La nuit et le bidonville dans la peinture coréenne

김주영 Kim Ju-Young

Télécharger au format PDF

Résumé

Entre la fin du XXème et le début du XXIème siècle, les bidonvilles de Séoul ont inspiré des peintures aux couleurs sombres et aux ambiances nocturnes. Alors que les premières œuvres évoquent surtout la précarité de la vie qu’on y mène, avec l’essor économique du pays, le bidonville se transforme en un paysage rêvé et fantasmagorique, où survivent des modes de vie traditionnels qui suscitent la nostalgie : c’est notamment le cas dans les peintures de Joung Young Ju (정영주), réalisées dans les années 2000 sur le papier coréen appelé한지Hanji qu’elle utilise comme matériau pour rendre les lumières douces qui éclairent le bidonville à la tombée de la nuit. Avec la généralisation de l’éclairage électrique et les progrès de l’urbanisation, le bidonville disparaît ensuite progressivement du paysage nocturne de Séoul tel que le représentent les artistes contemporains.

Abstract

Between the end of the 20th century and the beginning of the 21st., Korean artists have painted the slum townscape of Seoul in dark colours which convey a nocturnal atmosphere. While the first paintings focus on the precariousness of life in the shantytown, with the economic development of the country, the shantytown is pictured as a phantasmagorical nightscape where traditional ways of life still survive, arousing nostalgic feelings, notably in the painting of 정영주 Joung Young Ju, who painted her landscapes in the early 21st century, using Korean paper한지 Hanji to portray the soft light of the shantytown at dusk. With the generalisation of electric light and the growing urbanisation, the slums gradually disappear from the nightscape of Seoul in the works by contemporary artists.


Dans l’art et la littérature, la nuit apparaît souvent comme une métaphore des sentiments obscurs et de la face cachée de la sensibilité humaine. Nous verrons ici comment des artistes ont rendu la nuit dans les bidonvilles de Séoul, dont les habitants vivaient dans une pauvreté extrême, marqués par les souvenirs de la douloureuse période d’après-guerre. Des artistes contemporains ont représenté ces bidonvilles de nuit, dans un environnement fantasmagorique qui pouvait paradoxalement éveiller une curiosité nostalgique. Ces peintures des xxe et xxie siècles nous renseignent sur l’évolution de la société coréenne, parallèle à celle de son développement économique, à une période de grands changements à la fois politiques, culturels et matériels, qui suit la guerre de Corée (1950-1953).

L’impression d’obscurité, qui renvoie à la pauvreté des lieux, se manifeste d’abord, dans les peintures du xxe siècle, par un noir intense, dense et profond. Nous retrouvons cette atmosphère sombre dans la littérature de la même époque. La nuit du bidonville se transforme par la suite en un décor surnaturel : c’est la nuit romantique éclairée par une douce lumière qu’évoque 정영주Joung Young-Ju. Les œuvres de cette artiste montrent que l’évolution économique changea le regard porté par la société coréenne au début de xxie siècle sur ces endroits noirs et mélancoliques. La scène du bidonville dans l’œuvre de Joung suscite une nostalgie chaleureuse empreinte de sensibilité et d’humanité. Enfin, dans les peintures d’aujourd’hui, les bidonvilles apparaissent une nouvelle fois en couleur noire, car ils n’ont pas de place dans le paysage urbain contemporain. La lumière électrique semble avoir mis fin à la nuit de Séoul en même temps qu’à la douce lueur du bidonville. La nuit révèle alors la diversité du paysage urbain de la Séoul contemporaine mais aussi sa dureté.

La nuit dans le bidonville coréen : le xxe siècle

Dans la littérature, la nuit peut renvoyer symboliquement à une période difficile de l’existence, qu’il s’agisse d’un individu, d’un groupe ou d’un pays. Elle évoque par exemple une situation de grande pauvreté, privée de l’espoir d’un avenir meilleur. Les bidonvilles, la nuit et l’obscurité peuvent apparaître comme autant de métaphores de la situation économique du pays après la guerre de Corée (1950-1953) qui a suivi le départ du gouvernement colonial japonais (1910-1945). 

À cette époque, les gens se mettent à construire leur maison avec des matériaux rudimentaires dans des lieux où ils ont plus de chances de reconstruire leur vie. L’étude L’habitat coréen nous renseigne sur l’apparition du bidonville :

[…] à cette période, les paysans abandonnent l’agriculture à cause de mauvaises récoltes successives et déménagent en ville. Ne trouvant pas de logement, ils construisent des baraquements. Ils s’installent au bord d’une rivière ou sur la pente d’une colline et chacun bâtit sa maisonnette en planches. Ainsi ce type de logements se multiplie dans les villes, entraînant la création de bidonvilles qui s’agrandissent1.

Ces bidonvilles disparaissent ensuite petit à petit vers la fin du xxe siècle2. Dans certains tableaux, les zones les plus obscures du nouveau paysage urbain monotone et sombre évoquent alors symboliquement l’emplacement des derniers bidonvilles de Séoul, disparus en juin 2020.

Fig. 1. Lim Jung Ui, Keumho-dong, 1989, Laboratoire photographique de Chungame.

Les paysages de bidonvilles se caractérisent par leurs teintes sombres. Les briquettes de charbon, la poussière et la fumée laissent une empreinte noire sur cet environnement désorganisé et dépourvu de toute infrastructure. L’obscurité est le propre du bidonville. Tous les écrivains coréens des années 1950 décrivent ces maisons noires. Les romans de Son Chang Sup, l’écrivain qui traite des bouleversements de la société après le départ des Japonais et la guerre de la Corée, se déroulent sur cette toile de fond. Sasunki par exemple a pour cadre un bidonville avec une maisonnette en arrière-plan. « Le mur sans fenêtre et le plafond taché par la poussière, la suie et les chiures de mouches sont remplis de toiles d’araignées. C’est une pièce sombre, faite de planches dont les interstices ont été bouchés et rebouchés3. »

De même dans Obaltan, roman de Lee Bum-Sun, « les cendres noires de charbon sont étalées par-ci par-là sur le passage rendu glissant par les eaux des égouts jetées n’importe où4 »

Les peintures coréennes de la fin du xxe et du début du xxie siècle s’inspirent visiblement de ces descriptions littéraires. Ces paysages urbains donnent tous une impression d’obscurité. Cependant, ces tableaux ne touchent pas seulement ceux qui ont vécu la même période et qui ont fait la même expérience. Ils suscitent aussi l’empathie chez les Coréens plus jeunes.

La tradition et la nouvelle culture coexistent et cette complexité apparaît dans le nouveau visage de Séoul. L’histoire du paysage est présente dans la mémoire collective et crée un lien qui se transmet de génération en génération. Le paysage urbain est comme un texte qui aurait pour objet de conserver la mémoire du passé5.

Dans le tableau de Kim Sang-Sup, intitulé 봉천동Bonchun-dong, le bidonville de Séoul Bonchun-dong apparaît en noir. Ce tableau est réalisé avec de l’encre sur papier coréen. Du point de vue de l’artiste, le bidonville demeure l’expression d’un passé qui témoigne d’une période d’obscurité dans l’histoire de la ville. Les maisonnettes s’attachaient les unes aux autres et couvraient toute la colline. Aujourd’hui ce paysage a été remplacé par de grands immeubles. Mais derrière le paysage de la grande ville moderne de Séoul demeurent souvent en filigrane les bidonvilles, comme témoin de la vie réelle d’une époque, et aussi de l’évolution du pays.

Fig. 2. Kim Sang-Sup, Bonchun-dong, peinture au 먹meok, 132 × 171 cm, 2004.
(avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Un autre tableau, intitulé Le site historique de l’ambassade russe de Lee Man-Ik montre un paysage réel, celui de Jung-Dong, situé au centre de Séoul et entouré de maisonnettes en planches. La couleur noire et l’atmosphère nocturne du tableau évoquent pour les Coréens la période difficile qui s’est poursuivie jusqu’aux années 1960. Ce site est un lieu symbolique qui rappelle la colonisation japonaise et le roi de Chosun (la Corée d’autrefois) qui en 1895 s’était réfugié à l’ambassade de Russie, encore environné de bidonvilles après le départ des Japonais. En 1970, Lee peint le même endroit après les changements qui suivirent la démolition du site. Comme le soulignent les historiens d’art Jung et Kim, le même paysage est évoqué dans ces deux peintures sous deux aspects contrastés.

Dès la fin de la guerre, ce bidonville de Séoul a été construit par des réfugiés. Dans les années 1960, le bidonville s’est agrandi par l’arrivée des ruraux à Séoul et c’est ce paysage que l’on voit dans le tableau. Lee Man-Ik montre deux paysages contrastés, qui se situent avant et après la démolition du bidonville situé aux alentours de l’ambassade de Russie à Jung-Dong6.

Sans le bidonville, la palette devient plus lumineuse.

C’est sous ces couleurs sombres et nocturnes qu’est évoqué le bidonville dans la plupart des peintures coréennes du xxe siècle.

 

Fig. 3. Lee Man-Ik (à gauche) Paysage du site historique du consulat russe, huile sur toile, 112 x 162 cm, 1968
Source : Centre d’art Séoul.

 

Fig. 4. Lee Man-Ik, Paysage du site historique du consulat russe 2, huile sur toile, 130 x 161,5 cm, 1970

La nuit douce et onirique

Les lumières du bidonville : l’œuvre de 정영주 Joung Young-Ju

Un bidonville est un site défavorisé qui porte ombrage à la ville moderne. Pourtant cet endroit répondait lors de son apparition à une nécessité pour ceux qui quittaient leur village natal, en quête d’un avenir meilleur. Pour ses habitants, ce n’était pas un lieu aussi obscur qu’il y paraît. Leur cœur était rempli d’espoir, ils rêvaient d’un futur plus heureux, travaillant jour et nuit. Contrairement aux peintures de la fin du xxe siècle que nous venons d’évoquer, celles de l’artiste contemporaine정영주Joung Young-Ju transforment le bidonville en un paysage lumineux.

Pour elle, le bidonville n’est pas un endroit sombre, c’est un lieu amical lié aux souvenirs de son enfance. Dans ses créations, elle rêve de transformer ce village en un environnement festif et de lui rendre la chaleureuse humanité qu’il a gardée dans sa mémoire.

Son œuvre est représentative du nouveau point de vue adopté au xxie siècle. Le critique 박영택 Park Young-Taek remarque l’importance de la métaphore chez cette artiste : « [Le paysage dans son tableau] n’est pas l’endroit et l’espace réel, ce n’est pas le paysage concret du bidonville, il est mis en scène de manière imaginaire. Il possède un caractère métaphorique ; devant la menace de sa disparition, sa peinture révèle l’existence du bidonville en l’illuminant7. »

Dans un entretien avec Park, l’artiste explique la raison pour laquelle elle a choisi de peindre ce paysage déshérité :

Le souvenir du bidonville et de la maisonnette de mon enfance, le deuil et le regret des choses qui disparaissent violemment, les gens qui meurent dans l’ombre à côté des gratte-ciel et des immeubles modernes, toutes ces choses qui sont dépréciées me donnent la sensation que mes souvenirs vont s’effacer. C’est pourquoi je peins ce paysage8.

Pour transfigurer le bidonville, l’artiste choisit le moment où les lumières s’allument dans chaque maisonnette. C’est comme une fête qui s’annonce, un moment où l’imagination et l’excitation sont à leur comble. Les lumières de la nuit contribuent à transformer la réalité, à favoriser l’illusion. Si la nuit peut provoquer une sensation de peur, la moindre lueur peut cependant apaiser cette crainte : ainsi, le clair de lune au fond de la forêt, un vieux réverbère sur un chemin de campagne ou la clarté d’une maison isolée. Ces lumières sont différentes de celles de la journée. Elles nourrissent notre imagination. Grâce à l’illusion qu’elles suscitent, la misère noire du bidonville se transforme en scène magique.

Fig. 5. Joung Young-Ju, Ville en voie de disparition 1108, acrylique sur hanji, 116,7 x 90,9 cm, 2018. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Joung a choisi de montrer le bidonville dans la nuit, au moment où il devient le paradis qu’elle a rêvé.

Le critique d’art 신성록Shin Sung-Loc écrit à propos de son travail :

Ses œuvres sont toutes des paysages nocturnes. Elle les peint à la tombée du soir plutôt que dans la nuit profonde. […] La nuit avançant, les lumières s’allument les unes après les autres, et le village est entièrement envahi d’une atmosphère paisible9.

Park évoque la tension et l’espérance présentes dans l’œuvre de Joung, face à la fête sur le point de commencer :

La majorité de ses tableaux traduisent l’effet du soir. Le ciel s’assombrit, les toits s’abaissent et la lumière qui s’allume à la petite fenêtre ressemble à une bouffée d’oxygène dans chaque maisonnette. C’est l’impression ressentie juste avant que le paysage ne disparaisse dans la nuit profonde10.

Fig. 6. Joung Young-Ju, Ville : La nuit du bidonville 903, acrylique sur hanji, 162,2 x 130,3 cm, 2019. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Dans la nuit qui dissimule les objets, la lumière les ressuscite en partie et accentue l’atmosphère de mystère. La lumière nocturne ne peut pas éclairer entièrement les objets, contrairement à la lumière du jour. Elle n’éclaire qu’une partie de ce que la nuit cache. La lumière nocturne est cependant capable d’envahir notre conscience et de trahir notre vision, par l’illusion qu’elle nous offre. Elle transforme le réel en surprenante fantasmagorie.

Pour l’artiste, la face obscure de la grande ville n’est pas le bidonville. C’est, au contraire, la disparition de modes de vie variés et la construction d’immeubles quasi identiques qui assombrissent le cœur des habitants contemporains. Dans les tableaux de Joung, qui cachent la réalité de la misère, la lumière surgit dans la nuit du bidonville, qui devient nuit de fête, comme le souligne un entretien rapporté par 박현주Park Hyun-Ju :

En peignant le bidonville et sa lumière douce, j’ai rêvé “le paradis du bidonville”. Le bidonville est un village pauvre et sombre, pourtant il devient autre au coucher du soleil. La nuit, il se transforme en un village beau et paisible, que nous ne pouvons pas voir durant la journée11.

Et l’artiste est éblouie de ce changement opéré par la lumière.

La lumière et le hanji

En Corée, bidonville se dit 달동네 « Daldongne ». Ce mot signifie « village près de la Lune ». À l’époque, les gens y vivaient la nuit, éclairés uniquement par la lumière de la lune. Généralement le bidonville est construit en altitude sur une colline ou une montagne, loin des immeubles qui l’empêcheraient de bénéficier de cet éclairage naturel.

« Daldongne » est traduit en français par « village lune ». Aujourd’hui il existe une tendance à poétiser et à réhabiliter ces villages dédaignés. Dans les petites maisonnettes, les fenêtres sont revêtues de 한지hanji (papier coréen), un matériau traditionnellement utilisé dans les maisons anciennes en Corée. La lumière qui émane de ces fenêtres ressemble à la clarté lunaire. L’œuvre de Joung transforme le paysage noir en un tableau doux et festif.

La nuit n’est jamais entièrement noire. Nous ne pouvons voir briller la Lune, des étoiles et des lucioles que dans la nuit. Il existe une lumière naturelle, douce et faible, qui est aussi celle de la nuit. C’est la lumière qui traverse les fenêtres en hanji. Elle a longtemps illuminé la campagne et les bidonvilles de Corée.

Le Hanji absorbe la lumière. De la fenêtre de hanji une douce lumière émane toute la nuit même après l’extinction des lampes. 권영우Gwon Young-Woo, artiste qui travaille fidèlement avec le hanji, dit : « Le hanji, qui absorbe la lumière, est à la source des ambiances extrême-orientales12. »

Le Hanji est un matériau qui exprime la sensibilité de la Corée et son identité. C’est, dit Joung, la raison pour laquelle elle se sert de ce matériau pour réaliser le maximum d’effets de lumière : « Comme le hanji absorbe la lumière, je suis baignée dans l’ambiance chaleureuse et douce du village. À travers ce paysage, je retrouve ma stabilité et mon calme intérieur quand je suis épuisée. On peut alors prendre conscience de la valeur de la vie humaine13. »

Le Hanji est translucide, il adoucit la lumière, voile et dévoile les formes. C’est un matériau qui stimule l’imaginaire. Le peintre coréen 오숙환Oh Sook-Hwan partage ces impressions sur le hanji, qui est son principal matériau :

Quand on peint sur hanji, le hanji donne à la couleur sérénité et profondeur en absorbant la lumière. La couleur posée sur un hanji plissé éveille une sensation de tranquillité familière et ancienne14 .

방해자 방혜자Bang Hai Ja utilise aussi le hanji comme matériau principal dans son travail. Elle cherche avant tout à peindre la lumière depuis qu’elle en a eu l’inspiration par le reflet d’un caillou au bord de la rivière. Elle utilise l’encre noire, l’acrylique, le lavis et des colorants naturels sur un hanji fait à la main, ces matériaux étant absorbés par la surface de ce papier. Elle crée ainsi une harmonie mystérieuse de la lumière et de la couleur. Comme l’explique le critique d’art Pierre Cabanne :

Bang Hai Ja utilise du papier coréen de feuilles et de plantes, fait à la main selon des traditions millénaires par des moniales bouddhistes. On peut le froisser, le modeler, il s’adapte aux mouvements des doigts, les dirige même, et les qualités d’absorption de ce géotextile sont telles qu’il devient la projection et le reflet des désirs de l’artiste. Les taches colorées qu’elle pose recto verso apparaissent en transparence comme autant d’éclatements cellulaires, également impalpables à la lumière qui passe à travers les couleurs et donne à voir, d’un côté comme de l’autre, les mêmes et pourtant dissemblables phénomènes immatériels de réfractions et de radiations15.

À l’instar de ces artistes coréens, Joung se sert de ce matériau pour donner à voir le paradis du bidonville, avec l’empathie de quelqu’un à qui la lumière douce de la nuit réverbérée par le hanji inspire une tranquillité pleine de chaleur, tout en éveillant son imagination. Ainsi le bidonville de Joung se transforme en un décor nocturne paisible et chaleureux.

La disparition du bidonville

Suite aux plans d’urbanisation de Séoul, la disparition des bidonvilles s’est accélérée à la fin du xxe siècle. Séoul se modernise et les gratte-ciel remplacent le paysage ancien16.

En interrogeant le point de vue des artistes, nous évoquerons le développement urbain qui a fini par exclure ce mode d’habitat en ville. Comment la disparition de ce paysage caractéristique d’une époque, à grande valeur ethnologique pour la Corée, est-elle perçue aujourd’hui ?

Fig. 7. Kim Seong-Ho, Namsan à l’aube, huile sur toile, 200 x 85 cm, 2015. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Au xxie siècle, avec l’évolution de l’urbanisme, les vues nocturnes de Séoul ont changé dans les peintures contemporaines. La nuit est aussi lumineuse que le jour, la lumière électrique révèle tous les objets. C’est la nuit blanche permanente à Séoul et les bidonvilles ne pourraient plus cacher leur pauvreté. Avec leur progressive disparition, Séoul est devenu un paysage futuriste.

Dans l’œuvre de 김성호Kim Seong-Ho, nous voyons de hauts immeubles envahir le paysage de Séoul jusqu’aux zones encore occupées par les derniers bidonvilles. C’est l’éclairage artificiel à l’électricité qui caractérise la nuit dans l’œuvre de Kim Seong-Ho.

Kim Seong-Ho montre le paysage de la grande ville ou du port et les lumières de la nuit, qui sont à l’opposé de la lumière naturelle du jour. La lumière artificielle remodèle les choses après la disparition du soleil. C’est pourquoi il est plus sensible à cette lumière et au paysage urbain nocturne qu’à la vue de la nature ou aux paysages diurnes17.

Nous trouvons le même phénomène dans d’autres œuvres, comme celles de 전동민Jeon Dong-Min. Une lumière forte envahit la nuit de Séoul. La ville scintille d’un éclat très brillant, tandis que le bidonville sombre s’étend au pied de la montagne, en bas du tableau. Ainsi le bidonville au xxie siècle se confond-il avec la couleur de la nuit, comme pour mieux manifester sa disparition inéluctable dans le paysage de la ville. Son œuvre titrée Le paysage de la nuit de Séoul est un panorama fantastique de la Montagne 관악Gwanak qui emporte la Montagne Nam et la Tour 롯데Lotte avec au milieu le Fleuve Han. « La grande mer de la lumière » se positionne entre le ciel sombre, la Lune et le site noir au pied de la montagne Gwanak, qui est en premier plan. C’est le paysage de Séoul18.

Fig. 8. Jeon Dong-Min, Vue de la nuit de Séoul, peinture sur papier coréen, 130 x 388 cm, 2019. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

L’éclat artificiel est apprécié par les contemporains et perçu comme la beauté de la société civilisée. Les lumières douces de la nuit d’autrefois ne trouvent plus leur place dans les grandes villes. Elles disparaissent avec le bidonville, le « village lune ». Dans la peinture contemporaine, la nuit du bidonville est absence, évoquée seulement à travers des étendues uniformément noires.


Kim Ju-Young, artiste-chercheuse, née à Séoul en Corée du Sud, est licenciée en arts plastiques de l’Université nationale de Séoul. Elle est titulaire d’un master et d’un doctorat en arts plastiques de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, intitulée « L’objet ancien : art et temps contemporain », a été publiée aux Éditions L’Harmattan dans la collection « Ouverture philosophique, série Arts vivants » (2020). Elle enseigne à l’ École d’Ingénieurs ECE de Paris.

Kim Ju-Young, an artist and researcher born in Seoul, South Korea, has a BFA from Seoul National University. She holds a MFA and a PhD in visual arts from the University of Paris I Panthéon-Sorbonne. Her PhD thesis, The Ancient Object: Contemporary Time and Art, is published by L’Harmattan editions in the “Ouverture philosophique, Arts vivants” series (2020). She teaches at the ECE School of Engineers Paris.


Bibliographie

하계훈 Ha Gye-Hoon, 빛으로 빚어내는 시적 서정 Paroles poétiques créées par la lumière, 2010, sur son site officiel http://kimseongho.com/미술평론/

전남일 외 Jeon Nam-Il (dir.), 사회사적 관점에서 본 우리나라 도시빈민의 형성 배경과 주거문화 « Le contexte et la culture du logement des citadins pauvres en Corée d’un point de vue social et historique », 한국주거학회논문집 18(3), Journal du logement coréen association 18(3), 2007.

정병관 Jung Buyng-Gwan, 이 작가를 말한다권영우; 창작적 기법과 뉘앙스의 한지 작업, Parler de cet artiste Gwan Young-Woo : la technique créative et la nuance de l’art Hanji, 월간 미술 Magazine Art Mensuel, février 1992.

정희선, 김희순 Jung Hui-Sun et Kim Hui-Soon, 한국 근,현대 구상 회화에 나타난 재현 경관의 탐색 I: 서울의 공간 표상을 중심으로 « Exploration du paysage de la représentation dans les peintures figuratives coréennes modernes et contemporaines : Représentation spatiale de Séoul », 한국도시지리학회지 제 143, in Journal de la Société géographique urbaine coréenne, volume 14, n° 3, 2011.

김성호Kim Sung-Ho, 도시 야경의 이면 – ‘가산혼합의 회화 실험 빛의 미학 Dans les coulisses de la vue nocturne de la ville – ‘Une expérience de peinture de mélange additif’ et l’esthétique de la lumière, dans le catalogue de l’exposition de Jeon Dong-Min, 2019.

이범선 Lee Bum-Sun, 오발탄 Obaltan, 현대문학 10월호Littérature contemporaine, octobre, Séoul, 현대문학사 Hyundae Munhaksa, 1959.

Marcel Mauss, Sociologie et Anthropologie : Esquisse d’une théorie générale de la magie, Paris, PUF, 1950

오숙환Oh Sook-Hwan, interview dans Top Class Magazine, février 2016.

https://topclass.chosun.com/board/view.asp?catecode=J&tnu=201602100007

박현주Park Hyun-Ju, 마음까지 환해지는 달동네 불빛 : 정영주 ‘판자촌 파라다이스’ La lumière du bidonville qui illumine même le cœur : Jeong Young-Joo “Bidonville Paradis”, Séoul, Journal Joong Ang Ilbo, 17 octobre 2016, https://news.joins.com/article/20735032

Pierre Cabanne, L’éternel instant présent…, sur le site officiel de Bang Hai Ja, 2003, http://banghaija.com/fr/ht_blog/list.html?ht_div=fr_article

서준석 Seo Jun-Soek, 도시개발과 빈곤의 일대기, 서울시 주택지 개발과 철거, La biographie du développement urbain et de la pauvreté, Développement et démolition de quartiers résidentiels à Séoul, 2018, http://www.redian.org/archive/118258

신성록 Shin Sung-Loc, 정영주기억의 퇴적이 빚어낸 풍경 Paysage créé par l’accumulation de souvenirs, sur le site officiel de Joung Young-Ju, dans le site officiel de Joung Young-Ju ; http://blog.daum.net/bbn1234/88?category=132696

손창섭 Son Chang-Seop, 사선기 Saseongi, 문예 6월호 dans Munye-juin, Séoul, Gyunin- munhwasa경인문화사, 1953.

양호환 Yang Ho-Whan, 집단기억, 역사의식, 역사교육 « La mémoire collective, la conscience historique et l’éducation histoire », 역사교육학회 109 Revue des Etudes d’enseignement de l’histoire, n° 109, 2009.


Table des illustrations

Fig. 1. Lim Jung Ui, Keumho-dong, 1989, Laboratoire photographique de Chungame.

Fig. 2. Kim Sang-Sup, Bonchun-dong, peinture au meok, 132 × 171 cm, 2004.

(avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Fig. 3. Lee Man-Ik (à gauche) Paysage du site historique du consulat russe, huile sur toile, 112 x 162 cm, 1968

Source : Centre d’art Séoul.

Fig. 4. Lee Man-Ik (à droite) Paysage du site historique du consulat russe 2, huile sur toile, 130 x 161,5 cm, 1970

Source : Centre d’art Séoul.

Fig. 5. Joung Young-Ju, Ville en voie de disparition 1108, acrylique sur hanji, 116,7 x 90,9 cm, 2018. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Fig. 6. Joung Young-Ju, Ville : La nuit du bidonville 903, acrylique sur hanji, 162,2 x 130,3 cm, 2019. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Fig. 7. Kim Seong-Ho, Namsan à l’aube, huile sur toile, 200 x 85 cm, 2015. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Fig. 8. Jeon Dong-Min, Vue de la nuit de Séoul, peinture sur papier coréen, 130 x 388 cm, 2019. (avec l’aimable autorisation de l’artiste)


 

  1. 전남일 Jeon Nam-Il (dir.), 사회사적 관점에서 우리나라 도시빈민의 형성 배경과 주거문화 « Le contexte et la culture du logement des citadins pauvres en Corée d’un point de vue social et historique », 한국주거학회 논문집 18(3), Journal du logement coréen association 18(3) 2007, p. 9-18.

    « 이 시기에는 되풀이되는 보릿고개로 인하여 많은 농민들은 영세경작을 포기하고 도시로 이주하였지만, 살집을 얻지 못하거나 사정이 허락되지 않아 임시거처를 지을 수밖에 없었다. 서민들은 생활을 유지하기 위해 하천변이나 산비탈에 토막과 판자집을 지었고 기존의 토막과 같은 무허가 주택들이 누적되어 토막민촌은 그 규모가 커지면서 급증하게 되었다. » []

  2. Sur le site officiel ville Séoul ; http://newsearch.seoul.go.kr/ksearch/search.do?category=news&kwd=판자촌&date=&startDate=&endDate=&originalQuery=&categorize=true&page=0&pageNum=1&resrch=false&sort=r&fields=&group=&id=&ctgrnm=&url=&tit=&detail=&basickwd=&exactkwd=&inkwd=&notkwd=&notkwd=false&callLoc=s&autospc=y&tr_code=menu02&imgno= []
  3. 손창섭 Son Chang-Seop, 사선기 Saseongi, 문예 6월호 Munye-juin, Séoul, Gyunin- munhwasa경인문화사, 1953, p. 181.

    « 먼지와 그을음과 파리똥으로 까맣게 쩐 창하나 없는 벽과 천장 구석구석에는 거미줄이 얽히어 있고, 때우고 또 때우고 한 장판 바닥에서는 먼지가 풀썩이는 음침한 단칸방이다. »  []

  4. 이범선 Lee Bum-Sun, 오발탄 Obaltan, 현대문학 10월호 Littérature contemporaine, octobre, Séoul, 현대문학사 Hyundae Munhaksa, 1959, p. 140.

    « 부엌에서들 아무데나 버린 뜨물이 미끄러운 길에는 구공탄 재가 군데군데 헌 데 더뎅이 모양 깔렸다. » []

  5. 양호환 Yang Ho-Whan, 집단기억, 역사의식, 역사교육 « La mémoire collective, la conscience historique et l’éducation histoire », 역사교육학회 109 , Revue des Etudes d’enseignement de l’histoire n° 109, 2009, p. 15.

    « 근대 서울의 풍경은 전통과 신문물이 공존하면서 다층적인 문화가 복합적으로 나타나고 있으며, 우리 사회의 집단기억이 반영된 역사적 경관이다이와 같은 경관 이미지를 담은 그림은 매개수단으로서 집단기억에 대한 과거에 대한 텍스트 공동체 (text community)를 형성하고 다양한 과거에 대한 정보로서 기억되고 보존된다. » []

  6. 정희선, 김희순Jung Hui-Sun et Kim Hui-Soon, 한국 ,현대 구상 회화에 나타난 재현 경관의 탐색I: 서울의 공간 표상을 중심으로 « Exploration du paysage de la représentation dans les peintures figuratives coréennes modernes et contemporaines : Gros plan sur la représentation spatiale de Séoul », 한국도시지리학회지 제 143Journal de la Société géographique urbaine coréenne, volume 14, n° 3, 2011, p. 169-170.
    « 전쟁이 끝나자 서울에는 월남민과 피난민들이 세운 판자촌이 들어섰고, 1960년대에는 서울로 유입된 농촌인구로 무허가판자촌이 급증하였으며 이와 같은 빈민촌의 모습이 회화 속에 담겨졌다. 이만익은 1968년과 1970년 정동 러시아공사관 주변의 판자촌과 철거 직후의 풍경을 그려 판자촌의 경관과 판자촌 철거 이후의 모습을 대비시켰다. » []
  7. 영택 Park Young-Taek, 정영주사라지는 것들에 대한 애도Joung Young-Ju, Le deuil des choses qui disparaissent, sur le site officiel de Joung Young-Ju : http://blog.daum.net/bbn1234/88?category=132696 « 구체적인 산동네의 실제하는 공간, 장소가 아니라 개념적인 장면연출이고 급격한 소멸과 사라짐 속에서 악착스레 빛을 뿜어내면서 자신의 존재를 지키려는 은유적 성격을 지닌다는 것이다. » []
  8. 박영택Park Young-Taek, ibid. « 어린시절 산동네나 집들에 대한 추억과 회상, 그리고 맹렬히 사라져가는 것들에 대한 아쉬움과 애도의 심정, 아울러 고층건물과 현대식 건물에 가려 그늘에서 죽어가는 것들, 그렇게 자신의 존재가치를 부여 받지 못하고 방치된 것들, 그로 인해 자신의 따뜻하고 소중한 기억과 추억도 동시에 죽어가는 듯한 느낌 속에서 그림을 그리게 되었다고 한다» []
  9. 신성록 Shin Sung-Loc, 정영주기억의 퇴적이 빚어낸 풍경 Paysage créé par l’accumulation de souvenirs, site officiel de Joung Young-Ju : http://blog.daum.net/bbn1234/88?category=132696 « 그의 작품은 거의 예외 없이 밤풍경으로 이루어져 있다. 깊은 밤중이라기 보다는 초저녁에 가깝다. (…)밤이 깊어질 수록 하나 둘씩 불이 켜지고 동네는 곧 안온한 분위기에 휩싸인다.»  []
  10. 박영택 Park Young-Taek, ibid. « 대부분 저녁 풍경이다. 어두워져 가는 하늘과 낮아지는 지붕들, 그리고 집마다 숨구멍처럼 작은 창에서 불빛이 반짝인다. 이제 짙은 속으로 사라지기 직전의 풍경을 적막하게 붙들어 매두고 있다는 인상이다. » []
  11. 박현주Park Hyun-Ju, 마음까지 환해지는 달동네 불빛 : 정영주 ‘판자촌 파라다이스’ La lumière du bidonville qui illumine même le cœur : Jeong Young-Joo « Bidonville Paradis », journal Joong Ang Ilbo, 17 octobre 2016, https://news.joins.com/article/20735032 « 달동네를 그리며, 불빛을 켜주면서판자촌 파라다이스 꿈꿨다. 어둡고 별볼일 없는 동네, 하지만 어스름저녁이 찾아오면 달라진다. 낮에는 없었던 불을 켜면 어느곳 보다 아름다운 안온한 동네로 변신해, 작가 스스로도 마음의 불을 켠다. » []
  12. 정병관 Jung Buyng-Gwan, 작가를 말한다권영우; 창작적 기법과 뉘앙스의 한지 작업, Parler de cet artiste- Gwan Young-Woo ; la technique créative et la nuance de l’art Hanji, 월간 미술 Magazine Art Mensuel, février 1992. []
  13. 작가 노트note de l’artiste sur son site officiel (Joung Young-Ju : « 한지가 빛을 흡수하듯이 나를 흡수하듯 받아들이는 따뜻한 마을의 모습을 통하여 언제든 지치거나 힘들때 돌아가면 받아주는 마음속 고향같은 따뜻함과 고요한 안정감을 느끼게 하고, 인간에게 진정으로 소중한 것은 무엇인가를 한번쯤 생각하게 하고자 한다. » http://blog.daum.net/bbn1234/88?category=132696 []
  14. 오숙환Oh Sook-Hwan, interview, TopClass Magazine, février 2016. « 한지 위에 채색하면 빛을 빨아들이면서 차분하고 깊이 있는 색감을 드러낸다. 주름진 한지와 가라앉은 색감이 오래되고 안정된 분위기를 자아낸다. » https://topclass.chosun.com/board/view.asp?catecode=J&tnu=201602100007 []
  15. Pierre Cabanne, L’éternel instant présent…, sur le site officiel de Bang Hai Ja, 2003, http://banghaija.com/fr/ht_blog/list.html?ht_div=fr_article []
  16. 서준석 Seo Jun-Soek, 도시개발과 빈곤의 일대기, 서울시 주택지 개발과 철거, La biographie du développement urbain et de la pauvreté, Développement et démolition de quartiers résidentiels à Séoul, 2018, sans pagination, http://www.redian.org/archive/118258 []
  17. 하계훈 Ha Gye-Hoon, 빛으로 빚어내는 시적 서정 Paroles poétiques créées par la lumière, 2010, http://kimseongho.com/미술평론/ « 김성호의 작품에서는 주로 한낮의 자연광이 사라지고 난 후의 밤과 새벽의 도시 풍경 혹은 불빛이 물에 반사되면서 퍼져나가는 항구의 모습 등을 보여준다. 그가 주목하는 것은 일광이 사라진 환경에서 어둠을 배경으로 드러나는 인공조명이 대상을 비추어 그것이 대낮과는 다른 새로운 모습으로 다시 태어나는 현상에 집중되어 있다. 따라서 인공조명이 부재한 대자연의 밤 풍경이나 도시의 한낮의 풍경보다는 인공조명이 우리의 시각을 지배하는 밤과 새벽의 도시 풍경에 김성호가 더 예민하게 반응하는 것은 당연한 것이다. » []
  18. 김성호Kim Sung-Ho, 도시 야경의 이면 – ‘가산혼합의 회화 실험 빛의 미학 Dans les coulisses de la vue nocturne de la ville – « Une expérience de peinture de mélange additif » et l’esthétique de la lumière, dans le catalogue de l’exposition de Jeon Dong-Min, 2019. « 한강을 사이에 두고 위치한 남산과 롯데타워가 한눈에 들어오는, 관악산에서 조망하는, 서울 풍광을 담은 작품 〈서울 야경〉(2019) 가히 환상적이다. 칠흑같이 어두운 하늘과 그곳에 있는 그리고 전경에 짙은 어둠이 드리운 관악산의 산자락과 그곳에 드문드문 자리한 조명들 사이에는커다란 빛의 바다 자리한다. 바로 서울의 모습이다. » []