Emílio Rui Vilar

Le rôle de la Fondation Gulbenkian dans la défense du patrimoine d’influence portugaise en Asie

Télécharger au format PDF

La Fondation Calouste Gulbenkian a été pendant longtemps une entité pionnière au Portugal dans le domaine de la préservation du patrimoine d’influence portugaise dans le monde. Tout commença en 1958, deux ans après la création de la Fondation, quand il fut demandé à l’historien anglais Charles Boxer, d’étudier la réhabilitation de la forteresse de Mombaça, au Kenya. Au fil des ans, cette activité s’est exercée sur un héritage historique diversifié, dans un vaste espace géographique et reparti sur différents types patrimoine – militaire, religieux et civil.

De nombreux exemplaires du patrimoine, édifié et artistique, ont été l’objet de notre intervention dans des territoires comme le Brésil et l’Uruguay, en Amérique du Sud ; le Maroc, le Bénin et le Kenya, en Afrique ; l’Iran, l’Inde, le Bangladesh, la Thaïlande, la Malaisie, les Philippines et l’Indonésie, en Asie ; les Pays-Bas ou Malte, en Europe. Ces monuments, qui se présentaient sous de très différentes conditions de conservation, nous dévoilent la multiplicité des approches qui ont été considérées, toujours encadrées par des critères fondés sur des principes rigoureux de réhabilitation. Soulignons qu’une partie considérable de ce légat a été considérée comme patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cette activité s’est intensifiée en particulier à partir de la fin des années 1970 et, tout en intervenant sur le terrain, la Fondation a également eu le souci de sensibiliser les autorités et de transmettre des compétences techniques au moyen d’actions de qualification des responsables locaux, impliqués dans la préservation et dans la gestion des monuments et autres biens artistiques.

Je vous propose aujourd’hui de m’accompagner dans un long voyage qui est le témoignage des contacts entre l’Orient et l’Occident et des relations établies entre différentes cultures qui, grâce à cet échange d’expériences, se sont mutuellement enrichies. Nous allons parcourir quelques ports des côtes de l’Océan Indien ayant pour point de départ le golfe Persique, en Iran.

Image n°1

Nous commencerons plus précisément par l’île dHormuz (image n° 1) où, en 1507, Afonso d’Albuquerque a entamé la construction d’une fortification. D’une importance stratégique décisive, l’emplacement était toutefois entièrement dépendant de sources d’approvisionnement extérieures. Quelques mois après le commencement des travaux, Albuquerque a été contraint de quitter le territoire, et les travaux n’ont repris que huit ans plus tard, en 1515, avec le retour des Portugais et la conclusion de la fortification.

Parallèlement à la construction de la forteresse d’Hormuz, il a aussi fallu ériger, sur l’île voisine de Keshm (image n° 2), une structure défensive pour assurer l’approvisionnement d’aliments et d’eau, car Hormuz était alors absolument inhospitalière.

Image n° 2

Le Fort de Keshm (image n° 3) a ainsi fait partie d’un dispositif stratégique plus vaste de contrôle des navires à l’entrée du golfe Persique, complété par d’autres forts comme celui de Larak. L’importante fonction logistique de Keshm s’est observée notamment en 1622, quand les armées perses et anglaises coalisées ont attaqué l’île, et ont forcé les Portugais à se retirer.

Image n° 3

La Fondation Calouste Gulbenkian a élaboré deux projets destinés à la préservation de ces fortifications construites au début du XVIème siècle. Ces projets d’intervention ont été offerts aux autorités iraniennes à deux reprises : Keshm, en 2002, et Hormuz, en 2004.

En Inde, la Fondation Calouste Gulbenkian a accompli deux actions muséologiques considérées indispensables pour la sauvegarde d’un héritage artistique existant à Goa et à Cochin, et qui risquait de disparaître sur le marché clandestin international d’œuvres d’art. Ces actions se sont matérialisées par l’organisation du Musée d’Art Chrétien (image n° 4), à Goa, et par la construction du Musée Indo-Portugais de Cochin, dans l’État du Kerala, au sud-ouest du pays.

Image n° 4

À Goa, la Fondation a procédé à la sélection de pièces, à l’organisation et à l’installation de la collection dans une aile du séminaire construit au XVIème siècle à Rachol par les missionnaires de la Compagnie de Jésus. Les pièces sélectionnées comprennent des objets d’art sacré ainsi que du mobilier d’usage quotidien, qui se trouvaient dispersés dans plusieurs églises et chez des collectionneurs privés. Le Musée d’Art Chrétien de Rachol a été inauguré en 1994 par le chef d’État de la République de l’Inde. Après six ans de fonctionnement, les autorités de Goa ont décidé de fermer le Musée à Rachol et de transférer toute la collection au couvent de Sainte Monique (image n° 5), une construction du XVIIème  siècle située à Vieux-Goa, justifiant cette décision par le nombre restreint de visiteurs se rendant à Rachol.

Image n° 5

            Sainte Monique se situe dans le centre touristique de Goa et a été classé par l’UNESCO en 1986. En 2006, la Fondation Calouste Gulbenkian a participé à la sélection et à la formation de l’actuelle conservatrice du couvent et lui a assuré une spécialisation dans des musées au Portugal. En 2011, un beau catalogue bilingue (portugais/anglais) a été publié.

            Plus récemment, la Fondation a décidé de coopérer avec le Comité du Musée d’Art Chrétien en vue de sa rénovation. Nous avons ainsi préparé un projet de rénovation totale de l’espace (image n° 6), pour valoriser l’importance de la collection et améliorer en même temps la conservation préventive des pièces (image n° 7).

Image n° 6
Image n° 7

Ce projet de revalorisation a été offert aux autorités de Goa en juin 2015. Il propose de répondre aux attentes locales, en pourvoyant des solutions contemporaines, ce qui impliquera une intervention profonde de l’espace intérieur (image n° 8) et la construction, à l’extérieur, d’infrastructures adéquates pour y installer le bureau administratif et la centrale de sécurité, une séparation claire entre la zone d’exposition et les infrastructures de soutien, de services et de dépôts. Les structures muséographiques seront modernisées et le discours muséologique sera également revu.

Image n° 8

Pour l’exécution de ce projet, le ministère de la Culture de l’Inde a déjà garanti 80% de son coût global, et les 20% restants ont été réunis au Portugal par le biais du mécénat public et privé, y compris par la Fondation Calouste Gulbenkian. Le Musée d’Art Chrétien rénové devrait rouvrir au public en 2019, à l’occasion de ses vingt-cinq ans d’existence.

À Cochin, le Musée Indo-Portugais a été installé dans l’enceinte du Palais épiscopal, ce qui a conduit à la construction d’un nouveau bâtiment. Ici, la Fondation Calouste Gulbenkian a assuré les moyens indispensables (financiers, techniques et scientifiques) et a coordonné toutes les étapes du processus, dès la phase initiale. Il faut dire que le projet original a été rectifié car les ruines d’une section de la muraille de l’ancien fort portugais, construit en 1503, ont été trouvées. Il fallait donc les préserver. Dans ce musée, le rôle de la Fondation s’est étendu à la sélection des pièces et à la préparation du plan muséologique.

La collection exposée a été organisée à partir des objets réunis entre 1975 et 1999 par l’évêque de Cochin, Joseph Kureethara (un grand ami du Portugal et de son histoire), auxquels d’autres pièces sélectionnées dans plusieurs églises du diocèse ont été ajoutées. L’Indian National Trust for Art and Cultural Heritage a été l’un des partenaires. Il a assuré les interventions de restauration des pièces, réalisées par des spécialistes à Lucknow et Delhi.

Le Musée Indo-Portugais de Cochin a été inauguré en 2000. Les données les plus récentes font état d’un intérêt croissant du public, ce qui se traduit par une moyenne de 20 000 visiteurs chaque année, un chiffre important étant donné l’emplacement du Musée dans une enceinte privée, catholique, dans un contexte de prévalence hindoue et musulmane. La Fondation a aussi publié un catalogue bilingue pour ce musée (image n° 9).

Image n° 9

Outre l’action muséologique à Cochin, la Fondation a également octroyé à cette ville une contribution pour la préservation de la cathédrale de Cochin, la Basilique de Santa Cruz [Sainte-Croix], construite en 1905 par ordre de l’évêque portugais D. Mateus d’Oliveira Xavier, au même endroit où quatre siècles auparavant se trouvait une autre église (image n° 10). En 2004, l’intérieur de la cathédrale a été l’objet de travaux dont l’installation d’un système électrique. Cette même année, la Fondation a encore accordé une subvention pour des réparations de la Vasco’s House, maison qui, selon la tradition locale, a été la demeure de Vasco de Gama lors de l’un de ses voyages en Inde au début du XVIème siècle.

Image n° 10

Au Bangladesh, à Dhaka, la Fondation a mis au point une intervention visant à la reconstruction de l’église du Saint Rosaire (Image n° 11). Ce fut une expérience des plus enrichissantes, au cours de laquelle tout s’est exactement déroulé selon les plans prévus. La construction d’origine de cette église a été ordonnée au XVIIème siècle par les frères portugais de l’ordre de Saint-Augustin. Au cours des siècles, elle a subi plusieurs transformations mais conserve encore les traces d’une singulière symbiose de l’architecture chrétienne occidentale et des motifs ornementaux caractéristiques de l’art moghol et musulman, évidentes dans la construction d’origine. À la fin des années 1990, l’église ne fonctionnait plus comme lieu de culte, ne servant alors que d’espace de réunion sporadique pour les membres de la Congrégation. Le projet de revalorisation, accompli en 2000, a pris en compte cette fonctionnalité et l’espace est donc actuellement utilisé pour soutenir les activités sociales de l’église. L’intervention a impliqué la remise à neuf de l’intérieur et de l’extérieur, inspirée par la décoration traditionnelle d’autres monuments de la région, par rapport auxquels la structure révèle des similitudes.

Image n° 11

À Ayutthaya, ancienne capitale du royaume de Sion, actuelle Thaïlande, les Portugais ont signé en 1516 le premier traité d’amitié et de commerce, établi entre les deux royaumes [le Portugal et Sion]. Ceci a permis, d’une part, la mise en place de plusieurs comptoirs commerciaux et a signalé, d’autre part, le début des relations diplomatiques maintenues jusqu’à nos jours.

En 1995, la Fondation a participé aux travaux de préservation des ruines de l’ancien comptoir, ce qui a aussi entraîné la construction d’un pavillon pour préserver les ossements de Portugais et de Thaïlandais trouvés dans les fouilles du cimetière adjacent aux ruines de l’église dominicaine (image n° 12). Avec l’aide de la Fondation, un quai a également été construit pour permettre l’accès à partir de Bangkok, depuis la rivière Chao Praya.

Image n° 12

En Malaisie, à Malacca (Melaka, sa désignation actuelle), la Porte de Santiago (image n° 13) est le seul vestige de la forteresse dite « A Famosa » (« La Célèbre »), dont la construction fut commencée par Afonso d’Albuquerque en 1511, lors de la conquête de la ville. En janvier 1641, Malacca a été prise par les Hollandais, qui ont partiellement détruit la forteresse portugaise. Avec l’établissement des britanniques, en 1807, ce qui subsistait de la fortification a été presque complètement abattu, ne restant qu’une de ses entrées, préservée grâce à l’opposition de Sir Thomas Stamford Raffles, le fondateur de Singapour, qui l’a considérée remarquable.

Image n° 13

L’église St Paul fut construite à Malacca par les pères jésuites en 1590, au même endroit où existait autrefois une petite chapelle, qui avait accueilli durant quelques mois les restes mortels de Saint Francis Xavier, disparu en 1552 à l’île de Sanchuan, juste en face de la Chine. L’église St Paul a été à la fois un lieu de culte et de défense, profitant d’un emplacement privilégié au sommet de la colline. En 1991, la Fondation a signé un protocole de coopération avec les autorités de Malacca en vue de la réhabilitation de ces deux vestiges architecturaux d’origine portugaise [la Porte de Santiago et l’église St Paul]. Le projet prévoyait la revitalisation intégrée des deux structures, mais les autorités malaisiennes n’ont jamais donné suite au projet, probablement pour des raisons politiques et religieuses.

Image n° 14

Selon la tradition locale, le Taman Sari (ou Palais de l’Eau) – le Palais du sultan de Yogyakarta, en Indonésie – a été construit au XVIIIème siècle, avec la coopération d’un architecte portugais, probablement originaire de Goa ou Malacca, qui a participé à l’élaboration des plans architecturaux. Après l’indépendance de Timor Loro Sae, qui a permis le rétablissement des relations diplomatiques entre l’Indonésie et le Portugal, la Fondation Calouste Gulbenkian a décidé d’organiser quelques initiatives pour signaler ce moment au niveau culturel. Parmi ces initiatives, un projet destiné à la revalorisation du complexe de bassins du Taman Sari (image n° 15). L’intervention a été achevée en 2004.

Image n° 15

La construction d’un mémorial à Fernand de Magellan, dans l’île de Cebu, aux Philippines, se doit aux Pères de l’Ordre de Saint-Augustin, qui l’avaient fait ériger à l’endroit où, en 1521, le navigateur portugais aurait placé une croix en bois pour signaler son arrivée en ce lieu et l’avènement du christianisme dans la région. C’est là que Magellan aurait installé un autel pour la célébration de la première messe. La conversion du roi local et son entourage aurait eu lieu à cet endroit et les premiers convertis au christianisme y auraient été baptisés.

À Cebu, on raconte encore des histoires fantastiques attribuées au pouvoir miraculeux de la croix, à laquelle, en conséquence, ont souvent été retirés des fragments. Au XIXème siècle, le mémorial a été entouré d’une structure de protection et, quelques années plus tard, le petit monument a reçu des ornements. La peinture du plafond, par exemple, est postérieure à 1950 et représente, d’une part, des scènes allusives à la mise en place de la croix et à la première messe célébrée et, d’autre part, le baptême de la famille du Raja Humabon et de quelques membres de son entourage (image n° 16). En 2006, la Fondation Calouste Gulbenkian a octroyé une subvention pour des travaux de réhabilitation de ce point de repère du premier voyage de circumnavigation.

Image n° 16

Lorsque nous évoquons les traces de la présence portugaise dans le monde, ces six décennies d’expérience ont permis à la Fondation Calouste Gulbenkian de se doter d’une connaissance assez approfondie de l’ampleur du patrimoine en question et des difficultés de sa préservation.

Image n° 17

C’était le moment d’aller plus loin et de mettre en œuvre une étude qui puisse faire l’inventaire et identifier ce patrimoine, en termes géographiques, typologiques, culturels, politiques, historiques, etc.  Par conséquent, la Fondation a invité un éminent historien portugais, José Mattoso, pour diriger le projet de systématisation du Patrimoine d’Origine Portugaise dans le Monde – Architecture et Urbanisme, dont les résultats ont été publiés en 2010 et 2011, en portugais et en anglais (image n° 16). Cette publication, en trois volumes, suivis d’un quatrième, comprenant les index, s’organise par régions, chaque volume étant sous la responsabilité de spécialistes de différentes universités : Renata Malcher de Araújo (Universidade do Algarve), pour le volume sur l’Amérique du Sud ; Filipe Themudo Barata (Universidade de Évora) et José Manuel Fernandes (Universidade de Lisboa), pour le volume sur l’Afrique, la Mer Rouge et le Golfe Persique ; Walter Rossa (Universidade de Coimbra), pour le volume sur l’Asie et l’Océanie. Mafalda Soares da Cunha (Universidade de Évora) a aussi participé comme adjointe au Professeur José Mattoso. Ils ont coordonné, ensemble, près de quatre-vingts auteurs.

 Ce relevé est aussi accessible sur le site www.hpip.org [patrimoine de l’influence portugaise].

Actuellement, la Fondation Calouste Gulbenkian continue à consacrer une partie de son action à ce domaine, privilégiant surtout la coopération au niveau des études techniques spécialisées, ainsi que la formation et la qualification de professionnels du patrimoine dans différents pays.

Pour conclure : il y eu trois phases dans l’intervention de la Fondation Gulbenkian dans la préservation du patrimoine d’influence portugaise dans le monde. D’abord, l’intervention sur le terrain, avec des actions de préservation et de restauration dans plusieurs endroits du monde, sur quatre continents. Ensuite, l’étude de l’inventaire systématique, avec la publication dirigée par le Professeur José Mattoso et le site www.hpip.org, qui permet une mise à jour permanente. Et, finalement, la formation et la sensibilisation des agents locaux.

Malgré les signes de tension culturelle et religieuse qui nous frappent chaque jour, espérons que l’étude et la préservation d’un patrimoine qui représente lui-même, de fait et symboliquement, la diversité des rencontres des cultures, puissent constituer un facteur d’ouverture et favoriser le dialogue et la compréhension réciproques.

Emílio Rui Vilar (Fundação Calouste Gulbenkian)