Solenn de LARMINAT

Un regard du présent sur les fouilles du passé en Afrique du Nord : lecture critique des anciennes publications relatives aux nécropoles antiques classiques et tardives.

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 21 janvier 2014
Article soumis le 14 septembre 2015
Article publié le 30 juin 2016

Résumé

En Afrique du Nord, la grande majorité des nécropoles classiques et tardives fut fouillée entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle. À travers une lecture critique du vocabulaire employé, une attention particulière aux descriptions et une observation minutieuse des relevés et des photographies publiés, ces anciennes fouilles peu rigoureuses peuvent tout de même apporter un grand nombre d’informations. Leur prise en compte est donc essentielle dans les recherches actuelles sur l’étude des pratiques funéraires antiques.


Si on se réfère à la définition de l’anachronisme donnée par les organisateurs de la journée doctorale comme étant « toute confusion chronologique et tout décalage dans le temps », les anciennes fouilles des nécropoles antiques d’Afrique du Nord peuvent être abordées dans ce sens, à deux niveaux. Le premier est celui de la difficulté à traiter la documentation qui en est issue, notamment en raison du vocabulaire employé qui ne correspond plus aux mêmes faits archéologiques et qui induit donc en erreur le lecteur d’aujourd’hui. Le second niveau est celui des problèmes qu’a engendrés dans le passé, mais qu’engendre parfois encore de nos jours, la méconnaissance des processus de décomposition des cadavres inhumés ou détruits par le feu. Pourtant, malgré ces difficultés, une lecture critique des descriptions, des relevés ou des photographies disponibles permet à l’archéologue du présent d’utiliser ces informations du passé.

I. Les trois grandes phases de découvertes des espaces funéraires antiques d’Afrique du Nord

      Les espaces funéraires antiques nord-africains connurent trois grandes phases de découvertes. Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle, un très grand nombre de nécropoles fut fouillé rapidement par les militaires et les savants français en exercice. Par exemple, le Général Gœtschy fit ouvrir en cinq mois, de janvier à mai 1902, plus de mille deux cents tombes dans la nécropole du camp Sabatier à Sousse, l’antique Hadrumetum1. Les auteurs ont livré une description incomplète des sépultures, avec très rarement une estimation de l’âge des défunts. Le matériel était dissocié de la tombe et les objets les plus complets étaient mentionnés et parfois listés. Entre la Première Guerre mondiale et l’indépendance de l’Algérie et de la Tunisie, au début des années 1960, une baisse de l’activité archéologique est notable. Vers la fin de cette période, les nouvelles techniques de fouilles héritées des travaux des préhistoriens français furent de plus en plus utilisées. Ce changement s’aperçoit dans certaines publications où chaque sépulture est décrite, accompagnée d’un relevé avec le mobilier associé. L’âge et le sexe de certains inhumés, comme à Sétif où un médecin était présent lors de la fouille, sont parfois précisés mais les méthodes employées ne sont jamais énoncées2. Les années 1990 furent marquées par une recrudescence des travaux archéologiques mais les projets de recherches n’étaient pas tournés vers l’étude des pratiques funéraires. Cependant, sous l’impulsion des travaux étrangers à Carthage sous l’égide de l’UNESCO, les squelettes sont pris en compte et notamment ceux issus des cimetières tardifs3. Certes, les squelettes sont étudiés en laboratoire et des relevés sont réalisés, mais rares sont les études taphonomiques. À partir de 2000, la fouille de la nécropole de Pupput, dans l’actuelle Hammamet débuta. Pendant près de dix ans, six mois par an, environ mille deux cents sépultures furent fouillées et étudiées par plusieurs spécialistes et selon les nouvelles méthodes de l’archéologie funéraire4.

   La documentation des nécropoles antiques classiques et tardives est donc issue de près d’un siècle et demi de découvertes mais elle provient essentiellement des fouilles du début du XXe siècle. Elle est donc hétérogène et lacunaire mais indispensable pour appréhender au mieux les pratiques funéraires de ces périodes historiques. Pour la prendre en compte, il est toutefois nécessaire de se familiariser avec le vocabulaire employé par les anciens fouilleurs.

II. Apprivoiser le vocabulaire des anciennes publications

      La prise en compte de sépultures fouillées sur une période de près de cent cinquante ans implique l’usage d’un vocabulaire varié qui ne reflète plus les mêmes faits archéologiques : des termes très différents étaient utilisés pour décrire une même structure ou inversement, un même terme pour des structures variées. Heureusement, quelques auteurs décrivent avec assez de précision leurs découvertes ou joignent une documentation visuelle qui permet de mieux appréhender le fait archéologique mis au jour.

   Dans les textes antiques, le terme « area » est employé pour désigner des espaces funéraires à ciel ouvert délimités par des murs et dont l’accès était limité5. Il correspond donc aux « enclos » documentés par exemple à Pupput ou à Cherchell6. Ce terme est pourtant employé par le capitaine Farges en 1884 pour désigner des fosses dans lesquelles les corps étaient déposés7, mais ces fosses pouvaient également être nommées « caveaux »8, « auges », « trous à ossements »9 voire « sarcophages »10. Alors qu’il désigne actuellement un contenant dont la cuve est faite d’une seule pièce, le plus souvent en pierre mais parfois aussi en plomb et en terre cuite, le terme sarcophage a souvent été employé pour décrire des coffrages en tuiles : « sarcophage formé de grandes tuiles arc-boutées en forme de toit, et s’appuyant aux deux extrémités à deux tuiles verticales »11. À Chemtou, il correspond même à l’ensemble des types de sépultures recensés tels que les coffrages de dalles et de tuiles, les simples fosses recouvertes de fragments d’amphores ou les bassines retournées au-dessus du corps : « le sarcophage […] c’est une caisse en dalles plates, en tuiles disposées en chevrons, un dôme en fragments de grande jarre, ou simplement un grand plat creux renversé sur le reste »12. Les expressions « jarres-sarcophages » et « sarcophages à jarres »13 correspondent aux sépultures en amphore, mais parfois celles-ci sont décrites comme des « urnes à ossements », des « vases-cercueil » ou des « sépultures à urne »14. Or, cette dernière expression indique aujourd’hui la découverte d’une sépulture secondaire à crémation, et certains auteurs de l’époque l’utilisaient d’ailleurs dans ce sens15. D’autres, en revanche, préféraient les expressions « vase à ossement » ou « jarre-sarcophage »16.

   Sans descriptions plus détaillées ou définitions précises de l’auteur, les archéologues d’aujourd’hui sont donc parfois bien en peine de déterminer les types de sépultures qui furent découverts dans les nécropoles. Le vocabulaire engendre alors des problèmes dans la compréhension des structures archéologiques fouillées et il peut alors entraîner des erreurs chronologiques lors de la reconstitution des funérailles.

III. Des anachronismes dans la reconstitution des différents temps des funérailles

      Un des objectifs de l’archéologie funéraire est de caractériser, au plus près, les différentes étapes des funérailles et de restituer les gestes et les rituels qui leur étaient associés. Les découvertes doivent être décrites avec un vocabulaire au préalablement défini afin d’éviter toute ambiguïté sur la nature des vestiges conservés mais aussi afin de limiter les confusions chronologiques car les éléments qui nous sont parvenus n’ont pas tous été intégrés aux funérailles au même moment. Cette notion de temps présent dans le vocabulaire utilisé doit donc être intégrée aux réflexions sur la restitution des pratiques funéraires comme doit l’être les modifications que subissent les corps des défunts après leur inhumation ou leur crémation.

A. La notion de temps dans le vocabulaire architectural utilisé

   Les funérailles impliquent une succession d’actions qui peuvent être rituelles ou simplement nécessaires à la gestion du corps mort. Si certaines de ces actions peuvent être permutées, d’autres ne peuvent être interverties et doivent parfois même être anticipées bien en amont. L’exemple le plus simple est celui de la fosse qui, maçonnée ou non, doit évidemment être creusée avant le dépôt du corps. De même, les coffrages constitués d’un ou plusieurs matériaux se construisent dans la fosse avant le dépôt du défunt. Le défunt peut en revanche être déposé à l’intérieur d’un cercueil ou d’un sarcophage à plusieurs moments des funérailles17.

Le contenant implique également une notion de temps. Par exemple, les amphores sont généralement associées à des funérailles rapides et peu coûteuses. En effet, elles étaient produites en grand nombre et on devait pouvoir s’en procurer à moindre frais, voire gratuitement lorsqu’elles étaient récupérées après une première utilisation, comme le prouve la présence de pré-trous de fermentation ou de poix sur les parois de certaines d’entre elles18. En revanche, les sarcophages devaient s’acheter dans des ateliers. Ils pouvaient être rapidement disponibles s’ils étaient en stock ou si la carrière était à proximité, mais les sarcophages importés et sculptés nécessitaient probablement une commande préalable. Leur utilisation dans le cas des morts infantiles, souvent rapides et non prévisibles, pose alors le problème de la conservation du corps entre le décès et l’arrivée du contenant.

Afin d’éviter des anachronismes dans le déroulement des funérailles, l’emploi d’un vocabulaire architectural bien défini est donc nécessaire. Après la fermeture de la tombe, le temps continue son action : la décomposition du corps et des matières périssables présentes dans la tombe (bois, osier, tissu, aliments, etc. …) entraîne des modifications.

 

B. La disparition des matières organiques

   La méconnaissance des processus de décomposition des matières organiques dans les sépultures engendre des problèmes d’interprétation sur les structures fouillées ainsi que sur la position initiale du corps et du mobilier. En effet, leur disparition engendre des mouvements dans la tombe. La tombe fouillée ne correspond donc pas exactement à celle que les Anciens ont laissée. La prise de conscience de cette distorsion ne date que de quelques décennies19. L’analyse dite taphonomique de ces processus qui régissent la conservation ou la destruction des restes organiques doit alors être réalisée a posteriori lorsque la documentation ancienne le permet.

Figure 1. Dessin d’un squelette découvert dans un antique cimetière chrétien de Lamta (Tunisie) en 1882.
Figure 1. Dessin d’un squelette découvert dans un antique cimetière chrétien de Lamta (Tunisie) en 1882.

Par exemple, dans la nécropole chrétienne de Leptiminus, en Tunisie, R. Cagnat et H. Saladin indiquent que « le cadavre, couché sur le dos, les mains ramenées sous le corps, était renfermé dans un sarcophage »20 où peu de terre s’était infiltrée (Fig. 1). Tout d’abord, il ne s’agit pas d’un sarcophage comme on le définit aujourd’hui mais d’un coffrage composé d’au moins six dalles posées de chant. Puis, le dessin du squelette ne reflète pas la réalité du terrain car en espace vide, le grill costal aurait dû s’effondrer et le bassin s’ouvrir en entraînant une rotation des fémurs et un déplacement de la patella hors de l’espace originel du corps. Les mains se situaient donc probablement à l’origine le long du corps, puis après la décomposition des chairs et des ligaments, sous le bassin et la moitié proximale des diaphyses des fémurs. La position du squelette observée par les fouilleurs de l’époque n’est donc pas originelle et celle des mains sous le corps n’est probablement pas intentionnelle.

Figure 2. Relevé en plan du squelette et du matériel découvert dans la sépulture A2 à Draria el-Achour.
Figure 2. Relevé en plan du squelette et du matériel découvert dans la sépulture A2 à Draria el-Achour.

En 1955, Gabriel Camps publia des sépultures de la fin du iiie s.-début du ive s. découvertes à Draria el-Achour (Algérie)21. Dans la tombe A2, le corps du défunt apparaît dans un coffrage de dalles, sur le dos, avec des plats sur le corps et d’autres renversés à ses pieds (Fig. 2). Le défunt était paré d’un collier composé de nombreuses perles et d’un bracelet autour de l’humérus gauche. Douze bagues furent également découvertes au-dessus de la tête, enfilées dans de grandes perles à nervures et associées à de petits fragments métalliques. Le fouilleur supposa que tous ces éléments composaient une sorte de couronne disposée en coiffe et portée par le défunt. Des clous étaient également présents dans deux zones : une vingtaine au niveau des pieds et huit autres dispersés près de la tête.

Contours hypothétiques d’un contenant ou coffrage en bois qui protégeait le défunt de la sépulture A2
Contours hypothétiques d’un contenant ou coffrage en bois qui protégeait le défunt de la sépulture A2

Interprétés comme des éléments rituels, n’ont-ils pas pu simplement être utilisés dans la confection d’un contenant en matière périssable (Fig. 3) ? Leur alignement relatif concorderait avec cette hypothèse mais il reste étonnant qu’ils apparaissent regroupés aux extrémités et non dispersés autour du défunt.

Une réponse peut être recherchée dans leur typologie. En effet, il ne s’agit pas de clous de construction à tête circulaire mais plutôt de pitons d’accroche dont une des extrémités forme un angle droit (Fig. 4).Ils ne servaient pas alors à maintenir des planches de bois entre elles mais à suspendre un élément sur celles-ci.

Figure 4. Dessin de clous découverts dans la sépulture A2 à Draria el-Achour.
Figure 4. Dessin de clous découverts dans la sépulture A2 à Draria el-Achour.

Comme la pointe des clous se situe au même niveau que les bagues et que les crochets sont à l’est, la couronne composée des douze bagues et de perles à nervures pourrait alors ne pas avoir été portée en coiffe mais fixée par ces pitons à l’extérieur du cercueil ou du coffrage en bois. Les clous au niveau des pieds présentent la même disposition. A moins d’un renversement complet des planches de la structure, les éléments qu’ils fixaient se situaient alors à l’intérieur de celle-ci. Si le mobilier a été déposé sur cette structure en bois, celui-ci a dû basculer lors de sa disparition.

   Les processus de décomposition des restes organiques peuvent donc entraîner des distorsions qui doivent être analysées, même a posteriori, pour éviter des erreurs d’interprétation. Dans le cas des sépultures à crémation, les matières périssables disposées sur le bûcher disparaissent rapidement sous l’action du feu mais les ossements sont quant à eux conservés.

C. La conservation des os brûlés

   L’absence d’ossements sur les zones de bûchers a parfois été interprétée comme le résultat de la crémation complète d’un individu. Les os placés dans les urnes résultaient alors d’une crémation semi-complète22. Ces interprétations sont issues de l’image répandue que les os se réduisent en cendres sous l’action de la chaleur, qu’ils ont été littéralement « incinérés ». En réalité, l’absence d’ossements dans une sépulture primaire à crémation résulte d’un prélèvement total des ossements sur le bûcher. Cette observation implique donc l’existence d’une étape supplémentaire dans le déroulement des funérailles et des réflexions sur la définition de la structure fouillée : s’agit-il d’un bûcher où le corps a été par la suite prélevé et qui ne constitue pas la tombe ou s’agit-il d’une tombe-bûcher sans ossements, auprès de laquelle des rites de commémoration sont effectués bien que les ossements aient été déposés ailleurs ?

Conclusions 

   Les sépultures sont composées de différents éléments mis en place, apportés ou commandés à des moments précis des funérailles et l’image qui nous en est parvenue a subi, entre autres, des distorsions dues à l’action naturelle du temps. Depuis un siècle et demi, l’archéologie est une science qui n’a eu de cesse de se développer et dont les méthodes ont évolué. Notre regard sur les vestiges du passé n’est plus le même et celui des futurs archéologues sera différent. Du point de vue actuel, les travaux de nos prédécesseurs présentent souvent des lacunes mais celles-ci peuvent en partie être comblées grâce à une relecture des différents documents. Afin de reconstituer avec le plus de précision possible les différentes étapes des funérailles et afin que nos travaux puissent également faire l’objet de futures critiques, une description précise avec des termes bien définis de l’ensemble des éléments qui composent les sépultures est nécessaire avant d’avancer toute interprétation personnelle.


TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 : Dessin d’un squelette découvert dans un antique cimetière chrétien de Lamta (Tunisie) en 1882 (tirée de SALADIN, 1887, fig. 18, p. 15).

Figure 2 : Relevé en plan du squelette et du matériel découvert dans la sépulture A2 à Draria el-Achour (tiré de CAMPS, 1955, fig. 9, p. 247).

Figure 3 : Contours hypothétiques d’un contenant ou coffrage en bois qui protégeait le défunt de la sépulture A2 (S. de LARMINAT sur un relevé de CAMPS, 1955, fig. 9 p. 247).

Figure 4 : Dessin de clous découverts dans la sépulture A2 à Draria el-Achour (tiré de CAMPS, 1955, fig. 8, n° 8-9, p. 242).

 

 


BIBLIOGRAPHIE

BEN ABED ET AL., 2007
BEN ABED Aïcha, FILANTROPI Giancarlo et Marc GRIESHEIMER, « Pupput », Mélanges de l’École Française de Rome, 119, 1, 2007, p. 330-339.

BEN ABED et GRIESHEIMER, 2004
BEN ABED Aïcha et Marc GRIESHEIMER, La nécropole romaine de Pupput, 323, Rome : École Française de Rome (collection de l’École Française de Rome, 323), 2004.

BLAIZOT ET AL., 2009
BLAIZOT Frédérique, BEL Valérie, BONNET Christine, WITTMAN Alain, VIEUGUÉ Julien, DEBERGE Yann, GEORGES Patrice et Jean-Luc GISCLON, « La pratique de l’inhumation », dans BLAIZOT Frédérique, Pratiques et espaces funéraires de la Gaule durant l’Antiquité, Paris : CNRS (collection Gallia, 66-1), 2009, p. 15-87.

BONIFAY, 2004
BONIFAY Michel, Étude sur la céramique romaine tardive d’Afrique, Oxford : BAR International Series, 2004.

CAGNAT et SALADIN
CAGNAT René et Henri SALADIN, « Notes d’archéologie tunisienne », Bulletin monumental, 12, 50, 1884, p. 113-135.

CAMPS, 1955
CAMPS Gabriel, « La nécropole de Draria-El-Achour », Libyca, 3, 1955, p. 225-64.

CARTON, 1890
CARTON Louis, « La nécropole de Bulla Regia », Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1890, p. 149-226.

CARTON, 1908
CARTON Louis, « Note sur des fouilles exécutées à Thuburnica et à Chemtou », Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1908, p. 410-444.

CARTON, 1909
CARTON Louis, « Les nécropoles de Gurza », Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 13, 1909, p. 20-43.

CHARBONNEAU, 1938-1940
CHARBONNEAU, « Sur les fouilles d’El-Hamadi, près de Zarzis », Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1938-1940, p. 227-228.

CHOPPARD et HANNEZO, 1892
CHOPPARD Capitaine et Gustave HANNEZO, « Notes sur un hypogée de la nécropole païenne d’Hadrumète », Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du département de Constantine, 27, 1892, p. 346-348.

DELATTRE, 1883
DELATTRE Alfred-Louis, « Inscriptions de Carthage, 1875-1882 (suite) », Bulletin épigraphique de la Gaule, 1883, p. 25-28.

DELEVAL, 1929-1930
DELEVAL Capitaine, « Tombes antiques des nécropoles du Kef (Sicca Veneria) », Bulletin de la Société Archéologique de Sousse, 20, 1929-1930, p. 56-61.

DUDAY, 1995
DUDAY Henri, « Anthropologie « de terrain », archéologie de la mort », dans COLLECTIF, La Mort, passé, présent, conditionnel, La Roche-sur-Yon : Groupe Vendéen d’Études Préhistoriques, 1995, p. 33-58.

DUVAL, 1982
DUVAL Yvette, Loca Sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IV au VIIème siècle, Rome : École Française de Rome (collection de l’Ecole Française de Rome, 58), 1982.

FARGES, 1884
FARGES Abel, « Appendice au sacrum de Theveste », Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du département de Constantine, 23, 1884, p. 135-151.

GALINIÉ et ZADORA-RIO (éds), 1996
GALINIÉ Henri et Élisabeth ZADORA-RIO (éd.), Archéologie du cimetière chrétien, actes du colloque A.R.C.H.E.A. (Orléans, 29 septembre – 1er octobre 1994), Tours : Revue Archéologique du Centre de la France (Supplément 11), 1996.

GŒTSCHY, 1903
GŒTSCHY Général, « Nouvelles fouilles dans les nécropoles de Sousse », Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1903, p. 156-183.

GSELL, 1952
GSELL Stéphane, Cherchel. Antique Iol-Caesarea, Alger : Imprimerie officielle, 1952.

GUÉRY, 1985
GUÉRY Roger, La nécropole orientale de Sitifis (Sétif, Algérie) ; fouilles de 1966-1967, Paris : CNRS (Études d’Antiquités Africaines), 1985.

HANNEZO, 1890
HANNEZO Gustave, « Notes sur les nécropoles phéniciennes de Salakta (Sullectum) et de Mahdia », Recueil des notices et mémoires de la Société Archéologique du département de Constantine, 26, 1890, p. 284-304.

LACOMBLE et HANNEZO, 1889
LACOMBLE Commandant de et Gustave HANNEZO, « Fouilles exécutées dans la nécropole romaine d’Hadrumète », Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1889, p. 110-131.

LEVEAU, 1971
LEVEAU Philippe, « Une area funéraire de la nécropole occidentale de Cherchel. Rapport sur une fouille effectuée en 1967-1968 », Bulletin d’Archéologie Algérienne, 5, 1971, p. 73-152.

LEVEAU, 1984
LEVEAU Philippe, Caesarea de Maurétanie : une ville romaine et ses campagnes, Rome : École Française de Rome (collection de l’École Française de Rome, 70), 1984.

ORDIONI et MAILLET, 1903
ORDIONI Capitaine et Lieutenant MAILLET, « Un coin de la nécropole d’Hadrumète », Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1903, p. 538-553.

SALADIN, 1887
SALADIN Henri, « Rapport sur la mission faite en Tunisie de novembre 1882 à avril 1883 », Archives des Missions Scientifiques, 13 (3e ser.), 1887, p. 1-225.

STEVEN, 1993
STEVEN Susan, Bir el Knissia at Carthage: A rediscovered cemetery church. Report no. 1, Ann Arbor: Journal of Roman Archeology (Supplementary Series, 7), 1993.

STEVEN ET AL., 2005
STEVEN Susan, KALINOWSKI Angela et Hans VANDERLEEST, Bir Ftouha: A Pilgrimage Church complex at Carthage, Ann Arbor : Journal of Roman Archaeology (Supplementary Series, 59), 2005.

 


L’auteure

Solenn de LARMINAT est actuellement ATER en Histoire romaine à l’Université Pierre-Mendès France de Grenoble. Elle a bénéficié de 2013 à 2015 d’un post-doctorat de l’Université Paris-Sorbonne (ED 124 ; UMR 8167 « Orient & Méditerranée »).

Elle a soutenu en 2011 une thèse intitulée Mourir enfant en Afrique romaine : gestes, pratiques et rituels (Afrique Proconsulaire, Numidie, Maurétanie Césarienne ; Ier-IIIe s. de notre ère), sous la direction de M. Marc GRIESHEIMER, Professeur (Université Aix-Marseille), et en 2015 un post-doctorat intitulé Mourir enfant en Afrique chrétienne : pratiques et rituels (Zeugitane ; Byzacène ; IIIe-VIIe s. de notre ère), sous la direction de M. François BARATTE, Professeur émérite (Université Paris-Sorbonne).

Article précédent

  1. GŒTSCHY, 1903, p. 168. []
  2. GUÉRY, 1985, p. 314. []
  3. Voir par exemple STEVENS, 1993 et STEVENS ET AL., 2005. []
  4. BEN ABED et GRIESHEIMER, 2004. []
  5. DUVAL, 1982, p. 460-463. []
  6. BEN ABED ET AL., 2007 ; LEVEAU, 1971. []
  7. « Il semble n’y avoir eu que de simples areae creusées, dans tous les sens, autour de la ville actuelle » (FARGES, 1884, p. 137), « l’area était […] la sépulture creusée dans la fosse » (FARGES, 1884, p. 138). []
  8. « Sous la maçonnerie […] s’ouvre le caveau ayant souvent une profondeur qui atteint 1,50 m au-dessous du niveau du sol. On rencontre également des tombeaux à caissons, généralement assez grossiers ; les caveaux qu’ils surmontent ont la même forme ; les caveaux ou fosses sont fermés au moyen de tuiles de grande taille » (DE LACOMBLE et HANNEZO, 1889, p. 110). []
  9. HANNEZO, 1890-1891, p. 294-295 et 297. []
  10. CHOPPARD et HANNEZO, 1892, p. 347. []
  11. ORDIONI et MAILLET, 1903, p. 548. []
  12. CARTON, 1908, p. 436-437. []
  13. CARTON, 1890, p. 190 ; DELEVAL, 1929-1930, p. 61. []
  14. HANNEZO, 1890-1891, p. 286, nos. D et E ; GSELL, 1952, p. 97-98 ; CHARBONNEAU, 1938-1940, p. 227. []
  15. Comme par exemple CARTON, 1909, p. 39 ; DELATTRE, 1883, p. 28. []
  16. GŒTSCHY, 1903, p. 164 ; CARTON, 1890, p. 190. []
  17. Au colloque de l’Archéologie du cimetière chrétien de 1996 (GALINIÉ et ZADORA-RIO (éds), 1996), les archéologues s’étaient concertés pour définir les termes « cercueil », « coffre », « sarcophage » ou « coffrages de planches ». Le mot « cercueil » désignait un contenant dans lequel est transporté le corps alors que le « coffrage » sous-entend que le contenant a été fabriqué à l’intérieur de la fosse et donc que le corps a été placé par la suite à l’intérieur. Toutefois, comme l’ont fait remarquer plusieurs auteurs dans un récent article, « cette distinction s’avère inopérante en contexte archéologique pour les contenants complets de bois : d’une part le contenant complet, c’est-à-dire pourvu d’un plancher, est difficile à mettre en évidence et, d’autre part, que la caisse soit transportable ne prouve pas que le corps ait été apporté dedans, d’autant que le coffre ou le coffrage de bois ne peuvent pas toujours être distingués » (BLAIZOT ET AL., 2009C, p. 26). Ils conviennent alors d’appeler « cercueil » « tout contenant susceptible d’avoir été apporté déjà fabriqué, comme les caisses clouées » (BLAIZOT ET AL., 2009, p. 26), « coffrage » les cas évidents avec utilisation d’un ou plusieurs matériaux, quant aux « contenants de bois non cloués » ils réunissent les coffres et les coffrages de bois. []
  18. BONIFAY, 2004, p. 467-469. []
  19. Voir par exemple DUDAY, 1995. []
  20. CAGNAT et SALADIN, 1884, p. 116. []
  21. CAMPS, 1955, p. 247-249. []
  22. Par exemple, voir LEVEAU, 1984, p. 206. []