Jocelyne FRESNAIS

Théâtres et divertissements dans l’art funéraire chinois au Shanxi

Télécharger au format PDF

Article soumis en 2015
Article publié le 25 mars 2015

Résumé

La région du Shanxi est au centre d’un carrefour culturel et commercial, et son histoire a été largement façonnée par sa situation géographique. Les monuments historiques apportent des témoignages sur les jeux et divertissements traditionnels. Les scènes de théâtre comme celle de Shujingtai dans le temple de Jinc près de Taiyuan nous évoquent l’univers théâtral des Yuan et des Ming. Au sud-ouest de la province, près de Jishan et de Houma, les murs des tombes de la période Jin sont décorés de théâtres miniatures, d’orchestres et de danseurs. Ces briques estampées manifestent l’introduction de divertissements profanes dans la sphère du religieux. Les joutes d’enfants, leurs rondes, les courses de daims et les scènes de réjouissance villageoises sont autant de témoignages festifs qui accompagnent le mort tout en restant liés aux symboles traditionnels.

Abstract

Shanxi in North China lies at the crossroads of commercial and cultural networks. Its geographical location has determined its history to a large extent. The national historical monuments of this province bear witness to the ancestral practices of games. The theater scenes, like those of Shuijingtai in the temple of Jinci near Taiyuan, recall to us the theatrical universe of the Yuan and the Ming. To the south-west of the province near Jishan and Houma, the tomb-walls of Jin epoch are adorned with miniature theaters, orchestras and dancers. These decorations on carved bricks introduce profane entertainment into the religious and sacred sphere. The children’s cavalcades and jousts, the deer-race, and the scenes of village festivities are all joyous reminiscences. They accompany the dead in the world beyond and are loaded with symbolic significance.


Inscrits sur la première liste nationale du patrimoine, (n° 85-3-38.), les arts du théâtre ou les divertissements populaires de la Chine des Song aux Ming nous sont révélés soit par les traces des anciens théâtres qui nous sont parvenues soit par les décors ou bas-reliefs des tombes de cette époque. Jusqu’à la dynastie des Song du Nord (960-1127), les bateleurs et les comédiens avaient recours à des scènes de fortune, facilement démontables, faites de bambou et de nattes de paille. Les constructions de théâtres permanents apparaissent alors. La province du Shanxi, au nord de la Chine, possède encore quelques-unes des plus anciennes scènes chinoises, érigées sous les Yuan ou les Ming.

Dans la proche banlieue de Taiyuan, capitale du Shanxi, l’ensemble religieux du Jinci1 comprend une scène qui date des Ming. L’existence du Jinci est attestée dès le Ve siècle. A cet endroit jaillissent les trois sources de la rivière Jinshui, qui donne son nom littéraire « Jin » à la province du Shanxi. Le site était initialement dédié au prince Shu Yu, fils de Wuwang, fondateur de l’antique dynastie des Zhou2. Ce prince fut le premier à régner sur la région du Shanxi. Vingt et un siècles plus tard, l’empereur Renzong, des Song du Nord, (1022-1063) dédia le temple à la princesse Yi Jiang, mère de Shu Yu. Son culte prit l’ascendant sur celui de son fils. La Salle de la Sainte Mère ou Shengmudian, édifice qui date de 1102, témoigne de cette évolution3.

Par la suite, les architectes de l’époque Ming (1368-1644) ont bâti un théâtre de forme carrée, le Shuijingtai ou « Terrasse du miroir d’eau ». Cette appellation provient d’une métaphore qui veut que le théâtre soit le miroir de la vie. Le nom du bâtiment tient peut-être aussi à son environnement aquatique, au cœur des sources de la rivière Jinshui. La scène placée immédiatement après Damen, porte principale du temple est orientée vers l’Ouest, sur l’axe majeur (fig. 1).

Fig. 1 : Plan général du temple Jinci - Taiyuan - province du Shanxi
Fig. 1 : Plan général du temple Jinci – Taiyuan – province du Shanxi. Droits réservés.

Malgré son isolement sur la rive orientale du cours d’eau, le théâtre s’intègre étroitement aux éléments construits sur l’axe central Est-Ouest et s’ouvre en direction du Shengmudian. Devant le Shuijingtai, un pont de pierre (Huixianqiao), donne accès à la terrasse des quatre statues de guerriers en fer (Jinrentai). Un portique à trois arches, (Duiyuepaifang) précède le petit édifice (Xiandian), dédié aux offrandes à la Sainte Mère. Derrière, réalisé suivant un plan cruciforme exceptionnel en Chine, le Pont volant (Feiliang) conduit à la salle principale Shengmudian, l’un des rares bâtiments d’architecture Song qui subsiste encore4.

L’emplacement privilégié de la scène trouve sa justification dans une fête religieuse annuelle, donnée en l’honneur de Yi Jiang, du 2 au 4 juillet. La tradition perdure depuis des siècles. Ces festivités impliquent la participation de sept villages, qui rivalisent d’adresse lors de compétitions culinaires, sportives, agraires ou d’autre nature. Une inscription du Shengmudian, datée de 1087, authentifie ce genre de pratique à l’époque Song. Par la suite, sous les Yuan, en 1345, le lettré Qi Yuli mentionnait l’existence d’une fête dédiée à la Sainte Mère, dans l’avant-propos d’un poème sur le Jinci5. En témoignage de reconnaissance, les fidèles organisaient sur place des spectacles de danse, des concerts de flûtes droites et de tambours ainsi que des représentations théâtrales.

Ce théâtre permanent occupe une surface conséquente de 324 m², soit 18 m de côté. Il est conçu comme une terrasse carrée qui s’élève à 1,50 m du sol (Ill. 1). Le bâtiment construit sur celle-ci comprend deux parties : la scène et les coulisses. L’édifice est divisé en trois travées : celle du centre, large de 5,40 m, a une profondeur de 5,20 m6. La hauteur des travées atteint 2,70 m, ce qui équivaut à celle d’une pièce d’habitation confortable. La scène est pourvue d’un seul avant-toit qui ondule, une adjonction d’époque Qing. Les acteurs jouent face au Shengmudian et rendent ainsi hommage à la Sainte Mère. Les coulisses, deux fois plus vastes que la scène, sont coiffées d’une charpente assemblée pour la première fois sous les Ming, avec un double avant-toit. La combinaison des deux types de toiture : simple et double, confère une impression de mouvement inhabituel. L’effet harmonieux de l’ensemble se rattache au style xieshan, c’est à dire aux arêtes brisées de la toiture, qui se relèvent légèrement.

Dans la même province du Shanxi, il existe des théâtres plus anciens. Près de Linfen, le temple taoïste Dongyuemiao, du village Dongyangcun, est un ensemble architectural qui comprend un théâtre du début des Yuan. Il date de 13457 (fig. 2). L’édifice est construit sur une terrasse de brique. Deux murs écrans dissimulent les coulisses latérales. Ils encadrent la scène avec son bâtiment de bois qui comporte trois travées. Celle du centre est la plus large. Deux portes secondaires et des ouvertures centrales modulables clôturent l’arrière. Ici comme au Jinci, les coulisses sont plus profondes que la scène. La toiture est complexe. Elle présente un double toit en arêtes brisées, un comble en croupe avec pignon en façade.

La surface moyenne des scènes de théâtre d’époque mongole, recensées au Shanxi, varie entre 50 et 60 m². La plus importante (94 m²) est celle du théâtre du temple Qiaozemiao, dans le village Wuchicun, district de Yicheng. Le bâtiment date de 1324. La plus petite scène occupe un espace de 19 m², elle se trouve dans le temple Shengmumiao, du monastère Shiloudian. Les scènes mongoles s’inspiraient des époques Song et Jin, plus précisément, des édifices en forme de « tour de la cloche » ( zhonglou), avec toutefois quelques adaptations. Les architectes leur donnaient la forme d’un carré presque parfait8.

Fig. 2 : Théâtre du temple Dongyuemiao - Shanxi - époque Yuan
Fig. 2 : Théâtre du temple Dongyuemiao – Shanxi – époque Yuan. Droits réservés.

 La danse et le théâtre trouvent place dans les rythmes de la vie quotidienne, y compris lors des enterrements. Ils font alors partie des « offrandes au mort »9. Dans la tradition populaire, le jeu du danseur, de l’acteur ou du musicien, revêt une fonction magique et démonifuge10. Cette conception explique la présence ancienne des scènes de théâtre miniatures et des modelages de comédiens, à l’intérieur même des tombeaux de notables locaux. En de tels lieux, la scène de divertissement devient l’offrande d’un spectacle de qualité. Elle s’épanouit sur les peintures murales et les décors sculptés, exprimant le désir de satisfaire les divinités et le défunt. Le spectacle évoque parfois des moments heureux de la vie terrestre du défunt, dans son enfance comme à l’âge adulte, seul ou parmi ses proches. C’est en outre le reflet d’une aspiration humaine, à un état de bien être ultérieur.

Au nord de la Chine, dans la province du Shanxi, à proximité de la rivière Fenhe, le site de Houma n’est pas seulement connu pour ses vestiges de l’époque Chunqiu. A partir de 1959, les campagnes archéologiques ont révélé l’existence d’une cinquantaine de tombes d’époque Jin11, situées près de Houma ou non loin de la ville de Jishan12.

Entre 1959 et 1969, dans la banlieue nord-ouest de Houma, à 1,5 km à l’ouest de cette ville, des travaux de construction ont mis au jour l’existence de tombes qui appartenaient au clan de la famille Dong13. C’est en 196414 que les chercheurs commencèrent les fouilles des sépultures de Dong Ming (1210) et Dong Hai (1196). Ces tombes, répertoriées sous la cote M1, sont construites en briques. Elles imitent en tout point l’architecture de bois et le décor sculpté des riches demeures15. Une pente conduit à la porte du tombeau. Orientée vers le Sud, elle s’ouvre sur un petit vestibule. Celui-ci donne sur la chambre funéraire de plan carré, qui mesure environ 2 m de côté et 4,2 m de hauteur. Le toit octogonal se rétrécit par degré, formant une sorte de dôme conique. Le cercueil, placé sur un socle de briques, repose à l’aplomb du dôme.

La tombe de Dong Ming est dévolue à un défunt nommé Dong Qijian16. Le mur nord de la chambre funéraire est entièrement tapissé de briques sculptées (Ill. 2). La zone médiane du mur reproduit l’intérieur d’un bâtiment factice, qui présente trois travées. Le décor du mur repose sur un socle-terrasse divisé en trois registres. Des pétales de lotus recouvrent la partie inférieure, dans le style xumizuo. Quatre colonnes partagent l’espace vertical, avec au centre, une représentation du maître et de la maîtresse des lieux. Ils sont assis de part et d’autre d’une table, sur laquelle sont disposés une pivoine et un paon17. La partie supérieure de cette façade comporte une rangée de consoles. Ces dernières soutiennent l’avant-toit, orné d’une imitation de tuiles. Au sommet, entre les deux grandes consoles qui supportent le dôme octogonal de la tombe, se trouve un théâtre miniature. Ses dimensions sont les suivantes : 77 cm de largeur et 18,5 cm de profondeur, pour une hauteur de 1,05 m18. C’est l’exemple caractéristique d’une scène de théâtre pour jouer, chanter et danser au début du XIIIe siècle, à l’époque Jin, en Chine du Nord (Ill.3).

Une frise horizontale de nuages19 surmonte la base du théâtre et dissimule le plancher de la scène, orientée vers le Sud. Celle-ci occupe une seule travée, encadrée par deux colonnes octogonales et une poutre transversale. Deux divinités tutélaires assurent une fonction protectrice, sur le fronton du théâtre. Chacune chevauche un lion, placé dans les intervalles entre les trois consoles ou dougong. Ces pièces de charpente soutiennent une toiture de style xieshan pourvue d’un avant-toit. Au-dessus de la scène, le mur pignon du toit tient lieu de façade principale. La décoration du fronton est particulièrement soignée. Le feston triangulaire des embouts de tuiles, les bordures ornementales des gouttières encadrent un motif central en forme de fleur. Ce modèle architectural des Jin, conçu pour le théâtre, a influencé la période mongole20.

La nature du spectacle reste ambiguë, compte tenu de la diversité des styles régionaux. Il s’agit vraisemblablement d’une pièce de théâtre chantée, que l’on nomme zaju. Ces drames poétiques comportent un éventuel prologue et quatre actes. A chaque fois, un personnage différent tient le rôle d’un chanteur. Les cinq personnages présents sur la scène retiennent l’attention, puisque le zaju ne comptait initialement que quatre acteurs21. La représentation théâtrale de cette tombe, laisse à penser que le genre zaju remonte au moins à la dynastie des Jin, alors qu’on le situait à une période plus récente, son essor datant de l’époque Yuan22 .

En 1972, eut lieu l’exploration des tombes Jin du village Macun près de Jishan. Six ans plus tard, les fouilles de Jishan ont révélé la présence de briques sculptées. Elles illustrent des scènes de zaju avec des représentations de comédiens de 60 cm de hauteur. L’année suivante, dans les villages de Macun et de Huayu23, on a aussi découvert un groupe de tombes Jin parmi lesquelles, celles qui sont cotées Macun M1, M2, M3, M4, M5, M8. Certaines possèdent des représentations de théâtres en briques sculptées.

C’est le cas de la tombe Macun M4. La base de ce théâtre est décorée dans un style xumizuo simplifié. L’édifice couvert par un grand avant toit de style xieshan24 possède deux colonnes octogonales qui soutiennent une poutre transversale et constituent l’espace dévolu à la scène. L’ensemble architectural s’inspire d’un pavillon de style Song. Ce type de construction développé sous les Yuan s’est beaucoup répandu par la suite. Il existe d’autres théâtres, plus étroits et plus hauts, notamment dans les tombes Macun M1 et M5. Ces genres empruntent peut-être au style des théâtres du début des Song. Enfin, les tombes Macun M3, M8 présentent des théâtres pourvus de coulisses qui traversent la scène de part en part, comme dans la partie inférieure des tours de la Cloche ou du Tambour. Ce style est nommé wulou ou « pavillon de la danse »25. A l’exception de Macun M1, toutes ces tombes comportent des scènes de théâtres qui présentent quatre à cinq personnages.

 Dans la tombe Macun M226, une brique sculptée, haute d’environ 45 cm, révèle un décor de pièce de théâtre chanté, zaju (fig. 3). Les bases ornées de sculptures de style xumizuo, sur lesquelles reposent deux colonnes octogonales indiquent qu’il s’agit d’un théâtre. Quatre acteurs évoluent sur la scène. La personne la plus à droite semble trancher un litige, elle est assise sur une chaise. Une tablette de cour nommée hu27 dans la main gauche, ce lettré pointe sa main droite vers le chef du groupe, placé au centre et qui tient un rôle de zhuanggu28. Il semble interroger la personne assise qui dirige sa main vers la droite et tourne son visage à l’opposé. Ces deux personnages portent le bonnet à ailette29 et une ample robe avec ceinture, qui indiquent leur qualité de fonctionnaire30.

Fig. 3 : Tombe Jishan Macun M 2 - Scène d'une pièce de théâtre
Fig. 3 : Tombe Jishan Macun M 2 – Scène d’une pièce de théâtre. Droits réservés.

Le deuxième personnage debout à droite, porte un couvre-chef d’un style différent31. Sa toque traduit un niveau hiérarchique inférieur aux deux autres hommes. Lui aussi désigne du doigt son voisin de droite.

Le va et vient des questions et des réponses s’achève avec le dernier individu placé à gauche et désigné par le personnage central. Debout, les yeux mi-clos, il semble servir son maître, si l’on se réfère à sa chemise dépourvue de col. Le bâton qu’il tient semble figurer une lanterne suspendue32. Le dynamisme de la scène repose sur les jeux de regards et le mouvement des mains, qui suggèrent les interrogations et les réponses.

Fig. 4 : Jishan Macun - tombe 1 - orchestre d'opéra
Fig. 4 : Jishan Macun – tombe 1 – orchestre d’opéra. Droits réservés.

Outre leurs fonctions religieuses traditionnelles, la musique et la danse ont pour objet le divertissement du défunt. Un orchestre d’accompagnement d’opéra ou zaju, orne le mur sud de la chambre funéraire, dans la tombe M1 du village Macun près de Jishan33. Cette représentation occupe le registre médian, à droite de la porte d’entrée. C’est le décor le plus important de la surface du mur, avec sur la gauche une scène fleurie qui domine des jeux d’enfants (fig. 4). Six personnages tiennent en main leurs instruments, dont deux sont en partie dissimulés par un pilier. Deux colonnes octogonales encadrent les .musiciens. Elles supportent trois consoles et soutiennent l’avant toit d’une toiture de style xieshan. Au centre, deux hommes soufflent l’un dans une flûte traversière, dizi, l’autre dans une flûte droite, dongxiao34 . Ils sont vêtus de robes à larges manches, portent des moustaches et un chapeau à ailettes ornées de branches fleuries. A l’arrière, dans l’angle supérieur gauche, un homme doté d’un couvre-chef identique, drapé dans une robe du même style, s’incline sur son tambour à tonneau, tanggu. Il semble prêter une oreille attentive à la musique et tient deux baguettes dans sa main droite. En face, au même niveau mais occultée par la colonne, une femme coiffée avec un haut peigne, porte une tunique serrée à col montant, sur un vêtement à manches droites. Elle frotte une planche de bois, ban, avec un bâton. Le registre inférieur nous montre deux musiciens qui encadrent les flûtistes. Celui de gauche, porte la barbe et une coiffe semblable à celle de ses compagnons. Il tient un petit tambour, yaogu, serré contre lui et une baguette dans la main droite; sa main gauche levée, donne peut-être la cadence pour l’ensemble du groupe. Les hommes ont retroussé les manches de leur étroit vêtement, que resserre une ceinture. Le personnage de droite placé derrière la colonne, referme la main sur un bâton ou un archet, sans qu’il soit possible de déterminer la nature de son instrument. Toutefois, si l’on observe le détail de la scène de cavalcade enfantine qui jouxte ce décor, un joueur de tambour de taille, yaogu, tient sa main gauche levée, tandis que la main droite ici masquée doit probablement frapper le petit tambour avec une baguette. Il faut alors en déduire que les deux scènes n’en font qu’une35.

Dans le village de Beisucun, Xinjiangxian (Shanxi), une tombe d’époque Jin a livré des briques sculptées de 22 cm de large sur 27 cm de hauteur. La chambre funéraire est orientée Nord-Sud, avec une porte dans l’axe, au centre de la paroi méridionale. On découvre en ce lieu des musiciens et des danseurs36 (fig. 5-6). Parmi les personnages modelés dans la glaise, on remarque deux joueurs de tambours de taille. Un troisième manie le tambour de ceinture, dagu. Un homme joue de la flûte traversière, hengdi, son voisin souffle dans une flûte verticale, paixiao. Outre les percussions et les vents, un musicien tient un pipa, c’est à dire un luth piriforme à quatre cordes. Le suivant utilise un orgue à bouche, sheng, un autre possède un instrument qui ressemble davantage à une flûte de Pan, bien que les tuyaux semblent égaux. Enfin, s’il n’apparaît pas sur l’image, un individu agite pourtant des cliquettes, paiban, et rythme les évolutions de deux danseurs.

Fig. 5 - 6 : Danseurs musiciens tombe de Beisucun - Shanxi
Fig. 5 – 6 : Danseurs musiciens tombe de Beisucun – Shanxi. Droits réservés.

Les musiciens plus statiques et les danseurs en mouvement portent un chignon sur le sommet de la tête avec des ornements fleuris, des colliers autour du cou et des bracelets aux poignets. Des ceintures ou rubans de soie sont drapés autour de leurs épaules et de leurs torses dénudés. Les jupes épousent la forme des corps. Ces tenues s’apparentent aux représentations de bodhisattva sur les peintures et les sculptures des temples bouddhistes.

Deux danseurs évoluent suivant un rythme qui semble cadencé. Le premier pose le pied droit sur une fleur de lotus épanouie, le second personnage, une gracieuse jeune femme, se penche en avant, les pieds nus. Elle déploie une longue ceinture de soie qui part en torsade puis retombe dans sa main droite, la main gauche abaissée demeure au repos (fig. 7).

La tombe M102 de Houma présente une scène de réjouissances villageoises, sur une brique sculptée de 23 cm de long sur 25 cm de hauteur. Elle est placée à l’entrée de la porte n°1 et s’intègre dans la base de style xumizuo de la fresque Nord. Il s’agit probablement de la fête des génies du sol et des céréales, après les récoltes : sheji ou shehuo. Pour cette fête, des comédiens se déguisent en enfants, avec de courtes tuniques et des pantalons droits (fig. 8). Au nombre de cinq sur ce décor, ils ont relevé leurs cheveux en toupets ornés de rubans, à l’exception du personnage central. Celui-ci porte un bonnet sur la tête et un sac oblong sur les épaules, noué par un lien de feuilles. Tous dansent en cadence. L’homme le plus à gauche joue de la flûte traversière, le suivant frappe un tambour, de même que le dernier de la file. La scène est caractéristique du thème des « fêtes agraires », littéralement guatianle (« Réjouissances dans un champ de pastèques« ).

Fig. 7 : Danseurs musiciens, tombe de Beisucun, Shanxi
Fig. 7 : Danseurs musiciens, tombe de Beisucun, Shanxi. Droits réservés.

 

Fig. 8 : Réjouissances villageoises, tombe Houma 65H4M102
Fig. 8 : Réjouissances villageoises, tombe Houma 65H4M102. Droits réservés.

Les animaux accompagnent les fêtes et les divertissements humains. A ce titre, ils sont présents sur les sculptures funéraires. Le poète Li Bo (701-762) de la dynastie des Tang évoquait déjà, en son temps, le thème de la jeunesse qui chevauche des « équidés de bambous » zhuma37.

« Les cheveux commençaient à me couvrir le front,

Cueillant des fleurs, je m’amusais devant la porte.

Toi, tu chevauchais un bâton de bambou,

Tournant autour du puits en jouant à lancer des prunes vertes.

Nous habitions l’un et l’autre à Changgan,

Nous étions deux enfants sans soupçon ni méfiance. »38

 

La tombe M1 du village Macun, près de Jishan, présente sur le mur Sud de la chambre funéraire, une scène de cavalcade enfantine (fig. 9). Réalisée avec des briques sculptées, le thème occupe 25 à 28 cm de hauteur, sur la partie centrale et principale du mur. L’emplacement retenu est donc privilégié. Deux enfants jouent sur une terrasse, à droite, au même niveau que l’orchestre d’opéra évoqué précédemment. En arrière plan, une balustrade cerne une imposante composition végétale. Elle s’élève jusqu’aux deux tiers du mur Sud, puis s’épanouit en large corolle. Les branches inférieures portent des feuilles et des boutons de fleurs. Il est toutefois difficile d’y reconnaître un motif de Ruyi stylisé, talisman et symbole d’immortalité.

            L’enfant placé le plus à gauche, tient les rênes d’une petite tête de cheval factice. Elle est emmanchée sur une tige de bambou. L’animal qu’il chevauche est bridé sommairement, avec une muserolle et un mors. Le petit cavalier s’élance, lève un bâton en guise de sabre ou de cravache. Il porte une paire de bottes, un pantalon et une veste chinoise courte, avec des fentes et un col plat. Les manches à revers laissent entrevoir le bracelet de chaque poignet. Son bonnet noir, aux bords fendus et redressés, présente une forme pentagonale (Wujiaojin). Un autre enfant le précède. Il semble inviter son jeune compagnon à le suivre, esquissant un geste de la main gauche et tournant la tête dans sa direction. Cet enfant avance, le corps dénudé, chaussé de bottes, coiffé dans le style bojiao, c’est-à-dire le crâne rasé avec une seule mèche frontale. Un collier, deux bracelets constituent ses seuls ornements. L’objet qu’il tient dans sa main droite, se termine en forme de bouton floral et ressemble à un bâton en os : c’est un guduo. L’absence de cloisonnement complet entre l’orchestre d’opéra et cette scène de jeu, suggère que les deux amis évoluent en cadence, au rythme de la musique.

 

L’époque Jin est une période de syncrétisme entre le bouddhisme et le taoïsme. Deux autres briques sculptées de la tombe M102 de Houma représentent des cavalcades, au niveau de la base de style xumizuo. La première brique met en scène deux enfants qui chevauchent des daims (lu) (fig. 10). Au-delà d’une cavalcade esthétique, le thème évoque d’emblée un cadre surnaturel, avec des ceintures de soie drapées sur les épaules des cavaliers. Elles flottent au vent, à l’instar de celles des génies secondaires peints sur les fresques bouddhiques. Ces mêmes génies peuplent les airs, en déployant de semblables attributs.

La présence des daims sur cette brique fait référence au taoïsme. Comme les grues, les cervidés accompagnent l’esprit du défunt, au-delà de la mort, pour atteindre l’immortalité, ce qui justifie cette représentation funéraire. Le daim évoque la longévité. Il serait capable de retrouver le champignon d’immortalité (lingzhi). Afin de renforcer la symbolique du cervidé, les deux personnages tiennent à la main des herbes de longue vie à feuilles lancéolées, xiancao ou zhi, qui se sont substituées au lingzhi. La fillette de droite monte en amazone et suit un jeune garçon. Ses cheveux relevés sont partagés en deux toupets et retenus par des rubans. Le torse dénudé, elle porte une longue jupe. Le garçon est coiffé comme un enfant, avec une mèche frontale divisée en deux sur le milieu. Il va le torse nu, une ceinture nouée sur l’avant de la taille. Cet enfant arbore un collier pectoral, en forme de crabe (daxia). Dans la province du Shanxi, la forme du crustacé possède une vertu démonifuge, de même que la tête de tigre. Il est vrai qu’il symbolise aussi par homophonie une famille puissante, ce qui est probablement le cas pour celle du défunt.

 

Fig. 9 : Jishan Macun, tombe 1 - Enfant et montures de bambou
Fig. 9 : Jishan Macun, tombe 1 – Enfant et montures de bambou. Droits réservés.

 

Fig. 10 : Houma 65H4M102 - Enfants et daims
Fig. 10 : Houma 65H4M102 – Enfants et daims. Droits réservés.

Une seconde brique montre une escouade de quatre hommes qui s’affrontent par paires (fig. 11). Pourtant, la chevauchée est illusoire, les jambes et les bottes des cavaliers, sans étrier ni éperon, font partie d’un décor factice. Quatre personnages sont en réalité debout, à l’intérieur d’une forme de cheval caparaçonné. Une armature de bambou, recouverte de soie ou de papier, présente une ouverture ménagée au milieu du dos. C’est par-là que se glissent les acteurs pour ajuster le pseudo cheval à leur taille.

On distingue nettement la reconstitution des tapis de selle, les pare-boue de forme arrondie et le harnachement. La têtière ne comporte pas de frontal. La muserolle, au-dessus des naseaux du cheval, soutient le mors de bride épais. Les doubles montants semblent à la fois tenir lieu, de dessus de tête et de sous-gorge. On y accroche des ornements, tels que le volumineux pompon du cheval de gauche, au premier plan, qui arbore trois grelots sur le poitrail. Les rênes sont sculptées avec précision.

L’impression de mouvement et de tournoiement est habilement suggérée. Les montures de trois cavaliers se dirigent vers la droite, mais leurs regards et les trois lances convergent vers le centre de la scène. Des ceintures flottent au vent. Elles encadrent à l’arrière plan la monture du cavalier de gauche. Ce cheval est orienté vers la gauche, tandis que le cavalier observe son adversaire en se retournant dans le sens opposé. L’homme tient la poignée d’un bouclier triangulaire dans sa main droite et brandit une sorte de bâton. Ce dernier évoque les perches, sur lesquelles les nomades installent une corde à nœud coulant, afin de capturer les animaux.

Fig. 11 : Houma 65H4M102 - Joute à cheval
Fig. 11 : Houma 65H4M102 – Joute à cheval. Droits réservés.

Le lion (shizi) fut introduit tardivement en Chine, depuis l’Asie Occidentale39. Ce tribut offert aux empereurs par ses vassaux lointains était considéré comme un symbole de puissance ou de vigueur. La danse du lion, admise comme un moyen efficace pour expulser les mauvaises influences, était pratiquée après les récoltes, en lien avec les fêtes de l’automne. Par la suite, elle fut associée à la fête des lanternes, le 15e jour du 1er mois lunaire.

A Nanfangzhuang, canton de Xinjiang, (Shanxi) dans une tombe d’époque Jin, une sculpture, placée sous une fenêtre de la chambre antérieure, représente une scène de ce genre. Six enfants évoluent en cercle, avec pour élément central un imposant lion de tissu ou de papier (Ill. 4). Il semble conforme aux représentations des lions du Nord, avec de longs poils bruns. La crinière est fournie. Le noir couvre encore les franges du fauve, par endroits. L’armature de bambou et la tête sont de grandes dimensions, puisque l’on distingue les chaussures noires de deux enfants qui s’agitent sous leur déguisement. Leurs pantalons sont toutefois dépourvus de franges, ce qui ne correspond pas à la tradition des régions septentrionales.

En arrière, deux bambins en vestes courtes et pantalons droits poussent l’animal dont la queue flotte dans les airs. Celui placé en haut à droite semble frapper un gong (shouluo). L’enfant, en bas à droite, tient une forme sphérique qui pourrait correspondre à des cymbales, bo. A l’avant, le personnage du premier plan tire une sorte de harnais avec une balle au centre. Il recule en guidant le lion. Cette balle, traditionnellement associée au lion, est censée renfermer un lionceau ou servir de jouet pour le grand fauve. La bête dévie de son chemin. Elle montre les dents et semble taquiner l’enfant de gauche, en arrière plan. Une baguette à la main, celui-ci frappe un tambour qui annonce le passage de la petite troupe.

Le décor d’arabesques blanches cerne le pourtour de la scène, qui se détache sur le mur peint en rouge. Des traces de pigment rouge recouvrent encore des parties de visages et les manches. Les restes de peinture noire soulignent encore la bouche, le nez, les sourcils et les yeux des personnages et du lion. Le noir couvre aussi les bonnets et les mèches de cheveux. Le dynamisme de cette scène traduit fort bien l’excitation festive qui préside à ce genre de manifestation.

Dans la province du Shanxi, au carrefour des influences commerciales et culturelles, les éléments du patrimoine attestent des pratiques ancestrales du jeu. Ces précieux témoignages du passé nous montrent la richesse des traditions chinoises du Nord, en matière d’amusement. Les jeux sont omniprésents dans la vie quotidienne des enfants comme dans celle des adultes. Issus du monde profane, ils trouvent aussi leur place dans l’univers religieux et sacré, dès lors qu’ils se manifestent à l’intérieur des temples ou dans les sépultures des notables de village.

Jocelyne FRESNAIS


TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 : Plan général du temple Jinci, Taiyuan, province du Shanxi. Taiyuanshi wenwu guanli weiyuanhui (Comité du patrimoine culturel de Taiyuan), Shanxi Jinci wenwu baoguansuo (Institut du patrimoine culturel du Jinci), Jinci, Beijing, Wenwuchubanshe, 1981, 101 p., adaptation de plan, p. 10.

Figure 2 : Théâtre du temple taoïste Dongyuemiao, Shanxi, district de Linfen, Dongyangcun, époque Yuan. D’après Chinese Academy of Architecture, Classical Chinese Architecture, Hong Kong, Joint Publishing Co, 1986, 253 p., p. 183.

Figures 3 à 12 : Yang Fudou, Shanxi sheng kaogu yanjiusuo, « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao  » Zhonghua wenhua huabao (China Culture Pictorial, Images de la Culture chinoise), p. 16-35. Documents photographiques : Institut de Recherches archéologiques du Shanxi ; commentaires, ZHAO Zhuguang.

  • Figure 3 : Scène de théâtre, zaju. Shanxi, Macun, Jishan, tombe M2, époque Jin, brique sculptée, p. 27c.
  • Figure 4 : Orchestre d’accompagnement d’opéra. Shanxi, Macun, Jishan, tombe M1, époque Jin, brique sculptée, p. 26.
  • Figures 5 et 6 : Musiciens et danseurs. Shanxi, Canton de Xinjiang, Beisucun, tombe d’époque Jin, briques sculptées, p. 29.
  • Figure 7 : Deux danseurs. Shanxi, Canton de Xinjiang, Beisucun, tombe d’époque Jin, briques sculptées, p. 30.
  • Figure 8 : Scène de réjouissances villageoises. Shanxi, Houma, tombe 65H4M102, époque Jin, brique sculptée, p. 31.
  • Figure 9 : Cavalcade enfantine. Shanxi, Macun, Jishan, tombe M1, mur Sud de la chambre funéraire, époque Jin, p. 26.
  • Figure 10 : La course des daims. Shanxi, Houma, tombe 65H4M102, époque Jin, brique sculptée, p. 31.
  • Figure 11. Joute à cheval. Shanxi, Houma, tombe 65H4M102, époque Jin, brique sculptée, p. 31.

Ill. 1 : Théâtre Shuijingtai, Shanxi, Taiyuan, temple Jinci, époque Ming. Taiyuanshi wenwu guanli weiyuanhui (Comité du patrimoine culturel de Taiyuan), Shanxi Jinci wenwu baoguansuo (Institut du patrimoine culturel du Jinci), Jinci, Beijing, Wenwuchubanshe, 1981, 101 p., p. 14.

Ill. 2 : Vue intérieure de la tombe du défunt Dong Qijian (1210). Shanxi, Houma, Dong Mingmu, époque Jin, p. 21.

Ill. 3 : Théâtre miniature, tombe Dongming, Houma (1210). Shanxi, Houma, Dong Mingmu, tombe du défunt Dong Qijian (1210), époque Jin, p. 28.

Ill. 4 : Danse du lion. Shanxi, Canton de Xinjiang, Nanfangzhuang, tombe d’époque Jin, brique sculptée, p. 32.


LEXIQUE

Ban                   板
Beisucun       北苏村
Bo                      钹
Bojiao              博焦
Chou                丑
Chunqiu         春秋
Cinq dynasties    五代
Dagu                 大鼓
Damen            大门
Dan                   旦
Daxia                大虾
Dizi                    底子
Dongxiao       洞箫
Dong Qijian  董杞坚
Dong                 董
Donghai          董海
Dongmingmu     董明墓
Dongyangcun     东羊村
Dongyuemiao     东岳庙
Dougong        斗拱
Duiyue paifang    对越牌坊
Xiandian         献殿
Dunhuang     敦煌
Feiliang 飞梁桥
Fenhe               阿汾河
Fenyangxian 汾阳县
Tiancun           田村
Gu                       鼓楼
Guatianle       瓜田乐
Guduo              骨朵
Gulou                鼓楼
Hengdi             横笛
Houma             候马
Hu                       笏
Huayu               化峪
Huixianqiao   会仙桥
Jin                        晋
Jinci                    晋祠
Jing                      净
Jingju                  京剧
Jinrentai           金人台
Jinshui               晋 水
Jishan                 稷山
Li Bo                    李白
Linfen                 临汾
Lingzhi               灵芝
Lu                          鹿
Macun               马村
Ming                   明
Mo                       末
Moni                   末泥
Nanfangzhuang    南范庄
Paiban               拍板
Paixiao              排箫
Pipa                    琵琶
Qi Yuli               俟玉立
Qiaozemiao   乔泽庙
Qing                   清
Renzong          仁宗
Yijiang              邑姜
Ruyi                    阿如意
Shanxi               山西
Shehuo             社火
Sheji                   社稷
Sheng                生
Sheng                笙
Shengmudian      圣母殿
Shengmumiao     圣母庙
Shiloudian      石楼殿山寺
Shizi                    狮子
Shouluo            手锣
Shuijingtai       水镜台
Shuyu                 叔虞
Song                    宋
Taiyuan              太原
Tang                    唐
Tanggu               堂 鼓
Wuchicun        武池村
Wujiaojin         乌角巾
Wulou                舞楼
Wuwang           武王
Xiancao             仙草
Xieshan             歇山
Xinjiang             新绛
Xumizuo           须弥座
Yaogu                 腰鼓
Yicheng             翼城
Yin                        阴
Yü                          竽
Yuan                     元
Za                          杂
Zaju                      杂剧
Zhi                         芝
Zhonglou           种楼
Zhou                    周
Zhuma                竹马


Ill. 1 : Théâtre du Shuijingtai - Jinci - époque Ming
Ill. 1 : Théâtre du Shuijingtai – Jinci – époque Ming. Droits réservés.
Ill. 2 : Tombe Houma Dong Ming - 1210
Ill. 2 : Tombe Houma Dong Ming – 1210. Droits réservés.
Ill. 3 : Tombe Houma Dong Ming, théâtre miniature, époque Jin
Ill. 3 : Tombe Houma Dong Ming, théâtre miniature, époque Jin. Droits réservés.
Ill. 4 : Danse du lion, Shanxi, Canton de Xinjiang, Nanfangzhuang, tombe d'époque Jin, brique sculptée, p. 32.
Ill. 4 : Danse du lion,
Shanxi, Canton de Xinjiang, Nanfangzhuang, tombe d’époque Jin, brique sculptée, p. 32. Droits réservés.

 


BIBLIOGRAPHIE

An Jinhuai 安金槐    (coll.), Zhongguo Kaogu 中國考古;       The Chinese Archaelogy (L’Archéologie chinoise), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1992, 768 p. Chinese Academy Of Architecture, Classical Chinese Architecture, Hong Kong, Joint Publishing Co, 1986, 253 p.

Duan Yuming 段玉明      Zhongguo simiao wenhua 中國寺廟文化 (Les Temples chinois), Shanghai, Shangai renmin chubanshe, 1994, 975 p.

Gao Qihua 高琦華     Zhongguo xitai 中國戲臺        (Les Scènes de théâtre chinois), Hangzhou, Zhejiang, renmin chubanshe, 1996, 161 p.

Gong Liang 鞏良     (coll.), Geng Jianjun, Huang Houming, Lin Xinglin, Qin Hao, Zhongguo Kaogu da faxian中國考古大發現 (Les Grandes découvertes archéologiques chinoises), Jinan, 1999, Shandong Xinhua, Chubanshe, 2 vol., 234 et 225p.

Guojia Wenwu Shiye Guanliju 國家文物事業管理局 (Bureau national du patrimoine), Zhongguo mingsheng cidian 中國名勝辭典 (Dictionnaire des sites pittoresques en Chine), Shanghai, Shanghai cishu chubanshe, octobre 1981, 1146 p.

Guo Yongan 郭永安 Jinci fengjing mingsheng 晉祠風景名勝 (Les sites du Jinci), Taiyuan, Shanxi renmin chubanshe, 1998, 177 p.

Guo Yuanzhou 郭 怨 舟 Jinci yishi 晉祠軼事(L’histoire oubliée du Jinci), Taiyuan, Shanxi renmin chubanshe, 1992, 152 p.

Li Bai, « Ballade de Changgan », Sur notre terre, exilé, Paris, La Différence, collection Orphée, traduction : Dominique Hoizey, 127 p., p. 37.

Liang Sicheng 梁思成, Zhongguo diaosushi 中國 雕 塑 (Histoire de la sculpture en Chine), Tianjin, Baihua wenyi chubanshe, 1998, 172 p.

Liang Sicheng 梁思成, Zhongguo jianzhushi 中国建筑史 (Histoire de l’architecture en Chine), Tianjin, Baihua wenyi chubanshe, 1998, 373 p.

Peng Hai 彭海   Wenhua de laoyin : Jinci wenwu toushi 文化的烙印:晉祠文物視(Empreinte culturelle : perspectives sur le patrimoine culturel du Jinci), Taiyuan, Shanxi renmin chubanshe, 1997, 296 p.

Picard, François, La Musique chinoise, Paris, Minerve, 1991, 215 p.

Pimpaneau, Jacques, Chanteurs conteurs et bateleurs, Paris, 1978, Université Paris 7, Centre de Publication Asie Orientale, 105 p., p. 95.

Ren Zhilu, Shanxisheng Kaogu Yanjiusuo 山西省 考 古研究所 (Institut archéologique du Shanxi) Shanxisheng wenwu shiye guanliju, Shanxi wenwu xuancui 山西文物选翠 (Florilège des biens séculaires du Shanxi), Taiyuan, Shanxi wenwu renmin wenwu chubanshe, 1989, 80 p.

Shanxisheng Wenwu Guanli Weiyuanhui Houma Gongzuozhan, 山西省 文物 管里 委员会 侯 马 工作站 (Station de travail de Houma, Comité administratif du patrimoine du Shanxi), « Houma Jindai Dongshimu jieshao » 侯 马 金 代 董 氏 墓 介绍 (Présentation des tombes du clan Dong, époque Jin, à Houma), Wenwu 文物, 1959, n°6.

Sun Dazhang 孫大章   Zhongguo gujin jianzhu jianshang cidian 中國古今建築鑑賞辭典 (Dictionnaire pour apprécier l’architecture ancienne et contemporaine chinoise), Shijiazhuang, Hebei jiaoyu chubanshe 1995, 1391 p.

Taiyuanshi Wenwu Guanli Weiyuanhui , Shanxi Jinci Wenwu Baoguansuo 太原市文物管理委員會,山西晉祠文物保管所 (Comité du patrimoine culturel de Taiyuan, Institut du patrimoine culturel du Jinci) (Coll.) Jinci 晉祠,(Le Temple du Jinci) Beijing, Wenwu chubanshe, 1981, 101 p.

Tournier, Maurice-Louis, L’Imaginaire et la symbolique dans la Chine ancienne, Paris, l’Harmattan, 1991, 573 p.

Wang Zhongfen 王仲奮 (Coll.) Zhongguo mingsi Zhidian 中國名寺志典 (Encyclopédie des temples célèbres de Chine), Beijing, Zhongguo Lüyou chubanshe, 1991, 692 p.

Wenwu Bianji Weiyuanhui 文物編輯委員會 (Comité d’édition du patrimoine culturel) Wenwu kaogu gongzuo sanshi nian 文物考古工作三十年 (Trente ans de travaux archéologiques et sur le patrimoine 1949-1979), Pékin, Wenwu Chubanshe, 1979, 413 p., p. 402.

Wenwu Bianji Weiyuanhui 文物編輯委員會 (Comité de rédaction sur les études du patrimoine) Wenwu kaogu gongzuo shinian 文物考古工作十年 (Dix ans de travaux archéologiques et sur le patrimoine 1979-1989), Beijing, Wenwu chubanshe, 1990, 388 p.

Yang Fudou 杨 富 斗, Shanxi Sheng Kaogu Yanjiusuo 山西省 考古 研究所 (Bureau de recherches archéologiques de la province du Shanxi) « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao  » 地下 的 民间 艺术 宝库- 候 马 , 稷 山- 带 的 金 墓 砖 雕 (Un Trésor enfoui dans le sol en matière d’art populaire, les briques sculptées des tombeaux Jin de Houma et de Jishan), Zhonghua wenhuahuabao 中 华 文 化 画 报 (China Culture Pictorial, Images de la Culture chinoise), octobre 1998, Beijing, China Arts Research Institute, Cultural Arts Publishing House 文化 艺术 出版社, série n° 27, 80 p, pp. 16-35.

Documents photographiques : Institut de Recherches archéologiques du Shanxi ; commentaires, ZHAO Zhuguang 赵 光

  1.  Inscrit sur la première liste nationale du patrimoine, n° 85-3-38. []
  2.  1121 av. JC. []
  3.  Taiyuanshi wenwu guanli weiyuanhui (Comité du patrimoine culturel de Taiyuan), Shanxi Jinci wenwu baoguansuo (Institut du patrimoine culturel du Jinci), Jinci, Beijing, Wenwuchubanshe, 1981, 101 p., pp. 1-9, 11-13. Cf. plan du Jinci, p. 10, la figure 1 est adaptée de ce plan. []
  4.  Guojia wenwu shiye guanliju (Bureau national du patrimoine) Zhongguo mingsheng cidian (Dictionnaire des sites pittoresques en Chine), Shanghai, Shanghai cishu chubanshe, octobre 1981, 1146 p., pp. 127-128. Peng Hai, Wenhua de Laoyin . Jinci wenwu toushi (Empreinte culturelle : perspectives sur le patrimoine culturel du temple du Jinci), Taiyuan, Shanxi renmin chubanshe, 1997, 296 p., p. 106. []
  5.  You Jinci shixu (Avant-propos sur le voyage au Jinci); Gao QihuaZhongguo xitai, (Les Scènes de théâtre chinois), Hangzhou, Zhejiang, Renmin chubanshe, 1996, 161 p., p. 16-21. []
  6.  Gao QihuaZhongguo xitai, p. 21. []
  7.  Gao QihuaZhongguo xitai, p. 18. []
  8.  Chinese Academy of Architecture, Classical Chinese Architecture, Hong Kong, Joint Publishing Co, 1986, 253 p., p. 183. []
  9.  Pimpaneau, Jacques, Chanteurs conteurs et bateleurs, Paris, 1978, Université Paris 7, Centre de Publication Asie Orientale, 105 p., p. 95. []
  10.  Par référence au chaman, à la puissance de la parole et de la musique. []
  11.  En 1127, le peuple Jürchen, venu du Nord-Est, succédait à la dynastie chinoise des Song (960-1279) et fondait la dynastie des Jin (1127-1234). Eux-mêmes sont les héritiers du royaume Liao ou Kitan, établi aux frontières nord et nord-est de la Chine. Les Song, ont d’abord régné sur l’ensemble de la Chine, entre 960 et 1127. Ils avaient pour capitale Kaifeng au Henan, jusqu’à ce qu’il soient chassés par les Jin, au sud du Bassin du Yangzi. Vaincus, ils déplacèrent leur capitale à Hangzhou, dans l’actuelle province du Zhejiang. De 1127 à 1279, on les désigne par le nom dynastique de « Song du Sud ». []
  12.  D’autres campagnes de fouilles suivirent en 1964, 1969, 1972 et 1978. Yang Fudou, Shanxi sheng kaogu yanjiusuo (Bureau de recherches archéologiques de la province du Shanxi), « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao » (un trésor enfoui dans le sol en matière d’art populaire, les briques sculptées des tombeaux Jin de Houma et de Jishan), Zhonghua wenhua huabao (China Culture Pictorial, Images de la Culture chinoise), octobre 1998, Beijing, China Arts Research Institute, Cultural Arts Publishing House, série n° 27, 80 p, p. 16-35, p.16. []
  13.  Shanxisheng wenwu guanli weiyuanhui Houma gongzuozhan (Station de travail de Houma, Comité administratif du patrimoine du Shanxi, « Houma Jindai Dongshimu jieshao », Wenwu, 1959, n°6. []
  14.  Wenwu bianji weiyuanhui (Comité d’édition du patrimoine culturel), Wenwu kaogu gongzuo sanshi nian, (Trente ans de travaux archéologiques et sur le patrimoine 1949-1979), Pékin, Wenwu Chubanshe, 1979, 413 p., p. 62. Guojia wenwu shiye guanliju, Zhongguo mingsheng cidian, p. 184. []
  15.  An Jinhuai, (coll.), Zhongguo KaoguThe Chinese Archaelogy (L’Archéologie chinoise), Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 1992, 768 p., pp. 720, 721, 762. []
  16.  Dong Qijian, dans le lexique la clef de Qi est celle du souverain (wang). []
  17.  La représentation de la maîtresse de maison explique peut-être la présence de la pivoine, considérée comme la reine des fleurs. Il en est de même pour le paon, symbole de dignité et de beauté, qui danse en voyant une belle femme. Ses vertus démonifuges assurent en outre la quiétude des lieux. []
  18.  Ce sont là des dimensions inférieures à celles d’un théâtre de marionnettes ancien (130 cm de hauteur et de largeur, pour 50 cm de profondeur). Gao Qihua, Zhongguo xitai, p.17. Yang Fudou, Shanxi sheng kaogu yanjiusuo, « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao  » (Zhonghua wenhua huabao (China Culture Pictorial, Images de la Culture chinoise), p. 16-35, p.21, p. 28, tombe Dongming, Houma (1210). []
  19.  Le motif des nuages, symbole de bonheur et signe de paix, apporte ses effets bénéfiques à la résidence funéraire. []
  20.  Gao Qihua, Zhongguo xitai, p.17. []
  21. An Jinhuai (coll.), Zhongguo Kaogu, The Chinese Archaelogy, p.721. Wenwu bianji weiyuanhui , Wenwu kaogu gongzuo sanshi nian, pp. 62, 402. Les cinq personnages nous rappellent que le Jingju (opéra de la capitale), genre beaucoup plus tardif et qui prend son essor au XIXe siècle, possède lui aussi cinq rôles différents : Sheng, Dan, Jing, Mo, ChouSheng désigne un rôle principal masculin sérieux au visage non peint, homme naturel, honnête et noble. Dan évoque un acteur jouant un rôle féminin. Jing est un personnage héroïque et passionné au visage peint de couleurs vives, exprimant la vitalité, la puissance ou la violence des sentiments et des actions. L’acteur Mo tient le rôle d’un vieillard subalterne et Chou celui du clown ou du bouffon. Il existe enfin une sixième classification, Za, dévolue aux rôles secondaires divers, tels que brigands ou serviteurs. L’humanité est ainsi classifiée en six grandes catégories, dont cinq principales. []
  22.  Wenwu bianji weiyuanhui , Wenwu kaogu gongzuo sanshi nian, p. 62. []
  23.  Près de Jishan. []
  24.  avec des arêtes brisées. []
  25.  Gao QihuaZhongguo xitai p.16 []
  26.  Yang Fudou, Shanxi sheng kaogu yanjiusuo, « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao « , Zhonghua wenhua huabao, pp. 16-35, p. 27c, tombe 2 (M2) Jishan Macun []
  27.  tablette ou sceptre de cour, long rectangle recourbé de 90 cm de long sur 7 à 8 cm de large en jade, ivoire ou bambous. Elle servait à se présenter à l’audience impériale, mais aussi à noter des instructions. Tournier, Maurice-Louis, L’imaginaire et la symbolique dans la Chine ancienne, Paris, l’Harmattan, 1991, 573 p., p. 468. []
  28.  Cette catégorie se rattache au rôle masculin sérieux appelé Sheng, de type civil ou littéraire, de type Yin, c’est un mandarin en costume, que l’on retrouve ici. []
  29.  Ce chapeau officiel, guan homophone de fonctionnaire guan, s »appelle aussi chapeau à ailes de Libellule. les ailes symbolisent le grade universitaire. Le bouton sommital de ces chapeau étaient insignes de grade. Tournier, Maurice-Louis, L’imaginaire et la symbolique dans la Chine ancienne, pp. 404, 410, 412, []
  30.  Gao Qihua, Zhongguo xitai, p.16. []
  31.  Il s’agit plutôt d’une toque ou d’un bonnet. []
  32.  La lanterne est censée guider l’âme des défunts. Gao Qihua, Zhongguo xitai, p.16. []
  33.  Yang Fudou, Shanxi sheng kaogu yanjiusuo, « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao « , Zhonghua wenhua huabao, p. 18, p. 26. []
  34.  Picard, François, La Musique chinoise, Paris, Minerve, 1991, 215 p., p.102-103, 121-136, 162-168. []
  35.  Cf . fig. 4. []
  36.  Yang Fudou, Shanxi sheng kaogu yanjiusuo, « Dixia de minjian yishu baoku, Houma, Jishan, yidai de jin mu zhuandiao « , Zhonghua wenhua huabao, p. 29-30. []
  37.  Littéralement, « jeunes plumes qui chevauchent des chevaux de bambous » []
  38.  Li Bai, « Ballade de Changgan », Sur notre terre exilé, Paris, La Différence, collection Orphée, traduction: Dominique Hoizey, 127 p., p.37. []
  39. On en rencontre sur des sculptures du IIIe siècle. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *