Présentation de la journée doctorale

ARCHÉOLOGIE ET NATURE

Mardi 14 janvier, Galerie Colbert-INHA, salle Perrot 

Thème proposé par Guillaume CROCQUEVIEILLE et Sara FERRONATO. 

La nature fait l’objet d’un renouveau critique dans le champ des sciences dures, perceptible notamment dans la propagation d’un discours écologique qui émerge dans l’opinion depuis ces dernières décennies. Pour autant, la réflexion sur la nature tend aussi à investir les sciences humaines à travers la création de nouvelles disciplines telles que l’ « histoire environnementale », la « sociologie environnementale » ou l’ « éco-urbanisme » au sein de ce que certains ont appelé les « humanités environnementales ». Il s’agit bien sûr ici de se garder de défendre une idéologie purement écologiste à laquelle serait soumise l’archéologie ; bien au contraire, cette journée a le mérite de poser la problématique de la place de la nature dans le champ des disciplines de l’archéologie et de la pertinence qu’il y a à poser scientifiquement ce rapport. Or celui-ci peut être envisagé sous trois aspects :

  • La nature comme environnement. La connaissance des écosystèmes anciens peut être vue a minima comme un champ de la recherche en archéologie. Toutefois l’influence du milieu sur l’homme reste une question à problématiser car elle a fait l’objet de controverses, notamment parmi les théoriciens de l’archéologie depuis les années 1950.  
  • La nature comme objet de l’activité humaine. Les changements d’écosystème peuvent aussi être mis en lien avec l’intervention humaine, ce que vise à démontrer la pensée écologiste. La recherche en archéologie s’intéresse ainsi à identifier le dépassement de la condition naturelle et animale de l’homme par la culture, notamment matérielle et outillée, et vise la connaissance de la nature de l’homme, dans ses différentes capacités rationnelles, qu’elles soient langagière, technique, sociale ou éthique.
  • La nature comme sujet de la représentation. L’archéologie s’intéresse enfin aux représentations de la nature et du naturel par les sociétés anciennes (sinon modernes et contemporaines). Relevant du champ de l’histoire de l’art, les arts de la représentation témoignent de ce rapport que l’homme entretient avec la nature. La question des normes à l’œuvre dans la représentation de la nature, et de la visée de ces représentations qu’elles soient végétales ou animales sont au cœur des problématiques de l’archéologue et de l’historien de l’art.

Cette journée doctorale est ouverte aux propositions relevant de la thématique de la place de la nature dans le champ de l’archéologie, aux recherches archéologiques intégrant les sciences dures (l’archéométrie ou la biologie) et aux recherches en histoire de l’art. Les contributions pourront notamment appartenir aux champs suivants :

  • archéologie du paysage et du jardin : la connaissance des environnements naturels des sociétés anciennes, l’aménagement des espaces par les hommes. 
  • archéologie et archéométrie : l’apport des sciences dures (palynologie, carpologie, dendrochronologie, anthropologie physique, génétique…) pour la connaissance des écosystèmes anciens, de la faune et de la flore, et l’impact qu’a eu sur eux l’activité humaine.
  • archéologie de l’agriculture et de l’alimentation : en quoi les données archéologiques (outils, vaisselle ; ossements d’animaux, graines et fruits…) peuvent nous aider à appréhender les pratiques agricoles ou alimentaires des sociétés anciennes et reconstituer les différents aspects de l’alimentation carnée et végétale.
  • archéologie de l’artisanat et du commerce : quelles conduites outillées sont mises en œuvre dans l’exploitation et la manipulation des ressources naturelles ; comment les ressources naturelles sont l’objet d’échanges commerciaux ou artistiques ; dans quelle mesure les contraintes naturelles influent sur les échanges.
  • anthropologie et nature : comment les espaces naturels sont perçus, définis et représentés par les hommes ; quelle place occupent la nature et les forces naturelles dans les croyances et les pratiques des fidèles.
  • art et nature : iconographie et iconologie des représentations végétales et animales ; le paysage en art, ses conventions, ses significations

Date limite d’envoi des propositions de communications : mercredi 6 novembre 2019.


Les propositions de communications (5 à 10 lignes) devront être envoyées, avec une illustration libre de droits (format .jpg), à l’adresse : marie.planchot@sorbonne-universite.fr
Les actes feront l’objet d’une publication électronique sur la revue en ligne de l’ED. Cette journée est obligatoire pour les doctorants inscrits en 1ère, 2ème et 3ème année

Programme « Archéologie et nature »