Présentation

Archéo 2014

L’anachronisme en archéologie

Modérateur : Nathalie de Chaisemartin
Mardi 21 Janvier 2014

Si le terme « anachronisme » désigne étymologiquement une « confusion entre un fait et une époque plus ancienne », le mot prend une acception plus large et « s’applique à toute confusion chronologique et à tout décalage dans le temps ». Un objet anachronique n’est donc « pas de la bonne époque », voire, selon le sens péjoratif de l’adjectif, appartient à une époque dépassée, est « désuet » (A. Rey (dir.), Le Robert historique de la langue françaises.v.).

Plutôt que d’envisager ici, dans une simple perspective historiographique, une « archéologie à la papa », anachronique dans ses pratiques, aujourd’hui dépassées, et dans ses enjeux, aujourd’hui redéfinis, les doctorants pourront rappeler, par des études de cas, que si l’introduction des sciences dures a permis de changer la construction du savoir, elle l’a aussi compliquée, au risque même de l’oublier dans une accumulation de données, et ne l’a pas forcément rendue objective. De même, si une reprise de fouilles dirigée avec de nouveaux modes de questionnement, appuyés sur des postulats nouveaux, a pu mener à des conclusions plus satisfaisantes, ces postulats sont susceptibles d’être un jour considérés comme dépassés.

Mais il s’agira surtout de considérer la notion d’anachronisme touchant à l’objet de l’archéologie, à savoir les ouvrages techniques réalisés par l’homme dans le passé. En effet, l’archéologue-fouilleur se doit de lutter constamment contre l’anachronisme : devant le désordre de la couche et la complexion des structures, devant l’exemplarité d’un objet mis au jour, sa tâche consiste à y voir plus clair, d’une part en « périodisant », en rangeant par séquences chronologiques les vestiges ; d’autre part, en les « sériant », en les faisant entrer les objets singuliers, pour mieux les appréhender et les documenter, dans des séries plus vastes.

On pourra ainsi présenter lors de la journée d’étude les cas d’objets ou de structures plus anciens trouvés et utilisés en contextes plus récents, obligeant à remettre en cause les cadres établis et/ou à s’interroger sur les usages de ces biens matériels. Cet anachronisme peut être subi implicitement (phénomène de permanence ou de rémanence, de conservatisme) ou, au contraire, être un emprunt voulu et explicite (phénomène d’imitation, de retour à l’ancien).

On pourra aussi s’intéresser aux problèmes de datation rencontrés par l’archéologue dans son étude : reposer le problème de décalage entre le moment de la fabrication de l’objet, celui de son utilisation (ou de ses multiples utilisations, de ses remplois), celui de son abandon…

Archéologie – Programme 2014


Composition du comité scientifique des actes de la journée doctorale d’Archéologie « L’anachronisme en Archéologie » (2014).

Jean-Yves MONCHAMBERT
Professeur, Directeur de l’ED 124
Archéologie du Proche-Orient ancien
Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV)

Dany SANDRON
Professeur
Histoire de l’art et Archéologie du Moyen Âge
Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV)


Vous pouvez désormais lire les articles suivants :

Emilie ALEXANDRE. La cathédrale de Sens et la chronologie de son chantier.

Hélène HUYSSEUNE. L’interprétation des bâtiments « exceptionnels » du Néolithique précéramique proche-oriental (10e-8e millénaires).

Solenn de LARMINAT. Un regard du présent sur les fouilles du passé en Afrique du Nord : lecture critique des anciennes publications relatives aux nécropoles antiques classiques et tardives.