense que les couteaux tenus par le prêtre pourraient être les couteaux sacrificiels permettant de découper l’animal immolé afin d’en partager la viande25. Selon Fr. Cumont, la peinture représente donc clairement les préparatifs d’un sacrifice sanglant de type alimentaire (thusia).

Mais l’interprétation de la même scène par R. du Mesnil du Buisson est tout autre. Ce dernier a en effet souligné surtout le fait que les fidèles assemblés dans la partie droite du tableau tiennent une tige à feuilles dans leurs mains. D’après lui, ce geste indique que les prêtres ne sont pas en train de jeter de l’encens sur le feu, mais qu’ils sont plutôt en train de plonger un végétal dans un liquide qui serait contenu dans la vasque du fût vertical. Les couteaux tenus par ces prêtres ne seraient donc pas destinés à la découpe de l’animal sacrifié, comme le pensait Fr. Cumont, mais ils auraient servi plutôt à couper ces végétaux à valeur sacrée26. Ainsi, R. du Mesnil du Buisson voit explicitement dans cette scène une évocation d’une fête liée au printemps, célébrée au début de la saison agricole, qui n’aurait rien à voir avec un sacrifice sanglant. Il est très difficile de trancher entre ces deux hypothèses. Leur antagonisme montre en tout cas qu’il est impossible de se fonder uniquement sur une image comme celle-ci pour conclure définitivement à l’existence de telle ou telle pratique religieuse à Doura.

Des problèmes d’interprétation apparaissent aussi lorsque l’on essaie de faire le lien entre d’une part la scène représentée sur cette peinture du sacrifice de Conon et d’autre part le sanctuaire des dieux palmyréniens dans lequel s’inscrit l’image en question. Certains chercheurs pensent en effet que le cadre architectural représenté en arrière-plan de la peinture ne serait pas seulement symbolique, mais qu’il aurait aussi une valeur documentaire, ce qui pourrait permettre de comprendre la manière dont se déroulait réellement le sacrifice. C’est l’hypothèse défendue notamment par A. Rousselle dans sa thèse de doctorat27. D’après elle, les personnages situés sur la partie gauche de la peinture (c’est-à-dire Conon et le prêtre situé à sa gauche) seraient placés dos au temple, à l’ouest de la cour (Fig. 6) : en effet, ils sont représentés devant un porche qui pourrait être celui placé devant le pronaos A. Les personnages à droite de la peinture (la famille de Conon et le deuxième prêtre) seraient, quant à eux, situés à l’extrémité orientale de la cour, face au temple, c’est-à-dire dos aux pièces Q et J. A. Rousselle explique son interprétation par le fait que les portes visibles derrière ces personnages semblent s’ouvrir sur l’air libre et qu’elles seraient donc probablement celles de l’entrée du sanctuaire28.

Fig. 6. Plan du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). P.R. V, pl. IV.
Fig. 6. Plan du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). P.R. V, pl. IV.

Cette interprétation est intéressante, mais elle n’est pas convaincante pour plusieurs raisons. Tout d’abord, aucun argument concret ne permet à A. Rousselle d’affirmer que les personnages alignés côte à côte sur la scène du sacrifice de Conon étaient en réalité installés face à face pendant le rituel. Au contraire, si un souci de réalisme avait vraiment imprégné ces peintures, on peut imaginer d’une part que le peintre n’aurait pas cherché à créer une continuité architecturale entre les deux scènes par le biais de la corniche supérieure, et, d’autre part, que les personnages théoriquement placés en face de Conon et du premier prêtre auraient été représentés sur le mur opposé du naos. Ensuite, toute l’interprétation d’A. Rousselle repose sur le fait que le cadre architectural de la peinture donnerait une indication sur l’emplacement des personnages. Or plusieurs indices suggèrent que le cadre architectural mis en image à Doura revêtait en général un caractère beaucoup plus symbolique que réaliste. On soulignera notamment le fait que plusieurs éléments architecturaux représentés sur les peintures de la ville n’y ont jamais été réellement construits, comme par exemple les colonnes torses représentées sur une autre peinture du sanctuaire des dieux palmyréniens (Fig. 7).

Fig. 7. Tableau IV du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). Cumont 1926, pl. XLV.
Fig. 7. Tableau IV du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). Cumont 1926, pl. XLV.

Certains chercheurs vont jusqu’à penser que non seulement le cadre architectural du sacrifice de Conon ne représente pas, comme le prétend A. Rousselle, la véritable architecture du sanctuaire des dieux palmyréniens, mais qu’il n’a même pas vocation à représenter une architecture réelle, qu’elle soit de Doura-Europos ou d’ailleurs : ainsi Cl. Hopkins a suggéré que c’était en fait un décor de théâtre qui était représenté ici. Son hypothèse s’appuie sur certaines incohérences architecturales (la toiture, par exemple, ne repose sur aucun support sur sa partie droite), et sur le fait que le soubassement blanc qui se trouve au pied du tableau pourrait facilement être interprété comme le soubassement d’une scène de théâtre surélevée, ce qui expliquerait alors la position en contrebas du tableau des trois enfants qui se trouvent au premier plan29. Quoi qu’il en soit, il semble en tout cas probable, comme on vient de le voir, que le cadre architectural représenté sur la peinture du sacrifice de Conon ne soit présent ici que comme motif iconographique, sans lien réel avec l’aménagement intérieur du sanctuaire des dieux palmyréniens.

Bien que les peintures des sanctuaires fournissent des indices très utiles sur les pratiques cultuelles de Doura-Europos, il semble donc très excessif de les considérer comme des archives ouvertes du fait religieux à Doura. Ces peintures ont beau être très bien conservées, il ne faut pas les interpréter sans prendre de recul, comme s’il s’agissait de « sources » objectives, ou encore de photographies fidèles d’une cérémonie religieuse. En revanche, elles présentent un autre intérêt, moins souvent mis en valeur. Il s’agit de la possibilité de les étudier en tant qu’objets d’art, indépendamment de ce qu’elles représentent.

II. Etudier les peintures en tant qu’objets

Quitter le registre de l’interprétation de l’image permet en effet de considérer les peintures murales des sanctuaires de Doura-Europos en tant que faits archéologiques. Il est alors possible d’analyser la manière dont ces peintures ont été installées dans les différents édifices, d’étudier leurs aspects matériels ou techniques, ou encore de travailler sur leur style, ce qui conduit à s’interroger sur les échanges artistiques entre le monde gréco-romain et le monde oriental.

 
Fig. 8. Plan du temple du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). Cumont 1926, fig. 10.
Fig. 8. Plan du temple du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). Cumont 1926, fig. 10.
A. L’installation progressive des peintures

Les murs des sanctuaires douréens n’ont pas tous été peints dès la construction des bâtiments. Un grand nombre de parois n’ont même jamais reçu de décoration murale. Par exemple dans le sanctuaire des dieux palmyréniens, plusieurs pans de murs du temple sont restés vides (Fig. 8), notamment les parois occidentales des piliers, et la partie sud du mur oriental du pronaos. Un graffito trouvé sur le pilier sud séparant le naos et le pronaos aide à comprendre cette absence de peinture. Il est en effet indiqué que « la quatrième place n’a pas été prise d’avance »30. Les peintures étaient donc réalisées sur commande, et les fidèles devaient réserver une place pour se faire représenter. Ceci rappelle que les peintures étaient en elles-mêmes des offrandes faites à la divinité, ce qui est clairement manifesté dans une inscription d’un autre sanctuaire de la ville, qui indique que durant « l’année 432, Séleucos (…) a érigé à Zeus Theos le naos, les portes et la peinture entière des images »31. Les murs des temples étaient donc décorés progressivement, en fonction des offrandes privées qui pouvaient éventuellement y être faites.

B. Les techniques picturales

L’étude des peintures comme objets peut aussi passer par l’examen de leur aspect matériel. L’analyse des parois décorées du temple de Bêl a ainsi été initiée dans les années 1920 par le directeur de l’École des Mines, G. Chesneau, sous l’impulsion de Fr. Cumont. A l’époque, son rapport a conclu d’une part que les couleurs n’avaient pas été étendues sur un enduit à la chaux encore frais, ce qui signifie que le procédé utilisé n’était pas celui de la fresque, et d’autre part qu’aucun liant organique n’avait été utilisé, ce qui signifie que le procédé utilisé n’était pas non plus celui de la détrempe32. Les études plus récentes menées par A. Dandrau sur les fragments d’enduits peints d’un autre sanctuaire de la ville, celui de l’îlot M5, ont donné des résultats à peu près similaires. En particulier, l’étude au microscope confirme la technique a secco, qui se caractérise par l’application des couleurs sur un support sec33. La technique employée pour les peintures murales semble donc avoir été la même dans l’ensemble des monuments de la ville où elles apparaissent, ce qui pourrait suggérer une certaine homogénéité des pratiques artistiques. Par ailleurs, il faut souligner l’originalité de la technique utilisée : les artisans de Doura-Europos n’employaient pas la méthode de la fresque, qui était pourtant fréquemment adoptée dans l’Antiquité gréco-romaine34.

C. Le style des peintures

Enfin, l’étude du style des peintures peut être envisagée pour tenter de déterminer si des échanges artistiques entre Orient et Occident se manifestaient à Doura-Europos. La question est évidemment complexe, et nous nous contenterons ici d’en donner un bref aperçu.

Les procédés techniques de peinture et de sculpture mis en œuvre dans les sanctuaires de Doura-Europos semblent pour l’essentiel non grecs. D. Schlumberger décrivait notamment la peinture de la ville comme étant plate, linéaire, vériste et hiératique, autant de caractères qu’il attribuait à l’influence de l’Orient ancien35. Le traitement des drapés, qui sont sans relation avec le corps, semble par exemple particulièrement plat, dénué selon M. Rostovtzeff de tout le réalisme grec36. De même les éléments architecturaux, pour lesquels la perspective n’est presque jamais utilisée, sont représentés sans qu’apparaisse aucune notion de profondeur37. On constate aussi une absence de connexion entre les personnages et le cadre architectural dans lequel ils sont parfois représentés. C’est le cas par exemple de la peinture de Conon dans le temple de Bêl (Fig. 5), sur laquelle « les quatre figures de droite se tiennent toutes bien au-dessus du pavement blanc et noir, comme si elles flottaient en l’air, ainsi que des fantômes »38. Une certaine maladresse dans la technique de représentation de l’architecture se manifeste également sur cette même peinture par le fait que, « comme une porte servait de fond au premier tableau, l’artiste a continué, contre tout bon sens, à représenter une série de portes (…) comme si l’édifice ainsi figuré n’avait pas de murs, mais seulement des entrées »39.

Fig. 9. Relief d’Azzanathkona. Sanctuaire d’Azzanathkona, Doura-Europos. P.R. V, pl. XIV.
Fig. 9. Relief d’Azzanathkona. Sanctuaire d’Azzanathkona, Doura-Europos. P.R. V, pl. XIV.

De façon générale, très peu d’éléments stylistiques évoquent l’Occident gréco-romain dans les peintures de Doura-Europos, alors qu’on peut pourtant y voir d’assez nombreux motifs iconographiques occidentaux. Les images peintes de la ville ne présentent en effet que quelques rares ingrédients du savoir-faire propre au monde gréco-romain. Ainsi, des visages représentés de trois quarts apparaissent sur quelques fragments provenant du sanctuaire de la rue principale (visage 2340) et du sanctuaire des Gaddé41. Or cette représentation de trois-quarts, qui est également celle des dévots sur le bas-relief d’Azzanathkona (Fig. 9)42, est inconnue traditionnellement en Orient. L’usage du dégradé de couleurs, du système d’ombrage et l’application de la couleur par touches pour créer du volume sont d’autres aspects picturaux propres au monde gréco-romain qui se retrouvent à quelques reprises sur les fragments d’enduits peints provenant du sanctuaire de la rue principale. Dans la manière de sculpter ou de peindre se révèlent donc quelques usages helléniques. Ceux-ci sont relativement ténus et rares, mais ils rappellent que les sanctuaires de Doura-Europos, bien qu’implantés aux marges du monde gréco-romain, faisaient bien partie de sa sphère artistique. L’étude stylistique des peintures semble donc pouvoir donner des informations sur la manière dont l’art s’est développé à Doura-Europos, entre les influences occidentales et orientales.

Conclusion

Les peintures murales de Doura-Europos constituent une source précieuse pour l’histoire religieuse de la ville. Elles fournissent des informations essentielles sur de nombreux aspects de la vie cultuelle locale, qu’il s’agisse des divinités honorées ou des rites pratiqués. L’interprétation de ces images peut toutefois poser un grand nombre de problèmes. Dans ce cas, l’approche archéologique offre une perspective d’étude intéressante. Il s’agit d’étudier les peintures non plus pour ce qu’elles représentent de manière iconographique, mais pour ce qu’elles sont en tant qu’objets. Cet examen apporte en effet de nombreuses informations, tant sur les rites d’offrandes que sur l’art douréen.



Table des illustrations

Fig. 1 : Carte de l’Orient gréco-romain. D’après un fond de carte de l’IFAPO.

Fig. 2 : Moïse sauvé des eaux. Peinture de la synagogue de Doura-Europos. Schlumberger 1970, p. 110.

Fig. 3 : Dipinto représentant Iarhibôl (fac-similé). Sanctuaire d’Azzanathkona, Doura-Europos. P.R. V, pl. xxvi, 3.

Fig. 4 : Peinture du sacrifice du tribun Terentius. Sanctuaire de Bêl, Doura-Europos. Cumont 1926, pl. l.

Fig. 5 : Peinture du sacrifice de Conon. Sanctuaire de Bêl, Doura-Europos. Cumont 1926, pl. xxxi.

Fig. 6 : Plan du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). P.R. V, pl. iv.

Fig. 7 : Tableau IV du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). Cumont 1926, pl. xlv.

Fig. 8 : Plan du temple du sanctuaire de Bêl (Doura-Europos). Cumont 1926, fig. 10.

Fig. 9 : Relief d’Azzanathkona. Sanctuaire d’Azzanathkona, Doura-Europos. P.R. V, pl. xiv.


Bibliographie

ALLAG, 2005
ALLAG Cl., « Le sanctuaire de la rue principale (M5) de Doura-Europos : la décoration murale », in P. LERICHE, A. DANDRAU, M. GELIN (éd.), DEE, V, Paris, 2005, p. 99-112.

BREASTED, 1922A
BREASTED J. H., « Peintures d’époque romaine dans le désert de Syrie », Syria, 3, 1922, p. 177‑213.

BREASTED, 1922B
BREASTED J.H., « Découverte de peintures murales d’époque romaine dans un forteresse située près de l’Euphrate dans le désert de Syrie », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 66, 4, 1922, p. 240-241.

CUMONT, 1926
CUMONT Fr., Fouilles de Doura-Europos (1922-1923), Paris, 1926.

DANDRAU, 2005
DANDRAU Al., « Étude pétrographique des enduits peints retrouvés dans le sanctuaire de la rue principale de Doura-Europos », in P. LERICHE, A. DANDRAU, M. GELIN (éd.), DEE, V, Paris, 2005, p. 113-118.

DIRVEN, 1999
DIRVEN L., The Palmyrenes of Dura-Europos: a study of religious interaction in Roman Syria, Leyde, Boston et Cologne, 1999.

F.R. VIII, 1
KRAELING C. H., The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Final Report VIII, Part 1, The Synagogue, New Haven, 1956.

F.R. VIII, 2
KRAELING C. H., The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Final Report VIII, Part 2, The Christian Building, New Haven, 1967.

HELLMANN, 2002
HELLMANN M.-Chr., Architecture grecque, I, Les principes de la construction, Paris, 2002.

HOPKINS, 1934
HOPKINS Cl., « The fortifications », in M.I. ROSTOVTZEFF (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the Fifth Season of Work, October 1931 – March 1932, New Haven, 1934, p. 9-12.

HOPKINS, 1941
HOPKINS Cl., « The architectural Background in the Paintings at Dura-Europos », AJA, 45, 1941, p. 18-29.

KAIZER, 2006A
KAIZER T., « A Note on the Fresco of Iulius Terentius from Dura-Europos », in R. ROLLINGER et BR. TRUSCHNEGG (éd.), Altertum und Mittelmeerraum: Die antike Welt diesseits und jenseits der Levante: Festschrift für Peter W. Haider zum 60. Geburstag, Oriens et Occidens 12, Stuttgart, 2006, p. 151-159.

KAIZER, 2006B
KAIZER T., « Reflexions on the Dedication of the Temple of Bel at Palmyra in AD 32 », in L. DE BLOIS, P. FUNKE et J. HAHN, The Impact of Imperial Rome on Religions. Ritual and Religious Life in the Roman Empire Proceedings of the Fifth Workshop of the International Network Impact of Empire, Leyde et Boston, 2006, p. 95-105.

LERICHE, 2003
LERICHE P., « Doura-Europos hellénistique », TOPOI, suppl. 4, 2003, p. 171-191.

MESNIL DU BUISSON, 1962
MESNIL DU BUISSON R. (du), Les tessères et les monnaies de Palmyre. Un art, une culture et une philosophie grecs dans les moules d’une cité et d’une religion sémitiques, Paris, 1962.

PEKARY, 1986
PEKARY Th., « Das Opfer vor dem Kaiserbild », Bonner Jahrbücher, 186, 1986, p. 91-103.

P.R. II
BAUR P.V.C. et M.I. ROSTOVTZEFF (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the Second Season of Work, October 1928 – April 1929, New Haven, 1931.

P.R. IV
BAUR P.V.C., M.I. ROSTOVTZEFF et A. R. BELLINGER (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the Fourth Season of Work, October 1930 – March 1931, New Haven, 1933.

P.R. V
ROSTOVTZEFF M.I. (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the Fifth Season of Work, October 1931 – March 1932, New Haven, 1934.

P.R. VII-VIII
ROSTOVTZEFF M. I., F. E. BROWN et C. B. WELLES (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the Seventh and Eighth Seasons of Work, 1933-1934 and 1934-1935, New Haven, 1939.

ROSTOVTZEFF, 1938
ROSTOVTZEFF M. I., Dura-Europos and its Art, Oxford, 1938.

ROUSSELLE, 1993
ROUSSELLE A., Recherches sur Doura-Europos, Problèmes d’acculturation et d’iconographie païenne, chrétienne et juive, thèse de doctorat non publiée, 1993.

SCHLUMBERGER, 1970
SCHLUMBERGER D., L’Orient hellénisé : l’art grec et ses héritiers dans l’Asie non méditerranéenne, Paris, 1970.

VON GERKAN, 1939
VON GERKAN A., « The fortifications », in M. I. ROSTOVTZEFF, F. E. BROWN et C. B. WELLES (éd.), The Excavations at Dura-Europos conducted by Yale University and the French Academy of Inscriptions and Letters. Preliminary Report of the Seventh and Eighth Seasons of Work, 1933-1934 and 1934-1935, New Haven, 1939, p. 40-59.


L’auteure

Mathilde COURONNÉ est docteur de l’Université Paris-Sorbonne, spécialisée en Archéologie grecque (ED 0124 ; UMR 8167 “Orient et Méditerranée”)

Elle a soutenu en 2011 une thèse intitulée Les sanctuaires polythéistes de Doura-Europos : recueil de données et pistes de réflexion sous la direction de M. Alexandre FARNOUX (Université de Paris-Sorbonne).

  1. LERICHE, 2003, p. 172. []
  2. BREASTED, 1922A, p. 177-180. []
  3. BREASTED, 1922B. []
  4. CUMONT, 1926, p. IV-VI, p. 29. []
  5. F. R. VIII, 2. []
  6. F. R. VIII, 1. []
  7. Sur ce glacis de briques crues : HOPKINS, 1934 ; VON GERKAN, 1939. []
  8. P. R. V, n°453, 504. []
  9. Azzanathkona est en effet une divinité inconnue par ailleurs. Certains chercheurs ont même supposé qu’il existait un lien entre elle et le village d’Anath, situé à quelques dizaines de kilomètres de Doura-Europos (cf. P. R. V, p. 144). []
  10. KAIZER, 2006B, p. 101. []
  11. P. R. V, p. 153-156. []
  12. P. R. V, p. 153-155. []
  13. CUMONT, 1926, n°1, n° 17, n° 25b. P. R. II, n° 2, n° 4. P. R. IV, n° 168. []
  14. CUMONT, 1926, n° 25a. []
  15. CUMONT, 1926, n° 10, n° 12. P.R. II, n °3 []
  16. CUMONT, 1926, n° 10. []
  17. CUMONT, 1926, p. 102-106. []
  18. CUMONT, 1926, p. 108. []
  19. PEKARY, 1986. []
  20. BREASTED, 1922A, p. 202. []
  21. La présence de ce croissant de lune reste toutefois largement sujette à caution. []
  22. KAIZER, 2006a. []
  23. CUMONT, 1926, p. 94. []
  24. L’interprétation n’est pas entièrement satisfaisante, dans la mesure où l’objet ne présente pas les renflements caractéristiques de l’infula, dus aux flocons de laine qui la composent. []
  25. CUMONT, 1926, p. 45-48, 66-69. []
  26. MESNIL DU BUISSON, 1962, p. 559-563. []
  27. ROUSSELLE, 1993, p. 564. []
  28. ROUSSELLE, 1993, p. 570-574. []
  29. HOPKINS, 1941, p. 20-25. []
  30. CUMONT, 1926, n° 19 : οὐ τόπος δ΄ προλέληπτε []
  31. P. R. VII-VIII, n° 888 : ̓Ετους βλυ’ / Σέλευκος / (…) / (…) / (…) / (…) / ἀνήγειρεν Διὶ Θεωῖ / τὸν ναὸν καὶ τὰ / θυρώματα καὶ / τὴν τῶν εἰκόνων / γ[ρ]αφὴν πᾶσαν. []
  32. CUMONT, 1926, p. 143-144. []
  33. DANDRAU, 2005, p. 114, 117. []
  34. Une grande majorité des quatre-cents pièces d’habitation de Délos ayant conservé des traces de peinture pariétale témoigne par exemple de la fréquence de cette utilisation de la fresque. Cf. HELLMANN, 2002, p. 250. []
  35. SCHLUMBERGER, 1970, p. 106. []
  36. ROSTOVTZEFF, 1938, p. 81. []
  37. CUMONT, 1926, p. 152. []
  38. BREASTED, 1922A, p. 189. []
  39. CUMONT, 1926, p. 55. []
  40. ALLAG, 2005, p. 110. []
  41. DIRVEN, 1999, p. 258. []
  42. P.R. V, p. 173-174. []