Aux origines du suburbain français : la ville du XVIIe siècle a-t-elle créé sa propre architecture de campagne ?

Jean Potel

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 14 janvier 2021
Article publié le 29 juin 2021


Les origines de l’architecture suburbaine d’Île-de-France constituent un mythe aussi ancien que connu. De longue date, il est établi que le motif pavillonnaire, perçu comme le symbole d’une société oisive et appréciant le luxe, serait né aux marges du Paris de Louis XV, à la suite de l’acte fondateur constitué par le château d’Issy. Cette demeure, édifiée entre 1684 et 1686 par Pierre Bullet pour Denis Tallon, président au Parlement de Paris, offrirait en effet la première occurrence en contexte périurbain du logis « en pavillon », soit un corps de bâtiment isolé de plan massé à silhouette unifiée par la mise en œuvre d’un comble brisé homogène1 (fig 1). Ce sont justement là les caractéristiques distinctives de la demeure de plaisance pavillonnaire suburbaine, celle-là même qui allait connaître en Île-de-France une riche postérité aboutissant, en une suite d’évolutions architecturales et sociales ininterrompues, au beau succès périphérique qui est encore le sien aujourd’hui2.

Fig. 1. Pierre Barret, Le château d’Issy : vue sur le jardin, 1870, photographie argentique sur papier albuminé, Paris, Bibliothèque nationale, Département des estampes et de la photographie, VA 92. Cliché : Wikimedia Commons.

À une période qui voit la cristallisation des deux types nationaux très singularisés du château de campagne et de l’hôtel particulier urbain – qui ont d’ailleurs largement polarisé la recherche3 –, Issy offre en effet une voie parallèle. Il s’agit de celle de la marge entre la ville et les champs, territoire sur lequel une société de cour dorénavant majoritairement citadine, puisque tirant ses pouvoirs et sa richesse de la cité, cherche à s’établir ponctuellement pour bénéficier des agréments de la nature, perçus comme le nécessaire corolaire pastoral à son activité urbaine. À l’inverse du château, résidence principale isolée en campagne et conçue comme le signe ostensible d’un pouvoir aristocratique terrien hérité de la société féodale, la demeure de périphérie relève donc d’une dimension éminemment citadine et bourgeoise, puisque pensée par et pour la civilisation urbaine sans laquelle elle n’a pas de raison d’exister. Elle constitue ainsi un phénomène social et architectural analogue à la villa italienne et à la résidence suburbaine d’Angleterre et des Pays-Bas, toutes trois bien étudiées depuis longtemps déjà4.

À contrario, l’historiographie de la périphérie des cités françaises reste récente et fragmentaire, quand bien même la construction en marge des villes par les citadins est attestée depuis la fin de la période médiévale au moins, et cela sur l’ensemble du territoire national5. Pour ces époques anciennes, force est de constater que la connaissance architecturale reste cependant très lacunaire6, d’autant qu’il faut encore ajouter qu’au XVIIe siècle même, la question d’une typologie spécifique à la résidence suburbaine demeure ambigüe. En 1691, Augustin-Charles d’Aviler, auteur d’un Cours d’architecture très largement diffusé, réunit pêle-mêle dans sa définition de la plaisance le « château d’un Seigneur » et la « Maison d’un Particulier qui sert de sejour agreable pendant la belle saison », ainsi que le « Cassin », la « Bastide en Provence » et la « Vigna » d’Italie7. Ce sont autant de catégories dont il ne distingue pas réellement les différences sociales et d’usage, et pour lesquelles il n’énonce aucune caractéristique architecturale spécifique, guère plus d’ailleurs que pour les Trianons et belvédères. Après 1730, lorsque la question est de nouveau posée dans les recueils de modèles d’habitat aux champs de Jacques-François Blondel (1737-1738) et Charles-Étienne Briseux (1743), la distinction normative n’est toujours pas clairement établie. Les planches gravées y affirment néanmoins le triomphe désormais absolu d’Issy en tant que modèle de la demeure périurbaine comme de campagne8, deux catégories qui se confondent d’ailleurs toujours davantage depuis le début du siècle.

Face à de telles problématiques, l’étude de l’habitat suburbain de la période moderne s’est constituée à rebours, en partant des réalisations du XXe siècle pour remonter jusqu’aux domaines de la fin du XVIIe siècle, et donc à Issy, aujourd’hui unanimement considéré comme l’acte de naissance du motif pavillonnaire en Île-de-France9. Cette reconnaissance lui confère toutefois le caractère d’un acte isolé. L’édifice se trouve privé de parenté et la question de ses origines reste en suspens, excluant du même coup toute filiation avec la plaisance médiévale et renaissante, qui bénéficie d’une historiographie solide et précise, mais relativement autonome. Une telle vision, pour partielle qu’elle soit, est d’ailleurs ancienne : dès le milieu du XVIIIe siècle, le dogmatique Jacques-François Blondel, dont le Cours d’architecture tenu à partir des années 1750 offre la première synthèse théorique sur l’élaboration et l’épanouissement d’un classicisme proprement national, affirme en effet que la demeure de Denis Tallon constitue bien la première association, en un « ouvrage entier et admirable et d’une dimension heureuse », d’« un caractère de château » à l’allure « d’une maison de plaisance de peu d’étendue10 ».

Le professeur d’architecture, d’ordinaire si précis et critique, acte cependant pour un édifice particulier un phénomène bien plus ancien ; car s’il est vrai qu’aucune formule architecturale propre au bâti suburbain francilien n’est connue avant le XVIIe siècle, les caractéristiques constructives observées à Issy sont en réalité déjà réunies au sein d’édifices le précédant d’au moins une génération. Ce corpus, étroit mais significatif, se compose de la maison du président Le Coigneux, élevée au faubourg Saint-Germain entre 1647 et 1651 ; des hôtels de courtisans de la ville neuve de Versailles, sortis de terre à partir de 1665 ; et du Trianon de Porcelaine, bâti dans le parc de ce même château entre 1669 et 1671. Loin de n’être que des épiphénomènes, ils constituent selon nous une tentative précoce de réponse à la volonté d’établir un type nouveau d’habitat de campagne. Dès lors, il convient de s’interroger sur les raisons de la mise en place de ce motif inédit. Quels sont ses modèles ? De quelle dynamique relève son apparition ? Et surtout, quel rôle la ville a-t-elle pu jouer dans la création d’une architecture vouée à devenir celle de sa propre périphérie ?

I. Le logis « en pavillon » : une nouveauté architecturale

De prime abord, il peut sembler aussi étonnant qu’artificiel de réunir en un corpus se voulant représentatif et exemplaire des édifices de fonction et de statut si différents. La demeure la plus ancienne, celle de Jacques Le Coigneux, s’affirme en effet comme un « hôtel particulier aux champs », puisque résidence permanente d’un président au parlement de Paris, donc d’une figure d’origine bourgeoise et citadine, mais qui a volontairement été édifiée aux marges de la capitale, dans les campagnes encore largement agrestes du faubourg Saint-Germain11 (fig. 2). À l’inverse, les pavillons de la ville nouvelle de Versailles, dont les premiers sont élevés dès 1665 au-devant du relais de chasse que Louis XIV a hérité de son père et dont il se plait à faire depuis 1661 sa plaisance favorite (fig. 3), ont dès l’origine pour fonction de loger, ponctuellement et aux champs, les membres de la cour accompagnant le souverain dans ses séjours toujours plus fréquents. Arborant la « livrée architecturale du château » (Francastel), ces demeures isolées se multiplient à partir de la décennie 1670 selon le parcellaire d’une cité en constitution établi par la Couronne12. Elles confèrent bientôt à Versailles ce paradoxal caractère d’une ville aux champs, dont les gravures de Silvestre et de Pérelle gardent le souvenir, et qui l’a parfois fait qualifier de « cité pavillonnaire », voire de « cité-jardin » avant la lettre13 (fig. 4). Quant au Trianon dit « de Porcelaine », strictement contemporain des embellissements du château, il est édifié au nord-ouest du parc pour abriter les amours du roi et de la marquise de Montespan, tout en offrant à la cour les joies de merveilleux divertissements champêtres au sein d’un riche jardin fleuri constituant alors l’attraction principale du site14 (fig. 5).

Fig. 2. Israël Silvestre, Veüe de la Maison de Monsieur le Coigneux Président au Mortier au Parlement de Paris, scize au faubourg Sainct Germain, 1652, estampe, Paris, Musée Carnavalet, Cabinet des Arts graphiques, G 24599. Cliché : Jean Potel.
Fig. 3. Pierre Patel, Vue du château et des jardins de Versailles, prise depuis l’avenue de Paris, 1668, huile sur toile, Versailles, Musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765. Cliché : Wikimedia Commons.
Fig. 4. Adam Pérelle et Nicolas de Poilly, Veüe perspective de la ville de Versailles en général, vers 1670, estampe, Paris, Bibliothèque nationale, département Arsenal, EST-552. Cliché : Gallica.
Fig. 5. Adam Pérelle, Veüe en perspective de Trianon du costé du Jardin, vers 1675, estampe publiée dans Les Délices de Versailles et des maisons royales…, Paris, Charles-Antoine Jombert, 1766, pl. 70, Paris, Bibliothèque nationale, département réserve des livres rares, FOL-Z LE SENNE-329. Cliché : Gallica.

Difficile d’afficher plus grande diversité de fonctions, de statuts et de commanditaires ; et pourtant, chaque programme a trouvé sa concrétisation architecturale dans cette seule et même formule du logis en pavillon, dont Issy est généralement considéré comme le premier exemple abouti. Tous trois sont effectivement des bâtiments de plan massé couronnés d’un comble brisé étendu à l’ensemble de leur structure et dont la silhouette isolée domine les jardins alentour. L’écriture des façades s’organise autour d’un ou plusieurs avant-corps sous fronton, et les distributions sont invariablement à séquence centrale encadrée d’appartements. La demeure de Le Coigneux et le Trianon de Louis XIV associent même une balustrade à leur haute toiture d’ardoises, combinaison novatrice que Blondel interprète justement à Issy comme la caractéristique la plus emblématique du nouveau type architectural suburbain15. Les contemporains ne s’y trompent d’ailleurs pas, et tous emploient le qualificatif de « pavillon » pour désigner les édifices du corpus16. Plus significativement encore, le sens de ce terme évolue précisément à cette période. Dans son Dictionnaire universel publié en 1690, Furetière ajoute en effet pour la première fois à la définition jusqu’alors exclusive du pavillon comme corps de bâtiment de plan massé d’une composition articulée, celle de l’édifice isolé développant les caractéristiques du premier à l’ensemble de son bâti17.

L’enregistrement d’une acception nouvelle du terme à la fin du XVIIe siècle confirme donc bien que venait d’apparaître un motif jusque-là inconnu, et qui est exactement celui mis en œuvre dans les programmes très diversifiés de Paris et de Versailles aux alentours des années 1650-1660. Or cette précoce similitude du parti est d’autant plus étonnante qu’à cette date, les caractéristiques du logis en pavillon sont parfaitement nouvelles dans le contexte architectural français, qu’il s’agisse d’ailleurs de la construction urbaine ou des champs. En effet, sa structure unifiée et homogène s’oppose aux fondements mêmes de la tradition nationale, caractérisée depuis l’époque médiévale par la mise en œuvre de compositions morcelées à plusieurs corps de bâtiments coiffés de hautes toitures indépendantes18. La Renaissance n’avait d’ailleurs pas remis en cause cette esthétique de la fragmentation, toujours en place au XVIIe siècle, comme l’illustrent l’hôtel de Bretonvilliers ou le château de Maisons. Afin d’appréhender les raisons de l’apparition d’un motif aussi étranger aux habitudes locales, il convient donc à présent de s’interroger sur les modèles ayant pu présider à sa mise en place.

II. Aux origines du fait pavillonnaire

Il s’agit ici de rappeler les points les plus saillants de la riche et complexe histoire de l’apparition de la formule pavillonnaire en France, dont les fondements paraissent avoir autant tenu de la pratique constructive locale que du regard porté par les sujets du roi « très chrétien » sur l’étranger19. Concernant en premier lieu l’emploi du plan massé, pour nouveau qu’il soit au milieu du XVIIe siècle, il s’inscrit en réalité dans la tradition nationale déjà bien établie de la demeure aux champs. Dès le XVe siècle, les Français se plaisent effectivement à l’adopter pour l’édification des maisons plates (c’est-à-dire sans fossés) et des petits châteaux élevés pour la nouvelle aristocratie émanant de la bourgeoisie urbaine, qu’elle soit issue de la robe, des offices royaux ou de la finance20. Le motif prend une ampleur significative au siècle suivant, durant lequel il conquiert ses lettres de noblesse grâce aux deux Livres d’architecture publiés en 1559 et 1582 par Jacques Androuet du Cerceau21. Ces recueils de modèles, justement destinés « aux Seigneurs, Gentilshommes, et autres qui voudront faire bastir aux champs » (sous-titre), déclinent en effet nombre de logis de campagne de plan massé et isolé, dont certains – et notamment ceux « en H » (fig. 6) – annoncent directement les distributions observées à Paris et Versailles22.

Fig. 6. Jacques Androuet du Cerceau, Livre d’architecture…contenant les plans & dessaings de cinquante bastimens tous differens…, Paris, Benoît Prévost, 1559, pl. VI, estampe. Cliché : Gallica.

Cependant, les façades de du Cerceau conservent invariablement l’allure morcelée de la manière française, du reste toujours appréciée des contemporains de Louis XIII puis de son fils pour sa capacité sémiotique à évoquer la silhouette du château seigneurial, et ainsi son prestige. La volumétrie unifiée du pavillon du XVIIe siècle résulte donc nécessairement d’autres influences qui, non sans paradoxe, sont en réalité celles des ultimes évolutions de l’architecture des années 1640-1650, non plus de campagne mais urbaine, et plus spécifiquement parisienne. Motivés par une volonté nouvelle de « classicisation » de la tradition nationale, les architectes – en tête desquels Le Vau et Mansart – renoncent alors progressivement à l’esthétique du fragment au profit d’une unification des silhouettes et d’une simplification de l’écriture stylistique23. Dans les hôtels comme ceux de Tambonneau et de Jars (fig. 7), cette recherche inédite d’uniformité du bâti passe par la mise en œuvre de nouveautés techniques telles que le doublement du corps de logis et l’emploi du comble brisé24, deux révolutions qui constituent justement les caractéristiques constructives les plus exemplaires du logis en pavillon apparu chez Le Coigneux.

Fig. 7. Jean Marot, Profil et Elevation du dedans de la cour de l’Hostel du Commandeur de Jars du Gert du dessein de l’Architecte Mansart, s. d. [seconde moitié XVIIe siècle], estampe, Paris, Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’art, NUM 4 RES 9. Cliché : INHA.

Une fois encore, la seule combinaison de ces innovations au modèle éprouvé de l’habitat aux champs de la Renaissance ne peut cependant suffire à expliquer l’élaboration volontaire d’un motif si neuf et inconnu aux habitudes nationales : Vaux, conçu suivant le même genre d’association, n’en reste pas moins un château articulé de tradition française. Intervient donc ici un ultime modèle qui, ne pouvant être local, doit nécessairement être d’origine étrangère. Selon toute vraisemblance, il s’agit de la villa italienne, et plus spécifiquement celles édifiées par Andrea Palladio sur la terra ferma vénitienne25, bien connues des Français depuis la publication de leurs plans et élévations gravés dans les Quattro Libri de 1570. De fait, seule la médiation de ce motif architectural caractéristique peut justifier la mise en œuvre en Île-de-France d’une silhouette si commune en Vénétie, mais si incongrue dans le contexte local. Les villas du maître s’affirment effectivement elles aussi comme de vastes parallélépipèdes inanimés aux façades amples et simples couvertes d’un comble unifié (fig. 8) ; comme à Paris, Versailles et plus tard Issy, elles dominent de leur masse isolée la nature environnante, avec laquelle la liaison est recherchée par la mise en œuvre d’imposants portiques sous fronton, qui trouvent un écho assagi et « francisé » dans les avant-corps du XVIIe siècle. À l’époque où les édifices du corpus sont élevés, le recours à un tel modèle n’aurait d’ailleurs rien de surprenant. Claude Mignot et Alexandre Cojannot ont en effet démontré que les années 1640-1670 ont été celles d’un fructueux « moment palladien » au cours duquel architectes et commanditaires, dépassant une trop générale « admiration réservée » (Mignot), étudient, commentent et parfois même reprennent ponctuellement des motifs du Vicentin26. Cette assimilation sélective, particulièrement visible dans les œuvres de Louis Le Vau – l’auteur des premiers pavillons versaillais et du Trianon27 – n’atteint toutefois jamais la reprise complète d’un type architectural comme l’est celui de la villa dans le cas de la formation du logis en pavillon.

Au terme de cette rapide étude des origines du motif pavillonnaire francilien, la formule constituée au faubourg Saint-Germain dès la fin des années 1640 semble donc s’affirmer comme la synthèse des types anciens de vie en campagne français et palladien. Ainsi, et bien que tirant également parti des dernières évolutions esthétiques et techniques de l’architecture urbaine, le pavillon de la seconde moitié du XVIIe siècle paraît s’inscrire pleinement dans la typologie de l’habitat noble aux champs. Le fait n’aurait rien de surprenant : les édifices du corpus partagent bien leur environnement rural, qu’il soit réel dans le faubourg campagnard de Le Coigneux et les
parterres et bosquets de Trianon, ou partiellement imagé pour la « cité aux champs » d’un Versailles chaque jour plus urbain.

Fig. 8. Andrea Palladio, « Villa Sarego de Miro », estampe publiée dans les Quattro Libri dell’architettura, Venise, D. de Franceschi, 1570, p. 68. Cliché : Gallica.

Reste cependant la question des raisons ayant pu enjoindre les Français à volontairement mettre en place une nouveauté architecturale si différente de leurs habitudes, une interrogation rendue plus complexe encore par son adoption précoce dans trois contextes très disparates. Au faubourg Saint-Germain comme dans la cité versaillaise, la demeure permanente d’un parlementaire et le séjour temporaire d’un courtisan auprès du roi auraient parfaitement pu s’accommoder du conventionnel hôtel particulier. Quant à Trianon, sa qualité de maison d’agrément du souverain l’autorisait assez logiquement à prendre l’apparence d’un petit château de tradition française, ou à s’inscrire plus directement dans la suite des folies « à l’italienne » des domaines royaux de la Renaissance28. L’invention du motif inédit du logis en pavillon doit donc nécessairement avoir résulté de besoins suffisamment nouveaux et spécifiques pour que les maîtres d’œuvre se détournent délibérément des formules locales et décident de se référer avec une fidélité rarement atteinte à un concept architectural parfaitement exogène. Il faut ainsi chercher ailleurs que dans la seule géographie rurale les causes ayant pu motiver sa mise en œuvre et son emploi, ainsi que le sens réel à donner à cette forme si originale aux contemporains que Tallement des Réaux n’hésitait pas à écrire qu’à la maison de Le Coigneux, « on verra bien qu’il y avoit quelque chose qui n’alloit pas dans sa tête29 ».

III. L’architecture d’un rapport nouveau à la ville ? 

Il convient alors de s’intéresser à la dernière similitude réunissant les édifices du corpus, sûrement la plus importante et la plus significative. Il s’agit du rapport neuf et particulier qu’ils établissent avec la ville, ou tout du moins la notion d’un centre urbain ou politique, qu’il soit une fois encore réel et physique ou plus imagé et social. En effet, et bien qu’élevés en contexte agreste, les trois logis en pavillon entretiennent une dépendance plus ou moins forte à un centre, subordination par laquelle ils gagnent justement leur statut de demeure périphérique.

En ce qui concerne Le Coigneux, le choix apparemment paradoxal d’une sortie aux champs pour établir sa résidence principale peut effectivement être interprété à l’aune d’une savante stratégie sociale. Dépourvu de fiefs, à peine revenu d’exil et restauré dans ses fonctions, le président avait certainement pour ambition d’édifier une demeure qui, par sa géographie, son architecture et ses dispositions (notamment son vaste jardin), devait lui permettre de répondre à l’impérieuse nécessité de disposer à la fois d’un bel hôtel urbain – car la ville est toute proche – et du logis aux champs essentiel à tout homme de sa classe30. En ce sens, le recours au motif inédit du pavillon lui permettait de porter à sa demeure le discours social du beau logis de campagne, dont on a vu qu’il était une évolution du plan, sans pour autant édifier un château et donc renoncer aux qualités d’une résidence urbaine.

À Versailles, où la ville naissait d’une maison des champs, Louis XIV souhaitait inversement conserver dans la cité nouvelle le caractère rural du site l’ayant séduit dans sa jeunesse. Face à cette exigence, les modèles usités des « villes neuves » closes et à trame orthogonale construites dans la première moitié du siècle, comme Richelieu, ne pouvaient être opérants. À l’inverse, le logis en pavillon isolé au cœur de sa parcelle, dont le précédent de Le Coigneux venait de démontrer la double capacité à évoquer la vie en campagne et la sociabilité urbaine, s’accordait parfaitement à la volonté royale. Il permettait en effet d’établir un hybride nouveau, l’hôtel de courtisan « aux champs », perdu dans la végétation d’une « ville ouverte » croissant organiquement autour des trois avenues boisées de la patte d’oie fondée par Le Nôtre dès 1662 et dont Madeleine de Scudéry écrivait justement qu’elles « val[aient] bien un jardin31 ». Le motif offrait en effet le triple avantage de conserver à l’ancien château son caractère de résidence de plaisance en lui associant une ville ayant l’allure d’un hameau de campagne, tout en s’assurant de faire céder les demeures des courtisans à celle du souverain et en proposant à la cour les commodités urbaines attendues pour son établissement32. Sur ce point, la description qu’en fit le visiteur anglais John Locke en 1677 est tout à fait éclairante :

The great men’s houses seem at first sight to stand irregularly scatterd up & downe at a distance, like cottages in a country village, amongst with the Chasteau being higher and biger than the rest, looks like the manor house, but when one takes view of them from the entrance of the Chasteau, they appeare to be ranged in a very good order, and there is an exact uniformity even in them on every side, and they make a prospect very pleasing, wich is soe much the more soe because all this finery and regularity is found in a place where Nature seems to have designed and observerd non33. (fig. 9)

Fig. 9. Israël Silvestre, Veüe du Chasteau, des Jardins et de la Ville de Versailles, du costé de l’Estang, 1674, estampe, Paris, Bibliothèque nationale, Département des estampes et de la photographie, FT 4-VA-423(1), H186544. Cliché : Gallica.

À Trianon enfin, les historiens ont de longue date établi la filiation que ce singulier domaine à pavillons indépendants répartis autour d’une cour ovale entretenait possiblement avec les gravures de la résidence impériale de Pékin, dans lesquelles Louis XIV pouvait avoir trouvé une source d’émulation autant que le modèle idéal pour la création de son palais « de féérie34 ». Mais il faut également se souvenir que ce « satellite » du château avait avant tout été conçu comme le nouveau lieu des plaisirs champêtres du roi, édifié aux pieds d’une demeure qui, dorénavant augmentée de l’Enveloppe et doublée d’une ville, perdait alors sa valeur première de plaisance intime35. Le fait que les façades édifiées à partir de 1669 par Le Vau au-devant des logis du relais de chasse de Louis XIII renoncent à tout caractère rural au profit d’une déclinaison sur les élévations des palais italiens, c’est-à-dire des modèles urbains, tend, sinon à confirmer cette lecture, au moins à prouver qu’un changement de statut du domaine avait eu lieu36. Dès lors, et par-delà le fait qu’il apparaissait peut-être à Le Vau comme l’adaptation locale la plus évidente de la pagode chinoise souhaitée par le roi, le logis en pavillon pouvait une fois encore être adopté à Trianon en raison de sa double valeur d’architecture des champs (d’ailleurs renforcée par sa réduction au seul rez-de-chaussée) et de construction « satellitaire » et périphérique d’un ensemble plus important. Qu’elle ait été consciente ou non, cette déclinaison de la maison de Le Coigneux illustre dans tous les cas le succès rapide d’une formule encore jeune, mais déjà jugée suffisamment représentative de la notion de plaisance pour être adoptée dans la retraite pastorale du souverain.

Analysée sous l’angle de ces diverses situations de périphérie, la mise au point du logis en pavillon trouve alors une possible justification. En effet, le motif peut dorénavant être compris comme une proposition de réponse architecturale adaptée à la question du rapport nouveau de dépendance qui constitue l’essence du programme des trois édifices du corpus, rapport qui doit se trouver exprimé par chacun d’eux : dépendance à Paris, sans laquelle le pavillon n’a aucune raison de venir remplacer le type établi de l’hôtel particulier, dans le cas de Le Coigneux ; dépendance à la résidence du souverain, qui constitue un centre dont l’hôtel de courtisan n’est qu’une périphérie ne pouvant décemment pas s’affirmer comme un château concurrent de celui du roi, dans le cas de la cité « des champs » de Versailles ; dépendance enfin à un château-ville pour Trianon, qui peut être compris comme la plaisance suburbaine d’une nouvelle cité, celle de Louis XIV et de sa cour, incarnée dans l’Enveloppe elle-même.

Ce caractère spécifique de « dépendance du bâti en campagne » légitimerait ainsi la création, au milieu du siècle, du type nouveau du logis en pavillon, conçu comme la synthèse de la demeure des champs française et des dernières évolutions de l’architecture urbaine. Ce faisant, la reprise inédite du modèle étranger de la villa palladienne, résidence de campagne édifiée à proximité de la ville et qui devient pour l’ensemble de l’Europe du XVIIe siècle l’archétype de la plaisance suburbaine des notabilités citadines37, trouve à son tour une possible explication, matérialisée par la mise en parallèle des réalisations contemporaines d’Angleterre et des Provinces-Unies (fig. 10-11). Depuis les années 1630, les élites bourgeoises et protestantes de ces deux nations concrétisent en effet leurs idéaux sociaux dans le pavillon périurbain qui, sous la nette influence des villas de Vénétie, est venu remplacer le château, en raison justement de sa meilleure adéquation à la situation de dépendance de leurs commanditaires à un centre, la ville, d’où ils tiennent leurs pouvoirs et leurs richesses. Face à cette dernière, et comme en Italie, la maison suburbaine n’est que le lieu d’une échappée temporaire pour profiter prestement des agréments de la campagne.

Fig. 10. Daniel Stoopendaal, Vüe de la Maison Mons.r Esaie Gillot du coté de la façade [sur le Ringdijk, à l’angle de Schargerlaan], 1725, estampe, Amsterdam, Archives de la ville d’Amsterdam. Cliché : Wikimedia Commons.
Fig. 11. Colin Campbell, Ambresbury in the Wiltshire the Seat of the Right Honourable the Lord Carlton president of Council, Inigo Iones Invt, estampe publiée dans Vitruvius Britannicus, or the British Architect, Londres, 1715-1771, t. III, pl. 25, 1725, Zurich, École polytechnique fédérale, Rar 445 fol. Cliché : ETHzürich.

S’il est fort probable que les sociabilités nordiques ont joué un rôle essentiel dans la constitution de la résidence de Le Coigneux, exilé près de vingt ans dans ces régions38, rien n’indique qu’il en a été de même pour les pavillons versaillais, dont le programme et les finalités sont bien différents. Dans ces deux derniers cas, c’est plus sûrement le modèle constitué par la demeure du faubourg Saint-Germain qui a pu stimuler Le Vau, heureux d’y trouver une réponse architecturale inédite et adaptée aux programmes qui lui étaient fixés. Assez logiquement le château d’Issy39, édifié pour un président au parlement qui ne pouvait que momentanément quitter la capitale pour de brefs séjours aux champs, allait répondre une vingtaine d’années plus tard au même schéma. Et l’on ne sera pas surpris d’observer que les premiers projets de Bullet citent explicitement les villas de Palladio, progressivement francisées pour aboutir à la demeure finalement construite40.

IV. Le succès du logis « en pavillon »

Au terme de la démonstration, l’avènement du modèle architectural du pavillon semble donc intrinsèquement lié à la notion de ville. En effet, cette création innovante peut en partie au moins être comprise comme une réponse spécifique apportée à la géographie de la marge urbaine, cette campagne périphérique qui, du fait même de sa ruralité, n’allait plus cesser de devenir le nouvel espace de conquête de la cité. Il n’y aurait d’ailleurs rien de surprenant à ce que le motif apparaisse au début du règne de Louis XIV, alors que l’embourgeoisement de la société ne cesse de croître, et que l’attraction urbaine entérine définitivement le déplacement progressif de la sociabilité aristocratique du château vers la cour et la ville.

Bien sûr, les trois édifices du corpus résultent de situations variées et la dynamique mise en valeur ici, loin de s’opposer aux réflexions dont ils ont déjà fait l’objet, enrichit plutôt la compréhension de leur origine. Bien sûr, une meilleure connaissance de l’habitat périurbain des XVIe et XVIIe siècles permettrait certainement de préciser le propos et de saisir plus finement l’introduction du pavillon en contexte francilien. Reste cependant que le logis isolé de plan massé, double en profondeur et couvert d’un comble brisé, ne pouvait qu’apparaître après 1640. C’est donc précocement que la maison de Le Coigneux en a offert la première manifestation connue, diligemment reprise par les hôtels versaillais et le Trianon de porcelaine, certes bien différents dans le détail. Un tel phénomène est cependant commun aux premières étapes de mise en place de tout type, où prévalent des expériences diversifiées dont les solutions s’associent bientôt en une même dynamique. En l’état, il faut reconnaître que c’est bien à Issy qu’elle se trouve pour la première fois pleinement consommée : la demeure, loin d’être le cas isolé que l’on croyait, retrouve alors une origine et une filiation. Du même temps, on saisit mieux le basculement – mais aussi la transmission – qui s’opère entre les réalisations renaissantes et le nouveau motif pavillonnaire francilien.

Si la demeure de Denis Tallon ne peut donc plus être considérée comme le premier pavillon d’Île-de-France, elle n’en reste pas moins la première manifestation aboutie de la résidence pavillonnaire de plaisance francilienne. Comme l’a montré Katharina Krause, le motif gagne effectivement ses lettres de noblesses à Issy, qui devient l’image même du séjour temporaire des élites urbaines aux marges de la ville, non plus château aristocratique ou résidence permanente, mais symbole renouvelé de ses nouvelles pratiques sociales. L’immédiat succès de la formule tient précisément à l’exemplarité du discours architectural porté par le logis en pavillon, dont les émules ne vont cesser de se multiplier dans la proche banlieue parisienne dès le début du XVIIIe siècle, que l’on songe à la « folie Desmares » de Châtillon (fig. 12) ou la maison Galpin d’Auteuil. Il suscite également très vite l’intérêt des plus grands aristocrates et gagne jusqu’à l’hôtel urbain, qu’on se plait à édifier « en pavillon » à partir des années 1730, pour jouir en ville des charmes fictifs d’une vie aux champs devenue – non sans paradoxe – l’aspiration de la cité elle-même41. La force du motif est telle qu’il en vient également à passer au château, qu’il s’agisse d’une plaisance francilienne comme Bellevue ou d’un véritable fief de campagne comme Fresne à Authon (fig. 13). L’Art de bâtir les maisons de campagne, publié par Briseux en 1743, entérine le succès définitif d’un type désormais devenu modèle universel de la construction aux champs, suburbaine ou non. Dès lors, le logis en pavillon peut conquérir le reste du territoire national, et même s’exporter à travers les États du Vieux Continent qui adoptent ce motif dorénavant perçu – et c’est une belle preuve de son succès – comme l’un des parangons d’un art français parvenu à sa pleine majesté42. Enfin, et par la médiation d’Issy, le pavillon de la décennie 1640-1660 conditionne l’apparition de la « petite maison » suburbaine de la fin du XVIIIe siècle. À son tour, elle donne naissance à la maison de banlieue du siècle suivant, une formule certes plus démocratique et différente dans sa sociabilité et sa fonction, mais qui affirme une fois encore la force centralisatrice des villes43.

Fig. 12. Châtillon (Hauts-de-Seine, France), maison Hogguer, dite Folies Desmares, François-Debas Aubry, 1708-1715, vue actuelle (détail). Cliché : Wikimedia commons / Binche.
Fig. 13. Authon (Loir-et-Cher, France), château de Fresne, Anatole Amoudru, à partir de 1766, vue actuelle. Cliché : Photographe : Bernard Galéron. Crédits photographiques : Donation VMF, Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP

L’incroyable succès du logis en pavillon trahit donc bien le rôle toujours plus grand que joue la ville à partir du milieu du XVIIe siècle. Aussi n’y a-t-il rien de surprenant à ce que le type architectural qui devait devenir celui de sa propre périphérie apparaisse précisément à cette période. S’accordant au désir citadin d’une vie aux champs nécessairement suburbaine, puisque soumise à l’attraction centralisatrice de la capitale, le pavillon édifié par Le Coigneux et bientôt adopté à Versailles est justement parvenu, par sa forme et le discours qu’elle engendre, à offrir une réponse adéquate aux attentes nouvelles portées par la civilisation urbaine. En ce sens, et malgré de premières tentatives diversifiées qui pourraient laisser croire à autant d’actes isolés, la ville, ou tout du moins la notion de centre, a certainement joué un rôle fondamental dans l’apparition d’une formule architecturale qui allait devenir la plus emblématique de sa périphérie.


Bibliographie

CHATENET, 2006
CHATENET Monique (éd.), Maisons des champs dans l’Europe de la Renaissance, actes des Premières rencontres d’architecture européenne (Maisons-Laffitte, château de Maisons, 10-13 juin 2003), Paris : Picard, 2006.

CHATENET, 2010
CHATENET Monique, « Des modèles pour l’architecture française », in Jean Guillaume et Peter Fuhring (éds.), Jacques Androuet du Cerceau, « un des plus grands architectes qui se soient jamais trouvés en France », Paris : Picard, 2010, p. 197-218.

COJANNOT, 2012
COJANNOT Alexandre, Louis Le Vau et les nouvelles ambitions de l’architecture française, 1612-1654, Paris : Picard, 2012.

GADY, 2013
GADY Alexandre, « Le château du Bel au bois dormant », « L’Enveloppe ou Janus architecte » et « Le Trianon de marbre », in Pierre Arizzoli-Clémentel (dir.), Versailles, Paris : Éditions Citadelles & Mazenod, 2013, p. 27-36, 37-60 et 241-251.

KRAUSE, 1996
KRAUSE Katharina, Die Maison de Plaisance. Landhäuser in der Ile-de-France (1660-1730), Munich : Deutscher Kunstverlarg, 1996.

MIGNOT, 1981
Claude Mignot, « L’articulation des façades dans l’architecture française de 1550 à 1630 », in Jean Lafond et André Stegmann (éds.), L’Automne de la Renaissance, 1580-1630, Paris : Vrin, 1981, p. 343-356.

MIGNOT, 2000
MIGNOT Claude, « Palladio et l’architecture française du XVIIe siècle : une admiration critique », Annali di architettura, n°12, 2000, p. 107-115.

OLLAGNIER, 2016
OLLAGNIER Claire, Petites Maisons : du refuge libertin au pavillon d’habitation en Île-de-France au siècle des Lumières, Bruxelles : Mardaga, 2016.

PAGAZANI, 2014
PAGAZANI Xavier, La Demeure noble en Haute-Normandie, 1450-1600, Tours / Rennes : Presses universitaires François Rabelais / Presses universitaires de Rennes, 2014.

POTEL, 2019
POTEL Jean, La maison du président Le Coigneux, puis hôtel de Villars, actuelle mairie du 7e arrondissement, rue de Grenelle, mémoire de master 2 sous la direction d’Alexandre Gady, Paris : Sorbonne Université, 2019 [non publié].


Sources imprimées

AVILER, 1691
AVILER Augustin-Charles d’, Cours d’architecture qui comprend les ordres de Vignole… [Explication des termes d’architecture…], Paris : N. Langlois, 1691.

BLONDEL, 1771-1777
BLONDEL Jacques-François, Cours d’Architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments…, Paris : Desaint puis Veuve Desaint, 1771-1777.

FURETIERE, 1690
FURETIERE Antoine, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots français tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts…, La Haye : A. et R. Leers, 1690.


Table des illustrations

Fig. 1 : Pierre Barret, Le château d’Issy : vue sur le jardin, 1870, photographie argentique sur papier albuminé, Paris, Bibliothèque nationale, Département des estampes et de la photographie, VA 92. Cliché : Wikimedia Commons.

Fig. 2 : Israël Silvestre, Veüe de la Maison de Monsieur le Coigneux Président au Mortier au Parlement de Paris, scize au faubourg Sainct Germain, 1652, estampe, Paris, Musée Carnavalet, Cabinet des Arts graphiques, G 24599. Cliché : Jean Potel.

Fig. 3 : Pierre Patel, Vue du château et des jardins de Versailles, prise depuis l’avenue de Paris, 1668, huile sur toile, Versailles, Musée des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 765. Cliché : Wikimedia Commons.

Fig. 4 : Adam Pérelle et Nicolas de Poilly, Veüe perspective de la ville de Versailles en général, vers 1670, estampe, Paris, Bibliothèque nationale, département Arsenal, EST-552. Cliché : Gallica.

Fig. 5 : Adam Pérelle, Veüe en perspective de Trianon du costé du Jardin, vers 1675, estampe publiée dans Les Délices de Versailles et des maisons royales…, Paris, Charles-Antoine Jombert, 1766, pl. 70, Paris, Bibliothèque nationale, département réserve des livres rares, FOL-Z LE SENNE-329. Cliché : Gallica.

Fig. 6 : Jacques Androuet du Cerceau, Livre d’architecturecontenant les plans & dessaings de cinquante bastimens tous differens, Paris, Benoît Prévost, 1559, pl. VI, estampe. Cliché : Gallica.

Fig. 7 : Jean Marot, Profil et Elevation du dedans de la cour de l’Hostel du Commandeur de Jars du Gert du dessein de l’Architecte Mansart, s. d. [seconde moitié XVIIe siècle], estampe, Paris, Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’art, NUM 4 RES 9. Cliché : INHA.

Fig. 8 : Andrea Palladio, « Villa Sarego de Miro », estampe publiée dans les Quattro Libri dell’architettura, Venise, D. de Franceschi, 1570, p. 68. Cliché : Gallica.

Fig. 9 : Israël Silvestre, Veüe du Chasteau, des Jardins et de la Ville de Versailles, du costé de l’Estang, 1674, estampe, Paris, Bibliothèque nationale, Département des estampes et de la photographie, FT 4-VA-423(1), H186544. Cliché : Gallica.

Fig. 10 : Daniel Stoopendaal, Vüe de la Maison Mons.r Esaie Gillot du coté de la façade [sur le Ringdijk, à l’angle de Schargerlaan], 1725, estampe, Amsterdam, Archives de la ville d’Amsterdam. Cliché : Wikimedia Commons.

Fig. 11 : Colin Campbell, Ambresbury in the Wiltshire the Seat of the Right Honourable the Lord Carlton president of Council, Inigo Iones Invt, estampe publiée dans Vitruvius Britannicus, or the British Architect, Londres, 1715-1771, t. III, pl. 25, 1725, Zurich, École polytechnique fédérale, Rar 445 fol. Cliché : ETHzürich.

Fig. 12 : Châtillon (Hauts-de-Seine, France), maison Hogguer, dite Folies Desmares, François-Debas Aubry, 1708-1715, vue actuelle (détail). Cliché : Wikimedia commons / Binche.

Fig. 13 : Authon (Loir-et-Cher, France), château de Fresne, Anatole Amoudru, à partir de 1766, vue actuelle. Cliché : Photographe : Bernard Galéron. Crédits photographiques : Donation VMF, Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP


  1. KRAUSE, 1996, p. 218-219 et 236-237. []
  2. OLLAGNIER, 2016, p. 258-260. []
  3. Notamment les deux importantes synthèses consacrées au château français sous la direction de Jean-Pierre Babelon (1988) et à l’hôtel particulier parisien par Alexandre Gady (2008). []
  4. Pour un état de la recherche récent, voir les contributions réunies dans CHATENET, 2006. []
  5. Dès le Moyen-Âge, les Parisiens élèvent de belles demeures dans la proche campagne des faubourgs Saint-Marcel et du Louvre, ainsi qu’au bourg Saint-Germain. Le mouvement s’accélère au XVIe siècle : Vanves attire Lescot et Clouet, et Rabelais y situe la maison des champs de Gargantua ; Saint-Cloud et Passy s’affirment également dès cette époque comme les territoires d’élection de la villégiature des élites parisiennes. À ce propos, voir la contribution de Marie-Madeleine Fontaine dans CHATENET, 2006, p. 9-48. []
  6. KRAUSE, 1996, p. 13. Si l’impressionnant essor du phénomène à partir du milieu du XVIIe siècle est confirmé par les sources, les témoignages architecturaux sont rares et l’urbanisation de la périphérie parisienne rend complexe toute étude archéologique à grande échelle. []
  7. AVILER, 1691, vol. 2, p. 656-657. À l’article « Chasteau », le théoricien distingue seulement la « Maison Royale ou Seigneuriale bastie en manière de forteresse avec fossez et pont-levis » de la « Maison de Plaisance sans défense effective où les fossez ne servent que d’ornement », soit la maison plate (vol. 2, p. 456). []
  8. Une meilleure distinction apparaît dans BLONDEL, 1771-1777, t. 2, p. 249-252. Si l’auteur réunit toujours les différents types de maisons de plaisance par leur usage commun – « celles où les personnes de considération vont ordinairement se délasser des occupations qui les appellent à la Cour, ou qui par état les retiennent dans les Cités » –, il différencie désormais la « maison de Campagne […] qu’un simple Particulier fait construire près de la Capitale, pour aller s’y délasser des travaux du cabinet ou des soins du commerce » des « maisons bâties à la campagne pour les riches particuliers » et des « Petites Maisons […] destinées pour la plupart au délassement et pour la retraite des personnes aisées et des hommes du monde ». Une fois encore, aucun type architectural spécifique ne leur est cependant associé. []
  9. En parallèle de la première synthèse générale sur la villégiature publiée par James S. Ackerman en 1991 (The Villa : form and ideology of country houses), l’étude de l’architecture de plaisance française a suscité une riche bibliographie pour les XIXe et XXe siècles, avant de s’étendre au XVIIIe siècle. Voir OLLAGNIER, 2016, p. 17-26, 71-74 et 208-217, avec notes et bibliographie. []
  10. BLONDEL, 1771-1777, t. 3, p. 101. []
  11. POTEL, 2019, p. 84-86. []
  12. GADY, 2013, p. 30 et 46. []
  13. Notamment Jean Castex, Patrick Céleste et Philippe Panerai dans l’étude qu’ils ont consacrée en 1980 à la ville de Versailles (Versailles : lecture d’une ville). []
  14. KRAUSE, 1996, p. 62-65 ; GADY, 2013, p. 241-243. []
  15. BLONDEL, 1771-1777, t. 3, p. 101 : « Nous remarquerons encore que Bullet a couronné cet édifice d’une balustrade, derriere laquelle s’élève un comble à la mansarde. Ce comble donne un caractere de Château à ce bâtiment, tandis que la balustrade lui donne celui d’une maison de plaisance […]. » []
  16. Dans la première édition de sa Description de la ville de Paris publiée en 1684, Brice qualifie la maison de Le Coigneux de « gros Pavillon quarré assez élevé qui domine sur les Jardins d’alentour ». À Versailles, Félibien évoque dès sa Description sommaire de 1674 « la grande Place [devant le château] qui est environnée avec symetrie des Pavillons que les Princes et les Seigneurs de la Cour ont fait bastir », et les « pavillons qui accompagnent le principal corps de logis [de Trianon] [qui] sont embellis de la mesme maniere et ont rapport au dessein qu’on a eu de faire un petit Palais d’une construction extraordinaire, et commode pour passer quelques heures du jour pendant le chaud de l’Esté. » []
  17. FURETIERE, 1690, vol. 3, p. 75 : « Il y a des chasteaux qui ne consistent qu’en un pavillon. » []
  18. MIGNOT, 1981, p. 343. []
  19. Les développements suivants synthétisent les hypothèses avancées dans le premier chapitre de notre mémoire de recherche : POTEL, 2019, p. 33-65. []
  20. PAGAZANI, 2014, p. 190-196. Le château de Martainville, édifié pour un échevin de Rouen vers 1485, fournit un exemple précoce de ces demeures qui se multiplient en Île-de-France dans la seconde moitié du XVIe siècle, et notamment aux environs des résidences royales de Fontainebleau et Saint-Germain-en-Laye (CHATENET, 2010, p. 207). []
  21. Sur les Livres d’Androuet du Cerceau, voir en dernier lieu CHATENET, 2010. []
  22. POTEL, 2019, p. 34-35. []
  23. MIGNOT, 1981, p. 353-356. []
  24. Pour une histoire complète de l’apparition de ces deux innovations, voir COJANNOT, 2012, p. 112-117. []
  25. POTEL, 2019, p. 73-75. []
  26. MIGNOT, 2000 ; COJANNOT, 2012. []
  27. Si le concepteur de la maison de Le Coigneux n’est pas connu, son architecture la rapproche toutefois étroitement des réalisations contemporaines de Le Vau : POTEL, 2019, p. 76-82. []
  28. Comme le pavillon de La Muette et la Maison « de théâtre et baignerie » de Saint-Germain-en-Laye. []
  29. Cité dans POTEL, 2019, p. 82. []
  30. POTEL, 2019, p. 86-89. Cette stratégie supposée est donc similaire à celle portée par Tambonneau à son hôtel voisin du Pré-aux-Clercs (COJANNOT, 2012, p. 206-207). []
  31. Cité dans GADY, 2013, p. 30. []
  32. L’hypothèse ne contredit pas l’interprétation habituelle de ces pavillons isolés comme un éclatement de l’architecture du château à l’ensemble du territoire de la ville neuve, où ils se présentent comme autant de dépendances de la résidence royale. Cette explication est d’ailleurs corroborée par l’établissement d’un cahier des charges architecturales par la Couronne, suivant le principe déjà mis en place pour les grandes réalisations urbaines du début du XVIIe siècle comme la place royale de Paris, la place ducale de Charleville ou la ville de Richelieu, dont les linéaires se composent cependant de pavillons accolés. La ville neuve de Versailles peut donc également être comprise comme le double éclatement du programme urbain de la première moitié du siècle, où le passage d’une trame fermée à une trame ouverte entraîne logiquement la fragmentation de l’habituel linéaire continu en autant de pavillons isolés. []
  33. Cité dans KRAUSE, 1996, p. 55. []
  34. KRAUSE, 1996, p. 62-63. La notion de « féérie » est une clef essentielle pour la compréhension de certaines caractéristiques architecturales des « satellites » versaillais, et notamment la Ménagerie et Marly. []
  35. GADY, 2013, p. 37, 59 et 242. Aux alentours de 1670, Versailles reste bien sûr une demeure de campagne et le roi ne pense certainement pas encore à y installer le siège permanent de la cour. L’établissement d’un plan d’aménagement urbain et la création de l’Enveloppe et de ses appartements d’apparat trahissent néanmoins un changement sensible de la fonction et du statut de l’édifice, ainsi qu’une ouverture plus grande du domaine au public. []
  36. Il ne s’agit toutefois pas d’interpréter l’Enveloppe comme une volonté d’« urbaniser » les façades sur jardin du château, plus sûrement conçues en référence au modèle de la villa transalpine. []
  37. Sur le succès européen de Palladio, voir les contributions réunies dans CHATENET, 2006, ainsi que dans le catalogue de l’exposition Palladio, la sua eredità nel mondo, tenue à Vicence en 1980. []
  38. POTEL, 2019, p. 89-92. []
  39. Le qualificatif de « château » employé pour Issy apparaît sous la plume des contemporains après l’acquisition du domaine par le prince de Conti, et relève donc moins de l’architecture que du rang du nouveau propriétaire. []
  40. KRAUSE, 1996, p. 228-232. []
  41. OLLAGNIER, 2016, p. 224-231. []
  42. L’illustre par exemple le pavillon de chasse de l’Hermitage, édifié pour Christian VI du Danemark dans le parc de Dyrehaven, au nord de Copenhague. []
  43. OLLAGNIER, 2016, p. 252-260. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.