Présentation

Archéologie et culture matérielle.
Du vestige aux sociétés passées

Modératrice : Mme Nathalie GINOUX
Vendredi 25 janvier 2013

Issu du latin « vestigium », le terme vestige signifie littéralement l’empreinte laissée par l’homme (ou par l’animal) à l’endroit où il est passé. Par extension, ce terme est employé pour désigner les traces matérielles témoignant d’une action anthropique passée : restes architecturaux, outils, éléments de parures, de vannerie, etc.

Comprendre les sociétés passées à travers les seuls témoignages matériels n’est pas chose aisée. Il s’agit, en effet, pour l’archéologue de « faire parler » l’objet existant au-delà de sa simple matérialité, d’en faire le révélateur des systèmes techniques, économiques et symboliques, en somme de l’organisation des sociétés humaines à plusieurs échelles (habitat, site, micro-régionale, régionale, espace culturel). De fait, « le terme de culture matérielle ne se réduirait […] pas aux objets matériels mais intégrerait la relation entre les sujets et les objets »1

Archéologie  – Programme


Composition du comité scientifique des actes de la journée doctorale d’Archéologie « Archéologie et culture matérielle. Du vestige aux sociétés passées » (2012).

Nathalie GINOUX
Maître de conférences HDR
Archéologie celtique
Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV)

Jean-Yves MONCHAMBERT
Professeur, Directeur de l’ED 124
Archéologie du Proche-Orient ancien
Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV)


Vous pouvez désormais lire les articles suivants :

Fiona PICHON. Analyse fonctionnelle des lames-faucilles de Dja’de-el-Mughara (Syrie du Nord) : problématique et méthode de recherche.

Morgane GODENER. Vestiges archéologiques de la plaine du Sous : mise en valeur et réorganisation du territoire par le pouvoir saadien (Sud marocain, XVIe – début XVIIe siècle).

  1. JULIEN M.-P. et ROSSELIN C., La culture matérielle, La Découverte, collection Repères, 2005, p.6. []