Archives par mot-clé : Proche-Orient

Le galop conquérant au service de l’empire ? La place des équidés dans l’expansion néo-assyrienne (884-627 av. J.-C.)

par Margaux Spruyt

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 28 janvier 2016

Article publié le 18 janvier 2019

La question du discours idéologique véhiculé par les reliefs néo-assyriens n’est pas un sujet nouveau. De nombreux chercheurs, tels qu’Irene Winter, ont déjà tenté d’observer les bas-reliefs comme des supports de choix pour le développement d’une véritable « grammaire »[1]. C’est en appliquant les méthodes d’analyses structuralistes, développées par Roland Barthes, qu’I. Winter arrive à la conclusion que les reliefs néo-assyriens font partie d’un vaste appareil rhétorique ayant pour fonction de promouvoir l’idéologie royale et de servir le pouvoir. Mais quel est donc ce pouvoir ? Comment se définit-il ? Le personnage central de l’empire néo-assyrien est le Roi. Sa gouvernance repose sur trois aspects caractéristiques dépendant les uns des autres : un pouvoir absolu détenu par un seul homme, une violence sans mesure dans les conflits armés et une importante activité symbolique[2], véhiculée notamment par les bas-reliefs. Si l’on possède aujourd’hui encore de nombreux exemples de ces derniers, il convient de noter que tous les rois assyriens n’ont pas développé de réels programmes iconographiques sculptés. Aussi, pour cette étude, le choix a été fait de ne prendre en considération que les reliefs datant des règnes d’Assurnasirpal II (884-869 av. n. è.), Sargon II (722-705 av. n. è.) et Assurbanipal (669-627 av. n. è.), tous parfaitement représentatifs de l’art assyrien. Le roi est représenté prenant part aux diverses actions, qu’elles soient cynégétiques ou guerrières ; il y figure même en bonne place, véritable maître d’œuvre. Préférer représenter ses succès militaires, c’est vouloir asseoir sa légitimité sur le trône tout en insistant sur la politique expansionniste de l’empire. Celle-ci est rendue possible par des techniques de guerre avancées soutenues par des corps d’armée développés et organisés, tels que les fantassins, mais aussi la charrerie et la cavalerie qui rendent les prises de villes plus rapides. Ainsi, l’empire est marqué par une utilisation importante des équidés et plus particulièrement des chevaux qui constituent une part non négligeable des tributs annuels perçus par l’empire avant le départ pour de nouvelles campagnes expansionnistes[3]. Le cheval apparaît comme un élément indissociable des succès impériaux. Sa présence fréquente sur les reliefs participe à la fonction de l’image et au discours qu’elle promeut. L’étude de la figuration de ces animaux soulève de nombreuses questions parmi lesquelles celle de la manière dont les équidés sont dépeints, mais aussi celle de l’idéologie qui s’attache à cette représentation. Le cheval au galop a-t-il la même fonction que celui qui est encore au pas ou à l’arrêt ? Ces postures ont-elles une signification spécifique ? Le recours aux équidés, notamment pour les conflits armés, n’est pas nouveau : on note leur présence dès le 3e millénaire avant notre ère sur des objets tels que l’Étendard d’Ur ou encore la Stèle des Vautours. Dès lors, il convient de se demander dans quelle mesure leur présence dans les reliefs néo-assyriens devient spécifiquement un marqueur de victoire et de gloire impériale. Il s’agit pour cela d’observer dans un premier temps quelle est la fonction d’un tel programme iconographique, avant de s’intéresser plus particulièrement aux codes et conventions qui régissent la figuration équine. Enfin, il est nécessaire de mettre en lumière les détails permettant de différencier les chevaux les uns des autres dans le but de faciliter la lecture et a fortiori la compréhension des scènes représentées sur les reliefs.

Le pouvoir royal se définit et se légitime uniquement grâce à l’idéologie politique sur laquelle il repose, c’est-à-dire, à l’époque néo-assyrienne, celle d’un pouvoir centralisé dans les mains d’un seul homme. Afin d’assurer sa survie et sa stabilité, l’empire doit garantir la cohésion sociale autour de la personne du roi. Pour cela, les souverains assyriens se sont, entre autres, appuyés sur les reliefs qui ornaient les différents palais de Ninive, Kalhu et Dur-Sharrukin,. Toutefois, il convient de noter que contrairement aux hypothèses émises, notamment par Julian E. Reade[4] ou encore Irene Winter[5], il n’y a pas, à l’époque néo-assyrienne, de propagande au sens contemporain du terme qui implique une communication à l’aide des médias de masse[6]. Il s’agit là d’une notion anachronique dans la mesure où elle a été développée récemment, et ce dans le contexte précis du monde occidental de la deuxième moitié du XXe siècle[7].

Ainsi, s’il y a bel et bien propagande, ou du moins transmission d’un message, il faut en revoir l’acception, différente de celle admise dans les sociétés actuelles. Paul Garelli note déjà en 1981 qu’elle ne semble pas avoir d’effet convaincant sur le peuple lorsqu’il évoque « la leçon des bas-reliefs »[8]. Il explique ainsi qu’ « […] [elle] n’a jamais empêché les pays conquis de se soulever à chaque changement de règne et les rois d’Assyrie devaient être sans illusion. La propagande politique n’était vraisemblablement pas leur but premier, même si elle est perceptible ». Ici, P. Garelli perçoit, sans parvenir à trouver une réponse, la nécessité d’une autre fonction pour les images. Si celles-ci, mises en avant dans le palais, ne sont pas faites pour être vues par le plus grand nombre, on ne peut douter du fait qu’elles ont un destinataire, élément fondamental de la constitution même de l’image. Il apparaît alors que le message, qui n’est véhiculé qu’à l’intérieur du palais, lieu dont l’accès est restreint, serait principalement à destination d’un petit groupe d’individus proches du roi et possédant le pouvoir de le défaire[9]. Ainsi, ce public réduit composé d’ambassadeurs et d’émissaires venant des royaumes voisins mais surtout des plus hauts dignitaires de l’empire et du roi lui-même, jouirait du privilège de voir ces reliefs et peut-être de s’en instruire.

Le roi, par sa position de prestige et d’exception, suscite l’envie de ses sujets. Les individus les plus éloignés de la vie du palais ne peuvent briser le tabou qui existe autour du monarque dans la mesure où « […] la différence sociale qui les sépare est […] trop grande »[10]. Les classes sociales les plus populaires sont trop éloignées des classes sociales dirigeantes à cette époque pour pouvoir s’imaginer occuper leurs fonctions. Ainsi, le paysan ne peut, par exemple, se concevoir roi, position trop éloignée de la sienne pour qu’elle lui apparaisse envisageable. Dès lors, seuls ses sujets les plus proches, et plus particulièrement les hauts dignitaires, peuvent être soumis à la tentation de briser le tabou royal en se soulevant contre lui. En mettant en exergue les prérogatives dont bénéficient, à l’inverse du peuple, les dignitaires vis-à-vis de la personne royale, les bas-reliefs jouent un rôle clé dans l’amoindrissement de cette tentation. L’étude attentive du contenu des images révèle la présence de ces hauts personnages accompagnant le monarque sur un char faisant face au même ennemi. Cet élément les rapproche de la figure royale car ils partagent lors des victoires –  fréquentes si l’on en croit les reliefs – le prestige de leur souverain. Toutefois, celui-ci prend garde de se montrer supérieur en tout : à la fois en taille – le roi est représenté plus grand que ses soldats, subterfuge notamment permis par le port de la coiffe – mais aussi par la magnificence de ses montures, chevaux élancés au harnachement complexe. Une hiérarchie s’installe alors dans les reliefs autour de la figure de proue qu’est le roi. Il revêt le rôle symbolique de la figure paternelle par rapport à laquelle ses dignitaires s’identifient comme fils. Ainsi, ils sont liés au roi lui-même dans un rapport filial, et ils le sont également entre eux, passant de simples compagnons soldats à « frères d’armes »[11] soutenant le pouvoir du même souverain[12]. Ici, c’est donc le fait d’être réunis dans les reliefs qui lie les dignitaires autour de la figure du Père[13], le Roi.

L’image de l’autorité du souverain repose sur ses actions. Sa légitimité ne peut être remise en question tant que l’empire est puissant et protégé par sa présence. C’est pourquoi les reliefs mettent en avant les victoires du roi, comme autant de preuves de ses succès. Que ce soit dans des combats contre les lions, animaux emblématiques incarnant le Mal[14], ou sur le champ de bataille, le personnage royal défait ses ennemis. Il est donc reconnu comme maître car il entretient, au risque de sa vie, un rapport de force avec le monde hostile. Il combat à la fois pour satisfaire les dieux qui en retour protègent son peuple, mais aussi pour apparaître aux yeux de tous comme un être supérieur. Ces différents aspects permettent au roi de s’installer comme tel via un processus d’assimilation au pouvoir. Le dominant et le pouvoir ne forment plus qu’une seule entité, devenue puissance souveraine par l’action du combat. Mais, afin que cette perception soit constante, le roi se doit d’apparaître continuellement en personnage glorieux. Or, comment peut-il mieux le faire que par l’illustration de ses victoires militaires ? Commanditaire du programme iconographique qui orne son palais, il s’empare de son contenu et les reliefs deviennent alors le réceptacle de la mise en exergue de son pouvoir et de sa force. Cette utilisation raisonnée permet au roi d’asseoir durablement sa position en légitimant sa place à la tête d’un empire qu’il défend, protège et étend avec une puissance guerrière victorieuse. Celle-ci repose sur une armée vigoureuse et des chevaux rapides et forts, comme cela est si souvent mis en avant dans les reliefs. Les équidés sont ici associés à l’image du soutien sur lequel le roi s’appuie afin de renforcer son pouvoir.

Des images présentant le souverain sur son char tiré par des chevaux à une échelle beaucoup plus importante que celle des autres en sont un premier exemple. Elles participent activement à la mise en place et au renforcement de la hiérarchie instaurée entre le personnage royal, sa cour et ses soldats.

Il convient également de noter que la représentation du souverain est presque systématiquement associée à la figure équine, et ce dans des scènes diverses. S’il semble évident que les équidés soient mis en avant dans les scènes présentant les instants qui précèdent un départ en bataille ou encore dans des scènes de chasse et de guerre, il est plus étonnant de les voir lors des cérémonies d’honneur à la suite d’une victoire. Toujours richement parés lorsqu’ils accompagnent le roi, les chevaux semblent concourir à l’idée de prestige et de gloire associée à la figure royale. Leur présence permanente permet également de développer l’idée selon laquelle, au-delà d’être de simples montures, ils sont un élément indissociable de l’image victorieuse du roi.


Associés à la sphère militaire, les chevaux sont utilisés dans deux corps d’armées différents à l’époque néo-assyrienne : la charrerie et la cavalerie. Il n’est pas étonnant d’observer qu’ils sont presque omniprésents dans les reliefs dans la mesure où ceux-ci dépeignent largement les conflits armés. Ils y sont, de plus, figurés dès le début de l’empire lors du règne d’Assurnasirpal II (884-869 av. n. è.), premier roi à proposer un programme iconographique conséquent, jusqu’aux époques plus récentes des souverains Sargon II (722-705 av. n. è.) et Assurbanipal (669-627 av. n. è.). Les chevaux occupent une place importante au sein de l’imagerie néo-assyrienne : ils font partie intégrante du discours politique développé par les gouvernants dans les reliefs. La représentation de ces animaux ne semble toutefois pas dénuée de codes et c’est marqués par un grand nombre de conventions qu’ils apparaissent soutenant fidèlement l’empire.

Figure 1: Détail, vers 875-860 av. n. è., règne d’Assurnasirpal.
Photo :  M. Spruyt. British Museum, inv. : 124549

            Tels qu’ils sont représentés dans les reliefs, les chevaux utilisés par les Néo-Assyriens, légers et élancés, sont très rapidement identifiables en raison de l’accentuation de certaines de leurs caractéristiques physiques. Il s’agit principalement de chevaux de selle longilignes présentant une poitrine profonde, une longue encolure et des longs membres propulseurs (Fig. 1). Ce dernier aspect est d’autant plus important qu’il permet aux équidés de bénéficier d’une meilleure « étendue de contraction »[15]. En effet, plus les chevaux ont de longues jambes, plus ils sont rapides. Leur vitesse de déplacement est calculée en fonction de la longueur de leurs jambes et du rapport de proportion entre celles-ci et leur poids[16]. Dès lors, la figuration très accentuée de la taille des membres antérieurs et postérieurs des équidés traduit leur puissance. Ainsi, l’armée néo-assyrienne possède d’imposants chevaux doués d’une grande vitesse de déplacement assurée par une force de propulsion importante. Le recours à cette représentation parfaitement réfléchie des chevaux permet d’exprimer la capacité d’action de l’armée assyrienne sur un champ de bataille. Accompagné par des soldats montés sur de puissantes et rapides bêtes, le roi est à même de terrasser plus efficacement ses ennemis. En outre, la longueur excessive des jambes des chevaux n’est pas l’apanage des représentations d’un seul règne mais se constate à travers les reliefs datant aussi bien du début que de la fin de l’empire. La vitesse apparaît alors comme un atout majeur qu’il est nécessaire de mettre en
avant.

Figure 2: Détail, vers 875-860 av. n. è., règne d’Assurnasirpal.
Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124534.

Cette caractéristique est encore exacerbée lorsque les chevaux sont représentés dans la posture dite du « cabré allongé »[17] (Fig. 2). L’animal, jambes étendues, ne repose plus que sur les pinces[18] de ses sabots postérieurs et étend son corps dans un mouvement figurant à la fois le saut et le galop. Son élan est souligné par la courbe parfaite qu’adopte son corps depuis ses postérieurs jusqu’à la pointe de ses sabots antérieurs. Occupant la majorité de la surface de la scène, les chevaux ainsi dépeints sont au centre de la composition et du conflit. C’est dans leur vitesse et leur puissance que réside la force même de l’armée, au-delà des tactiques militaires. Plus rapides que les fantassins, les corps de cavalerie et de charrerie sont plus à même de pénétrer dans les camps adverses. Le message est alors parfaitement clair et efficace : l’armée néo-assyrienne possède des animaux solides et puissants, capables de répondre aux besoins de l’empire, ainsi qu’en témoignent les issues victorieuses des conflits armés.

Si la puissance et la gloire militaire sont le plus souvent les prérogatives d’individus virils et masculins, elles semblent toucher également les équidés à l’époque néo-assyrienne. Les chevaux utilisés par l’armée sont, si l’on en croit les reliefs, exclusivement des étalons. L’attribut de leur masculinité est régulièrement parfaitement visible et aucun doute n’est alors possible. Toutefois, il s’agit ici d’un choix délibéré de représentation. Il apparaît invraisemblable que les corps d’armée équins aient été composés exclusivement d’étalons[19], compte tenu de l’importance des pertes essuyées lors des batailles. À cela s’ajoute un manque de protection des chevaux au cours de la première moitié de l’empire. Ils n’ont été revêtus de caparaçons les protégeant des flèches et des lances qu’à partir du règne de Sennachérib (705-681 av. n. è.). De plus, au-delà des pertes rencontrées sur le champ de bataille, il est nécessaire de prendre en compte celles occasionnées par les déplacements de l’armée pendant les campagnes. Les chevaux, équidés fragiles[20], n’étaient pas ferrés ; or l’absence de cette protection pouvait occasionner des dégâts considérables à leurs sabots. Dès lors, le fait de ne représenter que des mâles dans les reliefs pourrait être motivé davantage par le discours véhiculé que par un souci de réalisme. Ainsi, lorsque le roi urartéen Sarduri II (753-735 av. n. è.) s’enfuit lors d’un combat contre l’empire néo-assyrien, son action est jugée d’autant plus honteuse qu’il a choisi une jument comme monture[21]. La permanence de la masculinité des chevaux semble donc intimement liée à l’idée de virilité et de force des hommes et des soldats.

Figure 3 : Détail, vers 875-860 av. n. è., règne d’Assurnasirpal.
 Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124556

À cela s’ajoute l’exacerbation de la musculature(Fig. 3). Lorsque l’on observe les animaux figurés en course, il apparaît justifié de figurer leurs muscles en mouvement. Mais comment comprendre l’image d’animaux en posture statique arborant de puissants muscles alors même que leur position ne requiert pas de contraction musculaire ? Ici encore, il s’agit d’un choix de représentation intentionnel destiné à servir le discours politique selon lequel l’armée n’est constituée que d’individus vaillants, qu’ils soient humains ou équins. La représentation anatomique elle-même est marquée par l’idéologie royale et le cheval est ainsi au cœur du discours politique véhiculé par les bas-reliefs en raison de sa présence centrale et de l’expression de sa puissance virile.

Au-delà des codes de représentations qui régissent les actions dans lesquelles s’inscrivent les animaux, il convient également de noter qu’il est parfaitement possible de les distinguer les uns des autres, grâce à une part non négligeable de réalisme dans la représentation. La distinction entre un cheval et un âne sauvage est rendue possible par une excellente appréciation de leurs caractères physiques et morphologiques, notamment au niveau des oreilles, plus courtes chez les chevaux, mais aussi de la queue, en tronçon chez l’âne et constituée de longs crins chez le cheval. Enfin, l’étude morphologique de la tête permet de différencier les individus asiniens au chanfrein[22] trapézoïdal des individus équins au chanfrein rectiligne (Fig. 4) . Le harnachement est également un élément majeur de la différenciation des équidés les uns par rapport aux autres. Il est en effet un marqueur de leur statut qui permet de distinguer les chevaux honorables, appartenant à la garde royale, des chevaux plus communs, utilisés par de simples soldats. Ainsi, les filets des chevaux représentés au centre de la scène de chasse à l’hémione[23] sont composés de plusieurs éléments d’une grande richesse ornementale (Fig. 4 et 5).

Figure 4 : Détail, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal.
Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124876
Figure 5: Détail, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal.
Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 12487
Figure 6 : Détail d’un char, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal.
Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124945.
 

Les chevaux portent, en guise de toupet, un frontal tressé équilibré par la présence de deux pompons situés sur les tempes. Ils arborent également une coiffe en métal surmontée d’un panache et rattachée à une têtière ornée de deux frises de motifs géométriques. Les montants de la muserolle présentent des ornements similaires, ainsi que la muserolle elle-même. Seuls les doubles montants du mors arborent un motif différent, composé de fines incisions dans le cuir. Le mors est élégamment recourbé à ses extrémités et attaché à des rênes très courtes qui reposent sur son encolure, grâce au poids de lourds pompons tombant sur la poitrine de l’animal. Les rênes sont agrémentées de nœuds facilitant la prise en main du cavalier. L’encolure de l’animal est encore décorée de deux colliers : le premier, large et de forme oblongue, est finement ouvragé de motifs floraux. Il est noué au niveau de la crinière et présente des clochettes sous la gorge du cheval. Le second collier est fin et enrichi de motifs géométriques circulaires. Une succession de pompons de petite taille est accrochée dans sa partie inférieure. Étant employés dans le corps de cavalerie, ces chevaux sont également harnachés d’une large bricole à étagement de pompons protégeant leur poitrine. Enfin, sur leur dos se trouve un tapis tressé et orné de pompons de petite taille sur les bords et dans les angles. Comparativement, les chevaux de rang élevé, employés dans un contexte de charrerie, ont le dos nu (Fig. 6 et 7); le même type de bricole leur couvre la poitrine et est lié à un joug d’encolure simplement incisé. De même, un seul collier orne la gorge de l’animal et le filet ne diffère que par l’aspect de la coiffe qui est constituée, dans une forme pyramidale très élancée, d’un assemblage de pompons.

Figure 7 : Détail d’un char, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal. Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124945
Figure 8 : Détail de la tête d’un âne, vers 645-640 av. n. è., règne d’Assurbanipal. Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124896.


Le nouage de la queue des chevaux apparaît encore comme une différence majeure dans la mesure où il nous renseigne sur la fonction de l’animal. Les crins de la queue du cheval de cavalerie sont laissés libres, parfois simplement tressés et enserrés par un anneau au milieu de leur longueur. Mais les crins des chevaux de charrerie sont systématiquement noués, dès la seconde moitié de l’empire, en une fine boucle à leur extrémité pour éviter tout accident lié à la présence de la roue du char juste derrière l’équidé. Ainsi, il apparaît que ces différences de harnachement renseignent l’observateur sur le rôle et la fonction de l’animal ainsi que sur son appartenance à une garde spécifique, telle que la garde royale.

Figure 9 : Détail d’une scène de tribut, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal. Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124937
Figure 10 : Relief dit de la Chasse aux hémiones, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal.
Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124882.

La comparaison avec d’autres types de harnachement, notamment celui des ânes, est encore plus probante. Qu’il s’agisse d’un harnachement de type complexe[24] mais ne portant aucun ornement (Fig. 8) ou plus simplement d’une corde passée autour du nez de l’animal puis savamment nouée au-dessus de son crâne (Fig. 9), le harnachement des ânes est bien moins précieux. Cet équidé, relégué au 1er millénaire avant notre ère du statut de monture royale à celui de simple animal de bât, arbore un filet de facture moyenne voire médiocre, révélatrice de son rang inférieur à celui des chevaux. Au sein même du groupe constitué par les ânes et les mules, il est possible d’identifier leur rôle. Lorsqu’ils appartiennent à l’empire, l’âne ou la mule peuvent être harnachés d’un filet complexe, qui reste sans ornement. Mais lorsqu’ils sont livrés à l’empire et font partie d’un tribut, le harnachement est plus simple et moins coûteux.


Ainsi, s’il apparaît que la comparaison des différentes espèces est probante pour comprendre la hiérarchie dans laquelle elles s’inscrivent, une observation fine des individus composant un même groupe apporte encore des renseignements sur le statut de l’animal, son appartenance et sa fonction. La hiérarchie, simple et coutumière pour l’époque, est parfaitement lisible et identifiable dans les reliefs. La représentation de chacun de ces équidés est marquée par l’idéologie politique et la hiérarchie qui régissent l’empire et toutes les fractions de la société[25]. Les Néo-Assyriens ont recours à la représentation afin de figurer et d’incarner cette différence notable de statut. Celle-ci s’observe également par la taille des animaux : dans la dernière scène du relief de la chasse à l’hémione du palais nord d’Assurbanipal (Fig. 10), où viennent s’échouer les hémiones fatigués et finalement capturés par la force humaine, l’espace est divisé en trois registres distincts. Les deux supérieurs sont occupés par des hommes menant des chevaux. Si le cheval du registre supérieur (Fig. 11) présente une taille vraisemblable comparativement à celle de l’homme qui le mène, celui du registre médian (Fig. 12) est d’une hauteur irréaliste.

Figures 11 et 12 : Détails du relief dit de la Chasse aux hémiones, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal. Photos : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124882

Ici, cette invraisemblance ne doit pas être comprise comme une erreur de la part des artisans, ni même comme une réalité, mais bien comme un discours dans le choix de la représentation. Lorsque l’on observe le harnachement de ces deux animaux, on constate que le cheval le plus grand est aussi celui qui possède le harnachement le plus riche ; il est donc d’un statut bien supérieur. Cette première distinction est encore renforcée par la confrontation avec les trois hémiones du registre inférieur (Fig. 13): deux d’entre eux sont encore libres et donc sans harnachement alors que le troisième est contraint par des cordes, enserré à la gorge. Ici, outre l’évidente opposition dans le statut et la fonction, un second niveau de lecture est envisageable. Dans ce dernier, les hémiones, encore libres et sans contraintes, peuvent être interprétés comme le reflet des populations non soumises au pouvoir du roi néo-assyrien, libres mais chassées et assaillies par la force de l’empire, devant craindre son courroux et ses velléités d’expansion territoriale. Les chevaux peuvent alors être compris comme d’anciens animaux sauvages, soumis au pouvoir centralisé de l’empire grâce auquel ils bénéficient désormais d’un important statut ainsi que d’un riche harnachement. La superposition de ces registres permet une lecture verticale de la scène qui renseigne encore sur le message politique et idéologique voulu par les rois néo-assyriens. Le cheval, devenu monture royale peu avant le 1er millénaire avant notre ère, s’oppose dans sa droiture et son statisme à la fougue et au galop libre des hémiones qui restent de courte durée car l’empire soumet ceux qui se révoltent.

Figure 13 : Détail du relief dit de la Chasse aux hémiones, vers 645-635 av. n. è., règne d’Assurbanipal.
Photo : M. Spruyt. British Museum, inv. : 124882

Conclusion :

Les reliefs néo-assyriens semblent donc être au service du pouvoir royal par la force du discours idéologique qu’ils véhiculent. Le roi renforce efficacement sa position, notamment grâce au discours symbolique important de ces images. La force même de l’empire, légitimée par une politique expansionniste, s’appuie largement sur l’armée et plus spécifiquement sur ses corps les plus rapides : la charrerie et la cavalerie. Les équidés, surtout le cheval, apparaissent alors au cœur même des stratégies de l’empire et de l’idéologie impériale autocratique. Richement harnachés dès lors qu’ils font partie de la garde royale, les chevaux participent à la gloire du souverain et, par là même, à la conservation du pouvoir et à la survivance de l’empire. Les représentations codifiées des chevaux, qui occupent le plus souvent le centre de la composition des reliefs dès le début de l’empire, insistent sur les caractères physiques des équidés : virils et musclés. Le caractère impitoyable de l’armée néo-assyrienne se trouve accentué par les reliefs qui montrent le roi victorieux et par la représentation spécifique de la posture du « cabré allongé » qui insiste sur la force de propulsion et la vitesse des équidés. Le cheval agit ici comme une sorte de prolongement de la main du roi, surplombant des ennemis de tout type, qu’ils soient animaux ou humains. Poussant les hémiones effrayés dans un galop éperdu à se jeter dans les filets néo-assyriens ou encore bondissant au-dessus de l’ennemi tombé, les chevaux sont les instruments de la puissance royale. Lorsqu’ils sautent par-dessus les corps des deux animaux puissants et redoutés de l’empire que sont le taureau, emblème de la puissance, et le lion, symbole de force et allégorie du Mal[26], ils deviennent l’incarnation physique de la victoire du roi néo-assyrien.

Bibliographie :

BACHELOT L.,

1991           La fonction politique des reliefs néo-assyriens, in Charpin D. et Joannès F. (dir.), Marchands, diplomates et empereurs, Études sur la civilisation mésopotamienne offertes à Paul Garelli, Paris, Éditions Recherche sur les Civilisations, p. 109-128.

CASSIN E.,

1981           Le roi et le lion, Revue de l’Histoire des Religions, vol. 4, p. 355-401.

CURTIS J.,

1996           Assyrian horse trappings and harness, in Alexander D. (éd.), Furusiyya, Riyadh, King Abdulaziz Public Library, p. 26-31.

FREUD S.,

1913           Totem et Tabou, Paris, Éd. Points, 2010, 309 p.      

GALLIER A.,

1919           Les équidés domestiques (le cheval, l’âne, le mulet), Paris, Doin, 374 p.

GARELLI P.,

1981           La conception de la royauté en Assyrie, in Fales F. M. (éd.), Assyrian Royal Inscriptions : New Horizons in Literary, Ideological and Historical Analysis, Orientis Antiqui Collection, vol. 17. Rome : Instituto per l’Oriente, p. 1-11.

HYLAND A.,

2003           The Horse in the Ancient World, Stroud, Sutton publ., 210 p.

NOBLE D.,

1990           Assyrian Chariotry and Cavalry, SAAB, vol. 4, p. 61-68.

PARKER B. J.,

2001           The Mechanics of Empire: The Northern Frontier of Assyria as a Case Study in Imperial Dynamics, Helsinski, The Neo-Assyrian text corpus project, 348 p.

POSTGATE J. N.,

1974 a        Royal Exercise of Justice Under the Assyrian Empire, in Garelli P. (éd.), Le palais et la royauté, Compte-rendu de la XIXe Rencontre Assyriologique Internationale, Paris 1971, p. 417-426.

1974 b        Taxation and Conscription in the Assyrian Empire, Rome, Biblical Institute Press, 444 p.

READE J.E.,

1979           Ideology and Propaganda in Assyrian Art, in Larsen M. T., Power and Propaganda, A Symposium on Ancient Empires, Copenhague, Akademisk Forlag, p. 329-343.

REINACH S.,

1925           La représentation du galop dans l’art ancien et moderne, Paris, E. Leroux Éditeur, 126 p.

SENCE G.,

2014           Les bas-reliefs des palais assyriens. Portrait de rois du 1er millénaire av. J.-C., Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 162 p.

WINTER I.,

1983           The Program of the Throneroom of Assurnasirpal II, in Harper P. O. and Pittman H., Essays on Near Eastern Art and Archaeology in Honor of Charles Kyrle Wilkinson, New York, The Metropolitan Museum, p. 15-32.

1997           Art inEmpire: the Royal Image and the Visual Dimension of Assyrian Ideology, in Parpola S. et Whiting R. M., Assyria 1995: Proceedings of the 10th Anniversary Symposium of the Neo-Assyrian Text Corpus Project, Helsinski, september 7-11, 1995, Helsinski, Neo-Assyrian Text Corpus, p. 359-381.


[1] WINTER I., 1983, p. 17.

[2] BACHELOT L., 1991, p. 109.

[3] Les tributs annuels s’ajoutent à un nombre important et fixe d’équidés élevés et rassemblés par les gouverneurs dans les différentes régions de l’empire et transportés au printemps vers la capitale, selon les besoins de l’armée. Cf. CURTIS, 1996, p. 28.

[4] Cf. notamment READE J. E., 1979.

[5] Cf. notamment, WINTER I, 1983 et 1997.

[6] SENCE G., 2014, p. 22.

[7] Le premier emploi du terme date de 1964, dans l’ouvrage de Strommerger E. et Hirmer M., Cinq millénaires d’art mésopotamien, de 5000 avant J.-C. à Alexandre le Grand, Paris, Flammarion, p. 37, ainsi que l’indique Guillaume Sence. (SENCE G., 2014, p. 22).

[8] GARELLI P., 1981, p. 10.

[9] Ainsi que l’on peut le constater lors de la chute de Sennachérib, assassiné avec l’aide et le soutien des hauts dignitaires de l’empire. Cf. BACHELOT L., 1991, p. 120.

[10] FREUD S., 1913, p. 93, trad. D. TASSEL.

[11] BACHELOT L., 1991, p. 116.

[12] BACHELOT L., 1991, p. 116, se fondant sur les travaux de S. FREUD, dans son ouvrage de 1913, Totem und Tabu.

[13] FREUD S., 1913, p. 93.

[14] CASSIN E., 1981.

[15] GALLIER A., 1919, p. 59

[16] NOBLE D., 1990, p. 63.

[17] REINACH S., 1925, p. 6.

[18] Extrémité antérieure du sabot du cheval.

[19] HYLAND A., 2003, p. 35.

[20] Comparativement aux ânes ou aux mules, dont les pieds, aujourd’hui encore, ne sont pas systématiquement ferrés, contrairement à ceux des chevaux.

[21] HYLAND A., 2003, p. 36.

[22] Partie de la tête des équidés située sur l’avant entre la ligne des yeux et les nasaux.

[23] Œuvre conservée au British Museum de Londres, numéro d’inventaire : 124876.

[24] Proche de celui des chevaux.

[25] Autant la justice que l’administration centrale et provinciale de l’empire, mais aussi toutes les activités humaines. Cf. POSTGATE J. N., 1974 a, p. 418 ; PARKER B. J., 2001, p. 250 ; et plus spécifiquement pour les chevaux, cf. POSGATE J. N., 1974 b, p. 7.

[26] CASSIN E., 1981.

“Les figurines anthropomorphes en terre cuite dans le Croissant Fertile et au Caucase entre le 10e et le 6e millénaire av. J.-C. : marqueurs culturels et témoins d’échanges” par Emmanuel Baudouin

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 1er février 2012
Article soumis en mai 2015
Article publié le 29 juin 2016

Résumé

Objets cultuels ou décoratifs, les figurines anthropomorphes retrouvées en grand nombre sur les sites du Proche-Orient ancien sont des marqueurs chrono-culturels importants. La découverte de ces mêmes objets en terre cuite dans la région du Caucase à partir du 6e millénaire permet d’émettre de nouvelles hypothèses sur les influences inter-régionales entre la Mésopotamie et le Caucase.


Le Croissant Fertile est considéré comme un foyer culturel majeur pour ses innovations techniques : apparition de l’agriculture, de la céramique, et plus tard, de l’écriture. Moins connues sont ses régions limitrophes au nord, comme celle du Caucase, qui offre pourtant, par sa position géographique, un terrain d’étude fécond, au carrefour de plusieurs civilisations. Son enclavement apparent ne correspond en rien à la réalité « expansionniste » de l’Homme du Néolithique et du Chalcolithique. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, les reliefs accidentés du Caucase et les chaînes montagneuses d’Anatolie et d’Iran ne sont en rien des obstacles pour l’Homme : de nombreux restes matériels témoignent des influences entre ces deux aires géographiques.

Les figurines anthropomorphes en terre cuite sont à ce titre représentatives de ces échanges et de ces influences culturelles. Leur étude stylistique des figurines anthropomorphes en terre cuite offre en effet une approche originale pour tenter d’expliquer les relations qui ont pu exister entre le Croissant Fertile et le Caucase entre le 10e et le 6e millénaire.

            Le Croissant Fertile regroupe la Syrie du Nord, le sud-est de la Turquie, l’Iraq et la frange ouest de l’Iran. Au nord et à l’est, les montagnes du Taurus (Turquie) et du Zagros (Iran) enserrent une zone steppique, bordant la plaine mésopotamienne au centre de laquelle s’écoulent le Tigre et l’Euphrate. Les pluies abondantes des piémonts laissent très vite place à une aridité marquée, qui s’accentue à mesure que l’on se déplace vers le sud-est. Les chaînes du Taurus et du Zagros ont un relief peu escarpé et comportent de nombreux plateaux. Elles ne constituent pas un véritable obstacle naturel et ces dernières ont pu permettre des mouvements migratoires de l’Homme en quête de nouveaux territoires.

La région du Caucase1 possède un relief accidenté et hétérogène (Fig. 1). Au nord, les montagnes du Grand Caucase culminent à plus de 5600 m d’altitude, avec des escarpements très marqués et, pour seuls axes de communication avec le nord, les zones côtières de la mer Noire à l’ouest et de la mer Caspienne à l’est. Au sud, la chaîne du Petit Caucase, moins abrupte, domine de nombreux plateaux culminant à plus de 1500 m d’altitude. Entre ces deux chaînes montagneuses se développe, à l’ouest, le long de la mer Noire, une vaste plaine côtière où le climat est subtropical, alors qu’à l’est, la dépression de la Caspienne, étendue steppique, connaît un climat aride où les pluies sont faibles. Dès lors, le Caucase se présente comme une région cloisonnée et enclavée où les montagnes forment a priori de véritables obstacles naturels à la circulation des populations.

Entre la fin du 10e et le 6e millénaire se succèdent de nombreuses cultures bien distinctes dans ces deux régions (Fig. 2, 3 et 5).

L’un des bouleversements majeurs au PPNA est l’apparition – à la toute fin du 10e millénaire – de la première domestication végétale en Anatolie. Ce phénomène se propagera très rapidement durant le PPNB dans le Croissant Fertile vers les piémonts du Zagros et la région du Levant et gagnera ainsi tout le Proche-Orient en l’espace d’un millénaire. Parallèlement, la sédentarisation des populations connaît un développement important : la période allant du milieu du 7e millénaire au début du 4e est caractérisée dans le Croissant Fertile par l’essor des villages, et l’on voit apparaître une multitude d’agglomérations dans des régions où l’agriculture n’est possible qu’avec la pratique de l’irrigation. Se succèdent alors les cultures d’Umm Dabaghiyah-Sotto (première moitié du 7e millénaire) de Hassuna (de la fin du 7e millénaire au début du 6e), de Samarra (de la fin du 7e millénaire au milieu du 6e), de Halaf (6e millénaire), d’Obeid (apparue à la fin du 7e millénaire dans le sud mésopotamien, jusqu’au début du 4e millénaire dans toute la Mésopotamie). Chacune de ces cultures possède sa propre identité matérielle et sociale. À titre d’exemple, la culture de Halaf avec une architecture mixte – circulaire et rectangulaire – se différencie de la culture d’Obeid caractérisée par son architecture rectangulaire tripartite. Les sociétés, d’apparence égalitaires aux 7e et 6e millénaires, se transforment rapidement au profit de sociétés plus hiérarchisées à partir du 5e millénaire.

Dans les piémonts du Zagros, dès la seconde moitié du 8e millénaire, apparaît la culture de Jarmo, à laquelle succèderont les cultures de Mohammed Jaffar (de la fin du 8e millénaire au milieu du 7e), d’Ali Kosh (milieu du 7e millénaire) et celle de Sefid (de la fin du 7e millénaire au début du 6e).

Les données restent à l’heure actuelle plus ténues pour le Caucase. Les fouilles soviétiques du XXe siècle, publiées en russe, et l’isolement politique auquel a fait face la région jusqu’en 1991 ont longtemps été un frein à la connaissance de ce territoire. Alors que la Mésopotamie offre à l’heure actuelle une richesse documentaire remarquable pour le Néolithique et le Chalcolithique, les recherches sur les cultures caucasiennes de cette période n’en sont pas au même « degré » de connaissance. Cependant, les recherches soviétiques ont mis en évidence l’existence d’une culture unique au 6e millénaire, qui est celle de Shulaveri-Shomu, attestée le long de la Kura et reconnaissable à son architecture circulaire.

Cette étude s’appuie sur un corpus d’environ 140 figurines. Loin d’être exhaustif, il est cependant représentatif. Ce panel permet de mettre en évidence des caractéristiques culturelles et des changements stylistiques au cours du temps. Chaque culture sera abordée au travers d’un ou plusieurs exemples, où seront définis les éléments morphologiques et décoratifs caractéristiques.

Ce n’est qu’à partir de ces éléments que nous pourrons émettre des hypothèses sur les relations culturelles entre ces différentes régions, et ainsi définir la teneur de ces relations (mouvements de population, commerciales, échanges de savoir-faire).

Les premières figurines anthropomorphes en terre cuite retrouvées au Proche-Orient datent de la toute fin du 10e millénaire (PPNA), dans la région du Haut-Tigre et du Moyen-Euphrate syrien.

L’une d’elles, retrouvée sur le site de Mureybet dans le Moyen Euphrate syrien, est une figurine féminine debout, les jambes jointes, dont la tête est manquante2. Les détails anatomiques sont très marqués, avec les bras ramenés sous la poitrine, mais ils restent schématiques : les bras sont trop courts et le sexe à peine esquissé par trois traits incisés. À l’instar des autres figurines du PPNA, elle ne porte pas de décor.

            Cette première tentative nord-mésopotamienne connaîtra un franc succès dans les régions environnantes dès le 9e millénaire (PPNB), même si la position dressée de la figurine n’aura pas de postérité.

C’est au PPNB en effet qu’apparaissent au Levant et en Anatolie les premières figurines anthropomorphes en terre cuite.

Sur le site d’Aswad au Levant (Transition PPNA-PPNB ancien, niveau IB ou II), les figurines sont toutes en position assise3 et, tradition peut-être héritée de la Mésopotamie du Nord, les bras sont ramenés sous une poitrine opulente.

En revanche, le sud anatolien semble prendre une autre voie : sur le site de Çafer Höyük4 ou encore sur celui de Cayönü5, les figurines restent très schématiques, anguleuses, sans détails anatomiques. Cette particularité régionale sera encore présente au moins jusqu’à la fin du PPNB (7e millénaire). Aucune des figurines du PPNB ne porte de décor.

            Ainsi donc, alors que les figurines levantines semblent hériter d’une tradition stylistique nord-mésopotamienne, avec des formes marquées aux détails anatomiques encore maladroits, l’Anatolie prend la voie du « schématisme », avec des figurines que seule leur silhouette permet d’identifier comme « anthropomorphes ».

Durant la seconde moitié du 8e millénaire apparaissent les premières figurines en Djézireh orientale, attribuables à la culture de Jarmo (Fig. 5a et 5b). Ce phénomène est le signe d’une nouvelle expansion de la production des figurines alors que parallèlement leur production ne cesse de s’intensifier en Mésopotamie septentrionale.

Ainsi, à Tell Seker al-Aheimar, les archéologues japonais ont retrouvé une figurine féminine datant du 7e millénaire6, assise en tailleur, les bras ramenés sur les jambes. La partie sommitale, soigneusement travaillée, laisse apparaître des yeux en grain de café, un nez finement modelé et une bouche incisée. À la même période, d’autres figurines témoignent d’un réalisme marqué, par exemple à Jarmo7 et à Hacilar8, alors que la forme « cobra-shaped » apparaît dans les piémonts du Zagros comme, à Choga Sefid9 et à Choga Bonut. Sa forme schématique caractérisée par une base évasée et un corps tronconique laisse deviner une tête – une simple excroissance – alors que les bras sont remplacés par un renflement qui lui donne ainsi l’allure du cobra, reconnaissable par l’élargissement de son cou.

C’est au 7e millénaire qu’apparaissent les premières traces de décors peints sur les figurines anthropomorphes. L’un des plus anciens exemples connus est la figurine de Tell Seker al-Aheimar, où le visage est peint en noir alors que certains détails anatomiques sont rehaussés de peinture rouge comme les yeux, les lèvres et les cheveux10. On peut également citer les décors incisés sur certaines figurines du Zagros de type « cobra-shaped » de Choga Sefid dans la région du Deh Luran11.

            Le réalisme de certaines figurines des piémonts du Zagros témoigne peut-être de l’influence de la Mésopotamie septentrionale sur cette région à la fin du 8e millénaire, d’autant que d’autres traits stylistiques, comme l’apparition du décor pictural, vont dans le même sens. Cependant, les figurines de type « cobra-shaped », exclusivement présentes dans cette région, semblent être la marque d’une certaine autonomie.

Au début du 7e millénaire, en Haute Mésopotamie, la culture d’Umm Dabaghiyah-Sotto produit des figurines anthropomorphes comparables à celles des cultures d’Ali Kosh et de Mohammed Jaffar (piémonts du Zagros) (Fig. 5a).

Sur le site d’Umm Dabaghiyah ont été retrouvées des figurines assises dont les jambes, tendues vers l’avant, restent très schématiques : le seul détail anatomique est une incision circulaire marquant le départ des pieds12. Ce détail stylistique se retrouve sur le site de Tepe Sarab au Zagros au début du 6e millénaire13.

Le décor peint et incisé perdure durant cette période : les figurines de Tepe Sarab arborent un décor de petites incisions longilignes et circulaires matérialisant peut-être un vêtement traditionnel. Ces détails dénotent le soin particulier apporté pour leur fabrication. Il en est de même pour l’une des figurines d’Umm Dabaghiyah14 avec un décor peint de pointillés disposés de manière verticale sur toute la partie arrière de la figurine.

L’accentuation au 7e millénaire des ressemblances stylistiques entre les figurines de Djézireh et celles des piémonts du Zagros renforce l’idée d’une influence du nord de la Mésopotamie sur la région du Zagros.

A la fin du 7e millénaire et au début du 6e, les cultures de Hassuna et de Samarra, caractéristiques du nord-est du Croissant Fertile, ont des faciès culturels typiques hérités vraisemblablement de la culture d’Umm Dabaghiyah-Sotto.

Les figurines de Tell Songor A15 sont en position assise, les bras ramenés sous une poitrine recouverte de pastilles d’argile. Leur visage est anguleux et présente de nombreux détails anatomiques très spécifiques de la période, comme les yeux en grain de café ou un nez protubérant.

Certains éléments corporels, comme le cou, les épaules ou quelquefois la partie inférieure du corps, sont ornés de petites pastilles d’argile, comme sur les figurines de Tell es-Sawwan16. Ces motifs appliqués peuvent être remplacés par un décor peint similaire comme à Choga Mami17 ou encore par un décor incisé de lignes horizontales ou verticales comme à Tell Songor A18 à la manière des figurines halafiennes (voir ci-dessous).

Ces deux cultures possèdent une identité culturelle forte : la position du corps associée à l’apparition du décor appliqué – auparavant inconnu – permet d’identifier sans difficulté une figurine de l’époque du Hassuna/Samarra. Comme nous le verrons par la suite, ce décor appliqué est l’un des témoins de l’influence du nord de la Mésopotamie sur les régions situées plus au sud à partir du 6e millénaire.

Au 6e millénaire, la culture de Halaf, en Mésopotamie du Nord, voit naître un type de figurine tout à fait caractéristique.

Il s’agit de figurines féminines à la poitrine volumineuse soigneusement modelée, sous laquelle sont ramenés les bras. C’est le cas des figurines de Tell Halaf, représentées assises, les jambes légèrement repliées sur le corps ; leur tête est systématiquement schématique, symbolisée par une excroissance19.

Très souvent, ces figurines possèdent un décor, qui peut être peint comme sur le site de Chagar Bazar20 ou incisé comme à Tell Sabi Abyad, dans la tradition héritée des cultures précédentes. Ce décor se résume à des lignes verticales ou horizontales qui peuvent être présentes sur tout le corps.

            Les figurines de la culture de Halaf semblent s’inscrire dans une tradition régionale remontant au 9e millénaire : les formes volumineuses et la position générale du buste rappellent les figurines de Tell Aswad au 9e millénaire, même si elles s’en distinguent par l’utilisation d’un décor peint ou incisé.

            Dès le milieu du 6e millénaire, les cultures se développant en Djézireh et dans les piémonts du Zagros semblent avoir influencé stylistiquement la culture d’Obeid, florissante en Mésopotamie du Sud.

À l’instar des figurines retrouvées à Choga Bonut ou à Choga Sefid, les figurines du début de la période d’Obeid sont représentées en position debout. C’est le cas de l’une des figurines d’Ur21, datée de la fin du 6e millénaire : la tête, finement modelée, rappelle celle d’un serpent (d’où son nom de figurine « ophidienne ») avec des yeux allongés en grain de café et un crâne exagérément allongé. Les épaules, anguleuses, sont prolongées par des bras assez fins, ramenés sous une poitrine à peine esquissée. Le personnage semble tenir dans ses bras un enfant modelé avec grand soin. Le bas du corps est quant à lui cylindrique et le sexe est marqué par une série d’incisions représentant le triangle pubien.

Les figurines obeidiennes possèdent un décor riche, localisé principalement sur le buste. Il peut être soit peint, avec un décor de pointillés et de traits en diagonale sur le torse et sur le dos comme à Tell el-Oueili22, soit appliqué sous la forme de petites pastilles d’argile comme sur la figurine d’Ur, à la manière des figurines du Hassuna et du Samarra.

Les influences sont multiples : la position debout, assez rare en Mésopotamie, est certainement héritée des piémonts du Zagros dans la lignée du type « cobra-shaped » du 7e millénaire. Cette position perdurera au moins jusqu’à la fin du 6e millénaire23. Le décor peint ou appliqué est hérité quant à lui de la culture du Hassuna et du Samarra.

Les plus anciens exemples de figurines anthropomorphes en terre cuite connus dans le Caucase datent du 6e millénaire et appartiennent à la culture de Shulaveri-Shomu24. Si les contextes de découvertes sont inconnus, les figurines semblent pouvoir être toutes attribuées à la phase récente de l’occupation de Shulaveri-Shomu25. À la même période, au nord du Croissant Fertile, c’est la culture de Halaf qui fleurit.

Il est possible de discerner trois types différents de figurines en terre cuite :

1) les figurines assises, les jambes jointes et tendues vers l’avant : on possède deux exemples, l’un retrouvé à Gargalar Tepesi26 et l’autre à Aruchlo27. Dans les deux cas, la figurine ne possède aucun détail anatomique marqué. Le buste est cylindrique, les bras absents. Les jambes sont tendues vers l’avant, jointes, et sont séparées par une légère incision longitudinale montant jusqu’à l’emplacement supposé du sexe qui n’est pas matérialisé. La schématisation des formes contraste avec le foisonnement du décor, comme nous pouvons l’observer sur la figurine de Gargalar Tepesi : de petites encoches faites avant la cuisson couvrent l’intégralité du corps. A Aruchlo, seul le buste est décoré de petites encoches ;

2) les figurines assises, les jambes écartées vers l’avant : l’unique figurine, retrouvée à Shulaveri Gora28, ne possède aucun détail anatomique. Le buste est cylindrique, sans bras, et les jambes sont modelées à partir de deux boudins d’argile. Le décor, foisonnant, présente une multitude de lignes horizontales et diagonales incisées sur les jambes et le buste ;

3) les figurines assises, les jambes repliées vers l’avant : les détails anatomiques sont plus marqués, avec une poitrine opulente, un crâne allongé et des jambes repliées sous la poitrine à la manière des figurines halafiennes. Les bras ne sont pas matérialisés. Les deux seuls exemples connus proviennent de Khramis Didi Gora29. Ce type de figurine est marqué par une absence de décor.

La diversité des formes et la paucité de ces figurines rendent délicate l’élaboration d’hypothèses sur les influences culturelles qui ont pu toucher cette région, d’autant que le contexte de découverte est souvent inconnu.

            À la suite de cette analyse stylistique, plusieurs hypothèses peuvent être établies sur les relations qui ont pu exister entre le Croissant Fertile et le Caucase (Fig. 4). Si l’on peut établir un parallèle stylistique entre les cultures d’Anatolie ou des piémonts du Zagros et celle de Shulaveri-Shomu dans le Caucase, il est néanmoins difficile d’y voir une influence directe compte tenu du décalage chronologique très important de près de trois millénaires qui existe entre ces cultures. En revanche, une acculturation lente est envisageable entre les cultures syro-mésopotamiennes et la culture de Shulaveri-Shomu durant le 6e millénaire.

La figurine de Gargalar Tepesi possède les mêmes caractéristiques que celle de Çafer Höyük en Turquie30. Ces deux figurines sont en position assise, les jambes tendues vers l’avant, avec une tête schématique symbolisée par une excroissance. La seule différence stylistique réside dans la présence d’un décor incisé de petites encoches à Gargalar Tepesi, absent à Çafer Höyük.

Un décor identique recouvre la totalité du corps de l’une des figurines de Tepe Sarab31, datée du début du 6e millénaire : elle a les jambes tendues vers l’avant et une tête schématique, plus allongée que celle de Gargalar Tepesi.

Les comparaisons stylistiques permettent a priori d’émettre ici l’hypothèse de relations entre le Caucase et l’Anatolie ou le Zagros. En l’état actuel des connaissances, l’intervalle chronologique important entre les cultures du PPNB ancien d’Anatolie et celle de Shulaveri-Shomu permet d’écarter l’hypothèse de relations entre le Caucase et l’Anatolie. En revanche, l’existence de relations entre le Zagros et le Caucase est envisageable. Cependant, des comparaisons stylistiques ne suffisent pas à prouver l’existence de relations culturelles entre deux régions.

La présence de pierres rainurées dans tout le Proche-Orient et dans le Caucase fournit un argument en faveur d’une acculturation lente des populations caucasiennes au 6e millénaire. Ces objets taillés dans des pierres dures pourraient être en lien avec une activité de chasse, comme invitent à le penser les exemples ethnologiques. Elles pourraient avoir servi à polir et/ou à « redresser » les pointes de flèche32. Il existe deux formes de pierres rainurées : la première possède des rainures parallèles à l’axe longitudinal de la pierre (pierres à rainures longitudinales), la seconde des rainures perpendiculaires à cet axe (pierres à rainures transversales).

Ces objets se trouvent en abondance sur les sites du Néolithique pré-céramique (PPNA et PPNB), notamment en Anatolie, mais également sur les sites au Levant et dans le Zagros au 7e millénaire33. Les pierres à rainures longitudinales ont été retrouvées au Levant, en Anatolie du Sud et en Mésopotamie du Nord. À l’inverse, les pierres à rainures transversales n’ont été retrouvées que dans la frange orientale du Proche-Orient, dans les piémonts du Zagros, comme à Ali Kosh à la fin du 7e millénaire34 ou à Hajji Firuz au sud du Lac d’Ourmia35 au milieu du 6e millénaire.

Or, on retrouve des pierres à rainures transversales dans le Caucase au 6e millénaire à Aratashen dans la vallée de l’Araxe et à Imris Gora dans la vallée de la Kura36.

            Ces données renforcent l’hypothèse de l’existence de relations culturelles entre les piémonts du Zagros et le Caucase dès le début du 6e millénaire. On peut supposer que des échanges de savoir-faire ou d’artefacts aient entraîné une acculturation lente des populations caucasiennes. Cette hypothèse, en cours d’étude, devra être vérifiée dans d’autres domaines tels que l’architecture37.

La possibilité d’une acculturation lente des populations du Caucase n’exclut pas l’existence d’échanges entre celles-ci et la Haute-Mésopotamie au milieu du 6e millénaire.

Certaines figurines, comme celles retrouvées sur le site de Khramis Didi Gora38, datées du 6e millénaire, possèdent des ressemblances avec les figurines du Halaf en Mésopotamie du Nord. Ces dernières, tout comme celles du Caucase, sont représentées avec une tête schématique, longiligne, sans aucun détail anatomique. En revanche, le décor peint caractéristique des figurines halafiennes est absent des figurines caucasiennes.

            D’autres éléments laissent présumer l’existence de relations entre la culture de Halaf et les cultures caucasiennes, en particulier la présence sur certains sites du Caucase, comme à Aratashen, de tessons Halaf. La question est alors d’en expliquer la présence : existence de populations halafiennes sur les sites du Caucase ? Extension de la culture de Halaf jusque dans la région du Caucase ? Échanges de savoir-faire entre des populations mésopotamiennes et des populations caucasiennes ? Échanges de produits finis entre les deux régions ?

            On perçoit ici les limites de l’étude stylistique. Alors que des relations sont attestées par la présence de matériel halafien dans le Caucase, l’étude des figurines ne suffit pas à elle seule à mettre en évidence d’éventuelles influences. Le croisement de données archéologiques est important lorsque cela est possible.

            Le manque de données concernant le Caucase est un handicap important si l’on veut comprendre les relations qui ont pu exister avec la Haute-Mésopotamie et les piémonts du Zagros. Ce bref aperçu des rapprochements stylistiques que l’on peut établir entre ces deux régions en est la preuve.

            Au 8e millénaire, le sud de l’Anatolie et le Levant ont été influencés par la Mésopotamie du Nord. Dès le 7e millénaire, celle-ci va aussi fortement influencer les piémonts du Zagros (Fig. 2). Ce phénomène d’influence ne cessera de s’accentuer jusqu’au début du 6e millénaire.

Le 6e millénaire marque un tournant dans la production des figurines. On observe dans la partie sud du Croissant Fertile une diversité importante, reflet d’« identités culturelles » fortes. La culture d’Obeid, en Mésopotamie du Sud, est influencée stylistiquement à la fois par le Hassuna et le Samarra, avec son décor peint de points sur les épaules – et par les cultures des piémonts du Zagros avec le type « cobra-shaped » (Fig. 3).

S’il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur les relations culturelles entre le Croissant Fertile et le Caucase, les diverses hypothèses que l’on peut émettre tendent à montrer que la région des piémonts du Zagros a joué un rôle moteur dans les relations entre ces deux régions (Fig. 4), comme l’atteste la présence de pierres rainurées, tantôt à rainures longitudinales (Levant, Anatolie du Sud et Mésopotamie du Nord), tantôt à rainures transversales (piémonts du Zagros, Caucase).

La chaîne du Taurus, qui ne constitue pas a priori un obstacle naturel, semble pourtant représenter une barrière culturelle entre la Syro-Mésopotamie et le Caucase. La vaste région des plateaux anatoliens, occupée par des populations transhumantes, contraste fortement avec le mode de vie sédentaire des populations du bassin syro-mésopotamien et des vallées de la Kura et de l’Araxe. Les données archéologiques concernant l’implantation de populations sur les plateaux anatoliens pendant le Néolithique et le Chalcolithique sont à l’heure actuelle très lacunaires. La poursuite des recherches dans cette région permettra certainement d’apporter des informations capitales sur les relations entre la Syro-Mésopotamie et le Caucase.

            Le rôle des piémonts du Zagros dans les échanges culturels entre le Croissant Fertile et le Caucase que nous avons pu mettre en évidence tend donc à prouver que les figurines anthropomorphes sont d’importants marqueurs des relations culturelles qui ont pu exister entre ces différentes populations pendant les quatre millénaires étudiés.

Cette analyse constitue une première étape qu’il conviendrait de confirmer par une étude technique des objets, notamment une analyse des matériaux afin de déterminer si les échanges sont d’ordre technique, commercial ou s’ils concernent des mouvements de population. Il sera également indispensable, pour avoir une vision générale des relations culturelles, d’élargir l’étude à d’autres vestiges matériels, par exemple les pierres rainurées ou l’architecture. Ce n’est qu’à l’issue de ce travail qu’il sera possible de déterminer avec plus de précision la teneur des relations culturelles entre la Mésopotamie et le Caucase.


Figure 1. Carte générale du Proche-Orient et du Caucase avec les sites mentionnés dans le texte et, en vert, le "Croissant Fertile"
Figure 1. Carte générale du Proche-Orient et du Caucase avec les sites mentionnés dans le texte et, en vert, le “Croissant Fertile”

Figure 2. Carte de répartition des figurines anthropomorphes en terre cuite et les influences stylistiques du 10e au 7e millénaire.

Figure 3. Carte de répartition des figurines anthropomorphes en terre cuite et les influences stylistiques au 6e millénaire.
Figure 3. Carte de répartition des figurines anthropomorphes en terre cuite et les influences stylistiques au 6e millénaire.

4
Figure 4. Carte représentant les relations culturelles possibles entre le Croissant Fertile et le Caucase entre le 9e et le 6e millénaire.

Figure 5a. Tableau chronologique des sites mentionnés (en rouge les datations C14 incertaines et, avec un « * », les datations C14 (pour les références bibliographiques voir figure 5b).
Figure 5a. Tableau chronologique des sites mentionnés (en rouge les datations C14 incertaines et, avec un « * », les datations C14 (pour les références bibliographiques voir figure 5b).

Figure 5b. Références bibliographiques pour les datations C14 utilisées dans le tableau de la figure 5a.
Figure 5b. Références bibliographiques pour les datations C14 utilisées dans le tableau de la figure 5a.


TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 : Carte générale du Proche-Orient et du Caucase avec les sites mentionnés dans le texte et en vert le ” Croissant Fertile “.

Figure 2 : Carte de répartition des figurines anthropomorphes en terre cuite et les influences stylistiques du 10e au 7e millénaire.

Figure 3 : Carte de répartition des figurines anthropomorphes en terre cuite et les influences stylistiques au 6e millénaire.

Figure 4 : Carte représentant les relations culturelles possibles entre le Croissant Fertile et le Caucase entre le 9e et le 6e millénaire.

Figure 5a : Tableau chronologique des sites mentionnés (en rouge les datations C14 incertaines, et avec un « * » les datations C14 (pour les références bibliographiques voir figure 5b).

Figure 5b : Références bibliographiques pour les datations C14 utilisées dans le tableau de la figure 5a


BIBLIOGRAPHIE

AKKERMANS 1996
AKKERMANS Peter M.M.G., Tell Sabi Abyad, the late neolithic settlement, Istanbul : Nederlands historisch-archaeologisch Instituut, 1996.

AKKERMANS 1997
AKKERMANS Peter M.M.G., « Old and New perspectives on the Origins of the Halaf Culture », in ROUAULT Olivier et WAFLER Markus (éds.), La Djéziré et l’Euphrate syriens de la Protohistoire à la fin du second millénaire av. J.-C., Paris : ERC, 1997, p. 55-68.

AKKERMANS et al. 2006
AKKERMANS Peter M.M.G., CAPPERS René, CAVALLO Chiara, NIEUWENHUYSE Olivier, NILHAMN Bonnie et OTTE Iris N., « Investigating the early Pottery Neolithic of northern Syria : New evidence from Tell Sabi Abyad », American Journal of Archaeology, 110, 2006, p. 123-156.

ALIZADEH 2003
ALIZADEH Abbas, Excavations at the prehistoric mound of Chogha Bonut, Khuzestan, Iran : seasons 1976/77, 1977/78, and 1996, Chicago : Oriental Institute of the University Chicago, 2003.

ARAZOVA 1972
ARAZOVA Roza B., MAKHMUDOV Fikret R. et NARIMANOV Ideal G., « Eneolitischeskoe poselenie Gargalar Tepesi », Arkheologicheskie Otkrytija, 1972, p. 478-479.

ARIMURA et al. 2010
ARIMURA Makoto, BADALYAN Ruben, GASPARYAN Boris et CHATAIGNER Christine, « Current Neolithic Research in Armenia », Neo-Lithics, 1/10, 2010, p. 77-85.

BADALYEN et al. 2007
BADALYAN Ruben, LOMBARD Pierre, AVESTISYAN Pavel, CHATAIGNER Christine, CHABOT Jacques, VILA Emmanuelle, HOVSERPYAN Roman, WILLCOX Georges et PESSIN Hugues, « New Data on the Late Prehistoric of the Southern Caucasus. The Excavations at Aratashen (Armenia): Preliminary Report », in LYONNET Bertille (éd.), Les cultures du Caucase (VIe-IIIe millénaires avant notre ère). Leurs relations avec le Proche-Orient, Paris : CNRS Éditions, 2007, p. 37-61.

BAUDOUIN à paraître
BAUDOUIN Emmanuel, « Rapport préliminaire sur les techniques architecturales à Mentesh Tepe (Azerbaïdjan) », Archäologie in Iran und Turan, à paraître.

BRAIDWOOD 1960
BRAIDWOOD Robert, « Seeking the world’s first farmers in Persian Kurdistan : a full-scale investigation of Prehistoric sites near Kernanshash », The Illustrated London News, 1960, p. 695-697.

BRAIDWOOD 1983
BRAIDWOOD Robert, Prehistoric Archeology Along the Zagros Flanks, Chicago : Oriental Institue of the University of Chicago, 1983.

BURCHULADZE, GEDEVANISHVILI et TOGONIDZE 1976
BURCHULADZE A.A., GEDEVANISHVILI L.D. et TOGONIDZE G.I., « Tbilisi radiocarbon dates III », Radiocarbon, 18/3, 1976, p. 355-361.

CAMPBELL 2007
CAMPBELL Stuart, « Rethinking Halaf Chronologies », Paléorient, 33.1, 2007, p. 103-136.

CAUVIN 1977
CAUVIN Jacques, « Les fouilles de Mureybet (1971-1974) : leur signification pour les origines de la sédentarisation au Proche-Orient », Annual of the American Schools of Oriental Research, 44, 1977, p. 19-48.

CAUVIN 1978
CAUVIN Jacques, Les premiers villages de Syrie-Palestine du IXème au VIIème millénaire avant J.-C., Lyon : Maison de l’Orient, 1978.

CAUVIN et al. 1999
CAUVIN Jacques, AURENCHE Olivier, CAUVIN Marie-Claire et BALKAN-ATLI Nur, « The Pre-Pottery Site of Çafer Höyük », in OZDOGAN Mehmet, BASGELEN Nezih et KUNIHOLM Peter (éds.), Neolithic in Turkey : the Cradle of Civilization – New Discoveries, Istanbul : Arkeoloji ve sanat yayinlari, 1999, vol. 2, p. 87-103.

CHATAIGNER 1995
CHATAIGNER Christine, La Transcaucasie au Néolithique et au Chalcolithique, Oxford : Tempus reparatum, 1995.

CHELIDZE 1979
CHELIDZE L. M., « Chelidze, Orudija truda eneoliticheskogo poselenija Aruklo I », Materialy po Arkheologii Gruzii i Kavkaza, VII, 1979, p. 19-31.

CHYBINISHVILI et CHELIDZE 1978
CHUBINISHVILI T.N. et CHELIDZE L.M., « K voprosu o nekotorykh opredeljajuschikh priznakakh rannezemledel’cheskoj kul’tury VI-IV tys. do. n.e. », Izvestija Akademii Nauk Gruzinskoj SSR, 1, 1978, p. 1-66.

CONTENSON 1972
CONTENSON Henry de, « Tell Aswad. Fouilles de 1971 », Annales Archéologiques Arabes Syriennes, 22, 1972, p. 75-84.

CONTENSON 1973
CONTENSON Henry de, « Chronologie absolue de Tell Aswad », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 70, 1973, p. 253-255.

CROUCHER 2010
CROUCHER Karina, « Figuring out identity : the body and identity in the Ubaid », in CARTER R.A. et PHILIP G. (éds.), Beyond the Ubaid: Transformation and integration in the Late Prehistoric Societies of the Middle East, actes d’un atelier international (The Ubaid expansion? Cultural meaning, identity and the lead-up to urbanism, Durham, University of Durham, Grey College, 20-22 avril 2006), Chicago : Oriental Institute of the University of Chicago, 2010, p. 113-124.

DAEMS 2010
DAEMS, Aurélie, « A Snake in the Grass : Reassessing the ever-intriguing Ophidian figurines », in CARTER R.A. et PHILIP G. (éds.), Beyond the Ubaid: Transformation and integration in the Late Prehistoric Societies of the Middle East, actes d’un atelier international (The Ubaid expansion? Cultural meaning, identity and the lead-up to urbanism, Durham, University of Durham, Grey College, 20-22 avril 2006), Chicago : Oriental Institute of the University of Chicago, 2010, p. 149-162.

DOLUKHANOV, SEMENTSOV et ROMANOV 1969
DOLUKHANOV Pavel M., SEMENTSOV A.A. et ROMANOV E.N., « Radiouglerodnye daty laboratorii LOIA », Sovetskaja Arkheologija, 1, p. 251-262.

DZHAPARIDZDE 1975
DZHAPARIDZDE Otar M., Otchët Kvemo Kartlijskoj arkheologicheskoj ekspedisii (1965-1971 gg) [Rapport de la mission archéologique de Kvemo-Kartli (1965-1971)], Tbilissi : Mecniereba, 1975.

DZHAPARIDZE et DZHAVAKHISHVILI 1971
DZHAPARIDZE Otar M. et DZHAVAKHISHVILI Aleksandrovich Ivan, Kul’tura drevnejshego zemledel’cheskogo naselenija na territorii Gruzii, Tbilissi, 1971.

DZHAVAKHISHVILI et KIGURADZE 1984
DZHAVAKHISHVILI Aleksandrovich Ivan et KIGURADZE Tamaz N., « Néolithique – Premiers Agriculteurs de l’Europe », Dossiers/Histoire et Archéologie, 88, novembre 1984, p. 24-31.

FOREST 1996
FOREST Jean-Daniel, Mésopotamie : L’apparition de l’Etat – VIIe – IIIe Millénaires, Paris : Méditerranée, 1996.

GARFINKEL et MILLER 2002
GARFINKEL Yosef et MILLER Michele A., Sha’ar Hagolan 1 : Neolithic art in context, Oxford : Oxbow books, 2002.

GORIDZE 1979
GORIDZE A.D., « Zhivoj relikt kul’turnoj pshenitsy », Izvestija Akademii Nauk Gruzinskoj SSR, 99, 1979.

HAMON 2008
HAMON Caroline, « From Neolithic to Chalcolithic in the Southern Caucasus: Economy and Macrolithic Implements from Shulaveri-Shomu Sites of Kvemo-Kartli (Georgia) », Paléorient 34-2, 2008, p. 85-135.

HANSEN et al. 2009
HANSEN Svend, MIRTSKHULAVA Guram et BASTET-LAMPRICHS Katrin, « Aruchlo: a Neolithic Settlement Mound in the Republic of Georgia », in Collectif, Azerbaijan – Land between East and West. Transfer of kwnowledge and technology during the « First Globalization » of the VIIth-IVth millenium BC », actes du congrès international (Baku, 1-3 avril 2009), Berlin : German Archaeological Institute Berlin, Eurasian Department, 2009, p. 19-25.

HOLE 1977
HOLE Frank, Studies in the archaeological history of the Deh Luran Plain : the excavation of Chagha Sefid, Ann Arbor : University of Michigan, 1977.

HOLE 1983
HOLE Frank, « Chronologies in Iranian Neolithic », in AURENCHE Olivier, EVIN Jacques et HOURS Francis (éds.), Chronologies du Proche-Orient/ Chronologies in the Near East : Relative Chronologies and Absolute Chronology 16,000-4,000 B.P., C.N.R.S. International Symposium, Lyon (France), 24-28 November 1986, Lyon et Oxford : Maison de l’Orient Méditerranéen/BAR International Series, 1983, p. 353-379.

HOLE, NEELY et FLANNERY 1969
HOLE Franck, NEELY James A. et FLANNERY Kent V., Prehistory and human ecology of the Deh Luran plain, Ann Arbor : University of Michigan, 1969.

HOURS et al. 1994
HOURS Francis, AURENCHE Olivier, CAUVIN Jacques et LOMBARD Pierre, Atlas des sites du Proche Orient (14000-5700 BP), Lyon et Paris : Maison de l’Orient méditerranéen/De Boccard, 1994.

HUOT 1996
HUOT Jean-Louis, Oueili : travaux de 1987 et 1989, Paris : Recherches sur les civilisations, 1996.

IPPOLITONI STRIKA 1998
IPPOLITONI STRIKA Fiorella, « Clay Human Figurines with Applied Decoration from Tell es-Sawwan », Mesopotamia, 33, 1998, p. 7-21.

KAMADA et OHTSU 1995
KAMADA Hiroko et OHTSU Tadahiko, « Fourth Report on the Excavations at Tell Songor A: Samarra Period », Al-Rafidan, 1995 p. 275-366.

KIGURADZE 1976
KIGURADZE Tamaz V., Periodizatsija rannezemledel’cheskoj kul’tury vostochnogo Zakavkazja, Tbilissi, 1976.

KIGURADZE 1986
KIGURADZE Tamaz V., Neolitische Siedlungen von Kvemo-Kartli, Georgien, Munich : Beck, 1986.

KIRKBRIDE 1972
KIRKBRIDE Diana, « Umm Dabaghiyah 1971 : A preliminary report and Early ceramic farming settlement in marginal north central Jazira, Iraq », Iraq, 34, 1972, p. 3-17.

KOZLOWSKI 2005
KOZLOWSKI Stefan Karol et AURENCHE Olivier, Territories, Boundaries and Culture in the Neolithic Near East, Oxford : Archaeopress, 2005.

LAWN 1973
LAWN Barbara, « University of Pennsylvania Radiocarbon dates XV », Radiocarbon, 15/2, Tucson : The University of Arizona, 1973, p. 367-381.

LESURE 2011
LESURE Richard G., Interpreting Ancient Figurines: Context, Comparison, and Prehistory Art, New York : Cambridge University Press, 2011.

LINICK 1977
LINICK Timothy W., « La Jolla radiocarbon measurements VII », Radiocarbon, 19, 1977, p. 19-48.

LYONNET et al. 2012
LYONNET Bertille, GULIYEV Farhad, HELWING Barbara, ALIYEV Tevekkül, HANSEN Svend et MIRTSKHULAVA Guram, « Ancient Kura 2010-2011 : the first two seasons of joint field work in the southern Caucasus », Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, 44, 2012, p. 1-191.

MALLOWAN 1936
MALLOWAN Max, « The Excavations at Tell Chagar Bazar, and an Archaeological Survey of the Habur Region, 1934-5 », Iraq, 3, 1936, p. 1-86.

MASSON et MERPERT 1982
MASSON Vadim Mihajlovič et MERPERT Nicolai-Ya (éds.), Eneolit SSSR, Moscou : Izdatel’stvo “Nauka”, 1982.

MELLAART 1970
MELLAART James, Excavations at Hacilar (2) : Plates and Figures, Edinburg : The British Institute of Archaeology at Ankara, 1970.

MORALES 1990
MORALES Vivian Broman, Figurines and other clay objects from Sarab and Cayönü, Chicago : Oriental Institute of the University of Chicago, 1990.

NARIMANOV 1977
NARIMANOV Ideal G., « K istorii drevnejshego skotovodstva Zakavkaz’ja », Doklady Akademii Nauk Azerbajdzhanskoj SSR, 10, 1977, p. 56-58.

NISHIAKI 2007
NISHIAKI Yoshiro, « A Unique Neolithic Female Figurine From Tell Seker Al-Aheimar, Northest Syria », Paléorient, 33.2, 2007, p. 117-125.

OATES 1969
OATES Joan, « Choga Mami 1967-1968. A preliminary Report », Iraq, 31, 1969, p. 115-152.

OATES 1972
OATES Joan, « A Radiocarbon Date from Choga Mami », Iraq, 34, 1972, p. 49-53.

OPPENHEIM 1943
OPPENHEIM Max Freiherr von et SCHMIDT Hubert von, Tell Halaf, Berlin : Walter de Gruyter, 1943.

OZDOGAN 1999
OZDOGAN Mehmet, « Cayönü », in OZDOGAN Mehmet, BASGELEN Nezih et KUNIHOLM Peter, Neolithic in Turkey : the Cradle of Civilization – New Discoveries, Istanbul : Arkeoloji ve sanat yayinlari, 1999, vol. 1, p. 35-63 et vol. 2, p. 19-35.

TESTART 2010
TESTART Alain, La Déesse et le Grain : Trois essais sur les religions néolithiques, Paris : Errance, 2010.

THISSEN 2002
THISSEN Laurens, « CANeW 14C database and 14C charts, Anatolia, 10000 – 5000 cal BC », dans GERARD Frederic et THISSEN Laurens (éds.), The Neolithic of Central Anatolia, actes de la table-ronde internationale (CANeW, Istanbul, 2001), Istanbul : Ege Yayinlari, 2002, p. 299-337.

VERHOVEN et AKKERMANS 2000
VERHOVEN Marc et AKKERMANS Peter M.M.G (éds.), Tell Sabi Abyad II, the Pre-Pottery Neolithic B Settlement : report on the excavations of the National Museum of Antiquities Leiden in the Balikh valley, Syria, Leiden : Nederlands Historisch-Archaeologysch Instituut Te Istanbul, 2000.

VOIGT 1983
VOIGT Marie M., Hajji Firuz Tepe, Iran : The Neolithic Settlement, Ann Arbor et Londres : University Microfilms International, 1983.

YOFFEE 1993
YOFFEE Norman, Early Stages in the evolution of Mesopotamian civilization, Tucson : The University of Arizona Press, 1993.


L’auteur

Emmanuel BAUDOUIN est docteur de l’université Paris-Sorbonne,   spécialisé en Archéologie du Proche-Orient ancien (ED 0124 ; UMR 8167 “Orient et Méditerranée” ; UMR 7192 “Digitorient”).

Il a soutenu sa thèse intitulée Les relations culturelles entre la Mésopotamie et le Caucase du 6e au 4e millénaire : l’exemple de l’architecture, en Janvier 2018 sous la direction de M. Jean-Yves MONCHAMBERT, Professeur (Université de Paris-Sorbonne), en co-direction avec Mme Bertille LYONNET (CNRS/Collège de France).

  1. Soit les actuels pays de Géorgie au nord, d’Arménie au sud-ouest et d’Azerbaïdjan à l’est. []
  2. LESURE, 2011, fig. 73, p. 173. []
  3. CONTENSON, 1972, fig. 6, p. 84. []
  4. LESURE, 2011, fig. 36, p. 95. []
  5. OZDOGAN et BASGELEN, 1999, fig. 74, p. 35. []
  6. NISHIAKI 2007, fig. 1, p. 118. []
  7. LESURE, 2011, fig. 28, p. 80. []
  8. MELLAART, 1970, pl. CXLIII, p. 201. []
  9. HOLE, 1977, fig. 91g, p. 230. []
  10. NISHIAKI, 2007, p. 121. []
  11. HOLE, 1977, fig. 91g, p. 230. []
  12. KIRKBRIDE, 1972, fig. b, pl. IX. []
  13. BRAIDWOOD 1960, fig. 8 et 10, pl. 16. []
  14. KIRKBRIDE 1972, fig. d, pl. IX. []
  15. KAMADA et OHTSU, 1995, T.1, p. 332. []
  16. IPPOLITONI STRIKA 1998, fig. 1, p. 9 et fig. 2, p. 10. []
  17. OATES 1969, fig. c, pl. XXVIII. []
  18. KAMADA et OHTSU 1995, T.8, p. 333. []
  19. OPPENHEIM et SCHMIDT, 1943, figs. 1 et 6, pl. CV. []
  20. MALLOWAN 1936, fig. 5-4. []
  21. FOREST, 1996, fig. 32, p. 88. []
  22. FOREST, 1996, fig. 24, p. 80. []
  23. DAEMS, 2010, p. 156. []
  24. CHATAIGNER, 1995, pp. 185-189. []
  25. CHATAIGNER, 1995, tabl. 7, p. 184. []
  26. ARAZOVA et al., 1972, p. 479. []
  27. HANSEN, 2009, fig. 9, p. 25. []
  28. DZHAPARIDZE et DZHAVAKHISHVILI 1971, fig. 39. []
  29. MASSON et MERPERT, 1982, p. 152. []
  30. LESURE 2011, fig. 36, p. 95. []
  31. BRAIDWOOD 1960, fig. 8 et 10, pl. 16. []
  32. KOZLOWSKI et AURENCHE, 2005, p. 24. []
  33. ARIMURA et al., 2010, p. 81. []
  34. VOIGT, 1983, pl. 26-u, v, w. []
  35. HOLE, NEELY et al., 1969, fig. 83-a. []
  36. ARIMURA et al. 2010, fig. 6, p. 81. []
  37. BAUDOUIN à paraître. []
  38. CHATAIGNER, 1995, fig. 6, pl. 63. []