Décès de Madame Michèle casanova, professeur d’archéologie du Proche-orient ancien

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Michèle Casanova, Professeure d’archéologie orientale, élue en 2020 à Sorbonne Université, victime de la Covid 19, le 22 décembre 2020.

Nous avons espéré sa guérison avec force depuis la mi-novembre et nous sommes aujourd’hui bouleversés et désemparés par le départ prématuré de notre nouvelle collègue, membre du Conseil de notre École Doctorale, avec laquelle nous nous réjouissions tellement de travailler.

Archéologue orientaliste de premier plan, Michèle Casanova a inlassablement arpenté et fouillé les terrains de cet Orient qui la passionnait tant, notamment au Tadjikistan où elle a co-dirigé et dirigé la mission française de Sarazm (1999-2000), en Iran avec la direction des missions françaises de Shahr-i-Sokhta (2005-2006), en collaboration avec une équipe iranienne, et de Koda-Afarin (2009-2011). Depuis 2012, elle co-dirigeait, en Azerbaïdjan, la mission franco-azéri de la Vallée du Lenkoran, soutenue par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE).

Michèle Casanova est depuis sa thèse de doctorat, une spécialiste internationalement reconnue des objets de prestige en pierres dures (albâtre, lapis-lazuli), principalement de l’âge du Bronze oriental. Ses recherches portaient à la fois sur la compréhension des chaînes opératoires de production et de fabrication (provenance des matériaux, traces, gestes techniques et analyses physico-chimiques), sur les réseaux d’échanges et leurs modalités culturelles et économiques dans l’ensemble du Proche-Orient ancien, de l’Égypte à l’Asie centrale, du IVe au Ier millénaire av. J.-C. Elle a publié La vaisselle d’albâtre de Mésopotamie, d’Iran et d’Asie centrale aux IIIe et IIe millénaires av. J.-C., en 1991 et co-édité, en 2014, avec Marian Feldman, Les produits de luxe au Proche-Orient ancien, aux âges du bronze et du fer. Son intérêt pour les collections des musées en Irak (cimetière royal d’Ur), en Égypte (trésor de Tôd), en Iran (matériel provenant de Suse) l’avait conduite à intervenir sur la question du trafic d’antiquités, dans une actualité particulièrement brûlante.

Michèle Casanova avait enseigné en collège et en lycée avant d’être recrutée comme maîtresse de conférences en archéologie à l’Université de Rennes 2 en 2000, puis professeure d’archéologie orientale à l’Université Lumière-Lyon 2 en 2012 où, parmi ses multiples engagements elle était responsable de la mention de doctorat « Lettres, histoire et civilisations des mondes anciens » de l’ED 483 Sciences Sociales entre 2017 et 2020. Élue à l’UFR d’Histoire de l’Art et Archéologie de Sorbonne Université, elle avait depuis peu rejoint l’UMR 8167 Orient & Méditerranée.

Elle avait siégé comme membre de la section 31 du Comité National du CNRS (2008-2012), du Comité de l’Archéologie du CNRS et du comité éditorial de la revue Paléorient (2008-2012). Elle était membre titulaire de la 21e section du CNU depuis 2019.

Notre École Doctorale perd l’une des meilleures spécialistes de l’Orient ancien, dont les compétences approfondies lui permettaient d’aborder le vaste espace géographique qui va de l’Inde à l’Égypte dans la longue durée, du Néolithique à l’âge du Fer.

Nous perdons une collègue avec laquelle les premiers échanges avaient été chaleureux et pleins de promesses. 

Les messages bouleversés que nous recevons de ses étudiants qui l’ont suivie à Sorbonne Université témoignent de son rayonnement, de son plein engagement et des liens étroits qu’elle avait su tisser avec ses étudiants et ses collègues, en France et sur le plan international.

Nous adressons nos sincères condoléances à sa fille, à sa famille, à ses doctorants et à ses anciens collègues du Laboratoire ARCHÉORIENT à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon.  

Michèle Casanova devait présider la prochaine journée doctorale en archéologie de l’ED 124 le 12 janvier prochain. Celle-ci lui sera dédiée.

L’équipe de l’ED 124

Philippe Lorentz

Nathalie Ginoux

Marie Planchot


3 réflexions sur « Décès de Madame Michèle casanova, professeur d’archéologie du Proche-orient ancien »

  1. Vous m’avez guidé de la licence au Master et accompagné sur 2 Memoires. Professeur, conseillère, tutrice, mère aimante, passionnée, bienveillante, chercheuse aguerrie, amoureuse de la vie et de l’histoire… Femme atypique mais surtout tellement fière de son métier.
    Pour tout ce que vous représentiez dans le monde de l’archéologie c’est le cœur lourd qu’aujourd’hui j’apprend que le Covid vous a emporté 😔. Une étoile de plus rejoint le ciel, j’espère que d’où vous êtes l’archéologie ne vous a pas quitté ✨🙏🏻. Toutes mes pensées à votre fille dont vous parliez toujours avec amour, fierté et bienveillance ainsi qu’à vos proches. Vos resterez à jamais dans nos cœurs. Nous nous étions déjà dit au revoir avec l’espoir de se revoir un jour, je sais que vous étiez fière du travail fait ensemble : et je suis fière d’avoir eu la chance d’être votre élève ❤️.

  2. C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Madame Casanova. Elle a été ma professeure durant ces quatre dernières années, c’était une femme chaleureuse, bienveillante et dévouée pour ces élèves. J’exprime toutes mes sincères condoléances à sa famille, et en particulier à sa fille, dont Madame Casanova parlait tant, avec beaucoup d’amour.

  3. La disparition soudaine et si prématurée de Michèle Casanova me bouleverse et je voudrais exprimer toute ma sympathie à sa fille et sa famille.
    Les travaux de « jeunesse » de Michèle me sont connus, pour avoir eu la chance de défendre son dossier de candidature au poste de maîtresse de conférences à l’Université de Rennes au printemps 2000. Je m’y suis plongée avec bonheur et depuis, j’ai toujours associé le lapis-lazuli à Michèle, une exploratrice intrépide et passionnée qui restera un modèle pour nous chercheurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.