Archives par mot-clé : Gold

Des orpailleurs en pays khmer : Une production locale d’or dans le Cambodge angkorien

Sébastien Clouet

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 12 janvier 2021
Article publié le 18 mai 2021


Malgré la multiplication des prospections géologiques au Cambodge et dans les pays voisins et l’ouverture de plusieurs mines d’or dans cette région ces dix dernières années, aucune donnée n’est encore disponible sur l’existence d’une exploitation locale de ce métal à la période angkorienne (ixe-xve siècle)1. Seule une partie de la documentation géologique coloniale signale sa présence et son extraction artisanale dans une région intégrée au pays khmer, et vraisemblablement associée au royaume angkorien, à partir du milieu du xixe siècle. Les recherches menées dès les années 1860 dans le sud de la chaîne annamitique, qui traverse le nord-est du Cambodge, le sud du Laos et l’ouest du Vietnam, ont mis en évidence la présence de sables et d’alluvions aurifères formant des « placers2 », le long de deux affluents du Mékong, la Sékong et la Sésane. L’or charrié par ces rivières, situées au cœur de « l’hinterland indochinois3 », faisait l’objet d’une exploitation active par plusieurs groupes ethniques, sous forme d’orpaillage. En partant de ces observations, nous nous interrogerons dans cet article sur l’existence d’une production locale d’or dans le Cambodge angkorien à travers cette pratique communautaire et spécialisée. Après une courte synthèse sur la place de l’or dans la société khmère de l’époque, il s’agira d’identifier les possibilités d’approvisionnement au sein des limites du territoire angkorien, en se fondant sur de multiples sources textuelles abordées de manière diachronique. Une fois la présence de gisements accessibles attestée, une partie de cette documentation sera à nouveau sollicitée et complétée par d’autres types de données (archéologiques, épigraphiques et linguistiques), cette fois pour appréhender l’ancienneté de la pratique de l’orpaillage dans la région étudiée. Enfin, la littérature coloniale, surtout géologique et ethnographique, aidera à mieux identifier les acteurs et les savoir-faire de cette activité minière et, par analogie ethnohistorique, permettra de proposer des modèles applicables pour l’époque angkorienne.

I. L’or dans le Cambodge angkorien

A. Usages et gestion

Dans les limites du territoire occupé par le royaume angkorien, comprenant l’actuel Cambodge, le sud du Laos, le sud du Vietnam, le nord-est et le centre de la Thaïlande, l’emploi de l’or n’est attesté qu’à partir du deuxième siècle avant notre ère, à travers des éléments de parure découverts en contexte funéraire sur le site protohistorique de Prohear (province de Prey Veng, Cambodge)4. Les premières traces de son travail apparaissent ensuite dans le royaume du Funan (ier-vie siècle), plus précisément au sein de la ville portuaire de Óc Eo (province de An Giang, Sud Vietnam), avec une série de vestiges témoignant d’opérations de fonte, de battage et de ciselure, associés à des productions d’orfèvrerie5. Aux siècles suivants puis au cours de l’époque angkorienne (ixe-xve siècle), l’utilisation de l’or est documentée par un corpus réduit d’objets, comprenant des éléments de dépôts de fondation, de la joaillerie avec des bijoux, mais aussi des ensembles de parures pour statue ainsi que de la vaisselle6. Son travail serait en outre attesté dans l’enceinte du palais royal d’Angkor Thom7. Les inscriptions signalent également la fonte d’images de culte, d’éléments d’apparat et de mobilier liturgique dans ce métal dès le viiie siècle. Il semble toutefois qu’une partie de ces installations, les plus monumentales notamment, n’étaient pas intégralement réalisées en or mais plus vraisemblablement en bronze doré8.

En parallèle, l’or apparaît encore dans ces épigraphes sous une forme non travaillée. Il sert alors de bien d’échange pour l’achat de terres, le paiement de taxes, de tributs et des donations aux temples9. La stèle de fondation du temple de Lolei (K. 323, 889 EC) précise encore l’emploi d’or et d’argent pour le paiement d’amende en cas d’offense contre le sanctuaire10. Le lettré chinois Zhou Daguan (1266-1346 EC), membre d’une ambassade chinoise envoyée à Yaśodharapura (moderne Angkor) entre 1296 et 1297 EC, mentionne, quant à lui, l’emploi de ces deux mêmes métaux dans le commerce, pour les « grandes affaires11 ». À ce propos, George Cœdès précise en parlant de l’économie angkorienne que : « dans l’ancien Cambodge, tous les achats étaient des opérations de troc, ce qui n’excluait pas l’emploi de certaines quantités de métaux précieux, or et argent, sous forme de lingots ou de poudre, dans les transactions12 ». Sa proposition rejoint la théorie plus récente d’un royaume non monétisé où les métaux précieux, à savoir l’or, l’argent mais aussi le cuivre, auraient servi de valeur de référence comme moyen d’échange lors des transactions13.

Cet or, sous forme non travaillée mais aussi certainement sous la forme d’objets, constitue une ressource pour l’État angkorien, qu’il perçoit à travers l’acquittement d’impôts, de taxes ou de tributs. Il alimente le trésor royal (vx. khm. glaṅ), où il est centralisé et placé sous la responsabilité de hauts notables, des chefs du trésor (vx. khm. khloñ glaṅ). Sachchidanand Sahai note à ce propos : « Les magasins royaux disposaient non seulement d’or et de pierreries, comme nous le disent les panégyristes, mais aussi de denrées multiples14 ».

Quant à son origine, les inscriptions ne mentionnent ni système d’approvisionnement ni lieu d’extraction. Seule exception, une stèle sanskrite (K. 1320, xe siècle) découverte en 2013 au sein du sanctuaire sivaïte de Śrī Bhadreśvara, sur le site de Vat Phu dans le sud du Laos, évoque de la « poudre d’or » (sk. cāmīkarasya cūrṇnāni). Cette dernière est remise comme tribut au souverain khmer Īśānavarman II (r. 925-928 EC) par la ville, ou la région administrative (sk. viṣaya), de Liṅgapura (Vat Phu) et cédée à titre exceptionnel au sanctuaire de Śrī Bhadreśvara15. Son acquisition sous la forme d’un tribut signale qu’il pourrait s’agir d’une production locale associée à une communauté spécialisée et dépendante du royaume.

B. Importation vs production locale

En dehors de cette unique inscription, récemment découverte, le témoignage de la fin du xiiie siècle de Zhou Daguan a longtemps favorisé l’hypothèse d’une importation d’or dans le Cambodge angkorien : « Ce pays [Zhenla, nom donné par les sources chinoises au Cambodge angkorien] ne produit, je crois, ni or ni argent, ce qu’on estime le plus est l’or et l’argent chinois16 ». L’auteur n’observe en outre aucune exploitation locale du métal, même s’il est vrai qu’il demeure pendant l’intégralité de son séjour à Angkor, sans visiter les marges du royaume.

La présence d’or dans les limites du territoire angkorien est d’ailleurs signalée par d’autres sources textuelles de diverse nature, couvrant une période allant de l’époque préangkorienne jusqu’à nos jours. Les annales dynastiques chinoises du Jinshu (« Histoire des Jin », 265-420 EC), compilée par Fang Xuanling en 648 EC, mentionne par exemple la présence d’or dans le royaume préangkorien du Funan, où il est employé pour le paiement des impôts17. Le Nanqishu (« Histoire des Qi du Sud », 479-502 EC), compilée par Xiao Zixian dans la première décennie du vie siècle, signale que ce même royaume « possède comme marchandise l’or et l’argent18 », avec lesquels ses habitants fondent des éléments de parure et de la vaisselle. Le Liangshu (« Histoire des Liang », 502-557 EC), compilée par Yao Silian en 635 EC, signale enfin que le pays « produit de l’or, de l’argent, du cuivre, de l’étain, du parfum d’aloès, de l’ivoire, des paons, des martins-pêcheurs, des perroquets de cinq couleurs19 ».

Au début du xiiie siècle, le compilateur chinois Zhao Rugua (1170-1231 EC) signale dans le Zhufan Zhi (« Relations sur les pays étrangers ») la possibilité pour les marchants étrangers de commercer au Zhenla avec divers produits d’importation, dont l’or20. Pour toute l’époque angkorienne, la seule mention de la présence de ce métal au Cambodge provient de la cosmographie Nuk̲h̲bat al-dahr fī ʿad̲j̲āʾib al-barr wa ’l-baḥr (« Ce qu’il y a de plus remarquable dans les temps, en fait de merveilles de la terre et de la mer »), compilée par l’historien syrien Al-Dimas̲h̲ḳī (1287-1363 EC) vers 1325 EC. L’auteur fait une vague allusion au Cambodge où il nous dit : « On y trouve [au Qīmar] une mine d’or, de l’ébène et des paons. L’éléphant y est importé et le rhinocéros y vit aussi21 ».

Plus tard, les descriptions et chroniques ibériques des xvie et xviie siècles confirment la présence et l’exploitation de l’or en Asie du Sud-Est péninsulaire. Il s’agit d’abord d’informations de seconde main acquises dans les ports, à l’image des mentions d’or au Cambodge et au Champa du Suma Oriental du portugais Tomé Pires (1512-1515 EC), comptable dans une factorerie à Malacca22. Puis apparaissent les premières descriptions directes, avec notamment le Tratado das cousas da China (« Traité des choses de la Chine », 1569 EC) du missionnaire dominicain Gaspar da Cruz (ca. 1520-1570 EC), dans lequel l’auteur note la présence d’or en quantité au Laos après un séjour au Cambodge23. À la fin du xvie siècle, l’incursion espagnole au Cambodge menée par le général Juan Suarez de Gallinato (1596 EC), comptant les deux aventuriers Blaz Ruiz et Diogo Veloso, est suivie d’une série de récits où la région est mise en avant pour ses richesses naturelles, comprenant d’importantes quantités d’or. Cette littérature laisse toutefois entrevoir une certaine subjectivité dans ses descriptions, voire une instrumentalisation destinée à encourager l’intervention espagnole. Gabriel Quiroga de San Antonio (ca. 1565-1608 EC) observe dans sa Breve y verdadera relación de los sucesos del reyno de Camboxa (« Brève et véridique relation des événements du Cambodge », 1604 EC) :

« Il y a au Cambodge de l’or, de l’argent, des pierreries, du plomb, du l’étain, du cuivre, de la soie, du coton, de l’encens, du benjoin, de la laque, de l’ivoire, du riz, des éléphants, des buffles, des chevaux, des vaches, des chèvres, des cerfs, des poules, et des fruits aussi nombreux que savoureux. En outre il détient le commerce de toute l’Asie et est la porte nécessaire qui procurera les richesses inestimables du royaume du Laos24 ».

L’auteur s’attarde également sur la Cochinchine qu’il décrit comme « extrêmement riche en or, argent, pierreries25 ». Christoval de Jacques (xvie-xviie siècle), lui aussi membre de cette expédition, note dans le Voyage aux Indes orientales et occidentales (1606 EC) la présence du métal dans une chaîne de montagne entre le Cambodge et le Laos ainsi qu’en Cochinchine26. Dans le même temps, le lieutenant du gouverneur aux Philippines Antonio de Morga (1559-1636 EC), opposé à l’intervention militaire des Espagnols au Cambodge, signale dans son ouvrage Sucesos de las islas Filipinas (« Évènements des îles Philippines », 1609 EC) que « d’après des rapports dignes de foi le Cambodge, très fertile, ne possédait aucune mine d’or27 », mais relève leur présence au Laos.

Dans le courant du xviie siècle, les projets d’évangélisation des jésuites apportent une série de chroniques et d’informations géographiques plus précises. Les Pères Christoforo Borri (1583-1632 EC), missionnaire italien, et Alexandre de Rhodes (1591-1660 EC), missionnaire français, signalent dans leur ouvrage respectif, Divers voyages et missions (1653 EC) et Relation de la nouvelle mission des pères de la Compagnie de Jésus (1631 EC), l’exploitation de mines d’or en Cochinchine, tandis que le père Giovanni Filippo de Marini (1608-1682 EC), missionnaire italien, évoque sa production au Laos dans sa Relation nouvelle et curieuse du Royaume de Lao28. Dans un second temps, le développement du commerce européen dans la région permet l’arrivée d’une nouvelle génération de marchands et voyageurs. Gerrit van Wuysthoff (xviie siècle) de la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (V.O.C.), observe dans son Journal de Voyage (1641-1642 EC) l’existence d’une production d’or au sud du Laos29. L’information est ensuite confirmée par l’employé de la British East India Company Quarles Brown (xviie siècle) qui précise qu’une partie de cet or est exportée vers le Cambodge30. Tandis qu’Alexander Hamilton (1688-1733 EC), également membre de la British East India Company avant de devenir marchand à titre privé, indique dans A new account of the East-Indies (1727 EC) sa présence en Cochinchine, au Laos et au Cambodge31.

Il faut ensuite attendre le milieu du xixe siècle et la documentation géologique coloniale pour trouver les premières indications précises sur ces gisements, leur localisation et les méthodes d’extraction. Les travaux des premiers géologues permettent notamment d’identifier deux affluents du Mékong, la Sékong et la Sésane, caractérisés par l’exploitation d’or alluvionnaire (fig. 2). L’étude de ces rivières, dont le cours traverse l’est du Cambodge, le sud-est du Laos et l’ouest du Vietnam, a mis en évidence la présence de nombreux placers ainsi qu’une pratique systématique de l’orpaillage, tandis que les gisements primaires alentour ont été découverts « encore vierges de toute exploitation32 ».

Cette documentation variée permet ainsi d’appréhender la disponibilité de ressources en or à l’intérieur des limites du territoire angkorien, et donc de proposer l’hypothèse que sa production locale débute dès l’époque angkorienne. Il faut en revanche attendre la fin du xixe siècle pour obtenir des données sur les méthodes d’exploitation de ces ressources.

Tab. 1. Tableau récapitulatif des mentions de la présence d’or dans les limites du territoire angkorien dans les sources textuelles étrangères (vie-xviiie siècle).

II. L’orpaillage dans les bassins de la Sékong et de la Sésane : une pratique plurimillénaire

En partant cette fois de la pratique locale et communautaire de l’orpaillage attestée à l’époque coloniale, nous reviendrons sur cette documentation pour mieux cerner l’ancienneté de cette activité dans les bassins de la Sékong et de la Sésane. La documentation géologique coloniale localise les gisements, caractérise leur exploitation et apporte de premières informations sur la circulation de l’or. Les sources textuelles plus anciennes, mises en parallèle avec les données archéologiques, épigraphiques et linguistiques, attestent ensuite de l’ancienneté de ces exploitations, toujours à travers la pratique de l’orpaillage.

Fig. 1. Répartition et accessibilité des gisements d’or dans le Cambodge angkorien. Carte : S. Clouet.

A. Une pratique locale systématique

La récolte de poudre d’or dans les sables de la Sékong est décrite pour la première fois par Lucien-Eugène Joubert (1832-1893 EC), géologue de la Commission d’Exploration du Mékong (1866-1868 EC). L’auteur signale notamment la richesse de la région autour d’Attopeu, dans le sud du Laos, en observant la facilité avec laquelle les populations locales récupèrent l’or du lit de la rivière à l’aide de « procédés aussi imparfaits33 ». L’abondance de ce métal et son exploitation systématique sont également mentionnées par Étienne Aymonier (1844-1929 EC) qui associe, en 1895, l’or d’Attopeu à l’ensemble des bijoux produits au Laos et rappelle qu’en des temps anciens il était si facile de s’en procurer qu’il était « débité à la mesure sans le peser, et qu’un tube de poudre d’or, long d’un décimètre environ, et de la grosseur du pouce était troqué contre un buffle34 ». Une fois établie la présence de cet or, la Société d’Étude des Mines d’Attopeu est créée et dotée d’une concession qui englobe une grande partie du cours de la Sékong35. L’ingénieur civil des mines Jean-Marc Bel (1855-1930 EC) est envoyé sur place en reconnaissance et observe :

« Au point de vue minéral, la région éruptive s’étendant à l’est du méridien d’Attopeu, jusqu’à la mer de Chine, entre les parallèles 13° et 16° au moins, présente une zone aurifère, embrassant une très grande partie des pays khas36. Dans cette zone, les gîtes d’or alluvionnaires sont exploités depuis un temps immémorial par les habitants, à l’aide de méthodes qui peuvent être améliorées. Les gîtes d’or filoniens étaient inconnus jusqu’ici dans les territoires khas37 ».

L’orpaillage est principalement documenté dans la partie laotienne de la rivière, en amont et en aval d’Attopeu, mais il est également attesté plus au sud, au niveau de Siempang (province de Ratanakiri, Cambodge). Au même titre que le bassin de la Sékong, le bassin de la Sésane est identifié dès les années 1890 pour sa richesse en or, échangé sur les marchés de Bokkham (actuel Andong Meas, province de Ratanakiri, Cambodge) et de Kontum (province de Kontum, Vietnam)38. L’explorateur Émile Pelletier (?-1894 EC) reconnait en 1892 des premiers placers exploités au niveau de Bokkham et fonde la Société d’étude des mines de T’Boc39. En 1895, une mission menée par J.-M. Bel identifie de nouveaux gisements en amont, présents jusqu’à la province de Kontum, dans l’ouest du Vietnam, où il observe une pratique systématique de l’orpaillage :

« La plupart des cours d’eau qui en descendent sont aurifères ; et les Halangs40 se livrent activement à l’industrie de l’orpaillage des alluvions des vallées et des rivières elles-mêmes. Ces alluvions sont d’époque récente, et s’étalent le long des cours d’eau en petites plaines, ou plages41 ».

Aux xixe et xxe siècles, l’or extrait dans ces deux bassins alimente des réseaux d’échange interrégionaux. Pour la région d’Attopeu par exemple, la poudre d’or récoltée converge d’abord des villages d’orpailleurs jusqu’à la ville d’Attopeu, d’où elle est ensuite convoyée avec d’autres produits de la forêt, soit par voie terrestre vers le royaume de Champassak, à 100 km à l’ouest, soit par voie fluviale vers Stung Treng, à 160 km au sud, parfois même jusqu’à Sambor42. Ces deux dernières localités recevaient également la poudre d’or prélevée le long de la Sésane et constituaient vraisemblablement des centres d’échange d’importance notoire à la confluence de la Sékong et de la Sésane avec le Mékong.

Signalons également que d’autres régions du Cambodge ont accueilli des communautés d’orpailleurs au cours des xixe et xxe siècles. À Toek Cho, à 50 km au nord-ouest d’Angkor, l’officier de marine Jules Brossard de Corbigny (1841-1934 EC) observe en 1871 l’exploitation de sables aurifères au niveau d’un ensemble de collines43, et L.-E. Joubert signale le lavage de l’or le long du Stung Sangker, dans la province de Battambang44. Des orpaillages de surface ont encore été identifiés par les équipes du Département général des Ressources Minérales (Ministère des Mines et de l’Énergie du Royaume du Cambodge) au niveau du Phnom Prek (province de Battambang), du Phnom Chi (province de Kompong Thom) et de Sampeou Loun (province de Kompong Cham)45.

Précisons encore que plusieurs gisements primaires, sous la forme de gîtes ou de filons aurifères, ont pu faire l’objet d’exploitations anciennes, difficilement identifiables suite aux travaux d’extraction modernes. C’est notamment le cas pour la mine de Bo Sup Trup, dans la province de Banteay Meanchey, ou encore du Phnom Lung, dans la province de Preah Vihear. Le géologue Olivier Dottin note la présence sur ces deux derniers sites d’importantes traces de travaux d’extraction anciens, sans pouvoir les dater faute d’étude archéologique approfondie46. Dans la province de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est de la Thaïlande, É. Aymonier observe à la fin du xixe siècle l’exploitation primitive de « mines d’or » à « Bo Kolo », à proximité du « Moeung Chettorach »47.

B. Une pratique ancienne et intégrée dans les réseaux de commerce

Environ quatre siècles avant les premières descriptions de L.-E. Joubert, plusieurs auteurs mentionnent déjà la pratique de l’orpaillage dans le sud du Laos et le nord-est du Cambodge. Parmi les premiers Européens à atteindre l’intérieur de la péninsule, Christoval de Jacques observe en 1606 : « il n’y a dans ce royaume [de Cambodge] qu’une seule chaîne de montagne qui le traverse et entre dans celui des Laos ; on y trouve des mines d’argent très abondantes qui sont exploitées par les habitants, on y tire aussi l’or des rivières48 ». Ce procédé est à nouveau évoqué dans cette même région par G. Van Wuysthoff, lorsqu’il observe la récolte de l’or en amont de « Namnoy », actuel Attopeu, sur les rives de la Sékong49. Ce dernier auteur signale également le récit d’une expédition militaire envoyée en 1621 sur ce site par le souverain khmer Chey Chetta II (r. 1618-1628 EC), afin de prendre possession des gisements d’or50. Ces ressources alluvionnaires étaient donc connues et exploitées aux xvie et xviie siècles et faisaient l’objet de conflits interrégionaux. Une vingtaine d’année plus tard, Giovanni Filippo de Marini mentionne à nouveau l’extraction d’or des rivières dans le sud du Laos et en propose une description qui suscite toutefois un certain nombre de questions quant au procédé qu’il a observé :

« On ne tire point de cette façon-là l’or et l’argent : mais ceux qui y sont destinés jettent des filets de fer en certains endroits du fleuve avec lesquels ils en pêchent assez pour les ouvrages qu’ils entreprennent et qu’ils fabriquent pour leurs usages ordinaires, et dont le Royaume tire de grands avantages, mais non pas tant que le Roi le désirerait51 ».

Pour l’époque angkorienne, la mention de poudre d’or dans l’inscription de Vat Phu (K. 1320) évoque la circulation mais aussi la récolte de poudre d’or à proximité de Liṅgapura dès le xe siècle, sans doute dans le bassin de la Sékong. Au viie siècle, un commentaire joint au Sandufu (« Poème sur les Trois Capitales », Zuosi, iiie siècle) évoque la collecte de l’or par un groupe ethnique, les « Lang Houang », qui « pendant la nuit flairent l’or et savent s’il est bon52 ». Peu claire sur le procédé employé, cette mention renvoie cependant sans doute à la pratique de l’orpaillage, d’autant que Paul Pelliot situe le territoire des « Lang Houang » au niveau de la chaîne annamitique à l’ouest du Campa, soit au niveau du bassin de la Sésane, ou plus au nord vers celui de la Sékong. Quant à la circulation de cet or, l’ancienne ville de Thala Borivat, sur la rive droite du Mékong en face de l’actuel Stung Treng, doit occuper une place similaire à cette dernière agglomération où converge une grande partie de l’or aux xixe et xxe siècle, cette fois pour les périodes préangkorienne et angkorienne, et sans doute même dès la période protohistorique53.

Pour remonter encore plus loin, l’orpaillage est généralement associé au début de la métallurgie de l’or dans la région54. L’analyse d’objets en or mis au jour sur le cimetière protohistorique de Prohear, composés en majorité d’électrum, soit un alliage naturel d’or (env. 60 %) et d’argent (env. 40 %) comportant des traces de cuivre et d’étain, a d’ailleurs permis d’attester l’origine alluvionnaire du métal employé55. En parallèle, les quelques données analytiques disponibles sur des objets en or préangkoriens et angkoriens signalent également la présence systématique d’argent allié à l’or mais en des proportions très variables, avec également des teneurs moindres en cuivre. La présence d’argent et de cuivre pourrait être le résultat d’alliages et ne permet pas à elle seule d’attester l’origine alluvionnaire de l’or employé dans ces cas56.

Signalons enfin qu’un vocabulaire spécifique à l’orpaillage existe dans plusieurs langues austro-asiatiques des ethnies résidant le long de la Sékong et de la Sésane. Pierre Dourisboure (1825-1890 EC), prêtre des Missions étrangères de Paris, relève le premier son existence en 1889, avec l’expression erē mah, « chercher de l’or57 » en bahnar, parlé dans les provinces vietnamiennes de Kontum et de Gai Lai. Les linguistes James et Nancy Cooper retrouvent le dérivé re, « to pan for gold58 » en Halang, parlé dans cette même province et dans celle d’Attopeu, au Laos. Plus récemment, le linguiste Paul Sidwell a identifié la proto-forme /ʔrɛː/, « to pan for gold59 » pour l’ensemble des parlers nord-bahnariques, répartis dans l’ouest du Vietnam à la frontière du Laos et du Cambodge, permettant d’attester l’ancienneté du terme dans ces dialectes et, par extension, celle de cette activité dans la région.

Après avoir mis en évidence la présence de gisements d’or alluvionnaire accessibles dans une région intégrée à l’aire d’influence du royaume angkorien, l’examen des sources textuelles, cette fois mis en parallèle avec les données archéologiques et linguistiques, signale encore l’ancienneté de leur exploitation à travers la pratique de l’orpaillage. Dès lors, l’existence d’une production locale d’or est envisageable dans le Cambodge angkorien et plus spécifiquement le long de la Sékong et de la Sésane.

III. Orpailleurs et techniques d’orpaillage

L’absence de vestiges, ou même de témoignages textuels directs d’opérations d’orpaillage, pour des périodes antérieures au xixe siècle complique l’étude de cette activité aux époques anciennes. Pour surmonter ce vide historique et archéologique, la littérature coloniale, comprenant un siècle de descriptions et d’analyses d’orpaillage dans les bassins de la Sékong et de la Sésane, autorise un recours à l’analogie ethnohistorique, justifié dans ce cadre par la continuité spatiale et culturelle de cette activité60. En comparaison, la documentation disponible sur l’orpaillage dans d’autres régions d’Asie, notamment en Chine mais aussi en Inde, témoigne de la conservation des mêmes procédés sur près de trois millénaires, et encourage une telle démarche.

A. Des groupes ethniques tributaires ?

Les placers d’or des bassins de la Sékong et de la Sésane sont situés dans un territoire en marge des principaux centres urbains angkoriens (fig. 2), inclus dans leur aire d’influence mais de population non khmère. Ils sont au cœur des forêts et des montagnes exploitées par différents groupes ethniques, comprenant les Brao, les Jeh, les Sedang, les Alak et les Tampuan61. Ces derniers, de langues austro-asiatiques, occupent le nord-est du Cambodge, l’ouest du Vietnam et le sud-est du Laos, une zone également décrite comme l’« hinterland indochinois » dans la littérature coloniale. Ils ont notamment en charge l’exploitation des ressources naturelles de cette région, riche en produits forestiers et en or, ensuite introduits dans les réseaux d’échange soit comme produits pour le commerce soit comme tribut. À ce sujet, Adhémard Leclère (1853-1917 EC) note dans son étude du droit public des Cambodgiens au temps du roi Norodom Ier (r. 1860-1904 EC) :

« Quand les Cambodgiens eurent conquis le territoire du Cambodge actuel et des pays qui lui ont appartenu dans le passé, ils durent rendre tributaires de leur roi toutes les tribus vaincues qui n’avaient pu fuir leurs armes ou qu’ils pouvaient encore atteindre. Cela dut constituer une source de revenus assez considérable et peut-être les seules ressources du roi, après le produit des amendes, au lendemain de la conquête.

Les peuples vaincus étaient probablement sans organisation politique sérieuse […]. Dans ce cas, le tribut était en nature, en poudre d’or ramassée dans le sable des fleuves ou dans les alluvions, en produits précieux recherchés par les commerçants étrangers, utiles au culte, la cire, le cardamome, le coton, la soie, l’ivoire, etc.62 »

Fig. 2. Récipients en vannerie et batée (à droite) sous un auvent. Ethnie Jeh ou Sedang, nord-est du Cambodge, ouest du Vietnam. Photo : Jean-Dominique Lajoux, 1955.

Le statut de ces ethnies dans le Cambodge angkorien reste difficile à appréhender et demande encore une étude approfondie. Leur dépendance par rapport à la couronne angkorienne est toutefois déjà attestée pour plusieurs d’entre elles, à l’image des Péar et des Samrê dans le nord et l’ouest du Cambodge63. L’inscription de Vat Phu K. 1320 y ajoute un groupe ethnique du sud du Laos, peut-être les Souei64, qui doit s’acquitter annuellement d’un tribut dans lequel apparaît la poudre d’or. Pour l’époque post-angkorienne, la Sāvatār Vatt Saṃpuk (« Charte de fondation du monastère de Sampuk », 1601 EC) met en évidence une situation plus complexe fondée sur une relation bilatérale comprenant des échanges réciproques entre le pouvoir khmer et le groupe ethnique Jaraï, résidant le long de la Sésane65. Sans s’aventurer dans l’étude de l’interdépendance de ces deux entités, notons simplement qu’il n’est plus question d’un assujettissement total mais d’une sorte de collaboration. Celle-ci nécessite toujours la présentation de tributs destinés à l’un et à l’autre des partis, mais semble également prendre en compte une logique matérialiste66. Dans le cadre de notre étude, l’or, en général très recherché par les royautés, suffirait à motiver la mise en place d’une relation de ce type avec une ou plusieurs ethnies spécialisées dans cette activité et capables de produire une quantité suffisante du métal pour participer à l’approvisionnement d’un royaume dépourvu de cette ressource dans le cœur de son territoire.

En parallèle de ces relations tributaires stricto sensu, l’or est également capté à travers des impositions et des taxations. Aucune donnée n’est disponible sur l’acquittement de taxes par des populations productrices d’or à l’époque angkorienne, mais, pour l’époque post-angkorienne, Christoval de Jacques observe à la fin du xvie siècle le paiement d’un dixième des productions d’or et d’argent des communautés du sud du Laos au roi du Cambodge67. Au xviie siècle, les villages de la province d’Attopeu paient intégralement leur impôt en poudre d’or auprès du roi lao, puis au milieu du xixe siècle auprès de la couronne siamoise68.

Une partie de l’approvisionnement en or des pouvoirs successifs dans la région du sud du Laos, d’abord khmer, ensuite lao puis siamois, doit ainsi relever d’une relation mise en place avec ces groupes ethniques producteurs d’or, soit sous la forme d’un tribut soit sous la forme d’une taxation. Un tel modèle de relation tributaire est en outre applicable à l’époque angkorienne toujours dans ce même bassin de la Sékong mais aussi dans celui de la Sésane, plus au sud.

B. Contexte socio-technique de l’orpaillage

Pour ce qui concerne l’organisation de cette pratique à l’échelle locale, Francis Garnier (1839-1873 EC) note à propos de la région d’Attopeu : « C’est aux eaux basses, après la mousson, que les villages viennent s’établir pendant un mois ou deux sur les îles ou les atterrissements du fleuve pour le lavage des sables aurifères69 ». Cette saisonnalité s’observe dans une majorité des cas et favorise systématiquement la période des basses eaux, lorsque les bancs de sables aurifères, reformés suite à la mousson, sont accessibles en surface ou à faible profondeur. Il s’agit également d’une période qui fait suite à la moisson, et donc exempte de travaux agricoles. En parallèle, la plupart des auteurs notent également que cette activité est réservée aux femmes et, dans une moindre mesure, aux enfants70.

En amont des opérations d’orpaillage, le respect d’une série de rites liés aux divinités et génies du sol, variant d’une région à l’autre, semble nécessaire pour assurer la réussite de la récolte. Pour É. Aymonier, au Laos : « les femmes sauvages lavant de l’or ne descendent pas dans la rivière sans offrir aux génies des fleurs ou des feuilles qu’elles posent sur des troncs d’arbre en se prosternant pour demander l’assistance et la bénédiction des divinités71 ». Toujours dans le sud du Laos, J.-M. Bel note quant à lui le sacrifice d’un buffle, destiné à assurer une récolte d’or abondante72. Aucune étude des obligations et des interdits précédant l’orpaillage n’a toutefois été menée dans ces régions, mais le respect de rites spécifiques avant toute interaction avec le monde végétal, animal ou minéral est systématique dans ces minorités animistes73. La métallurgie ne fait pas exception et est même davantage concernée dans la mesure où l’homme touche à la terre et la transforme pour en faire du métal. Charles Archaimbault observe par exemple en 1955, lors de la cérémonie d’ouverture d’une mine de fer dans le village de Bàn Bó Mon (province de Xieng Khouang, nord du Laos), un ensemble de rites et d’interdits prédéfinis liés aux génies du sol, sans lesquels l’exploitation du minerai ne peut débuter74.

Fig. 3. Batées en bois, Angkor, Cambodge, xxe siècle. Conservation d’Angkor. Photos : S. Clouet.

Une fois l’accord des divinités et des génies du sol obtenu, l’or est prélevé dans deux contextes distincts : dans les sables des rivières et des berges, accessibles directement au niveau des cours d’eau, et dans les terrasses alluviales. Dans le premier cas, le sable est prélevé puis lavé sur place à l’aide d’une batée, un plateau en bois circulaire et concave d’un diamètre moyen de 50 à 70 cm. Plusieurs outils de ce type ont en outre été retrouvés sur des sites de pillage à Angkor durant la première moitié du xxe siècle75, avec des formes similaires aux batées identifiées sur des photos d’orpailleurs traditionnels (fig. 3, 4). La matière aurifère est placée au centre du récipient, qui est ensuite à demi immergé dans l’eau tout en effectuant un mouvement de rotation pour délayer le sable (fig. 5). L’or, plus lourd, tombe au fond de la batée, tandis que les impuretés sont diluées et emportées par l’eau. Dans le second cas, le prélèvement s’effectue à travers des puits circulaires creusés au niveau de la terrasse alluviale. À ce propos, J.-M. Bel observe au niveau du massif montagneux qui sépare les bassins de la Sékong et de la Sésane :

« Ces alluvions sont d’époque récente, et s’étalent, le long des cours d’eau en petites plaines, ou plages, constituées par deux couches : l’une, inférieure, formée de graviers aurifères ayant de 0m.60 à 1 mètre, quelques fois plus, de puissance ; l’autre, supérieure, stérile ou pauvre, formée de sable, argile et terre végétale de 1 à 3 mètres d’épaisseur. Les indigènes pratiquent des petits puits, très rapprochés, à travers cette dernière, pour atteindre la couche inférieure, dont ils extraient les matériaux, qu’ils vont laver à la batée, au cours d’eau du voisinage76».

Encore pratiqués de nos jours dans l’ensemble de la région, ces procédés d’orpaillage peuvent donc être envisagés pour des périodes anciennes, et notamment pour la période angkorienne. On les retrouve d’ailleurs sous une forme identique en Asie du Sud et de l’Est dès le premier millénaire avant notre ère. Dans le sud de la Chine, des batées en bois ont été découvertes dans des contextes datés des périodes des Printemps et Automnes (771-481/453 AEC) et des Royaumes Combattants (ve siècle – 221 AEC)77. Pour le Yunnan plus spécifiquement, le Manshu (« Livre des barbares du Sud », Fan Chuo, ixe siècle) évoque brièvement ce procédé pour le lavage de l’or : « They hold the sand (in a container), and scour and rinse it, and take the gold78 ». En Inde, les orpailleurs emploient cette même technique, dont on trouve notamment une description dans l’Aṅguttaranikāya, ou Recueil des discours supplémentaires, quatrième Nikāya du Sutta Pitaka (Tipitaka, ve-iiie siècle AEC)79.

Fig. 4. Homme penché sur une batée où il fait rentrer de l’eau. Ethnie Jeh ou Sedang, nord-est du Cambodge, ouest du Vietnam. Photo : Jean-Dominique Lajoux, 1955.

Les données ethnographiques disponibles sur les orpailleurs de la Sékong et de la Sésane apportent encore quelques précisions sur l’enrichissement de l’or. La poudre récoltée suite au lavage à la batée est versée dans des tuyaux de bambou plantés soit sur la berge soit directement dans le lit du cours d’eau et présente à ce stade encore des impuretés mêlées à l’or. À la fin de la récolte, le contenu des tubes est relavé plusieurs fois selon ce même procédé, mis à sécher puis traité une dernière fois : la poudre est lentement déversée sur une peau tandis qu’on souffle dessus pour extraire les résidus de sable ou de terre restant80. L’or est ensuite disposé dans des tuyaux en plumes d’oiseau ou en corne de gazelle avant d’intégrer les réseaux d’échange régionaux, et sans doute interrégionaux, en même temps que d’autres produits de la forêt81.

Conclusion

La question de la provenance et de la circulation des métaux dans le Cambodge angkorien est encore aujourd’hui largement inexplorée, à l’exception du fer. Pour l’or, un examen des diverses sources textuelles disponibles et des données géologiques coloniales met toutefois en évidence sa présence et son exploitation dans « l’hinterland indochinois », plus spécifiquement dans les bassins de la Sékong et de la Sésane. Dans cette région, l’or est extrait sous la forme de poudre, contenue dans des placers alluvionnaires, à travers une pratique artisanale de l’orpaillage mise en œuvre par plusieurs groupes ethniques, depuis au moins le début de notre ère. La documentation ethnographique disponible sur ces sociétés permet d’en identifier les acteurs, l’organisation et les savoir-faire pour les xixe et xxe siècles. La continuité spatiale, culturelle mais aussi technique de cette pratique, dont les procédés n’ont pas évolué sur plus de deux mille ans, permet ensuite d’appliquer ces modèles à la période angkorienne.

Il s’agit d’un territoire qui était en marge des principaux centres urbains, d’abord préangkoriens, puis angkoriens, situés dans les plaines, mais vraisemblablement inclus dans l’aire d’influence khmère et donc en contact avec les pouvoirs centralisés successifs. Même si le statut de ces orpailleurs n’est pas encore précisément déterminé, l’hypothèse de groupes ethniques soumis semble aujourd’hui très probable. Une relation tributaire pourrait être alors à l’origine de l’envoi de poudre d’or à Angkor sous la forme de tributs ou de taxes, et la pratique de l’orpaillage le long de ces rivières constituerait une partie de l’approvisionnement en or du royaume angkorien, entre le ixe et le xve siècle.


Bibliographie

ANTELME, 2012
ANTELME Michel, « Des varṇṇāśrama angkoriens aux peuples péariques du Cambodge post-angkorien », Péninsule, 65, 2012, p. 101-144.

ARCHAIMBAULT, 1961
ARCHAIMBAULT Charles, « L’histoire de Čămpasăk », Journal Asiatique, 249, 4, 1961 p. 519-595.

ARCHAIMBAULT, 1985
ARCHAIMBAULT Charles, « Les rites d’ouverture de la mine de fer de Bàn Bo Mon (Laos) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 74, 1985, p. 369-401.

AYMONIER, 1895
AYMONIER Étienne, Voyage dans le Laos, tome premier, Paris : Ernest Leroux, 1895.

AYMONIER, 1897
AYMONIER Étienne, Voyage dans le Laos, tome deuxième, Paris : Ernest Leroux, 1897.

AYMONIER, 1901
AYMONIER Étienne, Le Cambodge, tome deuxième, Les provinces siamoises, Paris : Ernest Leroux, 1901.

BASSETT, 1962
BASSETT David K., « The Trade of the English East India Company in Cambodia, 1651-1656 », Journal of the Royal Asiatic Society of Great Britain and Ireland, 1/2, 1962, p. 35-61.

BEL, 1898a
BEL Jean-Marc, « Mission au Laos et en Annam », Bulletin de la Société de Géographie, 7, 19, 1898, p. 261-290.

BEL, 1898b
BEL Jean-Marc, « Note sur un voyage de mission au pays des Khas ou au Bas-Laos », Bulletin du Muséum d’Histoire Naturelle, 1, 1898, p. 19-23.

BENNETT, 2009
BENNETT Anna T., « Gold in early Southeast Asia », ArcheoSciences, 33, 2009, p. 99-107.

BOISSELIER, 1966
BOISSELIER Jean, Asie du Sud-Est, I. Le Cambodge, Paris : Picard, Manuel d’archéologie 
d’Extrême-Orient, 1966.

BONIN, 1896
BONIN Charles-Eudes, « De Tourane au Mékong (une mission au Laos) », Bulletin de la Société de Géographie, 7, 17, 1896, p. 99-126.

BORRI & de la CROIX, 1631
BORRI Christoforo, de la CROIX Antoine, Relation de la nouvelle mission des pères de la Compagnie de Jésus au Royaume de la Cochinchine, traduite de l’Italien du Père Christofle Borri Milanois, qui fut un des premiers qui entrèrent en ce royaume, par le Père Antoine de la Croix, de la même compagnie, Rennes : Jean Hardy, 1631.

BOUILLEVAUX, 1858
BOUILLEVAUX Charles-Émile, Voyage dans l’Indo-Chine, 1858-1856, Paris : Victor Palmé, 1858.

BOURDIER, 2012
BOURDIER Frédéric, « Réflexion pour une ethnohistoire des peuples sans écriture du Cambodge », Péninsule, 65, 2012, p. 17-46.

BRONSON, 1992
BRONSON Bennett, « Patterns in the Early Southeast Asian metals trade », in Ian. C. GLOVER, Pornchai SUCHITTA, John VILLIERS (éds.), Early metallurgy, trade and urban centers in Thaïland and Southeast Asia, Bangkok : White Lotus, 1992, p. 63-114.

BROSSARD DE CORBIGNY, 1872
BROSSARD DE CORBIGNY Jules, « De Saïgon à Bangkok par l’intérieur de l’Indo-Chine, notes de voyage, janvier-février 1871 », Revue Maritime et Coloniale, 34, 1872, p. 45-74.

BUNKER, 2000
BUNKER Emma C., « Splendour and sensuality in Angkor period Khmer jewellery », Orientations, 31, 3, 2000, p. 102-113.

BUNKER & LATCHFORD, 2008
BUNKER Emma C., LATCHFORD Douglas A. J., Khmer Gold, Gifts for the Gods, Chicago : Art Media Resources, 2008.

CABATON, 1914
CABATON Antoine, Brève et véridique relation des évènements du Cambodge par Gabriel Quiroga de San Antonio, de l’ordre de Saint Dominique, Paris : Ernest Leroux, 1914.

CŒDÈS, 1960
CŒDÈS George, « L’avenir des études khmères », Compte rendu de l’Académie des Inscriptions et des Belles lettres, 1960, p. 367-374.

COOPER & COOPER, 1976
COOPER James, COOPER Nancy, Halang Rhyming Dictionary: Halang-English, Dallas : Summer Institute of Linguistics, 1976.

CORTESÃO, 1944
CORTESÃO Armando, The Suma oriental of Tomé Pires : an account of the East, from the Red Sea to Japan, written in Malacca and India in 1512-1515 ; and, the book of Francisco Rodrigues, rutter of a voyage in the Red Sea, nautical rules, almanack and maps, written and drawn in the East before 1515, Londres : Hakluyt Society, 1944.

COUSSOT & RUEL, 1898.
COUSSOT Alfred, RUEL Henri, Douze mois chez les sauvages du Laos, Paris : Augustin Challamel, 1898.

DAGENS, 2003
DAGENS Bruno, Les Khmers, Paris : Les Belles Lettres, 2003.

DOTTIN, 1971
DOTTIN Olivier, Géologie et mines du Cambodge, Phnom Penh : Service national des mines, de la géologie et du pétrole, 1971.

DOURISBOURE, 1889
DOURISBOURE Pierre X., Dictionnaire Bahnar-Français, Hong Kong : Imprimerie de la Société des Missions Étrangères, 1889.

DUBE, 2001
DUBE R. K., « India’s Contribution to the Mining, Extraction and Refining of Gold: Some Observations Related to the Pre-Christian Era », in Ramachandra P. RAO, Nani G. GOSWAMI (éds.), Metallurgy in India: A Retrospective, New Delhi : India International Publisher, 2001, p. 163-181.

DUPAIGNE, 1992
DUPAIGNE Bernard, « La métallurgie dans l’ancien Cambodge. Travail des dieux, travail des hommes », Études Rurales, 125-126, 1992, p. 13-24.

ÉVRARD et al., 2015
ÉVRARD Olivier, PRYCE Thomas O., SPRENGER Guido, CHIEMSISOURAJ Chanthaphilith, « Of myths and metallurgy: Archaeological and ethnological approaches to upland iron production in 9th century CE northwest Laos », Journal of Southeast Asian Studies, 47, 1, 2015, p. 109–140.

FERRAND, 1913-1914
FERRAND Gabriel, Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turks relatifs à l’Extrême-Orient du viiie au xviiie siècles, Paris : Ernest Leroux, Documents historiques et géographiques publiés sous la direction de MM. Henri Cordier et Louis Finot, Tome II et III, 1913-1914.

GARNIER, 1871
GARNIER Francis, « Voyage lointain aux royaumes du Cambodge et Laouwen par les Néerlandais et ce qui s’y est passé jusqu’en 1644 », Bulletin de la Société Géographique de Paris, 6, 2, 1871, p. 249-289. 


GARNIER, 1873
Garnier Francis, Voyage d’exploration en Indo-Chine, Paris : Hachette, 1873.

GOLAS, 1999
GOLAS Peter J., Science and Civilisation in China. Vol. 5 Chemistry and Chemical Technology.
Part 13 : Mining
, Cambridge : Cambridge University Press, 1999.

GROSLIER, 1958
GROSLIER Bernard Philippe, Angkor et le Cambodge au xvie siècle d’après les sources portugaises et espagnoles, Paris : Presses Universitaires de France, 1958.

GUÉRIN & CHHOM, 2014
GUÉRIN Mathieu, CHHOM Kunthea, « Le périple de Khim et Nov de Stung Treng à Attopeu en 1883, récit d’exploration cambodgien du xixe siècle », Péninsule, 69, 2, 2014, p. 103-140.

HAMILTON, 1727
HAMILTON Alexander, A new account of the East-Indies (1688-1723), volume II, Edinburgh : John Mosman, 1727.

HENDRICKSON, 2007
HENDRICKSON Mitch, Arteries of Empire: An operational study of transport and communication in Angkorian Southeast Asia (9th to 15th centuries CE), Thèse de doctorat, Sydney : University of Sydney.

HENG, 2016
HENG Piphal, « Transition to the Pre-Angkorian period (300–500 CE): Thala Borivat and a regional perspective », Journal of Southeast Asian Studies, 47, 3, 2016, p. 484–505.

HIRTH & ROCKHILL 1911
HIRTH Friedrich, ROCKHILL William W., Chau Ju-Kua: his work on the Chinese and Arab trade in the twelfth and thirteenth centuries, entitled Chu-fan-chï, St. Petersburg : Imperial Academy of Science, 1911.

JACQUES et GOODALL, 2014
JACQUES Claude, GOODALL Dominic, « Stèle inscrite d’Īśānavarman II à Vat Phu : K. 1320 », Aséanie, 33, 2014, p. 395-454.

JOUBERT, 1873
JOUBERT Lucien-Eugène, « Géologie et minéralogie », in Francis GARNIER (éd.), Voyage d’exploration en Indo-Chine, Tome second, Paris : Hachette, 1873, p. 73-169.

LECLÈRE, 1894
LECLÈRE Adhémard, Recherches sur le droit public des Cambodgiens, Paris : Augustin Challamel, 1894.

LEJOSNE, 1993
LEJOSNE Jean-Claude, Le journal de voyage de Gerrit Van Wuysthoff et de ses assistants au Laos (1641-1642). Seconde édition, revue et complétée, Metz : Centre de Documentation et d’Information sur le Laos, 1993.

LUCE & OEY, 1961
LUCE Gordon H., OEY Gyok P., The Man shu, book of the southern barbarians, Ithaca, New York : Southeast Asia Program, Dept. of Far Eastern Studies, Cornell University, 1961.

LUSTIG, 2009
LUSTIG Eileen, Power and pragmatism in the political economy of Angkor (2 vol.), Thèse de doctorat, Sydney : University of Sydney, 2009.

LUSTIG, 2010
LUSTIG Eileen, « Money doesn’t make the world go round: Angkor’s non-monetisation », in D. C. WOOD (éd.), Economic Development, Integration, and Morality in Asia and the Americas, Bingley : Emerald, 2010, p. 165-200.

MALLERET, 1962
MALLERET Louis, L’archéologie du delta du Mékong, III. La culture du Fou-nan, Paris : EFEO, publication de l’EFEO, volume XLIII, 1962. 


MARINI, 1666
MARINI, Giovanni Philippo de, Relation nouvelle et curieuse des royaumes de Tunkin et de Lao, traduite de l’italien par F. Leconte, Paris : Gervais Clouzier, 1666.

MEHREN, 1874
MEHREN August Ferdinand, Manuel de la cosmographie du Moyen Âge, traduit de l’arabe “Nokhbet ed-dahr fi ‘Adjaib-il-birr wal-bah’r” de Shems ed-Dīn Abou-‘Abdallah Moh’ammed de Damas, et accompagné d’éclaircissements par M. A. F. Mehren, Copenhague : C. A. Reitzel, 1874.

MIKAELIAN, 2006
MIKAELIAN Grégory,
Recherches sur l’histoire du fonctionnement politique des royautés post- angkoriennes (c. 1600-c. 1720), appuyées sur l’analyse d’un corpus de décrets royaux khmers du XVIIe siècle (3 vol.), Thèse de doctorat, Paris : Université Paris-Sorbonne (Paris IV), 2006.

MIKAELIAN, 2015
MIKAELIAN Grégory, « Le roi khmer, ses neveux jöraï, ses dépendants kuoy et pear. Un aperçu de la double légitimation du pouvoir dans le Cambodge du xviie siècle », Péninsule, 71, 2015, p. 35-76.

MORGA, 1609
MORGA Antonio de, Sucesos de las islas Filipinas, A don Cristoval Gomez de Sandoual y Rojas, Duque de Cea, por el doctor Antonio de Morga, Alcalde del Crimen, de la real Audiencia de la Nueva España, Consultor del Santo Oficio de la Inquisición, Mexico : Geronymo Balli, 1609.

MOUSCADET, 2013
MOUSCADET Marc, L’exploitation du sous-sol au Laos (1893-1940), Mémoire de recherche, Paris : Inalco, 2013.

NÉPOTE & DE VIENNE, 2011
NÉPOTE Jaques, de VIENNE Marie-Sybille, « Relation nouvelle et curieuse du Royaume de Lao par le Père Giovanni Filippo de Marini », Péninsule, 63, 2011, p. 73-170.

NNRICP, 2018
Nara National Research Institute for Cultural Properties, Survey and Restoration of Western Prasat Top, Interim Report 5, Brick Structure of Northern Sanctuary, Nara : National Institute for Cultural Heritage, 2018.

PELLIOT, 1903
PELLIOT Paul, « Le Fou-nan », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 3, 2, 1903, p. 248-303.

PELLIOT, 1951
PELLIOT Paul, Mémoires sur les coutumes du Cambodge de Tcheou Ta-kouan. Version nouvelle suivie d’un commentaire inachevé, Paris : Adrien Maisonneuve, Œuvres posthumes de Paul Pelliot (3), 1951.

PICANON, 1901
PICANON Eugène, Le Laos Français, Paris : Augustin Challamel, 1901.

PORÉE-MASPERO, 1962
PORÉE-MASPERO Éveline, Étude sur les rites agraires des cambodgiens, tome premier, Paris : Mouton & Co, 1962.

POTTIER, 1998
POTTIER Christophe, « La restauration du perron nord de la terrasse des Éléphants à Angkor Thom. Rapport sur la première année de travaux (avril 1996-avril 1997) », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, 84, 1997, p. 376-401.

PURCHAS, 1906
PURCHAS Samuel, « A Treatise of China and the adjoyning Regions, written by Gaspar Da Cruz a Dominican Friar, and dedicated to Sebastian King of Portugall », in Samuel PURCHAS (éd.), Hakluytus posthumus, or, Purchas his Pilgrimes: containing a history of the world in sea voyages and lande travels by Englishmen and other, Glasgow : James MacLehose and Sons & Glasgow University Press, 1906, p. 474-565.

REINACH, 1911
REINACH Lucien de, Le Laos, édition posthume, revue et mise au jour par P. Chemin Dupontès, Paris : E. Guilmoto, 1911.

REINECKE et al., 2009 
REINECKE Andreas, VIN Laychour, SENG Sonetra, The First Golden Age of Cambodia: Excavation at Prohear, Bonn : German Foreign Office, 2009.

RHODES, 1653
RHODES Alexandre de, Divers voyages et missions du P. Alexandre de Rhodes en la Chine et autres royaumes de l’Orient, avec son retour en Europe par la Perse et l’Arménie, Paris : Sebastien Mabre-Cramoisy, Imprimeur du Roy, 1653.

SAHAI, 1970
SAHAI Sachchidanand, Les institutions politiques et l’organisation administrative du Cambodge ancien (viexiiie s.), Paris : EFEO, publication de l’EFEO, volume LXXV, 1970.

SCHLOSSER et al., 2012
SCHLOSSER Sandra, REINECKE Andreas, SCHWAB Roland, PERNICKA Ernst, SENG Sonetra, VIN Laychour, « Early Cambodian gold and silver from Prohear: composition, trace elements and gilding », Journal of Archaeological Science, 39, 2012, p. 2877-2887.

SIDWELL, 2011
SIDWELL Paul, Proto Bahnaric, unpublished manuscript, 2011.

SIENG, 2004
SIENG Sotham, Small scale gold mining in Cambodia, a situation assessment, July 2004, Département général des mines et de l’énergie & Oxfam America, rapport non publié, 2004.

SILICE, 1921-1923
SILICE André, « Vestiges japonais au Cambodge », Arts et Archéologie Khmers, 1, 1921-1923, p. 409-411.

SOUTIF, 2009
SOUTIF Dominique, Organisation religieuse et profane du temple khmer du VIIe au XIIIe siècle (3 vol.), Thèse de doctorat, Paris : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2009.

TERNAUX COMPANS, 1840-1841
TERNAUX COMPANS Henri, Archives des voyages, ou Collection d’anciennes relations inédites ou très rares de lettres, mémoires, itinéraires et autres documents relatifs à la géographie et aux voyages, suivies d’analyses d’anciens voyages et d’anecdotes relatives aux voyageurs, tirées des mémoires du temps, Paris : Librairie d’Arthus Bertrand, éditeur des nouvelles annales des voyages, 1840-1841.

TRANET, 1983
TRANET Michel, « Étude sur la Sāvatār Vatt Saṃpuk », Seksa Khmer, 6, 1983, p. 75-107.

VINCENT, 2012
VINCENT Brice, Saṃrit. Étude de la métallurgie du bronze dans le Cambodge angkorien (fin du xie – début du xiiie siècle) (3 vol.), Thèse de doctorat, Paris : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2012.

VINCENT, 2014
VINCENT Brice, « Le mobilier en bronze du palais royal d’Angkor Thom », Aséanie, 33, p. 211-277.

WOODWARD & DAVIDS, 1932
WOODWARD Frank Lee, DAVIDS Rhys, The Book of the gradual sayings (Anguttara-nikāya) or more-numbered suttas, vol.1, Ones, twos, threes, Londres : The Oxford University Press, 1932.


Table des illustrations

Fig. 1 : Répartition et accessibilité des gisements d’or dans le Cambodge angkorien. Carte : S. Clouet.

Fig. 2 : Récipients en vannerie et batée (à droite) sous un auvent. Ethnie Jeh ou Sedang, nord-est du Cambodge, ouest du Vietnam. Photo : Jean-Dominique Lajoux, 1955. (https://www.uplands.info).

Fig. 3 : Batées en bois, Angkor, Cambodge, xxe siècle. Conservation d’Angkor. Photos : S. Clouet.

Fig. 4 : Homme penché sur une batée où il fait rentrer de l’eau. Ethnie Jeh ou Sedang, nord-est du Cambodge, ouest du Vietnam. Photo : Jean-Dominique Lajoux, 1955. (https://www.uplands.info).

Couverture : Orpailleur dans une rivière aurifère. Ethnie Jeh ou Sedang, nord-est du Cambodge, ouest du Vietnam. Photo : Jean-Dominique Lajoux, 1955. (https://www.uplands.info).

Tab. 1 : Tableau récapitulatif des mentions de la présence d’or dans les limites du territoire angkorien dans les sources textuelles étrangères (viexviiie siècle).


  1. Bronson, 1992, p. 98 ; Hendrickson, 2007, p. 231 ; Bennet, 2009. []
  2. Il s’agit de dépôts alluvionnaires, formés par érosion ou désagrégation d’un gisement primaire en contexte fluviatile. []
  3. L’expression « hinterland indochinois » désigne à la période coloniale la région montagneuse et couverte par la forêt qui s’étend sur le nord-est du Cambodge, le sud du Laos et l’ouest du Vietnam, peuplée par de nombreux groupes ethniques. []
  4. Reinecke et al., 2009, p. 152. []
  5. Malleret, 1962, p. 37, 39-41. []
  6. Voir par exemple Boisselier, 1966, p. 352-353 ; Pottier, 1998, p. 400-401 ; Bunker, 2000 ; Bunker & Latchford, 2008. []
  7. Signalons notamment la découverte d’un unique moule à bijoux en schiste noir dans l’enceinte du palais royal d’Angkor Thom (Vincent, 2014, p. 235). []
  8. Vincent, 2012, p. 119-120. []
  9. Sahai, 1970, p. 114, 116 ; Cœdès, 1960, p. 370 ; Dagens, 2003, p. 128 ; Soutif, 2009. []
  10. Lustig, 2009, p. 92. []
  11. Pelliot, 1951, p. 27. []
  12. Cœdès, 1960, p. 370. []
  13. Lustig, 2010, p. 191-193. []
  14. Sahai, 1970, p. 114 ; voir aussi Soutif, 2009, p. 235-238. []
  15. Jacques et Goodall, 2014, p. 429. []
  16. Pelliot, 1951, p. 27. []
  17. Pelliot, 1903, p. 254. []
  18. Ibid., p. 261. []
  19. Ibid., p. 254, 263. []
  20. Hirth & Rockhill 1911, p. 53-54. []
  21. Ferrand, 1913-1914, p. 382 ; voir aussi Mehren, 1874, p. 207. []
  22. Cortesão, 1944, p. 112, 113, 390 ; Groslier, 1958, p. 143. []
  23. Purchas, 1906, p. 481. []
  24. Cabaton, 1914, p. 208. []
  25. Ibid., p. 124. []
  26. Ternaux Compans, 1840-1841, p. 279, 284-285. []
  27. Morga, 1609, p. 45 ; Cabaton , 1914, p. xviii. []
  28. Borri & de la Croix, 1631, p. 30 ; Rhodes, 1653, p. 64 ; Népote & de Vienne, 2011, p. 98 ; Marini, 1666, p. 338. []
  29. Garnier, 1871, p. 256 ; Lejosne, 1993, p. 105. []
  30. Bassett, 1962, p. 59. []
  31. Hamilton, 1727, p. 198, 204 et 208. []
  32. Reinach, 1911, p. 316. []
  33. Joubert, 1873, p. 154-155. []
  34. Aymonier, 1895, p. 136. []
  35. Mouscadet, 2013. []
  36. L’expression « khas » désigne en lao les « sauvages », correspondant à la période coloniale à l’ensemble des groupes ethniques qui occupent les régions de forêts et de montagnes, notamment au niveau de la chaîne annamitique. []
  37. Reinach, 1911, p. 315-316. []
  38. Bel, 1898a, p. 275-278. []
  39. Mouscadet, 2013. []
  40. Les Halangs constituent une des ethnies bahnariques présentes dans la région de la Sékong et de la Sésane. []
  41. Bel, 1898a, p. 275-278. Sur la question de l’orpaillage autour de Bokkham, voir Coussot & Ruel, 1898. []
  42. Bonin, 1896, p. 124 ; Garnier, 1871, p. 253-254. []
  43. Brossard de Corbigny, 1872, p. 58-59 ; Aymonier 1901, p. 324. []
  44. Joubert, 1873, p. 154. []
  45. Sieng, 2004, p. 19. []
  46. Dottin, 1971, p. 33-34. []
  47. Aymonier, 1897, p. 294 ; 1901, p. 116. []
  48. Ternaux Compans, 1840-1841, p. 279. []
  49. Garnier, 1871, p. 256 ; Lejosne, 1993, p. 105. []
  50. Garnier, 1871, p. 256 ; Silice, 1921-1923, p. 410 ; Mikaelian, 2006, p. 150. []
  51. Népote & de Vienne, 2011, p. 98 ; voir aussi Marini, 1666, p. 338. []
  52. Pelliot, 1903, p. 281. []
  53. Sur l’occupation ancienne de Thala Borivat, voir : Heng, 2016. []
  54. Bennett, 2009, p. 100. []
  55. Schlosser et al., 2012, p. 2883. []
  56. Pour la période préangkorienne, deux objets en or provenant des fouilles de Óc Eo ont fait l’objet d’une analyse chimique : un lingot de 7 g : or : 75,05 % ; argent : 19.24 % ; cuivre : 5,36 % ; et un fragment de fil de 2,8 g : or : 88,21 % ; argent : 10,26 % ; cuivre : 1,20 % (Malleret, 1962, p. 460). Pour la période angkorienne, 26 micro fragments d’objets en or ont fait l’objet d’une analyse de surface par fluorescence X (XRF). Les résultats obtenus ont mis en évidence deux compositions différentes avec de « l’or pur », contenant moins de 10 % d’argent, et de l’or allié contenant 20 % à 30 % d’argent. Les teneurs en cuivre relevées s’échelonnent de 1 % à 10 % (NNRICP, 2018, p. 34-35). []
  57. Dourisboure, 1889, p. 200. []
  58. Cooper & Cooper, 1976. []
  59. Sidwell, 2011. []
  60. Sur l’emploi de l’ethnohistoire dans le cadre d’une étude des sociétés non khmères du Cambodge, voir Bourdier, 2012 ; plus spécifiquement pour l’emploi des données ethnographiques lors de l’étude d’une pratique métallurgique ancienne, voir Évrard et al., 2015. []
  61. D’autres groupes austro-asiatiques et austronésiens sont présents dans la région, à l’image des Jaraï, pour lesquels nous n’avons toutefois trouvé aucune mention d’orpaillage dans la documentation disponible. []
  62. Leclère, 1894, p. 232. []
  63. Antelme, 2012, p. 123-131. []
  64. Cette minorité est présentée par l’ethnologue Charles Archaimbault comme les « premiers occupants », les « gardiens rituels éminents du sol » dans la région de Champassak (Archaimbault, 1961, cité dans Dupaigne, 1992, p. 15). []
  65. Tranet, 1983, p. 99 ; voir aussi Mikaelian, 2015. []
  66. Mikaelian, 2015. []
  67. Ternaux Compan, 1840-1841, p. 279. []
  68. Garnier, 1871, p. 256 ; Bonin, 1896, p. 118. L.-E. Joubert note à ce propos l’exigence du roi du Siam pour cette poudre d’or, obligeant les villages de la Sékong à se livrer à l’orpaillage même lorsque le rendement est faible (Joubert, 1873, p. 91). []
  69. Garnier, 1873, p. 216. []
  70. Voir par exemple Picanon, 1901, p. 317 ; Guérin & Chhom, 2014, p. 135. On notera toutefois que l’ensemble de la documentation photographique ancienne disponible montre des hommes. []
  71. Aymonier, 1895, p. 136. []
  72. Bel, 1898b, p. 22. []
  73. Porée-Maspero, 1962, p. 12. []
  74. Archaimbault, 1985. []
  75. À la fin du xixe et au début du xxe siècle, Angkor a fait l’objet de nombreux pillages destinés à récupérer des micro-fragments d’or et d’argent, produits d’écaillage et rognures d’objets anciens, dans les niveaux de sédiments anciens. Pour ce faire, les pilleurs creusaient des puits dans lesquels ils prélevaient de la terre qu’ils allaient ensuite laver à l’aide d’une batée dans les bassins et les douves de l’ancienne capitale. Louis Malleret observe la même activité dans le delta du Mékong en 1944, sur le site de Óc Eo (Malleret, 1962, p. 5). []
  76. Bel, 1898a, p. 277-278. []
  77. Golas, 1999, p. 243. []
  78. Luce & Oey, 1961, p. 71. []
  79. Woodward & Davids, 1970, p. 231 ; Dube, 2001, p. 171-172. []
  80. Aymonier, 1895, p. 136. []
  81. Bouillevaux, 1858, p. 308 ; Joubert, 1873, p. 154 ; Bonin, 1896, p. 124. []