La mobilité féminine des élites à l’âge du bronze en Europe : Une controverse dans le débat scientifique.

Article écrit par Tara Chapron

Télécharger l’article au format pdf.

Communication présentée le 12 janvier 2021.


Introduction :

L’âge du Bronze est synonyme de mouvement : la circulation de matières premières, d’échanges de biens, la mobilité individuelle et celle des populations. Les vestiges archéologiques des costumes féminins de cette période, particulièrement dans le Nord de l’Europe, sont un médian privilégié pour aborder ces trois aspects. Sur les sept costumes complets conservés de l’âge du Bronze au musée national du Danemark, trois d’entres eux appartenaient à des femmes. Ils sont connus sous les noms : de costume de la femme de Borum  Eshøj, de la femme de Skrydstrup et de la fille d’Egtved. L’état de conservation de ces derniers est tout à fait exceptionnel grâce aux méthodes d’inhumation. En effet, les corps étaient enterrés vêtus, enveloppés dans une couverture avant d’être déposés dans un cercueil taillé dans le tronc d’un chêne. Le cercueil était ensuite recouvert d’un tumulus. La combinaison du tertre et du chêne a permis une protection à la fois hermétique à l’eau de pluie et de conserver les fibres organiques par l’acidité tannique. Par ailleurs, le chêne permet de réaliser une datation par dendrochronologie des inhumations. Ainsi ces trois costumes sont contemporains et datent respectivement de 1351 av.n.è., 1300 av.n.è., et 1370 av.n.è.i.1. C’est  donc en s’appuyant principalement sur ces trois costumes que nous aborderons l’identité de leur propriétaire avant de revenir sur les débats concernant la mobilité et le statut des élites féminines. 

I. Les costumes de la femme nordique à l’Âge du bronze.

Des analyses ostéologiques et/ou les artefacts retrouvés dans les tombes prouvent qu’il  s’agit bien de costumes portés par des femmes. Il s’agit en outre de vêtements qui étaient portés quotidiennement, ou du moins couramment, comme le montrent les traces d’usure2. Les  trois  costumes ont en commun d’être en laine et d’être composés d’un même haut coupé à la taille, à  col bateau et aux manches trois-quarts kimono. La différence dans l’habillement concerne deux d’entres-elles qui portait une jupe  longue tandis  que  la  troisième  portait  une  jupe  courte  à  cordes.

A. Le modèle à jupe courte.

Il n’existe qu’un seul exemple complet de ce modèle, celui de la fille d’Egtved. Des costumes fragmentaires existent tout de même qui permettent de compléter l’étude du modèle. La plupart proviennent de tumuli en périphérie d’un tumulus central et datent du début de  l’âge du Bronze scandinave (1700-1100 av.n.è.). Sur l’exemple de la fille d’Egtved, la jupe est composée de cordelettes tressées en série et maintenues par un fin fil sur une bordure étroite. Les cordelettes se terminent en anneaux et un lien est enfilé pour maintenir les cordes en place. La jupe est enroulée deux fois autour de la taille et tombe  sur les hanches. Sur d’autres exemples, les cordelettes étaient parfois ornées de tubes en bronze sur une ou deux rangées. Ces éléments métalliques sont le plus souvent tout ce qui subsiste des jupes et ce qui suggère ainsi sa présence. Ce modèle de jupe pourrait être très ancien, peut-être du Néolithique : les cordelettes n’étaient pas en  laine  mais  en  fibres  végétales comme à Robenhausen près de Zurich  en Suisse. De rares tubes retrouvés dans des contextes tardifs de l’âge du Bronze, attestent que la jupe est portée jusqu’au moins la période IV (1100-950 av.n.è.) et V (950-750 av.n.è.)3. La manière dont est portée la jupe a soulevé un  grand débat au milieu des années 1950 mais c’est finalement l’hypothèse d’Hansen qui est retenue : c’est-à-dire que la jupe est portée sur les hanches et non à la taille puisque les tubes sont toujours retrouvés au dessous de la taille4.

Figure 1 – La fille d’Egtved, Source : https://en.natmus.dk/historical
knowledge/denmark/prehistoric-period-until-1050-ad/the-bronze-age/the-egtved-girl/ (dernière consultation le 30/08/2019)

 

B. Le modèle de la jupe longue.

Le modèle à jupe longue est une jupe montante, fortement plissée à la taille en larges replis et très ample. Une ceinture tressée retient la jupe. La trame est fortement tendue pour rapprocher les fils de chaîne ce qui crée un effet d’optique où on ne voit presque qu’eux et rend les franges plus nombreuses qu’elles ne le sont vraiment. Dans le cas de la femme de Skrydstrup, Hans Christian Broholm pense que la jupe ne pouvait être portée comme elle est positionnée sur le corps5 :  la ceinture est en dessous des hanches et ainsi ajustée le tissu trainerait sur le sol. Elle suggère que le tissu serait donc positionné dans le cercueil comme un linceul. Plusieurs tentatives de reconstitutions ont été menées sans pour autant donner de résultat convaincant. En 1949, Inga Henning Almgren6 propose que le tissu aurait pu être porté  dans le style grec classique avec une épingle pour retenir le tissu à l’horizontal ou à la verticale. Cette proposition n’est pas retenue mais ouvre le débat sur un rapprochement des costumes du  nord et du sud de l’Europe, notamment suite aux découvertes des sépultures de Vergina Ha, B, C, D en Macédoine. Sophie Begerbrant et Serena Sabati, remarquent que si le tissu est relevé environ 40 cm au dessus des épaules, il peut former une sorte de capuche qui couvre la tête et  qui retombe sur le devant et sur le long des côtés en deux rabats vastes et pliés qui couvrent les bras et une partie des jambes7.  Il  permettrait,  ainsi  ajusté,  une  liberté  des  mouvements,  de  réchauffer le corps et même de servir comme sac de couchage pour la nuit. Elles soutiennent  cette  hypothèse  par  une scène de la roche de Kivik où plusieurs figures en  « S »  pourraient  représenter des femmes en deuil portant un vêtement long, large et à capuche. Un textile rectangulaire dans la tombe de la fille d’Egtved  pourrait également avoir été cousu comme une pièce cylindrique et la jeune fille devait le plier sur la hauteur pour former une capuche. La  bordure a en effet des trous déformés avec des restes de fils, ce qui peut valider cette théorie8.

Figure 2- Femme de Borum Eshøj, Source : https://natmus.dk/historisk-viden/danmark/oldtid indtil-aar-1050/bronzealderen-1700-fkr-500-fkr/ (dernière consultation le 30/08/2019)
Figure 3 – Femme de Skrydstrup, Source : https://natmus.dk/historisk-viden/danmark/oldtid indtil-aar-1050/bronzealderen-1700-fkr-500-fkr/ (dernière consultation le 30/08/2019)

 

C. Bijoux et ornements.

Les vêtements étaient souvent accompagnés de parures en bronze et parfois en or. Cela  forme un tout : ce n’est pas le vêtement qui met en valeur la parure ou la parure qui met en valeur le vêtement mais l’un et l’autre fonctionnent ensemble de manière égale et complémentaire.  La  parure  fait  donc  partie  intégrante du costume. Il est très commun entre la période II à la période V (1500-750 av.n.è. env.) de l’âge du Bronze nordique et ses alentours de trouver en association dans les sépultures des élites des ceintures, des colliers couvrant le cou et le col, des bracelets en spirale et des fibules. D’après les tombes, que ce soit pour le costume masculin ou féminin, la parure est présente mais différente selon les genres. Les hommes portent souvent des bracelets alors que les femmes portent une panoplie complète. Cette panoplie peut se constituer de disques de cheveux, d’anneaux d’oreilles et de doigts, bagues en ressort en or, colliers de perles en verre et ambre pour les tombes les plus riches, gorgerin, bracelets, disque de ceinture, jambières, ainsi que des épingles pour maintenir le vêtement. Les manières de porter les parures sont interprétées selon les contextes de découvertes et sont souvent similaires pour les périodes II et III  (1550-1200  av.n.è.).  Les traces  d’usure sont aussi de bons indices pour comprendre la manière dont ils sont portés9.

Figure 4- Reconstitution du costume féminin avec parure, Source : Flemming Bau

 

II. Statut et fonction de la femme et de son costume.

Les costumes féminins ont soulevé de grands débats pour définir l’identité des porteurs. Ce qui est sûr c’est qu’étant donné le contexte d’inhumation, il s’agit de personnages de haut rang. Un tumulus implique une main d’œuvre importante. Aussi le défunt ne peut qu’appartenir à une élite de ces sociétés. La découverte de la fille d’Egtved conduit Thomsen à dresser une base de trois interprétations possibles de son statut, en comparaison avec le seul exemple connu alors, la femme de Borum Eshøj. Ces hypothèses sont fréquemment citées dans la recherche et servent encore aujourd’hui de base pour de nouvelles. 

A. Une question de saison.

La première idée est qu’il y a différents vêtements qui conviennent au changement de température. La jupe courte serait un vêtement pour la saison chaude donc entre mars et mi octobre et la jupe longue pour la saison froide. Parmi les éléments organiques conservés dans la tombe d’Egtved, une fleur achillée (achillea mille-folium) a été retrouvée et prouve que l’inhumation a eu lieu entre juin et septembre. Cela pourrait donc convenir. Toutefois la tombe de Skrydstrup a permis la conservation d’anthriscus silvestris complètement développées or elles poussent d’avril à octobre et  fleurissent entre mai et juin. Les deux femmes auraient été enterrées à la même saison, donc la théorie ne fonctionne pas10.

B. Fille et femme.

Selon Thomsen, la jupe à cordelettes pourrait être un vêtement de jeune fille fertile non mariée ou plus généralement d’une femme non mariée alors que la jupe longue serait liée au statut de mère ou de femme mariée. La longueur de la jupe et le fait de pouvoir voir à travers les cordelettes y compris le ventre sont les éléments qui ont conduit à cette hypothèse. La thèse d’Orjan Engedal publiée en  2010  fait également état de cette théorie. Le changement de costume se serait produit vers l’âge de 17 à 19 ans mais l’affirmer est difficile car les artefacts humains dans les tombes sont rares. Une théorie émise par Eskilden et Lomborg d’après une idée de Nielsen. La jupe longue pourrait être réutilisée pour former un kilt, une cape ou un châle selon la longueur de la jupe11. La jupe à cordelettes serait donc, selon eux, un vêtement féminin élaboré à partir de chutes d’un ou plusieurs morceaux.

Sur quarante-trois tombes dans lesquelles des traces de jupes à cordelettes sont attestées, seulement huit documentent l’âge du défunt. La tombe C de Trindhøj dans la commune de Vamdrup, par exemple, datée par dendrochronologie de 1347 avant notre ère, ne possède aucun os conservé ; mais l’intérieur du coffre mesure 1,13 m sur 0,34-0,31 m pour une profondeur de 18 cm. Une étude sur la  croissance des enfants réalisée par la Wold Health Organization12 montre que la plupart des enfants atteignent la hauteur 1,10 m avant l’âge de six ans, ce qui signifie que le défunt dans cette tombe était certainement âgé de moins de six ans. La jupe à cordelettes semble avoir été portée pendant toute la durée de l’âge du Bronze, par des enfants comme des adultes13. L’âge n’est donc pas un critère du port de ce vêtement. 

C. Rituel.

Enfin, Christian Jürgensen Thomsen propose de considérer le  modèle de jupe à cordelettes comme un costume rituel qui ne peut être porté que par une seule une catégorie sociale. La littérature scientifique actuelle privilégie l’hypothèse d’une panoplie dans un contexte rituel. Il est même précisé que la jupe pourrait signifier que la porteuse est danseuse d’un rituel érotique dans un temple14. L’idée est peut-être influencée par la décence de l’époque. La figurine de Fårdal de la fin de l’âge du Bronze est l’une des preuves matérielles de cette interprétation. Les figurines à l’appui de la théorie d’un lien rituel avec la jupe, portent des bijoux tels que des anneaux de cou et la jupe à cordelettes, sans rien d’autre. Elles datent toutes cependant  de la fin de l’âge de Bronze, période IV et V (entre 1200 et 750  av.n.è.) et les jupes des figurines sont bien plus courtes15. Dans le cas de la fille d’Egtved, la jupe mesure 38-40 cm de long. Dans la tombe d’Ølby les cordelettes sont assez longues pour recevoir deux rangées de tubes de bronze, et  trois rangées pour le cas de Melhøj. Les protubérances observées sur le torse de la figurine de Fårdal et sur le manche du couteau de Itzehoe indiquent qu’il s’agit bien de représentations féminines, mais cela n’est pas toujours aussi évident. Au total sept représentations anthropomorphes ont été découvertes à ce jour, mais on ne connait l’apparence que de six : elles ont pour la plupart été perdues mais des dessins archéologiques permettent de garder un témoignage de leur apparence. Les figurines représentées en plein saut périlleux sont parfois difficiles à genrer mais toutes semblent au moins liées à une activité rituelle. Cela ne signifie pas pour autant un lien systématique entre la jupe et le sacré.

Fig.5. Figurine de Grevensvænge, source : Tara Chapron
Figure 6 – Figurine de Fårdal, Source : Tara Chapron

Klavs Randsborg envisage les différents statuts possibles pour la femme sans pour autant détailler les éléments qui l’amène à ses hypothèses. Il note qu’entre 1500-1300 avant notre ère, une élite féminine porte à la ceinture un disque semblable à celui soleil du chariot de Trundholm sur le ventre, peut-être en lien avec leur rôle dans la société. Il note également qu’elles portent la jupe à cordelettes. Selon cet auteur, les disques de ceintures auraient été portés de symboles calendaires secrets, les femmes les portant sont  liées d’une manière ou d’une autre au culte rituel du soleil. Quelques  uns des disques seraient tout de même des imitations formelles faites  sans la connaissance du sens de ces objets. L’argument est tout de  même difficile à suivre puisque la plupart des ceinturons mobilisés à l’appui de son hypothèse ne possèdent pas d’information calendaire.  

Aussi si sur un quelconque contexte on applique ce critère à l’ensemble des tombes avec des restes textiles de jupe à cordelettes et de tubes de bronze, il apparaît que moins de la moitié des défunts pouvaient être classés comme membre actif du culte : en incluant la haute société ce pourcentage atteint 37%, si l’on intègre les dépôts cela touche 56%. Les traces de jupe se concentrent tout de même dans les tombes accompagnées d’objets en bronze présents en moyenne et grande quantité. Si ceux-ci sont les témoins d’un rang social plus ou moins élevé, alors l’utilisation de la jupe à cordelettes pourrait être associée à une large variété de groupes sociaux élevés. Le modèle est porté dans le sud de la Scandinavie au début de l’âge du Bronze (1550 à 1200 av.n.è.) et dans une zone plus limitée pour les modèles avec tubes de bronze. Le foyer originel se situerait dans le nord de Seeland avant de se diffuser dans l’ouest et l’est et a généralement été utilisé à la période III en Scandinavie où on le retrouve dans les tombes sous tertre, quelque fois sous le tertre principal mais plus souvent secondaire. Deux tombes seulement  contiennent des traces de jupe : Valleberga, inhumation proche d’un  tertre qui contient un plat de ceintures, deux spirales de bras et une  quantité  importante de  tubes de bronze ; et Gyldensgård, qui date du début de l’âge du Bronze, crémation associée à un tertre, qui contient  des tubes de bronze uniquement. L’association à un tertre est tout de même récurrente, ce qui démontre que le modèle semble avoir été préféré par les femmes d’une condition sociale élevée. Lorsque le traitement du corps est la crémation, alors les tubes en bronze attestent encore son utilisation. 

En l’état actuel des sources, il est impossible de démontrer l’existence d’un lien entre le type de jupe et une fonction rituelle ou religieuse ; difficile aussi d’inférer un lien entre le port de ce vêtement et un des statuts de la vie des femmes (classe d’âge, maternité, le veuvage…). Ces différences sont peut-être plus remarquables par la coiffure et non au vêtement. Ainsi, la fille d’Egtved porte les cheveux courts, « à la Jeanne d’Arc », alors que ceux de Skrydstrup sont retenus dans un  filet. La jupe est probablement un simple type de vêtement apprécié  par les femmes du début de l’âge du Bronze, porté pour la vie quotidienne ainsi que pour des activités rituelles. Le goût pour ce vêtement ou bien le fait de le décorer avec des tubes en bronze aurait peut-être décliné à la fin de l’âge du Bronze ou bien fortement raccourci à la hauteur des jupes  des figurines anthropomorphes. Il est possible aussi que la jupe n’ait pas été plus portée dans le quotidien mais toujours lors des rituels16.

III. Échanges et mobilités à l’âge de Bronze.

A. Un contexte d’échange.

Vers 2000 avant notre ère, la technique du bronze est diffusée sur toute l’Europe occidentale et méridionale avant d’atteindre aussi l’Europe du Nord.  Les cultures situées à proximité des centres miniers exercent une influence considérable sur les groupes voisins ce qui leur confère un pouvoir commercial et politique. La zone nordique (Danemark, Suède, Hollande, Allemagne du Nord) ne possède aucun gisement métallifère mais en échange d’ambre du Jutland et des rives de la Baltique qui sert à la confection des perles, elle importe des outils tels que des haches à rebords, des armes, du cuivre, de l’étain de Bohême, des Alpes ou de la Bretagne. Le Nord est aussi en lien avec la région des Carpates, qui est très riche en métal, il est possible que des échanges de métal brut étaient aussi organisés. Ces échanges ont permis aux bronziers scandinaves de créer des objets remarquables comme des épées ou des haches qu’ils exportent ensuite jusqu’en Europe de l’Ouest. Ils réalisent des créations originales qui démontrent qu’ils sont aussi d’excellents métallurgistes, comme en atteste le modèle réduit de cheval à roues en bronze moulé tirant un disque solaire de 1650 environ av. n.è. découvert à Trundholm au Danemark. 

Figure 7- Char de Trundholm, Source : Tara Chapron

Maîtriser la métallurgie signifie maîtriser une matière première recyclable : si un objet est cassé il peut être refondu et remoulé  pour être une arme, une parure ou un objet domestique. Les métallurgistes développent de nouvelles formes d’armes, d’objets de toilette (rasoirs, fibules) et de parures (bracelets, épingles) parfois si sophistiqués qu’ils impliquent une technique de fonderie tout à fait maîtrisée. À partir de 1200 avant notre ère, les techniques du bronze sont toutes maîtrisées en Europe. L’ensemble des artefacts retrouvés dans les dépôts, les sépultures et les objets eux-mêmes suggèrent en effet une production importante et en série, ce qui indique l’existence de nombreuses voies de communication, des relais commerciaux, des véhicules, une organisation de protection. Certes, dès les débuts de l’âge du  Bronze, la production subit de nombreux changements mais aussi toute l’organisation autour. Elle bénéficie de la simplification du transport par l’utilisation de la roue à rayons et des progrès de la navigation. À la fin de l’âge du Bronze, les relations sont internationales et les sociétés sont interdépendantes les unes des autres et ce, malgré, leurs différences culturelles17.

B. Une élite dynamique et mobile.

L’âge du Bronze est une période de changements techniques mais aussi sociaux. Les sociétés productrices sont en effet de plus en plus hiérarchisées et ce de manière complexe. Autour de la production métallurgique plusieurs fonctions encadrent cette activité, leur donnant à chacun  un  pouvoir  de  plus en plus  important  à mesure de l’intensification de la production. Ces derniers sont les fabricants, les trafiquants ou encore des puissants contrôlant les échanges. La  production d’objets de prestige raffinés suggère une évolution de l’esthétique et de la pensée. C’est par ces objets que se distingue une classe privilégiée. À l’âge du Bronze ancien celle-ci emporte dans sa tombe les symboles de son pouvoir, marqués sur les objets tels que les armes, la vaisselle, la parure18

Cette élite ainsi que les autres acteurs de ces échanges marchands semblent être la clef des échanges pour assurer le transport de biens et des idées à travers de longs voyages. Cette élite mobile et ouverte sur les échanges à longues distances se distingue des paysans immobiles.

Un des symptômes de cette mobilité est la réalisation d’alliances matrimoniales dans des cultures parfois très éloignées. D’autres raisons qui peuvent expliquer ces déplacements sont les pélerinages et autres rassemblements religieux. En effet le pouvoir rituel peut exiger un système de transaction ou une mobilité, ramener des biens d’échanges ou de prestige, s’échapper un moment de la limitation de la société du village, rechercher la gloire, ou de nouveaux échanges pour agrandir un réseau au delà du local. 

Les objets dans les tombes sont les témoins de cette mobilité, assurent qui se déplacent et montrent que les objets circulent autant  que les hommes. Les petits objets comme les épingles ou les fibules ne sont pas échangés ou donnés19. S’ils sont en dehors du contexte local alors ils reflètent un mouvement d’individus et peut-être même de l’imitation. Une personne peut tout à fait profiter d’un déplacement pour acheter une fibule pour remplacer la sienne qui aurait cassée. Quant aux objets de prestige, ils sont définis par des valeurs sociales, souvent fort élaborés et requièrent un artisanat spécialisé. Ils peuvent être échangés ou offerts en cadeaux diplomatiques par des chefs ou entre chefs et vassaux. Ils peuvent être personnels (ornement, arme) ou bien servent une fonction sociale (amphore, coupe, instrument de musique). Ils peuvent être de production locale ou bien être importés et informer ainsi sur les alliances politiques au niveau local ou régional. Pour les objets échangés, la situation est un peu plus complexe. Ils peuvent l’être pour des raisons économiques et pratiques plutôt que symboliques. Il s’agit de l’ambre, de l’étain, du cuivre, de l’or, du bronze et autre. Le pouvoir politique nécessite un accès assuré aux ressources. 

Le terme d’identité est employé depuis les années 1990 pour évoquer les individus contextualisés dans une société. Définir le système sociopolitique des sociétés protohistoriques est encore une grande  difficulté. Les comparaisons sont généralement appuyées sur des modèles de bandes, tribus, chefferies, et états. Le concept de chefferie est le plus souvent adopté. La survie d’une société dépend du succès économique, du contrôle des terres et du labeur au niveau local des personnes sous le commandement des chefs. Plusieurs types de pouvoirs sont mêlés au sein d’une société comme le pouvoir politique et militaire. L’importance du pouvoir politique peut être estimé par les langues que l’individu pratique. Les paysans auraient un langage proche du dialecte rendant la communication entre régions parfois difficile à l’inverse de l’élite qui parle un langage international. Pendant l’âge du Fer et la période Viking, c’est un langage scandinave  commun qui était utilisé. Le rôle et l’influence de secteur de cette élite dépendent du système sociopolitique adopté20. Les héros de la littérature de l’âge du Bronze sont les héros d’Homère comme Ulysse, partis pour revenir plus victorieux. La fille d’Egtved est un de ces exemples de grands voyageurs. Morte à dix-huit ans pendant l’été 1370 av.,nè. selon une analyse dendrochronologique, elle aurait parcouru une longue distance avant  de finir ses jours dans le Jutland méridional. Elle aurait grandi loin du Danemark et est un témoin des alliances sur longue distance21. L’élite de l’âge du Bronze devait être une élite itinérante assurant les échanges et pour cela pratiquer un « langage universel ».

Les biens de prestige en bronze permettent de reconnaître les personnages de l’élite de l’âge du Bronze. Si le bronze est considéré comme une matière de valeur c’est en raison de la rareté des matériaux dans plusieurs régions. Toutefois si le métal est si cher et  qui plus est, recyclable, pourquoi est-il déposé en offrande dans des dépôts ou cercueils ? Les raisons peuvent être l’importance culturelle du dépôt votif et que d’une certaine manière cela maintient une valeur marchande en l’ôtant de la circulation.  

Les objets de prestige ne sont peut-être pas ceux estimés en tant que tels. Les objets qui accompagnent le corps semblent être standardisés par région. On retrouve une sélection d’artefacts du domaine fonctionnel comme des accessoires de costumes comme des fibules, des équipements de toilettes comme des peignes, des contenants et des armes. Aucune identification précise n’a pu jusqu’ici être définie d’après ces derniers. À l’inverse, il est aisé de différencier une tombe masculine et féminine par le costume, riche ou pauvre selon le type de tombe. L’identité s’explique peut-être par la combinaison des objets.  

L’âge du Bronze est donc une période de changements sociopolitiques. Les objets enterrés avec les corps ne suffisent peut-être à eux seuls de déterminer l’identité de l’élite des sociétés de l’Europe du Nord et du Sud. L’ensemble du costume et des objets associés même les os, doivent sûrement être analysés ensemble pour comprendre le rôle de l’individu22.  

C. Polémiques sur les méthodes d’analyse archéologiques.


Le costume le plus médiatisé est celui de la fille d’Egtved. Des découvertes scientifiques en 2014 ont permis de repenser la mobilité des sociétés de l’âge du Bronze. Ces résultats ont été obtenus par un  protocole chimique de système de tracé isotopes de strontium sur ses cheveux, dents, ongles. Le même procédé a démontré que la femme de Skrydstrup serait arrivée au Danemark vers ses 12 ou 13 ans et décédée quatre ans plus tard dans le Jutland23

Les fibres textiles du costume de la fille d’Egtved ont aussi été analysées et indiquent que la laine été produite en dehors de la zone actuelle du Danemark. Les recherches ont été poussées sur d’autres échantillons contemporains afin d’observer si le premier cas est isolé ou si le phénomène est commun. Les résultats indiquent que 70%  des  fibres de laines analysées proviennent de moutons élevés en dehors des limites du Danemark actuel. Chaque cas a tout de même son propre pourcentage de fibres locales et non locales. Ce qui est intéressant par ces résultats c’est que la laine serait donc bien une source d’échange peut-être importante durant l’âge du Bronze nordique, mais comment l’échange est-il procédé ? Il existe trois possibilités : la fibre est produite non localement, mais le tissage est fait sur place ; les pièces de textile tissées sont échangées et  transformées en vêtement localement ; le vêtement est entièrement  fait à l’étranger et le voyageur le ramène localement sur lui. Elles peuvent évidemment être toutes les trois envisageables.24 

Une récente étude de 2019 présente des résultats qui remettent en cause tout ce processus. Les résultats des mesures de tracé isotopes de strontium dépendent d’une comparaison du taux de strontium à une base de donnée établie par un relevé des taux contemporains dans des espaces choisis. Or il faut savoir que les taux de strontium varient en fonction de la contamination des sols avec des pesticides notamment. Le Danemark est un pays lourdement cultivé : le sol et les cours d’eau peuvent donc être contaminés surtout en surface. L’activité agricole peut jouer sur la distribution des strontiums comme les fertilisateurs, la chaux agricole, le fumier, la nourriture des animaux et les pesticides. Le Jutland est complètement contaminé par l’agriculture. Le problème actuellement c’est que la base établie par Frei sert à d’autres études. L’étude de 2019 suggère, après avoir réévaluée ces problématiques que la laine est locale et que les deux femmes auraient éventuellement migré mais dans un rayon proche de leur lieu d’inhumation25. Ce qui, évidemment, remet en cause les théories de déplacements sur longue distance.

Conclusion.

Le costume féminin de l’âge du Bronze au Danemark est donc sujet à de nombreux débats : que ce soit sur la manière dont il est porté, sa fonction et l’identité du porteur. L’étude du costume permet de s’interroger sur les ressources textiles et minérales, les importations et elle participe à la recherche des identités au sein des sociétés. Si les méthodes d’analyse ne sont pas toujours approuvées et les résultats  parfois remis en cause, il n’en reste pas moins que l’élite féminine s’inscrit dans les échanges de la période. Si leur vêtement n’est peut-être pas conçu en dehors des limites du Danemark actuel, leur parure indique pourtant le contraire. Les questions soulevées à propos des conditions d’acquisition de leur costume sont toujours d’actualité. Les parures et autres objets de prestige, venaient-ils à elles ou se déplaçaient-elle pour les acquérir ? Et quelle a été l’échelle de la mobilité de ces femmes relevant du sommet de la hiérarchie sociale, en l’Europe du Nord durant l’âge du bronze ?

Tara Chapron


Bibliographie : 


Monographies :

Bergerbrant Sophie, Bronze Age identities: costume, conflict and contact in Northern Europe,  1600-1300 BC, Lindome, Bricoleur Press (coll. « Stockholm studies in archaeology »), 2007, 232  p.  

Broholm Hans Christian et Hald Margrethe, Costumes of the Bronze Age in Denmark:  contributions to the archaelogy and textile-history of the bronze age, Nyt Nordisk., Copenhagen,  1940, 171 p.  

Earle Timothy K. et Kristiansen Kristian (eds.), Organizing Bronze age societies: the  Mediterranean, Central Europe, and Scandinavia compared, New York, Cambridge University  Press, 2010, 303 p.  

Fokkens Harry et Harding A. F. (eds.), The Oxford handbook of the European Bronze Age, 1st  ed., Oxford, Oxford University Press (coll. « Oxford handbooks »), 2013, 979 p.  Gimbutas Marija, Bronze age cultures in central and eastern Europe, Paris London, The Hague  (coll. « Mouton »), 1965, vol.1, 681 p.  

Groemer Karina, Pritchard Frances et NESAT (eds.), Aspects of the design, production and  use of textiles and clothing from the Bronze Age to the Early Modern Era: NESAT XII., the North  European Symposium of Archaeological Textiles, 21st – 24th May 2014 in Hallstatt, Austria,  Budapest, Archaeolingua Alapítvány (coll. « Archaeolingua »), 2015, 376 p.  

Hald Margrethe, Ancient Danish textiles from bogs and burials: a comparative study of costume  and Iron Age textiles, Copenhagen, National Museum of Denmark (coll. « Publications of the National Museum. Archaeological-historical series »), 1980, 398 p.  

Harding Anthony F., European societies in the bronze age, Cambridge, UK ; New York, USA,  Cambridge University Press (coll. « Cambridge world archaeology »), 2000, 552 p.  

Hjørungdal Tove (ed.), Gender locales and local genders in archaeology, Oxford, England,  Archaeopress (coll. « BAR international series »), 2005, 120 p. 104. 

Jørgensen Lise Bender, Forhistoriske textiler i Skandinavien =: Prehistoric Scandinavian  textiles, København, Det Kongelige Nordiske oldskriftselskab (coll. « Nordiske fortidsminder »),  1986, 390 p.  

Kristiansen Kristian et Larsson Thomas B., The rise of Bronze Age society: travels,  transmissions and transformations, Cambridge ; New York, Cambridge University Press, 2005,  449 p.  

Kristiansen Kristian, Lindkvist Thomas et Myrdal Janken (eds.), Trade and civilisation:  economic networks and cultural ties, from prehistory to the early modern era, Cambridge, UK ;  New York, NY, Cambridge University Press, 2018, 554 p.  

Kruse Petra, Nationalmuseet, Bundeskunsthalle, Galeries Nationales d’Exposition du  Grand Palais et Ausstellung Götter und Helden der Bronzezeit. Europa im Zeitalter des  Odysseus (eds.), L’Europe au temps d’Ulysse: dieux et héros de l’âge du bronze ;  Nationalmuseet Copenhagen, Danemark, 19 décembre 1998 – 5 avril 1999 ; KUNST- UND  Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, Allemagne, 13 mai – 22 août 1990 ;  Galeries Nationales du Grand Palais, Paris, France, 28 septembre – 10 janvier 2000 ; Musée  Archéologique National, Athènes, Grèce, 11 janvier 7 mai 2000, Paris, Réunion des Musées  Nationaux, 1999, 295 p.  

Goffic Michel, L’Europe à l’âge du bronze: Exposition. Abbaye de Daoulas 14.05. – 31.08.1988, Daoulas, Abbaye de Daoulas, 1988, 175 p. 

Martin Toby F. et Weetch Rosie (eds.), Dress and society: contributions from archaeology, 105 Oxford ; Philadelphia, Oxbow Books, 2017, 184 p.  

McIntosh Jane, Handbook to life in prehistoric Europe, Oxford ; New York, Oxford University  Press, 2009, 404 p.  

Otte Marcel et David-Elbiali Mireille, La protohistoire, Bruxelles, De Boeck, 2008, 384 p.  

Randsborg Klavs, Bronze age textiles: men, women and wealth, Bristol, Bristol Classical Press  (coll. « Duckworth debates in archaeology »), 2011, 176 p.  

Römisch-Germanisches Zentralmuseum (ed.), Eliten in der Bronzezeit: Ergebnisse zweier Kolloquien in Mainz und Athen, Mainz, Verl. des Römisch-Germanischen Zentralmuseums [u.a.]  (coll. « Monographien / Römisch-Germanisches Zentralmuseum, Forschungsinstitut für Vor- und  Frühgeschichte »), 1999, 681 p.  

Sofaer Joanna R., The body as material culture: a theoretical osteoarchaeology, Cambridge,  UK ; New York, Cambridge University Press (coll. « Topics in contemporary archaeology »),  2006, 188 p.  

Suchowska-Ducke Paulina, Reiter Samantha Scott, Vandkilde Helle et Aarhus universitet  (eds.), Forging identities: the mobility of culture in Bronze Age Europe: report from a Marie  Curie project 2009-2012 with concluding conference at Aarhus University, Moesgaard 2012,  Oxford, United Kingdom, British Archaeological Reports Ltd (coll. « BAR international series  »), 2015, 270 p.  

Contributions ou articles :

Bender Jørgensen Lise et Rast-Eicher Antoinette, « Innovations in European Bronze Age textiles », Praehistorische Zeitschrift, 20 janvier 2016, vol. 91, no 1, p. 68102.  

Bergerbrant Sophie, « Ordinary or Extraordinary? Redressing the Problem of the Bronze Age Corded Skirt », Current Swedish Archaeology, 2014, vol. 22, p. 7396. 

Despriée Jacky, Millotte Jacques-Pierre et Verjux Christian, « Protohistoire. L’Age du  Bronze. », Bulletin de la Société préhistorique française, tome 89, n°7, 1992, 200 p.  

Felding Louise, « The Egtved Girl – Travel, Trade & Alliances In The Bronze Age », Adoranten,  2015, p. 520.  

Fossøy Sølvi Helene et Bergerbrant Sophie, « Creativity and Corded Skirts from Bronze Age  Scandinavia », TEXTILE, 1 mars 2013, vol. 11, no 1, p. 2037.  

Frei Karin Margarita, Mannering Ulla, Vanden Berghe Ina et Kristiansen Kristian, « Bronze Age wool: provenance and dye investigations of Danish textiles », Antiquity, juin 2017,  vol. 91, no 357, p. 640654.  

Frei Karin Margarita et al., « Tracing the dynamic life story of a Bronze Age Female », Sci  Rep, vol. 5, no 1, p. 10431, sept. 2015, doi: 10.1038/srep10431. 

Grömer Karina, Rösel-Mautendorfer Helga et Jørgensen Lise Bender, « Visions of Dress:  Recreating Bronze Age Clothing from the Danubian Region », TEXTILE, novembre 2013, vol. 11, n3, p. 218241.  

Kristiansen Kristian et Larsson Thomas B., « L’âge du Bronze, une période historique. Les  relations entre Europe, Méditerranée et Proche-Orient », Annales. Histoire, Sciences Sociales2005, 60e année, no 5, p. 9751007.  

Kristiansen Kristian, « Female Clothing and jewellery in the nordic bronze age » dans  Counterpoint: essays in archaeology and heritage studies in honour of Professor Kristian Kristiansen, Oxford, Archaeopress (coll. « BAR international series »), 2013, p. 755769.  

Sørensen Marie Louise Stig, « Reading Dress: The Construction of Social Categories and Identities in Bronze Age Europe », Journal of European Archaeology, 1 mars 1997, vol. 5, no 1,  p. 93114.  

Thomsen E. et Andreasen R., « Agricultural lime disturbs natural strontium isotope variations:  Implications for provenance and migration studies », Sci. Adv., vol. 5, no 3, p. eaav8083, mars  2019, doi: 10.1126/sciadv.aav8083. 

WHO, M. G. R. S. G., « Assessment of differences in linear growth among popu lations in the  WHO Multicentre Growth Reference Study », Acta Pædiatrica. 2007, Vol. Suppl. 450. p. 56–65. 


Figures :                                                         

















Citer ce billet
Marie Planchot (2022, 24 juin). La mobilité féminine des élites à l’âge du bronze en Europe : Une controverse dans le débat scientifique. 124-Sorbonne. Carnet de l'École Doctorale d'Histoire de l'art et Archéologie. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/adfz

  1. Randsborg, 2011, p. 14. []
  2. Kristiansen, 2013, p. 755-769. []
  3. Bergerbrant, 2014, p. 90-91. []
  4. Bergerbrant, 2014, p. 73-96. []
  5. Broholm, 1940, p. 155. []
  6. Kristiansen, 2013, p. 762. []
  7. Kristiansen, 2013, p. 764. []
  8. Kristiansen, 2013, p. 755-769. []
  9. Kristiansen, 2013, p. 755-769. []
  10. Bergerbrant, 2014, p. 73-96. []
  11. Bergerbrant, 2014, p. 83. []
  12. WHO, 2007, p.56–65. []
  13. Bergerbrant, 2014, p. 73-96. []
  14. Bergerbrant 2014, p. 84. []
  15. Fossøy Sølvi, Bergerbrant, 2013, p. 20‑37. []
  16. Bergerbrant, 2014, p. 73-96. []
  17. Despriée, Millotte, Verjux, 1992, 200 p. []
  18. Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1999, 295 p. []
  19. Kristiansen, Larsson, 2005, p. 35. []
  20. Fokkens, Harding, 2013, 979 p. []
  21. Felding, 2015, p. 5-20. []
  22. Fokkens, Harding, 2013, p. 201-221 []
  23. Frei et al., 2015, doi: 10.1038/srep10431. []
  24. Frei, Mannering, Vanden Berghe et Kristiansen, 2017, p. 640-654. []
  25. Thomsen, Andreasen, 2019, doi: 10.1126/sciadv.aav8083. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.