Présentation

Archéologie et culture matérielle.
Du vestige aux sociétés passées

Modératrice : Mme Nathalie GINOUX
Vendredi 25 janvier 2013

Issu du latin “vestigium”, le terme vestige signifie littéralement l’empreinte laissée par l’homme (ou par l’animal) à l’endroit où il est passé. Par extension, ce terme est employé pour désigner les traces matérielles témoignant d’une action anthropique passée : restes architecturaux, outils, éléments de parures, de vannerie, etc.

Comprendre les sociétés passées à travers les seuls témoignages matériels n’est pas chose aisée. Il s’agit, en effet, pour l’archéologue de “faire parler” l’objet existant au-delà de sa simple matérialité, d’en faire le révélateur des systèmes techniques, économiques et symboliques, en somme de l’organisation des sociétés humaines à plusieurs échelles (habitat, site, micro-régionale, régionale, espace culturel). De fait, “le terme de culture matérielle ne se réduirait […] pas aux objets matériels mais intégrerait la relation entre les sujets et les objets”1

Archéologie  – Programme


Composition du comité scientifique des actes de la journée doctorale d’Archéologie “Archéologie et culture matérielle. Du vestige aux sociétés passées” (2012).

Nathalie GINOUX
Maître de conférences HDR
Archéologie celtique
Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV)

Jean-Yves MONCHAMBERT
Professeur, Directeur de l’ED 124
Archéologie du Proche-Orient ancien
Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV)


Vous pouvez désormais lire les articles suivants :

Fiona PICHON. Analyse fonctionnelle des lames-faucilles de Dja’de-el-Mughara (Syrie du Nord) : problématique et méthode de recherche.

Morgane GODENER. Vestiges archéologiques de la plaine du Sous : mise en valeur et réorganisation du territoire par le pouvoir saadien (Sud marocain, XVIe – début XVIIe siècle).

  1. JULIEN M.-P. et ROSSELIN C., La culture matérielle, La Découverte, collection Repères, 2005, p.6. []