Jacques Gies. In memoriam.

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès de Jacques Giès, survenu le 11 avril.

    Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l’ordre national du Mérite, officier des Arts et Lettres, Jacques Giès fut un éminent sinologue et historien de l’art. Docteur en histoire de l’art de l’Université Paris IV-Sorbonne avec une thèse en deux parties intitulée Art et histoire religieuse en Chine et en Asie centrale : réflexion sur les travaux ; suivi de Temps et icônes : étude sur l’attestation d’évidence de l’expérience pure bouddhique et la Présence, soutenue en 1998 sous la direction du Professeur Flora Blanchon, et diplômé en langue et civilisation chinoises, il était conservateur général du Patrimoine, spécialisé dans les arts bouddhiques de la Chine et de l’Asie Centrale et dans la peinture chinoise. Il enseigna à l’Université Paris IV de 1974 à 1998, puis à l’École du Louvre de 1998 à 2008. Il entra au musée des arts asiatiques Guimet en 1980 comme conservateur dans les sections Chine et Asie Centrale et s’impliqua dans la rénovation du musée à la fin des années 1990, ainsi que dans la création des galeries du panthéon bouddhique du Japon et de la Chine, des galeries des arts bouddhiques de Chine et d’Asie centrale et de la galerie des peintures chinoises. Il dirigea le musée de 2008 à 2011. Il a été commissaire de nombreuses expositions, parmi lesquelles trois grandes expositions internationales présentées aux galeries nationales du Grand Palais : Sérinde, Terre de Bouddha (1995-1996), Trésors du Musée du Palais, Taipei : Mémoire d’Empire (1998-1999), Montagnes Célestes. Trésors des musées de Chine (2004).

Il était aussi peintre, et avait exposé dans plusieurs galeries parisiennes.

    Membre associé du CREOPS depuis sa création en 1989, président de l’association Asie Sorbonne de 2015 à 2018, il laisse à notre École doctorale dont il était membre de 2008 à 2017, le souvenir d’un homme d’une grande courtoisie, dont la remarquable érudition et la curiosité toujours en éveil s’accompagnaient d’une profonde bienveillance et d’une rare élégance.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.