Présentation de la journée doctorale

Exô-tikos
Penser l’Autre et l’Ailleurs en histoire de l’art

Vendredi 18 janvier 2019, salle Perrot de 10h à 17h30.

Thème proposé par Aïda El Khiari et Pauline de Keukelaere.

Qu’est-ce que l’exotisme ? Le mot nous est familier mais en donner une définition est une entreprise assez malaisée. Le terme a pris au cours de son histoire une multitude de sens, se chargeant au fil du temps de connotations plus ou moins péjoratives. Aussi convient-il pour y voir plus clair de remonter à la racine du mot. Dès l’Antiquité, les adjectifs grec et latin, exôtikos et exoticus, sont utilisés pour désigner des individus, des objets et des lieux qui se situent hors des repères culturels de l’observateur. Leur signification – « en-dehors » – en souligne le caractère intrinsèquement relatif : hors contexte, le mot ne signifie plus grand chose. Si l’adjectif « exotique » apparait au xvie dans le cadre des Grandes Découvertes, il reste peu usité avant le xixe siècle qui voit l’affirmation des grands empires coloniaux. Intimement lié à un discours européocentriste, il est aujourd’hui galvaudé et décrié par certains chercheurs.
Le concept est néanmoins porteur, au-delà de ces charges historiques, d’une notion qui n’a cessé de nourrir l’imaginaire des êtres humains, celle de l’altérité. Dans le domaine des arts visuels, l’altérité géographique – l’Ailleurs – a été une source d’inspiration privilégiée pour les artistes. Depuis la figuration des barbares dans la Grèce antique jusqu’aux visions racistes de l’Exposition coloniale de 1931 en passant par les images d’Européens dans la miniature moghole et persane, la figure de l’Autre a donné lieu à d’innombrables représentations.
Comment l’histoire de l’art peut-elle éclairer et renouveler le regard porté sur l’exotisme ? Cette journée d’étude sera l’occasion de penser l’Autre et l’Ailleurs en histoire de l’art selon les pistes de réflexion suivantes :

  • Comment les artistes ont-ils compris, pensé et représenté l’Autre et l’Ailleurs ? On s’intéressera en particulier aux codes de représentations iconographiques qui permettent de différencier l’Autre du « moi ».
  • On examinera la circulation et les modalités de réception des objets venus d’« ailleurs » et leur rôle dans l’émergence des vagues d’exotisme dans les arts (chinoiseries, japonisme, orientalisme, primitivisme…)
  • Enfin dans une perspective historiographique, on interrogera les liens de ces mouvements artistiques avec les discours idéologiques et la manière dont l’essor des études post-coloniales a modifié le regard porté sur les arts extra-occidentaux.