Archives par mot-clé : église

L’articulation de l’espace sacré au sein de l’édifice religieux dans le bassin méditerranéen occidental et à ses marges (XIe-XIIe siècles)

par Alexandra Sotirakis

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 22 janvier 2015
Article soumis le 3 avril 2016
Article publié le 29 juin 2016

Résumé

L’espace sacré de l’église n’est pas homogène mais se compose de différents espaces articulés de manière à répondre à plusieurs nécessités, notamment liturgiques. Décor et mobilier sont des éléments déterminants dans la mise en place de cette articulation, toutefois l’appréhension d’édifices d’un point de vue structurel permet également d’ouvrir des pistes de réflexions en ce sens : en effet, il semble que certaines dispositions architecturales participent d’une volonté de délimiter physiquement et symboliquement des espaces au sein de l’église. 

                                                                                                                      


Introduction

Dans l’espace profane de la ville ou du monde rural, l’église s’illustre comme une enclave sacrée répondant à d’autres règles et nécessités que celles du milieu laïque. En franchissant le seuil de l’édifice, le sujet devient un fidèle dont le parcours est régi par des obligations et interdits que l’architecture elle-même peut signaler. Ainsi l’église n’est-elle pas un espace sacré unitaire, mais elle se présente au contraire comme une somme d’espaces articulés dont le caractère sacré varie selon les fonctions qui leur sont attachées.

L’historiographie actuelle favorise volontiers une approche fonctionnelle des espaces ecclésiaux, démarche qui reste toutefois encore récente dans l’histoire de l’art du Moyen Âge. Les fondements en sont en effet posés par Carol Heitz en 1963 dans un ouvrage qui étudie les rapports entre l’architecture carolingienne et la liturgie, démontrant combien les liturgies processionnelles avaient eu un fort impact sur l’élaboration de l’édifice religieux1. Cette publication, qui prend ses distances avec une tradition habituée à se concentrer essentiellement sur l’architecture et le décor, pose les premiers jalons d’une réflexion qui n’a cessé depuis de s’étoffer grâce à la multiplication des recherches dans ce domaine2. On sait mieux désormais que des usages précis pouvaient être attribués à certains espaces bien définis dans l’église3, mais aussi qu’un même espace pouvait assumer plusieurs fonctions, par exemple avec l’apparition des sépultures à l’intérieur de la nef4 alors que celle-ci n’était pas a priori destinée à endosser une fonction funéraire.

Il n’est toutefois pas toujours aisé de distinguer dans quelle mesure l’architecture et le décor signalent un usage spécifique de l’espace ; à l’inverse, l’historien de l’architecture ou l’archéologue d’aujourd’hui peuvent se heurter, au cours de l’exercice difficile d’interprétation des espaces de l’église, à la question de savoir si une différence de traitement formel ou structurel exprime nécessairement un changement de fonction au sein de l’édifice.

Guidé par ces questionnements, l’enjeu de cet article est d’interroger une disposition structurelle spécifique qui tend à isoler et à articuler de manière très claire des espaces dans l’église. Seront examinés des édifices situés dans le large pourtour de la partie septentrionale de la mer Tyrrhénienne, en Italie et à ses frontières, dans un contexte chronologique limité aux XIe et XIIe siècles. L’enquête n’exclut toutefois pas certains détours chronologiques et géographiques qui s’avèrent stimulants pour les recherches, notamment lorsqu’ils permettent d’évoquer des modèles ou des sources, ainsi qu’une méthodologie qui s’est révélée fructueuse pour l’interprétation fonctionnelle des espaces.

Il s’agira dans un premier temps de mener une réflexion sur les moyens qui contribuent à l’articulation, voire à la hiérarchisation des espaces. On pourra par la suite proposer quelques pistes d’interprétations.

 

I. L’articulation de l’espace au sein du lieu de culte 

 Mobilier et décor contribuent tous deux à la différenciation des espaces au sein de l’église. Marquant la limite antérieure du chœur liturgique, la barrière de chancel indique clairement la séparation de la zone accessible aux laïcs, et représente ainsi une limite à la fois physique et symbolique dans la mesure où elle souligne le caractère plus sacré de l’espace des officiants par rapport à celui dans lequel peuvent évoluer les fidèles. La hiérarchisation des espaces peut aussi être signifiée par le décor, toutes techniques confondues : peinture murale ou sur vitrail, sculpture, mosaïques sont autant de moyens d’articuler l’espace, et des recherches récentes ont démontré que ce décor peut concourir à faire écho aux agencements liturgiques5.

Ces pistes représentent aujourd’hui autant de perspectives de recherche privilégiées, qui ne doivent toutefois pas conduire à écarter une approche comparative structurelle de l’architecture religieuse. On note qu’un nombre important de constructions du bassin méditerranéen occidental et de ses marges (Corse, Toscane, Ligurie, mais aussi, de manière plus large, Suisse, Savoie et Lombardie) adoptent une disposition visant à isoler certaines parties orientales de l’église. Tous ces édifices se caractérisent par un couvrement mixte, c’est-à-dire charpenté sur la nef et voûté de pierres dans les parties orientales, dispositif qui peut être accompagné d’une différence marquée de la hauteur du couvrement ou des dimensions des travées, d’un emmarchement, d’une variation du décor (notamment de la plastique murale), et parfois également de véritables cloisons.

Les prospections menées jusqu’à présent permettent d’ores et déjà d’identifier plusieurs typologies structurelles interprétant ce schéma avec diverses variations.

FIg.1
Figure 1. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), vue générale de la nef vers l’est
Figure 2. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), travée orientale sud
Figure 2. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), travée orientale sud
Figure 3. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), travée orientale nord
Figure 3. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), travée orientale nord
Figure 4. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), plan
Figure 4. San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), plan

Dans quelques cas, le plan est formé de trois vaisseaux conclus par une abside, et seules les travées les plus orientales des deux vaisseaux latéraux sont voûtées. Il s’agit le plus souvent de voûtes d’arêtes, parfois rehaussées de nervures. En Toscane, la pieve6 de San Pietro a Gropina en est une illustration parfaite. Située en diocèse arétin, dans le Valdarno supérieur, l’église comporte une voûte d’arêtes dans la travée orientale sud tandis que son pendant au nord est pourvu d’ogives (Fig. 1 à 4). L’originalité de cette irrégularité est toutefois discutée, et l’on y a parfois lu la trace d’un remaniement postérieur, même s’il n’est pas documenté7. Le chantier en lui-même date du milieu du XIIe siècle8, dans l’orbite temporelle des Conti Guidi, puissants seigneurs du Casentino9.

fig5
Figure 5. San Pietro di Romena (Pratovecchio, Toscane, Italie), vue générale de la nef vers l’est
Figure 6. San Pietro di Romena (Pratovecchio, Toscane, Italie), chevet.
Figure 6. San Pietro di Romena (Pratovecchio, Toscane, Italie), chevet.

Deux autres édifices toscans gravitent dans un territoire investi par les Guidi : San Pietro di Romena10 et Santa Maria Assunta a Montemignaio sont deux pievi du Casentino appartenant au diocèse de Fiesole mais situées à quelques kilomètres seulement de Gropina, et leur construction peut être attribuée sensiblement à la même époque11. L’organisation structurelle répond aux mêmes critères12, mais la différence réside dans le rétrécissement significatif des deux travées voûtées, nettement plus étroites que les autres, ainsi que dans leur couvrement, en berceaux transversaux (Fig. 5). L’isolement des espaces se trouve renforcé par la diminution de la largeur des travées ; pour le reste, les trois églises toscanes ont un chœur dépourvu de travée droite, le vaisseau central débouchant donc directement sur l’abside. L’abaissement de la hauteur du couvrement des travées voûtées est perceptible dans les trois édifices, mais seulement à l’intérieur ; à l’extérieur, la couverture est continue jusqu’à l’abside. Romena et Gropina adoptent en outre un décor particulièrement riche précisément sur ces parties orientales. Il se compose à l’intérieur de deux niveaux d’arcatures dans l’abside centrale (Fig. 1 et 5) ; le même motif est présent à l’extérieur, et s’étend aux parois orientales des vaisseaux latéraux (Fig. 6).

Figure 7. San Parteo de Mariana (Lucciana, Corse), intérieur, abside et voûtes latérales.
Figure 7. San Parteo de Mariana (Lucciana, Corse), intérieur, abside et voûtes latérales.
Figure 8. Santa Maria d’Ampugnani (Casalta, Corse), intérieur, vue générale de la nef vers l’est.
Figure 8. Santa Maria d’Ampugnani (Casalta, Corse), intérieur, vue générale de la nef vers l’est.

La distinction et l’articulation des espaces sont encore plus prononcées lorsque de telles voûtes de pierres flanquent l’abside alors que la nef n’est composée que d’un seul vaisseau. Au moins deux édifices adoptent une telle disposition en Corse13 : San Parteo de Mariana et Santa Maria d’Ampugnani. La première, qui appartient au diocèse de Mariana et est construite à côté de la cathédrale, remonte aux premières décennies du XIIe siècle14, tandis que la seconde aurait été bâtie au milieu du siècle et appartiendrait donc au diocèse d’Accia nouvellement créé15. Dans les deux cas, la présence de voûtes d’arêtes de part et d’autre de l’abside conduit immédiatement à distinguer ces espaces, qui sont aussi nettement plus bas que le reste de l’église (Fig. 7 et 8). Cette disposition est particulièrement singulière, et ne s’observe que très rarement dans les édifices étudiés lors de nos prospections.

Figure 9. San Nicolò di Piona (Colico, Lombardie, Italie), vue générale de la nef vers l’est.
Figure 9. San Nicolò di Piona (Colico, Lombardie, Italie), vue générale de la nef vers l’est.
Figure 10. San Nicolò di Piona (Colico, Lombardie, Italie), plan.

Lorsque des édifices à un seul vaisseau présentent la spécificité d’adopter tout de même un couvrement mixte, celui-ci prend la forme d’un berceau ou d’une voûte d’arêtes placée dans la travée précédant l’abside. On observe cet agencement dans deux églises situées de part et d’autre de la frontière italo-suisse, San Nicolò di Piona en Lombardie, et San Nicolao di Giornico dans le Tessin. Piona (Fig. 9) est une église prieurale clunisienne appartenant au diocèse de Côme et dont la construction peut être placée vers 1050-1070, avec des remaniements à la fin du XIe ou au tout début du XIIe siècle qui peuvent expliquer les irrégularités de son plan (allongement de la nef vers l’ouest et réfection des parties orientales16) (Fig. 10). A l’intérieur, la voûte n’abaisse pas vraiment le niveau du couvrement, alors que l’extérieur laisse voir un étagement progressif des volumes. Le plafond actuel est cependant le fruit de restaurations modernes17, et l’on peut se poser la question de l’existence, à l’origine, d’une charpente apparente qui aurait alors accentué l’individualisation de cet espace oriental par un couvrement plus bas que la nef. Par ailleurs, cet espace était d’autant plus distingué du reste de l’édifice qu’il se trouvait dans la partie de l’église réservée aux religieux, laquelle était séparée par une barrière transversale aujourd’hui disparue18. Le décor peint qui orne aujourd’hui le berceau de pierre est quant à lui un ajout du XIIIe siècle19, et l’on ignore s’il recouvre des peintures plus anciennes qui auraient alors mis en valeur de façon éminente cette travée.

Figure 11. San Nicolao di Giornico (Gionico, Tessin, Suisse), vue générale de la nef vers l’est.
Figure 11. San Nicolao di Giornico (Gionico, Tessin, Suisse), vue générale de la nef vers l’est.

A Giornico, dans le diocèse de Milan, l’articulation de la travée orientale est d’autant plus manifeste que celle-ci est très franchement surélevée au-dessus d’une crypte20 (Fig. 11). L’église, certainement construite dans la première moitié du XIIe siècle21, accueillait une communauté et était sujette à l’autorité de l’abbaye bénédictine de Fruttuaria, dans le Piémont22, elle-même sous le contrôle direct du pape23. Ce statut pourrait étayer l’hypothèse d’un arc, voire d’une paroi transversale séparant la nef en deux. A mi-longueur en effet, deux piles, aujourd’hui surmontées d’un mur nu, sont engagées dans les murs-gouttereaux ; elles pourraient être le vestige d’une organisation visant à séparer les laïcs des religieux24. La travée orientale est donc distinguée à la fois par sa surélévation et par l’irruption de la voûte, et elle est également nettement articulée par le rétrécissement de sa largeur.

Figure 12. Santa Maria Assunta de Mariana (Lucciana, Corse), vue générale de la nef vers l’est.
Figure 12. Santa Maria Assunta de Mariana (Lucciana, Corse), vue générale de la nef vers l’est.

En revenant au pourtour tyrrhénien, en Corse, on rencontre un type plus fréquent : dans les cathédrales de Mariana et de Saint-Florent du Nebbio, sièges respectifs des diocèses du même nom, les trois vaisseaux sont conclus par une seule abside, mais aux deux voûtes d’arêtes latérales s’ajoute une travée droite monumentalisée par un arc triomphal et voûtée en berceau (Fig. 12). Une consécration est documentée dans la cathédrale de Mariana en 111925, et sa construction doit justement se rapporter à la fin du XIe ou au tout début du XIIe siècle26, même si l’on n’est pas certain que le chantier fût terminé au moment de cette cérémonie. On constate, dans l’édifice, une nette progression de l’entrée jusqu’à l’autel, notamment par les impostes des piles qui guident le regard vers la travée droite mise en valeur aussi par l’arc triomphal. Une implantation similaire serait présente dans un autre édifice corse aujourd’hui en ruines, la pieve de Moriani, dont le plan a été mis en lumière par des fouilles à la fin des années soixante27.

fig13
Figure 13. Eglise d’Amsoldingen (Berne, Suisse), vue générale de la nef vers l’est.
fig14
Figure 14. San Pietro d’Agliate (Carate Brianza, Lombardie, Italie), vue générale de la nef vers l’est.

Cette disposition structurelle est adoptée également dans une région qui se caractérise pourtant par un langage architectural tout à fait différent : en Suisse, dans le diocèse de Lausanne le long du lac de Thoune, les églises d’Amsoldingen (Fig. 13) et de Spiez, qui sont habituellement rattachées au « premier art roman » et par conséquent datées du début du XIe siècle28, présentent en effet la même particularité, celle d’une nef charpentée qui laisse place à une travée droite voûtée en berceau, flanquée de deux travées voûtées d’arêtes, les trois vaisseaux se concluant cette fois par trois absides. On peut évoquer ici une autre illustration de cette implantation, à San Pietro d’Agliate en Lombardie (Fig. 14) : cette église du diocèse milanais, qui a, elle aussi, été rattachée au « premier art roman29 », présente la spécificité remarquable d’isoler les travées orientales latérales par de véritables parois, de sorte qu’elles deviennent des chapelles n’ouvrant que sur les vaisseaux latéraux.

Sans évoquer ici de manière exhaustive tous les types qui interprètent de diverses manières l’articulation des parties orientales, on ne peut passer sous silence une implantation qui semble être particulièrement bien représentée, et qui consiste dans le fait de voûter d’arêtes toutes les travées orientales précédant la ou les absides. On se limitera à citer deux églises construites sur ce schéma : San Pietro di Biasca, dans le Tessin, et Sant’Abbondio de Côme en Lombardie.

Figure 15. San Pietro di Biasca (Tessin, Suisse) : vue générale de la nef vers l’est.
Figure 15. San Pietro di Biasca (Tessin, Suisse) : vue générale de la nef vers l’est.
Figure 16. San Pietro di Biasca (Tessin, Suisse) : travée orientale nord, voûte.
Figure 16. San Pietro di Biasca (Tessin, Suisse) : travée orientale nord, voûte.

Biasca, dont la construction peut remonter à la première moitié du XIIe siècle30, est une pieve qui accueillait des chanoines31. Située comme Agliate dans le diocèse milanais et pourvue de trois vaisseaux, la travée droite n’est ici pas particulièrement distinguée, car elle est traitée de la même manière que les deux travées latérales, c’est-à-dire avec des voûtes d’arêtes rehaussées de nervures de section circulaire. L’arc triomphal qui l’introduit n’est d’ailleurs pas monumentalisé (Fig. 15), et la seule différence réside dans la hauteur de couvrement qui est moindre dans les vaisseaux latéraux32. Les voûtes orientales présentent également la particularité d’être revêtues de peintures romanes, qui pourraient être contemporaines de l’époque de construction33 (Fig. 16), ce qui participe d’autant plus à la mise en valeur de ces espaces.

Figure 17. Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : plan
Figure 17. Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : plan
Figure 18. Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : vue générale de la nef vers l’est
Figure 18. Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : vue générale de la nef vers l’est

Enfin, Sant’Abbondio de Côme, en diocèse comasque, dévoile une dilatation du schéma à plus grande échelle. Cette église monastique bénédictine34, dont le chantier doit remonter aux décennies 1050-107035, est une ample construction à cinq vaisseaux conduisant à cinq absides (Fig. 17). Les quatre absidioles mineures sont ménagées dans l’épaisseur des parois, tandis que l’abside centrale conclut un chœur particulièrement long, composé de deux travées voûtées d’arêtes. Les quatre travées orientales latérales forment de véritables petites chapelles dans la mesure où elles sont nettement plus étroites que les autres (comme à Montemignaio et à Romena en Toscane), mais aussi parce que leur couvrement est bien plus bas, et qu’elles communiquent entre elles par de petits arcs qui se substituent aux grandes arcades de la nef (Fig. 18 et 19).

Figure 19. Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : vue nord-est du chœur
Figure 19. Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : vue nord-est du chœur

Le choix des édifices présentés ici, bien qu’il ne soit ni exhaustif ni représentatif de toutes les typologies structurelles articulant les espaces orientaux, permet déjà de mettre en lumière plusieurs procédés structurels (nature et hauteur du couvrement, parois, rétrécissement des dimensions des travées) et formels (peinture, animation des surfaces murales) façonnant des limites physiques au sein de l’espace ecclésial. Une lecture fonctionnelle des espaces doit aussi nous interroger sur l’adéquation de ces limites avec des seuils symboliques dans l’église.

II. La fonction de l’espace 

 La lecture que l’on fait aujourd’hui de ces églises est partielle, car seule une partie des moyens mis en œuvre pour articuler ces espaces nous est parvenue de façon intacte. Le mobilier, le décor, les emmarchements sont souvent restaurés ou lacunaires et il nous faut composer avec ces carences. Toutefois certaines des dispositions exposées ici semblent faire partie du projet même de construction, et l’on doit se demander à quelles fonctions elles peuvent répondre.

            Face aux lacunes liées au poids du temps – et en l’absence de documentation –, l’archéologie reste le moyen le plus sûr d’apporter des réponses. Des enquêtes ont porté leurs fruits pour des édifices chrétiens de Jordanie construits entre la moitié du VIe et le VIIIe siècle. Ce détour chronologique et géographique est intéressant pour observer la méthodologie qui a été employée par les archéologues afin de questionner la nature des espaces. Il est, en outre, tout à fait stimulant car certaines de ces églises paléochrétiennes comportent des pièces fermées qui flanquent l’abside, avec une articulation très manifeste. Le type de couvrement de ces pièces n’est pas toujours connu, mais des édifices ont de façon certaine des voûtes à cet endroit alors que la nef est généralement charpentée : c’est le cas de part et d’autre de l’abside de l’église du Castrum et dans l’annexe sud de Saint-Etienne d’Umm er-Rasas (province de Madaba), tandis que les salles latérales de Saint-Serge d’Umm er-Rasas sont couvertes d’une dalle de pierre soutenue par un arc36. La disposition est semblable à ce qui a été observé plus tôt dans les églises romanes, sans toutefois être absolument identique : les absides sont parfois ménagées dans l’épaisseur du mur, et les pièces ne communiquent pas systématiquement avec le vaisseau central. La mise au jour de mobilier liturgique, précisément dans ces espaces, mérite toutefois de s’y attarder car ce sont des preuves des fonctions qui leur étaient attribuées. Dans l’église de la Tour d’Umm er-Rasas par exemple, l’extrémité orientale du collatéral abritait un reliquaire protégé par un chancel, attestant une fonction martyriologique de l’espace37. L’une des deux pièces aurait ainsi pu avoir pour fonction d’abriter les reliques, tandis que l’autre pourrait avoir servi de passage ou de sacristie38.

Les recherches archéologiques menées sur l’architecture paléochrétienne syrienne nourrissent solidement cette réflexion. Le site de Huarté, proche des ruines antiques d’Apamée dans le nord-ouest de la Syrie, présente par exemple une implantation similaire dans la basilique dite « de Photios », reconstruite dans la deuxième moitié du Ve siècle. Les fouilles menées par Pierre Canivet dans les années 1970 ont révélé le plan à trois vaisseaux conclus par une abside semi-circulaire à l’intérieur mais inscrite dans une maçonnerie rectangulaire, et flanquée de deux sacristies également rectangulaires39. La salle septentrionale était voûtée40, et sa fonction martyrologique est attestée par le reliquaire retrouvé lors des fouilles41. La pièce, largement ouverte sur le collatéral nord, n’est pas construite de façon symétrique avec la pièce sud, qui devait servir de vestibule ou de passage vers des salles plus basses. Ce type d’organisation spatiale semble prévaloir dans les églises du Ve siècle du nord de la Syrie, comme l’avait démontré un peu plus tôt Jean Lassus42 : le plus souvent, l’abside y est flanquée de deux pièces latérales dissymétriques, l’une des deux communiquant avec le collatéral seulement par une porte tandis que l’autre est ouverte par un arc sur toute sa largeur. Cette dernière, plus exposée mais protégée par un chancel, est le martyrion. L’étude archéologique au sol et des élévations conservées, du mobilier liturgique et du décor (notamment les mosaïques), a donc permis, dans ce contexte, d’interpréter la nature fonctionnelle de ces espaces.

Il est intéressant de prolonger ces réflexions à l’espace oriental des églises romanes évoquées ici, auquel certains auteurs ont parfois attribué le nom de « diaconicon » ou « prothesis », en référence à l’architecture byzantine. C’est le cas, par exemple, de Geneviève Moracchini-Mazel à propos de San Parteo de Mariana en Corse43, et de Samuel Rutishauser pour les travées latérales d’Amsoldingen en Suisse44. Outre le fait que l’on préfère aujourd’hui à ce terme celui de « sacristie45 », on ne dispose ni d’éléments archéologiques suffisants ni de sources textuelles permettant d’appuyer cette hypothèse. Toutefois le rapprochement est stimulant et invite à examiner le type de mobilier liturgique qui pouvait être présent à l’époque romane. Il semble que la présence d’un autel dans chacun des espaces voûtés puisse être restituée : à Amsoldingen, une trace de la table d’origine a été conservée46 ; en Corse les fouilles auraient mis au jour leurs fondations dans plusieurs édifices47 ; et des récits les mentionnent à Sant’Abbondio de Côme48 et San Nicolò di Piona49.

Bien que l’on ne puisse transposer mécaniquement une fonction martyrologique du Proche-Orient paléochrétien à la Méditerranée occidentale romane, la prise en compte de la table d’autel sous la voûte – associée aux divers procédés d’articulation – est un préambule à une lecture symbolique des espaces ecclésiaux. Si l’autel majeur correspond à l’aboutissement du parcours du fidèle dans l’édifice depuis l’entrée jusqu’à la zone de la célébration eucharistique, les barrières physiques et symboliques qui ponctuent ce parcours peuvent être appréhendées comme autant de moyens d’instaurer une progression50 : de l’extérieur, espace profane, le sujet franchit plusieurs seuils menant au lieu le plus sacré. Il ne faut toutefois pas oublier que dans les édifices romans pris en compte ici, les espaces orientaux étaient souvent accessibles aux seuls religieux51.

Par ailleurs, l’association d’une voûte à un arc triomphal monumentalisé pourrait évoquer la croisée d’un transept. Dans la cathédrale de Mariana, en Corse, la voûte en berceau (qui se distingue, on l’a souligné, des voûtes d’arêtes latérales) se joint à deux niveaux d’impostes sur l’arc triomphal qui l’introduit ; à Sant’Abbondio de Côme, l’arc triomphal prend naissance sur des chapiteaux engagés bien plus hauts que le sommet des grandes arcades ; à Giornico enfin, en Suisse, l’arc triomphal est en quelque sorte dédoublé par la répétition du motif de l’arc clavé. On trouve d’ailleurs parfois dans la littérature ayant trait à ces édifices le terme de « transept intérieur », comme pour Sant’Abbondio de Côme justement, ou pour San Pietro di Biasca en Suisse52. Il n’y a certes pas de dispositif transversal dans ces constructions, mais les différents procédés (au sol et en élévation) visant à articuler tout particulièrement ces espaces invitent à ne pas négliger cette interprétation, au moins du point de vue symbolique. Recemment, Yves Esquieu et Bruno Phalip soulignaient que si le transept ne répond pas en soi à une fonction liturgique, croisée et bras du transpet peuvent être un moyen de signaler la proximité de l’autel majeur53. Dans le cas où les trois travées droites communiquent entre elles par des passages plus étroits, tels qu’on en a vu à Sant’Abbondio de Côme par exemple, et à Romena et Montemignaio, Yves Esquieu propose d’y lire une réponse à la nécessité d’une circulation entre l’autel principal et les autels secondaires54.

L’hypothèse de la présence systématique de tables d’autels sous ces voûtes en est renforcée. Dès lors, le couvrement de pierre pourrait effectivement devenir un marqueur de la présence de l’autel, et par conséquent un moyen de signaler la hiérarchisation de l’espace ecclésial.

Conclusion

 Contrairement aux pièces latérales de l’architecture paléochrétienne proche-orientale, les dispositions romanes ne peuvent pas encore, à ce jour, être associées à un culte précis (vénération des reliques ou autre). Elles instaurent toutefois des limites au sein de l’édifice qui sont encore mal comprises mais autour desquelles l’ensemble des parties orientales, voire l’édifice tout entier, se structure. Mener cette étude en s’appuyant sur les méthodes de l’archéologie du bâti, notamment en cherchant à restituer les aménagements, est susceptible d’apporter des éléments de réponse, que des sources écrites pourraient également venir corroborer. Une interprétation symbolique des espaces de l’église offre déjà des pistes de réflexion : simple mise en évidence de l’espace le plus sacré, marqueur de la présence d’un autel, ou division de l’espace liturgique réservé aux laïcs ou aux religieux, il semble que l’organisation structurelle étudiée ici puisse revêtir une valeur symbolique forte.


TABLE DES ILLUSTRATIONS

(Sauf mention contraire, toutes les illustrations sont de l’auteur)

Figure 1 : San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), vue générale de la nef vers l’est.

Figure 2 : San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), travée orientale sud.

Figure 3 : San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), travée orientale nord.

Figure 4 : San Pietro a Gropina (Loro Ciufenna, Toscane, Italie), plan.

Figure 5 : San Pietro di Romena (Pratovecchio, Toscane, Italie), vue générale de la nef vers l’est. Licence Creative Commons Wikimedia, URL : https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Pieve_di_Romena?uselang=it#/media/File:Pieve_di_romena,_int._01.JPG

Figure 6 : San Pietro di Romena (Pratovecchio, Toscane, Italie), chevet. Licence Creative Commons Wikimedia. URL : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/2d/Pieve_di_romena%2C_ext._abside_03.JPG

Figure 7 : San Parteo de Mariana (Lucciana, Corse), intérieur, abside et voûtes latérales.

Figure 8 : Santa Maria d’Ampugnani (Casalta, Corse), intérieur, vue générale de la nef vers l’est.

Figure 9 : San Nicolò di Piona (Colico, Lombardie, Italie), vue générale de la nef vers l’est.

Figure 10 : San Nicolò di Piona (Colico, Lombardie, Italie), plan.

Figure 11 : San Nicolao di Giornico (Gionico, Tessin, Suisse), vue générale de la nef vers l’est.

Figure 12 : Santa Maria Assunta de Mariana (Lucciana, Corse), vue générale de la nef vers l’est.

Figure 13 : Eglise d’Amsoldingen (Berne, Suisse), vue générale de la nef vers l’est. Licence Creative Commons Wikimedia. URL : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/c/cc/Amsoldingen_Innen_Ost03374.jpg

Figure 14 : San Pietro d’Agliate (Carate Brianza, Lombardie, Italie), vue générale de la nef vers l’est. Licence Creative Commons Wikimedia. URL : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/fe/Interior_-_Basilica_of_Saints_Peter_and_Paul_in_Agliate_%28Italy%29.JPG

Figure 15 :  San Pietro di Biasca (Tessin, Suisse) : vue générale de la nef vers l’est.

Figure 16 : San Pietro di Biasca (Tessin, Suisse) : travée orientale nord, voûte.

Figure 17 : Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : plan

Figure 18 : Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : vue générale de la nef vers l’est

Figure 19 : Sant’Abbondio de Côme (Lombardie, Italie) : vue nord-est du chœur


BIBLIOGRAPHIE

ANGELELLI, 2003
ANGELELLI Francesca, « San Pietro a Romena », in ANGELELLI Walter, GANDOLFO Francesco et POMARICI Francesca, La scultura delle pievi. Capitelli medievali in Casentino e Valdarno, Rome : Viella, 2003, p. 111-124.

ANGELELLI, GANDOLFO ET POMARICI, 2003
Angelelli Walter, Gandolfo Francesco et Pomarici, Francesca, La scultura delle pievi. Capitelli medievali in Casentino e Valdarno, Rome : Viella, 2003.

BALZARETTI, 1966
Balzaretti Liliana, Sant’Abondio : la basilica romanica di Como, Milan : Cassa di Risparmio delle Provincie Lombarde, 1966.

BANDERA BISTOLETTI ET GREGORI, 1995
Bandera Bistoletti Sandrina et Gregori Mina, Pittura in Alto Lario e in Valtellina : dall’Alto Medioevo al Settecento, Milan : Cariplo, 1995.

BAUD, 2010
BAUD Anne (éd.), Espace ecclésial et liturgie au Moyen Âge, Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010.

BAUD, 2014
BAUD Anne (éd.), Organiser l’espace sacré au Moyen Âge. Topographie, architecture et liturgie (Rhône-Alpes – Auvergne), Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2014.

BOITO, 1868
Boito Carlo, La chiesa di Sant’Abondio e la basilica dissotto : lettere comacine, Milan : Tip. e Litog. degli Ingegneri, 1868.

BOLDINI, 1984
Boldini Rinaldo et. al., Le chiese collegiate della Svizzera italiana, Berne : Francke, 1984.

CANIVET, 1987
Canivet Pierre, Huarte, sanctuaire chrétien d’Apamène (IVe-VIe siècles), Paris : P. Geuthner, 1987.

CASSANELLI ET PIVA, 2010
Cassanelli Roberto et Piva Paolo (éds.), Lombardia romanica : i grandi cantieri, Milan : Jaca Book, 2010.

CORONEO, 2006
CORONEO Roberto, Chiese romaniche della Corsica : architettura e scultura (XI-XIII), Cagliari : AV, 2006.

D’ALESSANDRI, [1909] 1999
D’Alessandri Paolo (éd.), Atti di S. Carlo riguardanti la Svizzera e i suoi territorii : documenti raccolti dalle visite pastorali, dalla corrispondenza e dalle testimonianze nei processi di canonizzazione, réed., Locarno : Tipogr. Pedrazzini, [1909] 1999.

DI RENZO ET ISTRIA, 2001
DI RENZO Francesca et ISTRIA Daniel, « Le paysage chrétien de la Corse médiévale », in PERGOLA, Philippe (dir.), Corsica christiana, 2000 ans de christianisme, catalogue de l’exposition (Corte, musée de la Corse, 29 juin-30 décembre 2001), Corte : Musée de la Corse, 2001, p. 126-141.

DUVAL, 1999
DUVAL Noël, « Les installations liturgiques dans les églises paléochrétiennes », Hortus Artium Medievalium, 5, 1999, p. 7-31.

ESQUIEU, 2014
ESQUIEU, « Parties orientales de l’église : définitions et distinctions des espaces sacrés », in BAUD Anne (éd.), Organiser l’espace sacré au Moyen Âge. Topographie, architecture et liturgie (Rhône-Alpes – Auvergne), Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2014, p. 112-128.

ESQUIEU ET PHALIP, 2014
ESQUIEU Yves et PHALIP Bruno, « Fonctions du transept », in BAUD Anne (éd.), Organiser l’espace sacré au Moyen Âge. Topographie, architecture et liturgie (Rhône-Alpes – Auvergne), Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2014, p. 105-112.

GANDOLFO, 2003
GANDOLFO Francesco, « San Pietro a Gropina », in ANGELELLI Walter, GANDOLFO Francesco et POMARICI Francesca, La scultura delle pievi. Capitelli medievali in Casentino e Valdarno, Rome : Viella, 2003, p. 25-54.

GARREAU FORREST, 2007
GARREAU FORREST Sophie, Les églises protobyzantines de Phénicie libanaise et maritime : architecture et aménagements extérieurs et intérieurs pour la liturgie, thèse de doctorat sous la direction de François Baratte, Paris, Université de Paris-Sorbonne, 2007.

GILARDONI, 1967
Gilardoni Virgilio, Arte et monumenti della Lombardia prealpina, vol. 3 : Il Romanico, Bellinzona : La Vesconta, 1967.

GIUSSANI, 1908
Giussani Antonio, « Il priorato di S. Nicolò di Piona dopo i restauri », Rivista archeologica della provincia e antica diocesi di Como, 56-58, 1908, p. 51‑96, en particulier p. 76-78.

HEITZ, 1963
HEITZ Carol, Recherches sur les rapports entre architecture et liturgie à l’époque carolingienne, Paris : SEVPEN, 1963.

ISTRIA, 2015
ISTRIA Daniel, « L’église médiévale San Parteo de Mariana (Lucciana, Haute-Corse). Proposition de relecture de l’architecture et nouvelles interprétations », in MARTORELLI, Rossana (éd.), Itinerando. Senza confini dalla preistoria ad oggi, Pérouse : Morlacchi, 2015, vol. 1.2, p. 561-580.

KEHR, 1914
KEHR Paul Fridolin (éd.), Italia Pontificia, vol. VI.2  : Liguria sive provincia Mediolanensis. Pedemontium, Liguria maritima, Berlin : apud Weidmannos (Regesta pontificum romanorum), 1914.

LASSUS, 1947
LASSUS Jean, Sanctuaires chrétiens de Syrie : essai sur la genèse, la forme et l’usage liturgique des édifices de culte chrétien en Syrie, du IIIe siècle à la conquête musulmane, Paris : P. Geuthner, 1947.

MICHEL, 1994
Michel Anne, Les églises de la Jordanie byzantine : architecture et liturgie (Ve– VIIIe siècles), thèse de doctorat sous la direction de Noël Duval, Paris, Université de Paris-Sorbonne, 1994.

MORACCHINI-MAZEL, 1967
MORACCHINI-MAZEL, Geneviève, Les églises romanes de Corse, Paris : s. n., 1967.

MORACCHINI-MAZEL, 1974
MORACCHINI-MAZEL Geneviève, « Les églises piévanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Âge, IV : La piévanie de Cursa », Cahier corsica, 44, 1974.

MORACCHINI-MAZEL, 1989
MORACCHINI-MAZEL Geneviève, « Les églises piévanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Âge, XIII : La piévanie de Cruzini », Cahier corsica, 131, 1989.

MORACCHINI-MAZEL, 1992A
Moracchini-Mazel Geneviève, « Les fouilles de Mariana. 10 : les églises cimétériales de San Parteo », Cahier Corsica, 146-147-148, 1992.

MORACCHINI-MAZEL, 1992B
MORACCHINI-MAZEL Geneviève, « Les églises piévanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Âge, XV : La piévanie de Moriani », Cahier Corsica, 151, 1992.

MORACCHINI-MAZEL, 1993
MORACCHINI-MAZEL Geneviève, « Les églises piévanes de Corse de l’époque romaine au Moyen Âge, XVIII : la piévanie d’Ampugnani », Cahier Corsica, 158-159, 1993.

MURATORI, 1742
MURATORI Lodovico Antonio, Antiquitates Italicae medii aevi, VI, Milan : Stamperia della società palatina, 1742.

NINGUARDA, 1892-1898
Ninguarda Feliciano, « Atti della visita pastorale diocesana di F. Feliciano Ninguarda (1589-1593), ordinati e annotati dal sac. dott. Santo Monti », Raccolta storica della società storica comense, vol. 2, 1892-1894, p. 83-100 ; vol. 3, 1895-1898, p. 180-182.

OSWALD, SCHAEFER ET SENNHAUSER, 1990
Oswald Friedrich, Schaefer Leo et Sennhauser Hans Rudolf, Vorromanische kirchenbauten, Katalog der Denkmäler bis zum Ausgang der Ottonen, Munich : Prestel-Verlag, 1990.

PHALIP, 2010
PHALIP Bruno, « L’espace ecclésial, les aménagements liturgiques et la question iconographique », in BAUD Anne (éd.), Espace ecclésial et liturgie au Moyen Âge, Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010, p. 135-152.

PHALIP, 2014
PHALIP Bruno, « Des limites et lectures contrastées », in BAUD Anne (éd.), Organiser l’espace sacré au Moyen Âge. Topographie, architecture et liturgie (Rhône-Alpes – Auvergne), Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2014, p. 81-87.

PIVA, 1998
PIVA Paolo, Architettura monastica nell’Italia del Nord : le chiese cluniacensi, Milan : Skira, 1998.

PUIG Y CADAFALCH, 1928
PUIG Y CADAFALCH Josep, Le premier art roman, architecture en Catalogne et dans l’occident méditerranéen aux xe et xie siècles, Paris : H. Laurens, 1928.

RAUTY, 2003
RAUTY Natale (éd.), Documenti per la storia dei Conti Guidi in Toscana : le origini e i primi secoli, 887-1164, Florence : Olschki, 2003, p. 298-301.

RUTISHAUSER, 1982
RUTISHAUSER Samuel, Amsoldingen, Ehemalige Stiftskirche : Ein Bautypus im frühen Mittelalter, Berne : Staatlicher Lehrmittelverlag, 1982.

SALMI, 1912
SALMI Mario, « Chiese romaniche in Casentino e in Valdarno superiore », L’arte, XV, 1912, p. 161‑173.

SAPIN, 2014
SAPIN Christian, Les cryptes en France : pour une approche archéologique, IVe-XIIe siècles, Paris : Picard, 2014.

SOTIRAKIS, 2014
SOTIRAKIS Alexandra, Recherches sur l’art roman : la pieve de Gropina (Arezzo) et sa place dans l’architecture du XIIe siècle en Italie et à ses marges, mémoire de Master 2 sous la direction de Dany SANDRON, Paris, Université Paris-Sorbonne, 2014.

SPINELLI, 2003
SPINELLI Giovanni, « Ordini religiosi nell’età pretridentina », in Vaccaro Luciano, Chiesi Giuseppe et Panzera Fabrizio, Terre del Ticino. Diocesi di Lugano, Brescia : La Scuola, 2003, p. 223‑259.

TARDIEU, 2010
TARDIEU, Joëlle, « Les espaces funéraires », in BAUD Anne (éd.), Espace ecclésial et liturgie au Moyen Âge, Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2010, p. 231-238.

TATTI, 1683
Tatti Primo Luigi, Annali sacri della città di Como, Decade seconda… dall’anno 888 sino al 1300..., Milan : nella stamperia di Gio. Battista Ferrario, 1683.

TETTAMANTI, 1986
Tettamanti Mauro, « Giornico », in Gilomen-Schenkel Elsanne, Frühe Klöster, die Benediktiner und Benediktinerinnen in der Schweiz, Berne : Francke Verl, 1986, vol. III, t. 2, p. 730‑734.

VALAGUSSA, 1994
Valagussa Giovanni, « Affreschi medievali dal Mille alla fine del XIII secolo : i riflessi della tradizione pittorica milanese », in GREGORI Mina, Pittura a Como e nel Canton Ticino dal Mille al Settecento, Milan : Cariplo, 1994, p. 3‑10.

VIOLANTE, 1977
VIOLANTE Cinzio, « Pievi e parrochie dalla fine del X all’inizio del XIII secolo », in Le istituzioni ecclesiastiche della « societas christiana » dei secoli XI-XII, actes de colloque (Milan, 1-7 septembre 1974), Milan : Vita e Pensiero, 1977, p. 643-799.

VIOLANTE, 1982
VIOLANTE Cinzio, « Le strutture organizzative della cura d’anime nelle campagne dell’Italia centrosettentrionale (secoli V-X), in Cristianizzazione ed organizzazione ecclesiastica delle campagne nell’Alto Medioevo : espansione e resistenze, actes de la 28ème semaine d’études sur le haut Moyen Âge (Spolète, 10-16 avril 1980), Spolète : Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo, 1982, p. 963-1155.


L’auteure

Alexandra SOTIRAKIS est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne, spécialisée en Histoire de l’art du Moyen Âge (ED 124 ; UMR 8150 « Centre André Chastel »).

Elle prépare actuellement une thèse intitulée Recherches sur l’architecture religieuse à l’époque romane en Europe : formes et fonctions, sous la direction de M. Dany Sandron, Professeur (Université Paris-Sorbonne), en co-diplomation avec l’Università degli Studi di Firenze (sous la direction de Fulvio CERVINI) et la Rheinische Friedrich-Wilhelms-Universität de Bonn (sous la direction de Katharina CORSEPIUS).

  1. HEITZ, 1963. []
  2. Voir à ce sujet l’introduction générale d’A. Baud dans BAUD, 2010, p. 7-8. Voir également l’introduction du même auteur dans BAUD, 2014, p. 13-15, ainsi que l’abondante bibliographie à la fin de ce volume. []
  3. C’est par exemple le cas des fonctions associés aux cryptes, étudiées récemment par Chr. Sapin : SAPIN, 2014. []
  4. TARDIEU, 2010, p. 231-238, et plus particulièrement p. 234. []
  5. PHALIP, 2010, p. 135-152, et plus particulièrement p. 144. []
  6. Le terme de pieve désigne à la fois un territoire et l’église qui se trouve à sa tête ; cette dernière est la seule à posséder le droit de baptême dans sa juridiction, ainsi que des droits de nature économique sur les églises qui sont ses suffragantes. Ce système d’organisation ecclésiastique prévaut dans l’Italie centrale et septentrionale, ainsi qu’à ses marges (Corse, Tessin). Voir à ce sujet VIOLANTE, 1982 ; voir également VIOLANTE, 1977. []
  7. GANDOLFO, 2003, p. 25-54, et plus particulièrement p. 26-27. Voir également SOTIRAKIS, 2014 []
  8. La datation de Gropina repose sur son rapprochement à d’autres pieve du Valdarno supérieur et du Casentino (cf. Salmi, 1912), et notamment à San Pietro di Romena où un chapiteau comporte la date de 1152 gravée en même temps que l’inscription « Albericus plebanus fecit anc operam ». []
  9. L’église est mentionnée en 1164 parmi les biens des Conti Guidi dans un document transcrit dans RAUTY, 2003, p. 298-301. []
  10. Le château de Romena figure parmi les possessions des Conti Guidi dans le même diplôme de 1164, cf. note précédente. []
  11. Par leurs similitudes architecturales et décoratives, les trois pievi entrent en effet dans le groupe des neuf édifices décrit plus haut, cf. note 8. []
  12. Exceptions faites, bien entendu, des modifications postérieures à l’époque de construction et les accidents naturels ayant entraîné la destruction des travées occidentales de Romena (Angelelli, 2003, p. 111-124, et plus particulièrement p. 112). []
  13. Deux autres pievi, San Giovanni Battista de Cursa et San Giovanni de Salice, aujourd’hui en ruines, pourraient avoir adopté une disposition similaire à celle évoquée ici. Voir, pour Cursa, MORACCHINI-MAZEL, 1974 ; pour Salice, voir MORACCHINI-MAZEL, 1989. []
  14. ISTRIA, 2015, vol. 1.2, p. 561-580. []
  15. ISTRIA, 2015, p. 572, note 11. Le diocèse d’Accia est créé en 1133 lors du partage de l’île en deux entre Pise et Gênes : DI RENZO ET STRIA, 2001. []
  16. Pour les différentes hypothèses de datation de l’édifice et la bibliographie qui s’y rapporte, voir PIVA, 1998, p. 93-96. []
  17. Restaurations effectuées au début du XXe siècle par A. Giussani : Giussani, 1908, p. 51‑96, et plus particulièrement p. 76-78. []
  18. Ce mur est décrit par l’évêque Ninguarda lors d’une visite qu’il effectua à Piona en 1593 : Ninguarda, 1892-1898, vol. 3, p. 181-182. []
  19. Bandera Bistoletti et Gregori, 1995, p. 7-8. []
  20. Le chœur est surélevé de 2,60 m par rapport au pavement de la nef. []
  21. L’historiographie attribue habituellement l’édifice au XIIe siècle (par exemple : Tettamanti, 1986), mais la similitude de son appareillage avec certains édifices corses pourrait permettre de resserrer cette fourchette chronologique à la première moitié du siècle. []
  22. Vers 1195, le prévôt de Giornico est en effet nommé prieur de l’établissement de Ganna par l’abbé de Fruttuaria : voir Spinelli, 2003, p. 223‑259, et plus particulièrement p. 229. []
  23. Un document en atteste en 1027 : cf. KEHR, 1914, p. 150-151, n° 6. []
  24. L’hypothèse est mentionnée par exemple dans Gilardoni, 1967, p. 343. []
  25. MURATORI, 1742, col. 105. []
  26. CORONEO, 2006. []
  27. MORACCHINI-MAZEL, 1992B, p. 99. []
  28. Ces églises sont intégrées à l’ouvrage de J. Puig y Cadafalch qui théorise cette notion de « premier art roman » (Puig y Cadafalch, 1928, p. 52-56). Pour des datations plus récentes de ces édifices et leur plan, voir aussi Oswald, Schaefer ET Sennhauser, 1990, p. 23-24, 318-319. []
  29. PUIG Y Cadafalch, 1928, p. 52-56. []
  30. L’édifice est généralement attribué au XIIe siècle (par exemple GILARDONI, 1967, p. 222, note 59), mais des comparaisons avec d’autres églises suisses, lombardes et corses pourraient permettre de limiter la datation à la première moitié du siècle. []
  31. On ne sait pas précisément à quelle époque la pieve est devenue collégiale, le premier document qui cite les chanoines datant en effet du XIVe siècle : voir Boldini, 1984, p. 90. []
  32. La différence de hauteur entre la cinquième travée et la travée la plus orientale est de 1,81 m dans le vaisseau nord, et de 2,39 m au sud. []
  33. Valagussa, 1994, p. 3‑10, et plus particulièrement p. 8. []
  34. La fondation du monastère en 1010 par l’évêque de Côme Alberic est documentée par un diplôme transcrit dans Tatti, 1683, p. 828-883. []
  35. Voir, pour les datations et l’abondante bibliographie relative à l’édifice, Cassanelli et Piva, 2010, p. 103-110. []
  36. Michel, 1994, vol. 1, p. 55. []
  37. Ibid., vol. 1, p. 141. []
  38. Les différentes hypothèses sur les fonctions de ces deux pièces latérales sont discutées dans Ibid., vol. 1, p. 42-45. []
  39. Canivet, 1987, p. 121. []
  40. La reconstitution de la voûte repose sur la découverte de claveaux de 2 mètres de longueur retrouvés lors des fouilles : Ibid., p. 124. []
  41. Loc. cit. []
  42. LASSUS, 1947, p. 162-163. []
  43. MORACCHINI-MAZEL, 1967, p. 92. []
  44. RUTISHAUSER, 1982, p. 64-65. []
  45. Voir à ce propos DUVAL, 1999, p. 7-31, et plus particulièrement p. 9 ; également GARREAU FORREST, 2007, vol. 1, p. 161. []
  46. RUTISHAUSER, 1982, p. 20. []
  47. C’est ce qu’affirme Geneviève Moracchini-Mazel : Moracchini-Mazel, 1992A, p. 34-35 ; MORACCHINI-MAZEL, 1993, p. 169-170. []
  48. NINGUARDA, 1892-1898, vol. 2, p. 87-90. []
  49. Ibid., vol. 3, p. 180-181. []
  50. PHALIP, 2014, p. 81. []
  51. II y avait en effet une paroi transversale à Piona (cf. note 18), à Sant’Abbondio de Côme (Boito, 1868, p. 7), à Biasca devant la travée précédant l’abside centrale, décrite par Charles Borromée lors de sa visite (D’Alessandri, [1909], 1999, p. 129) et éventuellement aussi à Giornico (cf. note 24). []
  52. Pour Sant’Abbondio de Côme, on a parlé d’un « pseudo transetto » (Balzaretti, 1966, p. 33). A propos de Biasca : « … una specie di transetto non apparente », GILARDONI, 1967, p. 209. []
  53. ESQUIEU ET PHALIP, 2014, p. 109. []
  54. ESQUIEU, 2014, p. 119-120. []

La cathédrale de Sens et la chronologie de son chantier

par Emilie Alexandre

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 21 janvier 2014
Article soumis le 14 septembre 2015
Article publié le 30 juin 2016


   Cet article a pour propos la cathédrale Saint-Etienne de Sens et le dossier délicat de sa datation. Reconstruite à l’initiative de l’archevêque Henri Sanglier à partir de la décennie 1130-1140, Saint-Etienne dispute à la basilique Saint-Denis de Suger la primauté parmi les chantiers gothiques. Le dossier de sa datation dépasse toutefois l’enjeu de l’établissement d’une chronologie entre ces deux chantiers, pour venir questionner, par la discipline de l’histoire de l’art, l’héritage de l’édifice sénonais et quantifier le rayonnement de son modèle. Malgré une abondante littérature scientifique, cumulée depuis le XIXe siècle, certaines questions demeurent : comment dater définitivement le début du chantier sénonais ? Qui est son maître d’œuvre et quelle est sa formation? Comment retrouver son parti originel dans l’amas de données des reconstructions ultérieures ? Identifier le parti originel est ainsi essentiel pour qui souhaite établir des comparaisons avec des édifices postérieurs et mesurer le phénomène de rayonnement du chantier 0.

   A travers cette contribution, c’est la capacité du chercheur en histoire de l’art du XXIe siècle à appréhender le passé avec justesse qui sera questionnée. Plus précisément, comment interpréter les choix opérés par un maître d’œuvre du début du XIIe siècle qui n’a pas encore de certitudes quant à la stabilité et à la pérennité de son travail, tandis qu’il conçoit les plans d’un édifice expérimental ? Entre savoir-faire et oser faire réside l’audace novatrice du premier Maître de Sens, et pour le chercheur moderne une multitude d’hypothèses à filtrer.

   Après la présentation rapide de l’objet d’étude, seront exposés trois des problèmes liés à ce dossier, tout en montrant les limites auxquelles sont confrontés les raisonnements adoptés pour les résoudre et pourquoi les résultats obtenus par la combinaison des différentes théories et des campagnes de fouilles n’ont pas encore permis de résoudre définitivement la question du parti originel de Saint-Etienne de Sens.

I. Présentation de l’objet d’étude

   Située aux portes de la Bourgogne, la métropole de Sens est à la tête du plus puissant archevêché du royaume capétien, comptant pas moins de huit diocèses dont Paris, Chartres et Auxerre. En plus de son siège, l’archevêque est également Primat des Gaules et de Germanie, une distinction honorifique prestigieuse attribuée par le pape lui-même, qui fait de lui le plus influent des prélats de France. Parmi les événements d’importance, il est bon de noter le séjour prolongé du pape Alexandre III qui consacra la cathédrale en 1164, ainsi par ailleurs que celui de Thomas Becket, archevêque de Canterbury, fuyant l’Angleterre de Henri II, qui restera à Sens de 1164 à 1170. En outre, elle accueillit deux évènements liés à la royauté, encore que postérieurs à l’époque qui nous occupe : en 1234, le mariage de Louis IX et en 1239 la susception de la couronne d’épines à destination de Paris. Ce bref rappel avait pour but de souligner l’importance intrinsèque de la métropole ainsi que sa relation privilégiée avec le pouvoir royal.

   Des sanctuaires précédant le chantier gothique, nous ne savons que peu de choses si ce n’est la dédicace des trois édifices du groupe épiscopal primitif à la Vierge Marie, saint Jean-Baptiste et saint Etienne et que la cathédrale romane était déjà de grandes dimensions1. La date de la pose de la première pierre du chantier gothique nous est, elle aussi, encore inconnue. Toutefois les chroniqueurs médiévaux et auteurs modernes s’accordent à en placer le commencement dans la décennie 1130-1140. Nous savons également qu’à la mort de l’archevêque Henri Sanglier, son successeur Hugues de Toucy prit le relais et que – mise à part la façade occidentale – le gros du chantier était achevé à la fin des années 1160, ainsi qu’en témoigne sa consécration par le pape Alexandre III.

   Aujourd’hui, en dépit des différentes campagnes de travaux, la cathédrale Saint-Etienne a conservé une certaine unité, caractérisée par une très grande harmonie dans ses volumes intérieurs. Notons malgré tout deux remaniements d’importance : l’effondrement de la tour sud en 1267, qui mena à la réfection des trois travées occidentales du collatéral sud, ainsi que l’ajout d’un transept par Martin de Chambiges à la fin du XVe siècle.

   Quant au parti originel, bien que certains points divisent encore la communauté scientifique, les auteurs s’accordent tous globalement sur le parti basilical, la nef à trois vaisseaux séparés par une alternance de piles faibles, composées de colonnes jumelles, et de piles fortes, aux colonnettes engagées, sur lesquelles retombent ogives et doubleaux de la voûte d’ogives sexpartite. L’élévation comporte trois niveaux, de grandes arcades, de fausses tribunes et des fenêtres hautes. Quant au chœur architectural, il semble que le déambulatoire ait été prévu dès l’origine – bien que sa voûte d’ogives actuelle soit parfois remplacée par une voûte d’arêtes chez certains auteurs.

   Il est à noter qu’outre les ouvrages généraux2 sur l’art gothique dans lesquels Sens apparaît en bonne place, la cathédrale a bénéficié des études plus spécialisées de Francis Salet3, de Kenneth Severens4 ainsi que de Jacques Henriet5, fondées sur les travaux préliminaires d’érudits du XIXe et du début du XXe siècle, parmi lesquels Maximilien Quantin6, Gustave Julliot et Charles Porée. Nous disposons également de chroniques de l’époque, attribuées à Odoranne7, Clarius8 et Geoffroy de Courlon9, tous trois moines de l’abbaye Saint-Pierre-le-Vif de Sens entre le XIe et le XIIIe siècle, ainsi que de celle de Gervais de Canterbury10. Enfin, les archives du chapitre et de l’archevêché ainsi que les comptes de la fabrique apportent quelques précieuses données supplémentaires, encore que souvent indirectes ; en effet, si le corpus du XIIe siècle est assez mince, ce n’est pas le cas du corpus de sources du XIVe siècle à la Révolution. Bien que tardif, ce dernier11, mentionne régulièrement le chantier précédent, offrant ainsi un éclairage rétrospectif sur le parti originel.

II. Les questions du dossier

La question de la datation du début des travaux

   Etant donné l’importance de ce chantier et la célébrité de ses protagonistes, il est paradoxal de constater l’absence de documents consignant soigneusement la pose de la première pierre et le nom du maître d’œuvre. Faute d’un tel document, les auteurs modernes ont eu recours aux chroniqueurs contemporains et du XVIIIe siècle, mais l’incertitude demeure car, si les sources s’accordent sur la décennie probable du début des travaux, aucune ne cite la même année.

   Le manuscrit de Paris (BnF, Mss., Latin 5002), rédigé peu après 1142 – la source historique la plus ancienne pour nous – mentionne en même temps que l’élection d’Henri Sanglier à l’évêché en 1122 sa décision de reconstruire la major ecclesia. Se fondant sur cette source, Charles Porée pensait donc que le véritable début des travaux devait remonter à 112512. Le comte de Lasteyrie adopte un raisonnement différent de Charles Porée : en se fondant sur le fait que le chantier avait commencé par le chevet et qu’à la mort d’Henri Sanglier en 1142 les travaux étaient bien avancés, il place le début du chantier aux alentours de 1135 maximum ou un ou deux ans plus tôt13.

   Dans sa Chronique rédigée à la fin du XIIIe siècle, Geoffroy de Courlon place l’entreprise de reconstruction de la cathédrale entre deux faits bien précis, qui ont respectivement lieu en 1124 et 112814. A partir de cette source, et suivant le même raisonnement que Charles Porée avant lui, Francis Salet suggère donc que l’édifice devait « sortir de terre » entre 1128 et 113015.

   Enfin, Dieter Kimpel et Robert Suckale se sont appuyés sur la Gallia Christiana16, recueil d’archives compilé par les moines de la Congrégation de Saint-Maur au XVIIIe siècle, plaçant le début des travaux à 1140. Toutefois, la rédaction tardive de ce document jette un doute sur les sources convoquées et sur l’authenticité de l’information donnée.

   Les divergences des sources ont souvent conduit les auteurs17 à procéder par comparaison avec d’autres chantiers, pour tenter de figer le début des travaux de Saint-Etienne. La comparaison avec Saint-Denis a notamment permis d’établir certains éléments concernant Saint-Etienne. L’un des chantiers se serait-il inspiré de l’autre, instaurant ainsi une chronologie, au moins dans la conception des plans ? La comparaison avec Saint-Denis, loin d’être au désavantage de Saint-Etienne, a permis de mettre en valeur les ingénieuses formules développées à Sens et l’harmonie des volumes de la cathédrale sénonaise. Toutefois, cette comparaison a surtout révélé combien les deux chantiers étaient différents, en termes de parti et d’esthétique. Ce n’est pas le même esprit qui a présidé à la conception de ces chantiers et ils sont, de fait, difficilement comparables. En outre, tant que le début des travaux et que le parti initial de Sens demeurent méconnus, il est difficile de mettre en perspective les données issues de cette étude comparative. Par conséquent, faire des comparaisons avec des chantiers contemporains pour remettre en perspective la véritable place de Saint-Etienne dans la genèse de l’architecture gothique est une méthode qui a certes ouvert un champ des possibles tout à fait conséquent, mais qui a également montré ses limites.

Un maître d’œuvre méconnu

   Peu d’informations nous sont parvenues à propos de l’architecte et son activité : aucun chantier de formation, de maître ou de disciplines ne sont connus avec certitude. Nécessité s’est donc fait sentir de procéder à des comparaisons avec des chantiers, non pas antérieurs, ni même contemporains, mais postérieurs, qui présentent une ressemblance évidente. Le rapprochement a notamment été fait avec le chœur de la cathédrale de Canterbury18. Divers éléments vont effectivement dans ce sens : le nom de l’architecte, Guillaume de Sens ; la date, 1174, qui laisse imaginer le départ de l’architecte sénonais pour l’Angleterre une fois la cathédrale terminée ; la réputation de cet architecte qui a convaincu les frères de Canterbury de faire appel à un architecte français expérimenté ; ou encore la remarquable coïncidence de la présence de Thomas Becket, archevêque de Canterbury, à Sens, à la fin du chantier de la cathédrale, lequel, de retour en Angleterre, aurait vanté les mérites du maître. Mentionnons également la combinaison d’éléments architecturaux précis qui manifeste un lien évident entre les deux chantiers, notamment par la présence de colonnes jumelles et d’une colonnette adossée. De nombreux auteurs, de Viollet-le-Duc à Kenneth Severens, sont parvenus à la déduction suivante : Guillaume de Sens, l’architecte du chœur de Canterbury, devait être le Premier Maître de Sens.

   Cependant, Jacques Henriet a démantelé ce raisonnement de manière fort convaincante dans les années 1980. Pour commencer, rien n’indique que le premier Maître de Sens ait survécu à la fin de son chantier et que Guillaume de Sens et lui ne forment qu’une seule et même personne ; ensuite, il a été prouvé que la colonnette adossée aux piles géminées – l’un des éléments-clés sur lequel s’appuyait la première démonstration de Severens – n’est pas d’époque. Le document témoin19 est un devis détaillé de l’architecte Benoît du Fortier, chargé par le chapitre des travaux de transformation du chœur au XVIIIe siècle. Les colonnettes adossées aux piles géminées du chœur ne sont en fait que des ajouts tardifs par du Fortier afin d’améliorer la jonction avec les grilles de clôture de chœur. Leur arrachement un siècle plus tard en 1869 est à l’origine de traces encore visibles. Ainsi, la démonstration de Severens qui consistait à rapprocher Sens et Canterbury par la similitude dans la composition des supports choisis perd de sa valeur, dans la mesure où les éléments-clés de la comparaison ne tiennent plus.

La définition du parti originel : les théories de Kenneth Severens et de Jacques Henriet

   Toutes les considérations émises plus haut portent sur un débat fondamental, celui de retrouver le parti originel du Premier Maître. Nous avons vu que les dispositions globales du plan faisaient consensus dans la communauté scientifique. Malgré tout, la remise en question de certains détails modifie en profondeur la lecture de l’édifice et sa place dans la genèse de l’art gothique. Deux écoles s’affrontent à ce propos, qui défendent, la première, la dualité de partis successifs, et la seconde, l’unicité du parti de l’édifice. Le principal élément suscitant la polémique est le voûtement du déambulatoire.

   Le voûtement d’ogives du déambulatoire présente – encore aujourd’hui – des repentirs, localisés au niveau des chapiteaux des parties tournantes de l’hémicycle. Inspiré par certaines remarques de Robert Branner20 et de la marquise de Maillé21, Kenneth W. Severens a imaginé que ces repentirs trahissaient une modification d’importance dans la couverture originelle de ce déambulatoire et a entrepris de démontrer la thèse d’une dualité de partis successifs dans ce premier chantier22 : dans un premier temps, l’architecte aurait conçu l’édifice selon un parti roman, avec une voûte d’arêtes dans l’hémicycle, puis, voyant la sophistication du chœur de Saint-Denis, aurait jugé son propre plan trop archaïque et aurait opéré une réorientation radicale des travaux pour obtenir l’édifice que nous connaissons aujourd’hui.

   Jacques Henriet, pour sa part, juge que ces repentirs sont un réajustement dans la mise en œuvre de la voûte d’ogives prévue dès le début23. Confronté à certaines difficultés techniques lors du lancement des voûtes, l’architecte aura pris la décision de descendre de plusieurs assises les chapiteaux recevant les arcs formerets dans les travées tournantes, afin d’obtenir de beaux arcs en plein cintre. Selon Henriet, la retouche des piliers du déambulatoire est incontestable mais, loin de constituer une incohérence, ces traces révèlent la formation romane de l’architecte et le caractère expérimental de ce chantier. En effet, au lieu de retomber sur des colonnettes, les nervures d’ogives retombent sur des culots, posés entre les colonnes de la pile composée, ce que Kenneth Severens jugeait trop sommaire pour un édifice aussi novateur que Saint-Etienne. L’ogive retombant sur colonnette est une formule qui se systématisera en fait plus tard, à partir de la décennie 116024. Ainsi, le nouvel art de bâtir n’est pas encore figé ; c’est pourquoi il est normal de retrouver certains automatismes de la construction romane à Sens.

Conclusion

   A l’issue de cette communication, je dirai que cette réflexion sur l’anachronisme en archéologie tombe à point nommé car, dans le cas présent, seul un raisonnement anachronique permettra de continuer ce que les raisonnements comparatifs et stylistiques ont déjà amorcé : Saint-Etienne a d’ores et déjà beaucoup révélé mais – à moins qu’on ne découvre fortuitement quelque document perdu – la question de son parti originel ne cessera d’être une incertitude. Ma thèse de doctorat se propose, non plus d’étudier le chantier 0 pour lui-même, mais d’observer le phénomène inverse : à partir d’un corpus volontairement large de sites dans les environs immédiats de la major ecclesia, opérer des comparaisons entre ces chantiers afin de mettre en évidence un ou des modèles communs, puis revenir à la cathédrale pour en dessiner des contours plus précis. Ici, il faut bien parler d’anachronismes, d’une part parce que les églises du corpus sont – par nécessité – des chantiers postérieurs à celui de Saint-Etienne, et d’autre part, parce que c’est un raisonnement régressif qui permettra d’offrir un autre éclairage sur le chantier 0 en étudiant le phénomène de diffusion.

   Pour finir, j’ajouterai qu’il est bon de jeter un regard sur la manière dont le dossier a été traité par l’historiographie avec ce célèbre cas de Pierre Héliot qui avait choisi de classer Sens parmi les édifices romans, quand la quasi-totalité des auteurs en faisaient un prototype du gothique. L’on pourrait s’interroger à nouveau sur la pertinence d’une telle dissection des styles par rapport à la réalité des bâtisseurs médiévaux. Eux-mêmes, comment percevaient-ils l’édification d’une cathédrale comme Sens, notamment par rapport à leur familiarité avec l’ancien édifice cultuel qu’ils fréquentaient ? Notre tentative de restituer le passé passe, de fait, par la manipulation d’outils, de méthodes et d’un vocabulaire qui paraîtraient certainement incongrus aux architectes médiévaux. Là encore, cette période est charnière et pour les auteurs modernes se pose l’éternelle difficulté de la classification des genres roman et gothique, deux notions modernes et, somme toute, anachroniques pour un esprit médiéval.


SOURCES

BAUTIER et GILLES, 1972
BAUTIER R.-H. et GILLES M. (éds.) Odorannus de Sens. Opera omnia, Paris, 1972.

BAUTIER et GILLES, 1979
BAUTIER R.-H. et GILLES M. (éds.), Chronique de Saint-Pierre-le-Vif de Sens, dite de Clarius, Paris, 1979.

JULLIOT, 1876
JULLIOT G. (éd. et trad.), Chronique de l’abbaye de Saint Pierre-le-Vif de Sens rédigée vers la fin du XIIIe siècle par Geoffroy de Courlon, Sens, 1876.

QUANTIN, 1854-1860
Quantin M. (éd.), Cartulaire Général de L’Yonne : Recueil de documents authentiques pour servir à l’histoire des pays qui forment ce département, Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, Auxerre, 1854-1860, 2 vols.

SAINT-MAUR, 1770
Congrégation de Saint-Maur, Gallia Christiana, in Provincias Ecclesiasticas Distributa ; in qua Series et Historia Archiepiscoporum, Episcoporum et Abbatum Regionum Omnium Quas Vetus Gallia Completebatur, ab origine Ecclesiarum ad nostra tempora deducitur, et probatur ex authenticis Instrumentis ad calcem appositis. Tomus Duodecimus: Ubi de Provinciis Senonensi et Tarentasiensi agitur, t. XII, Paris, 1770.

STUBBS, 1879-1880
STUBBS W. (éd.), The historical works of Gervase of Canterbury, Londres, 1879-1880, 2 vols.


BIBLIOGRAPHIE

BRANNER, 1960
BRANNER R., Burgundian Gothic Architecture, Londres, 1960.

HENRIET, 1982
HENRIET J., « La cathédrale Saint-Etienne de Sens : le parti du premier maître et les campagnes du XIIème siècle», Bulletin Monumental, 140, 2, 1982, p. 81-168.

KIMPEL et SUCKALE, [1985] 1990
KIMPEL D. et SUCKALE R., Die gotische Architecktur in Frankreich 1130-1270, Munich, 1985, trad. fr. L’Architecture gothique en France 1130-1270, Paris, 1990.

LASTEYRIE, 1926-1927
LASTEYRIE R.-C., L’architecture religieuse en France à l’époque gothique, Paris, 1926-27.

MAILLÉ, 1939
MAILLÉ Geneviève-Aliette de, Provins, Paris, 1939.

POREE, 1909
POREE, Ch., Les architectes et la construction de la cathédrale de Sens, Caen, 1909.

PRACHE, 1987-2010
PRACHE A., Les monuments de la France gothique, Paris, 1987-2010.

QUANTIN, 1868
QUANTIN M., « Mémoire sur l’organisation et le régime économique et financier de l’ancien chapitre cathédral de Sens », Mémoires lus à la Sorbonne dans les séances extraordinaires du Comité des Travaux Historiques et des Sociétés Savantes, tenues les 14, 15, 16 et 17 avril 1868, séances d’Histoire, Philologie et sciences morales, Paris, 1868, p. 197-234.

SALET, 1955
SALET F., « La cathédrale de Sens et sa place dans l’histoire de l’architecture médiévale », Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 99, 2, 1955, p. 182-187.

SEVERENS, 1970A
SEVERENS K. W., « The early campaign at Sens, 1140-1145 », Journal of the Society of the Architectural Historians, 29, 1970, p. 97-107.

SEVERENS, 1970B
SEVERENS K. W., « William of Sens and the double columns at Sens and Canterbury », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 33, 1970, p. 307-313.

SEVERENS, 1975
SEVERENS K. W., « The continuous plan of Sens cathedral », Journal of the Society of the Architectural Historians, 34, 1975, p. 198-207.

VIOLLET-LE-DUC, 1854-1868
VIOLLET-LE-DUC E. E., Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854-1868, 10 vols.


L’auteure

Emilie ALEXANDRE est doctorante à l’Université Paris-Sorbonne, spécialisée en Histoire de l’art du Moyen Âge (ED 124 ; UMR 8150 « Centre André Chastel »)

Elle prépare actuellement une thèse intitulée La cathédrale de Sens et les avatars d’une architecture diocésaine, XIIème-XIIIème siècles, sous la direction de M. Dany SANDRON, Professeur (Université Paris-Sorbonne).

  1. PORÉE, 1909. []
  2. LASTEYRIE, 1926-27; BRANNER, 1960 ; KIMPEL et SUCKALE, [1985] 1990 ; PRACHE, 1987-2010 (liste non exhaustive). []
  3. SALET, 1955. []
  4. SEVERENS, 1970A ; SEVERENS 1970B ; SEVERENS, 1975. []
  5. HENRIET, 1982. []
  6. QUANTIN, 1881 ; QUANTIN, 1868. []
  7. BAUTIER et GILLES, 1972. []
  8. BAUTIER et GILLES, 1979. []
  9. JULLIOT, 1876, p. 350-351. []
  10. STUBBS, 1879-1880. []
  11. Archives Départementales de l’Yonne, Fonds G 712, F 984 ; 11 Arch. Nat. Fonds F 13 1539 B. []
  12. PORÉE, 1909, p. 2. []
  13. LASTEYRIE, 1926, p. 23. []
  14. GEOFFROY DE COURLON, [1876], p. 492. []
  15. SALET, 1955, p. 182. []
  16. SAINT MAUR, 1770, t. XII, p. 47. []
  17. Voir en particulier SEVERENS 1970A et KIMPEL et SUCKALE, 1985. []
  18. Voir sur ce point SEVERENS 1970A et VIOLLET-LE-DUC, 1854-1868, t. II, p. 348-352. []
  19. Archives de l’Yonne Fonds G 712. []
  20. BRANNER, 1960. []
  21. MAILLÉ, 1939, vol. 1, p. 86, n°1 []
  22. SEVERENS, 1970B. []
  23. HENRIET, 1982, p. 112-115. []
  24. HENRIET, 1982, p. 112. []