Morgane GODENER

Vestiges archéologiques de la plaine du Sous : mise en valeur et réorganisation du territoire par le pouvoir saadien (Sud marocain, XVIe – début XVIIe siècle).

Télécharger au format PDF

Communication présentée le 31 mai 2011
Article soumis le 15 mai 2015
Article publié le 28 juin 2016

Résumé

L’avènement de la dynastie saadienne dans les premières années du XVIe siècle marque le début d’une période de développement sans précédent de la plaine du Sous. Celle-ci, qui est alors pour la première fois de son histoire le centre d’un nouvel Etat, fait l’objet d’une importante réorganisation territoriale dans le cadre d’une mise en valeur agricole, principalement orientée sur le développement de l’industrie sucrière. L’article vise à examiner les vestiges archéologiques de cette période, afin de mesurer l’ampleur de l’investissement matériel consenti par la nouvelle dynastie, et de tenter de saisir l’incidence de ces bouleversements sur le peuplement de la plaine du Sous.

 


Figure 1 : La plaine du Sous.
Figure 1 : La plaine du Sous.

La plaine du Sous (Fig. 1) est une grande plaine alluviale du Sud-Ouest marocain, qui forme une bande étroite, d’environ 80 km de large en moyenne, entre les chaînes montagneuses du Haut Atlas au nord et de l’Anti-Atlas au sud. Elle présente également une ouverture sur l’océan Atlantique à l’ouest. Son histoire témoigne de l’importance stratégique que représente son contrôle pour les différents pouvoirs centraux qui se succèdent au nord du Haut-Atlas tout au long de la période médiévale. Cette riche plaine agricole passe alors successivement sous la domination de ces différents États centraux. Stratégique du point de vue économique, elle l’est également épisodiquement en tant que frontière méridionale des territoires régis par ces centres de pouvoir, ou comme étape pour la conquête des plaines atlantiques au nord. Ce fut notamment le cas lors des affrontements entre Almoravides et Almohades au début du XIIe siècle. En dépit de ces avantages stratégiques, la région reste largement marginale jusqu’au tout début du XVIe siècle, quand la plaine du Sous devient, elle-même, pour la première fois, le centre d’un État central sous le règne des souverains saadiens. Cette période est alors caractérisée par l’exploitation économique, et notamment agricole, du territoire, avec en particulier le développement, sous l’égide de cette nouvelle dynastie, de la production sucrière. Si celle-ci n’est pas nouvelle dans le Sous, elle prend néanmoins alors une importance sans précédent. Le développement de cette production à échelle industrielle implique la mobilisation d’importants moyens matériels et humains ainsi que le contrôle de territoires relativement étendus pour la mise en place des champs de culture de la canne et des installations nécessaires à la transformation de celle-ci. Si les textes rendent bien compte de ce contexte, seule l’étude archéologique des vestiges de la plaine du Sous permet de saisir l’importance de l’investissement matériel et l’ampleur de l’emprise territoriale du nouveau pouvoir. Par ailleurs, une telle réorganisation du territoire pose la question de son incidence sur le peuplement de la région. Nous tenterons d’apporter des éléments de réponses à cette question, largement laissée de côté dans les sources textuelles, à partir des données archéologiques récentes.

L’avènement des souverains saadiens, qui intervient après une période où le pouvoir central est vacant dans le Sous, bouleverse radicalement le contexte politique de la région. Jean-Léon l’Africain, qui parcourt le Sud marocain au moment de la montée en puissance de ces derniers, décrit un morcellement du pouvoir et du territoire entre plusieurs communautés, basées dans la plaine autour de trois villes – Tidsi, Tiout et Taroudant –, et administrées par de petits conseils de notables régulièrement renouvelés1. On ne sait pas depuis quand perdure cette organisation dans le Sous. Elle pourrait toutefois remonter à la chute des Banū Yidder, rebelles à l’autorité du pouvoir central des Mérinides, établis dans la plaine entre le milieu du XIIIe et le début du XIVe siècle. La rareté des mentions relatives au Sous dans les sources textuelles à partir de ce moment paraît alors suggérer que l’emprise des souverains mérinides sur la région tend déjà à se distendre.

Cette organisation est perturbée, dans les dernières années du XVe siècle, par l’implantation d’un nouvel acteur politique sur le littoral atlantique. Les Portugais commencent en effet à établir des contacts réguliers avec les populations locales installées près des côtes2. Cette implantation se concrétise rapidement avec la fondation du fort de Santa Cruz du Cap de Gué en 1505, à proximité de l’actuelle ville d’Agadir. Pour autant, les objectifs des Portugais paraissent alors s’être limités à établir des relations commerciales, sans volonté de domination politique. C’est pourtant ce contexte qui favorise l’apparition des premiers Saadiens dans la région. Ceux-ci, issus d’une famille chérifienne du Draa, auraient été appelés par les populations de la plaine pour chasser les chrétiens de la côte atlantique, et ils mèneront en effet une lutte acharnée contre les Portugais dans le Sous jusqu’à la prise de Santa Cruz en 1541. Parallèlement, ces nouveaux chefs militaires affichent très vite la volonté de fonder un nouvel État central. Mohammed Ech-Cheikh est ainsi reconnu souverain par les tribus du Sous en 1510, et unifie sous son égide le territoire et les populations de la plaine. Taroudant est alors choisie comme capitale du jeune royaume saadien. En 1542, à l’issue d’une lutte fratricide entre Mohammed Ech-Cheikh et son frère, à la tête d’un second État fondé au nord du Haut Atlas en 1524, les deux royaumes sont unifiés sous le contrôle du premier souverain. Celui-ci établit alors la nouvelle capitale à Marrakech. Taroudant passe donc au second plan, mais conserve néanmoins une importance primordiale.

Sous le règne des nouveaux souverains du Sous, le territoire et sa capitale font l’objet d’un programme d’aménagement de grande ampleur, dont témoignent à la fois les sources textuelles et les vestiges archéologiques et qui aboutit à une véritable réorganisation du territoire.

La nouvelle capitale Taroudant fait à ce titre l’objet de rénovations importantes, évoquées en particulier par Luis del Mármol Carvajal3. Celles-ci touchent en premier lieu le système défensif de la ville et le lieu de représentation du pouvoir par excellence : la qasba. Les dernières découvertes archéologiques semblent indiquer que l’ensemble du chemisage extérieur du rempart qui enserre la ville, avec la mise en place des cent quarante-neuf bastions qui jalonnent les six kilomètres de l’enceinte, daterait de cette époque. Le mur extérieur, construit en béton de chaux et surmonté de merlons, s’appuie alors contre l’ancienne muraille, conservée pour constituer le chemin de ronde4. Les premiers souverains saadiens seraient ainsi à l’origine de l’enceinte urbaine qui fait aujourd’hui la renommée touristique de la médina. Les textes évoquent également la construction de palais et de lieux de culte5, et parmi eux la grande mosquée installée au cœur de la ville, toujours en usage de nos jours6. La restructuration urbaine menée à cette époque semble ainsi avoir durablement marqué la capitale régionale.

En dehors de Taroudant, l’investissement de la nouvelle dynastie se traduit par l’aménagement du réseau des sucreries du Sous, qui propulse l’exploitation sucrière de la région à l’échelle industrielle.

Comme nous l’évoquions plus haut, la production de sucre n’est pas nouvelle dans la région. La première mention signalant la culture de la canne dans le Sous al-ʾAqsā – qui correspond au sud-ouest du Maroc, incluant la plaine du Sous – nous est fournie par Ibn Ḥawqal, au Xe siècle, sans que soit faite mention d’installations pour sa transformation7. Il faut attendre le XIe siècle et al-Bakrī pour que, pour la première fois, soit évoquée de façon explicite la transformation de la canne dans la plaine8. L’auteur ne nous dit alors rien sur les aménagements conçus pour cette opération, mais cette production paraît alors déjà prendre une grande importance dans les activités économiques. L’exploitation sucrière semble ensuite perdurer depuis cette époque, avec plus ou moins de prospérité au gré du contexte politique, économique et social9. Jean-Léon l’Africain indique en tous cas qu’elle est toujours pratiquée dans le Sous au tout début du XVIe siècle, au moment de l’avènement des nouveaux souverains10. Cette production ne constitue ainsi pas en tant que telle un apport de la nouvelle dynastie, mais elle connaît un développement important sous l’égide de cette dernière. La comparaison du texte de Jean-Léon l’Africain avec celui de Luis del Mármol Carvajal, rédigé un demi-siècle plus tard, semble à ce titre être révélatrice. Alors que le second auteur reprend en partie les propos de son prédécesseur au sujet de la ville de Tiout, il s’en écarte radicalement pour ce qui a trait à la qualité du produit fini. L’auteur espagnol indique ainsi que le sucre est raffiné, depuis qu’un juif converti a remis en état les sucreries en employant les captifs chrétiens pris par le souverain à Santa Cruz11, quand Léon l’Africain décrivait un sucre noir de mauvaise qualité12. Il semble ainsi que l’industrie sucrière connaît un net progrès en l’espace d’un demi-siècle, en lien avec la construction de nouvelles installations de production qui bénéficient, peut-être, des connaissances techniques des Européens.

Le sucre devient alors une source de richesse essentielle pour la nouvelle dynastie. Les archives diplomatiques européennes permettent de mesurer l’importance, dès le début du XVIe siècle, du commerce du sucre avec les trafiquants européens, essentiellement anglais et français, sur le port de Santa Cruz13. Les conditions de développement d’une industrie sucrière rentable semblent en effet réunies : la stabilité politique et le contrôle du territoire, qui permettent le développement des infrastructures nécessaires, ainsi que l’ouverture de nouveaux débouchés commerciaux vers l’Europe directement depuis la côte atlantique de la plaine.

L’analyse des sources textuelles suggère ainsi que la réorganisation agricole et industrielle du Sous fut d’envergure, ce que viennent confirmer les vestiges archéologiques des sucreries de la plaine. Ces derniers sont bien connus depuis les travaux réalisés dans les années 1950-1960 par Paul Berthier14. Ses recherches ont révélé, d’une part, le nombre important des établissements industriels, avec dix sucreries mises en évidence dans la plaine du Sous, et, d’autre part, l’ampleur des aménagements nécessaires à leur fonctionnement ainsi qu’à la culture de la canne à sucre. Parmi ces aménagements, la mise en place d’un réseau hydraulique conséquent a été une étape essentielle. Le contrôle et la gestion de l’eau sont en effet indispensables, à la fois pour l’irrigation d’une culture très gourmande en eau et pour actionner les broyeurs de cannes qui utilisent la force hydraulique.

Figure 2 : Le réseau de la seguia Mahdia.
Figure 2 : Le réseau de la seguia Mahdia.

Nous nous proposons ici d’illustrer l’envergure de ces aménagements à travers l’exemple d’un ensemble cohérent et bien conservé : celui de la seguia Mahdia, canal d’amenée d’eau à ciel ouvert qui court d’est en ouest sur la rive sud de l’oued Sous, entre Igli et Taroudant, et qui alimente trois sucreries successives (Fig. 2)15.

Les vestiges de la seguia ont été suivis sur plus de 45 kilomètres par Paul Berthier, qui en a relevé le parcours16. Ils sont par ailleurs encore en partie visibles sur le terrain en de nombreux endroits et apparaissent assez nettement sur les images satellites. Le canal d’amenée est alimenté en eau par dérivation sur le cours de l’oued Sous17. Il suit ensuite la rive sud de celui-ci depuis les environs d’Igli sur plus de 5 km avant d’être divisé en deux canaux parallèles – la seguia Mahdia Fouqaniya au sud et la seguia Mahdia Tahtaniya au nord – qui pénètrent alors plus avant dans les terres, suivant une direction nord-est / sud-ouest. Le canal méridional – la Fouqaniya – se poursuit sur plus d’une dizaine de kilomètres avant que l’on en perde toute trace. Entre temps, une partie de ses eaux est déviée pour alimenter la sucrerie des Ouled Messaoud. Le canal septentrional – la Tahtaniya – se suit, quant à lui, sur une quarantaine de kilomètres et fournit l’eau nécessaire au fonctionnement de deux sucreries supplémentaires, dites de Tazemmourt I et II. Sur la majorité de son parcours, le canal d’amenée se présente sous la forme d’un simple creusement en pleine terre, de section en U, dont la largeur peut atteindre jusqu’à 4,60 mètres. Toutefois, son aménagement a nécessité en plusieurs endroits une attention particulière, notamment lorsque son tracé croise le lit d’un oued issu de l’Anti-Atlas. D’importants ouvrages de franchissement ont alors été construits. La traversée de l’Assif n’Warghen a ainsi nécessité la construction d’un aqueduc de 50 mètres de long, supporté par dix arches. Sur l’ensemble du parcours de la seguia, huit autres ouvrages similaires, de plus ou moins grande importance en fonction des besoins, ont été relevés.

Figure 3 : La partie terminale de l’aqueduc de la sucrerie des Ouled Messaoud, vue vers le sud-est.
Figure 3 : La partie terminale de l’aqueduc de la sucrerie des Ouled Messaoud, vue vers le sud-est.

Les trois sucreries attachées à ce réseau hydraulique présentent de grandes similarités structurelles, qu’elles partagent par ailleurs avec l’ensemble des sucreries du Sous ainsi qu’avec celles construites à la même époque au nord du Haut Atlas18. Ces établissements industriels fonctionnent grâce à l’énergie hydraulique, qui permet d’actionner les broyeurs dédiés à l’extraction du jus de la canne à sucre. L’eau est prise sur le cours des seguias au moyen de partiteurs et acheminée par un aqueduc jusqu’à une roue hydraulique verticale. Les aqueducs se présentent sous la forme d’épais murs de pisé supportant une canalisation ouverte au sommet et s’élevant progressivement jusqu’au point de chute où leur hauteur varie entre 9 et 10 mètres (Fig. 3).

Les caractéristiques de la roue hydraulique, qui n’est jamais conservée, ont pu être déduites à partir des vestiges des gorges hydrauliques ainsi que des traces que l’ouvrage a laissées par mouvement rotatif sur la paroi de la sucrerie. Il s’agit vraisemblablement de roues verticales, d’environ 5 mètres de diamètre, actionnées par la projection de l’eau issue de la chute en tête d’aqueduc. L’utilisation de l’énergie hydraulique comme force motrice, si elle nécessite un investissement de départ important en terme d’infrastructures, assure aux installations industrielles un rendement très appréciable19. Les bâtiments abritant les broyeurs et les divers aménagements pour le traitement des jus sont accolés contre la partie terminale de l’aqueduc, dans l’axe de la roue hydraulique.

Figure 4 : Plan schématique des vestiges de la sucrerie des Ouled Messaoud.
Figure 4 : Plan schématique des vestiges de la sucrerie des Ouled Messaoud.

Après avoir actionné la roue, l’eau est récupérée par un canal de fuite prolongeant la gorge hydraulique, pour être stockée dans un vaste bassin d’accumulation aménagé à proximité20. Dans le cas de la sucrerie des Ouled Messaoud, la liaison entre le canal de fuite et ce bassin n’est pas tout à fait établie, et il est possible que l’eau issue de l’aqueduc ait été renvoyée dans la branche inférieure de la seguia Mahdia, qui poursuit son parcours en direction des deux établissements de Tazemmourt21 (Fig. 4). Dans tous les cas, l’eau utilisée pour actionner la sucrerie est systématiquement récupérée : soit réinjectée dans le réseau hydraulique, soit stockée dans de grands réservoirs. Une part importante de cette eau emmagasinée devait alors être destinée, au moins en partie, à l’irrigation des champs de cannes à sucre.

Le fait que la plante ait été cultivée dans la plaine du Sous, et ce probablement depuis le Haut Moyen Âge, ne fait aucun doute. Toutefois, la localisation de ces anciens terrains de culture ne peut être établie avec précision. L’hypothèse la plus vraisemblable, et largement admise dans la bibliographie, est que ceux-ci se soient trouvés à proximité immédiate des sucreries, en aval des seguias et des bassins d’accumulation. Cette hypothèse répond ainsi à deux contraintes essentielles de la culture de la canne à sucre : l’exigence d’un apport hydrique régulier, assuré au moins partiellement par l’eau des seguias et des bassins22, et la nécessité de réduire le temps de transport de la matière première jusqu’aux installations sucrières, la canne ne se conservant que peu de temps après avoir été coupée23. Le réseau de la seguia Mahdia forme ainsi un ensemble extrêmement cohérent, contrôlant la production de sucre d’un bout à l’autre de la chaîne opératoire, depuis la culture de la canne dont elle participe à l’irrigation, à la production d’énergie pour le fonctionnement des installations sucrières.

Si l’on sait l’implication des souverains saadiens dans la mise en valeur de la production du sucre dans le Sous, l’étude des vestiges archéologiques permet de mesurer l’ampleur de l’investissement matériel que suppose ce développement. Outre la qualité des infrastructures, la cohérence d’ensemble des aménagements – du réseau de la seguia Mahdia, mais également de l’ensemble des installations hydrauliques et des sucreries du Sous – témoigne d’une entreprise parfaitement conçue et planifiée, notamment en termes d’organisation du territoire, qui n’est possible que sous l’impulsion et le contrôle d’une autorité centrale.

L’ampleur des aménagements effectués ainsi que l’importance économique de la production pour la dynastie saadienne ont d’ailleurs motivé la mise en place d’établissements militaires contrôlant les installations industrielles et les terroirs cultivés. Les sources textuelles en rendent partiellement compte. Luis del Mármol Carvajal mentionne ainsi deux établissements réinvestis ou créés ex-nihilo dans cette optique. La petite localité de Freija – « Farayxa » dans le texte espagnol −, installée sur un promontoire naturel en bordure de l’oued Sous, à mi-chemin entre Taroudant et la sucrerie des Ouled Messaoud, est ainsi réinvestie pour y maintenir une garnison permanente dévolue, d’après l’auteur, à la surveillance des territoires ruraux24. Un second établissement, désigné sous le nom de Gared, est décrit comme une ville bâtie dans la plaine par le souverain Abdallah (1557-1574), successeur de Mohammed Ech-Cheikh, à quelques kilomètres de Tiout. Celle-ci aurait été établie en lien direct avec le fonctionnement des sucreries, servant à la fois au contrôle du terroir et au logement d’ouvriers agricoles travaillant au sein de ces structures25.

Cette dernière mention introduit ainsi également la question de la mobilisation d’une main-d’œuvre qui devait être importante pour assurer la production sucrière. Les postes de travail sont nombreux : construction et entretien des infrastructures, culture, récolte et transport des cannes à sucre, puis transformation de ces dernières. De plus, si les opérations de transformation ne sont que saisonnières, au moment des récoltes, le reste des travaux nécessite la mobilisation d’ouvriers à l’année26. D’où venait alors cette main-d’œuvre ? Dans une autre mention, Luis del Mármol suggère que les habitants des villes en auraient constitué une part importante27. P. Berthier proposait, quant à lui, la possibilité que des populations étrangères au Sous aient été mobilisées28.

Quoiqu’il en soit, la réorganisation du territoire – dont une part conséquente des espaces et des ressources est affectée à l’expansion de la production sucrière –, le besoin de mobiliser une main-d’œuvre importante ainsi que le contexte de stabilité politique et d’essor économique ont sans aucun doute eu un impact sensible sur le peuplement de la région. La question a récemment été posée par M. Ouerfelli qui évoque, dans l’ensemble de la Méditerranée médiévale, le rôle de ces centres industriels dans le maintien et la création de noyaux de peuplement, dont la population est employée aux sucreries ou aux diverses activités annexes nécessaires à leur fonctionnement29. Un tel phénomène dans le Sous est d’ailleurs suggéré par la mention du site de Gared, précédemment évoqué, qui témoigne de la création d’un nouveau centre de peuplement lié à l’activité sucrière. Il s’agit toutefois de l’unique évocation relative à ces questions. Seules les recherches archéologiques peuvent alors permettre de mesurer l’impact sur le peuplement du Sous du contrôle étatique de la plaine et de son développement économique.

Figure 5 : La plaine du Sous à l’époque saadienne.
Figure 5 : La plaine du Sous à l’époque saadienne.

À côté des travaux réalisés sur les vestiges monumentaux liés à la production sucrière et à la capitale Taroudant, aucune étude archéologique n’avait concerné la région avant 2004 et le programme de prospections dirigé par J.-P. Van Staëvel et A. Fili sur les villages et sites-refuges du Sous30. Ces premières recherches avaient déjà permis d’apprécier le potentiel archéologique de la région, et nous les avons poursuivies à partir de 2009 dans le cadre de notre thèse de doctorat31. Plusieurs missions de prospections archéologiques ont alors été menées dans la plaine et les piémonts, dans un rayon d’une quarantaine de kilomètres autour de Taroudant, aboutissant à la constitution d’un ensemble de soixante-dix sites répertoriés, en majorité inédits (Fig. 5). La datation de ces établissements reste pour une grande part problématique en raison du manque de corpus comparatif. Par ailleurs, au début de nos travaux, l’état lacunaire des connaissances sur les typologies céramiques médiévales du Sud marocain nous privait, dans une large mesure, d’un élément de datation précieux. Ces lacunes ont toutefois été partiellement comblées grâce aux recherches archéologiques récentes menées dans la région. Les fouilles conduites sur le site d’Igiliz, situé dans la frange septentrionale de l’Anti-Atlas, à une soixantaine de kilomètres seulement à l’est-sud-est de Taroudant (Fig. 1), ont permis de constituer une première base de référence des modes de construction et des productions céramiques. La typologie est particulièrement bien établie pour le XIIe siècle, période de l’occupation principale du site fortifié32. Dans la plaine, la découverte d’un vaste épandage de céramiques domestiques, associé aux sucreries d’époque saadienne, nous a fourni un second point de référence typologique, qui nous intéresse particulièrement dans le cadre de la présente étude. L’identification d’éléments marqueurs de cette production a ainsi permis de distinguer une occupation à l’époque saadienne pour vingt-et-un sites de notre corpus, qui représentent plus de la moitié des établissements pour lesquels une période d’occupation au moins a pu être déterminée. Si cette proportion doit, bien évidemment, être relativisée au vu du contexte de la recherche, et notamment de l’absence de fossiles directeurs pour une partie de l’époque médiévale, elle nous semble toutefois devoir être prise en considération. On note en effet, en comparaison, une faible proportion de sites sur lesquels une occupation du XIIe siècle a pu être identifiée, alors même que la production céramique régionale de cette période est bien connue.

La majorité de ces établissements occupés à l’époque saadienne est implantée sur les piémonts. Cette répartition est naturellement à considérer à l’aune des contraintes de terrain. Dans la plaine, l’agriculture intensive, développée depuis la seconde moitié du XXe siècle, rend difficiles les prospections, et peu probable la conservation de vestiges souvent construits en terre. Les établissements de plaine sont, de fait, peu nombreux dans notre corpus et correspondent tous à des structures d’habitat fortifié isolées. Sur les piémonts, il s’agit en majorité d’établissements villageois installés en hauteur ou dans le fond de petites vallées, qui paraissent ainsi témoigner de l’implantation importante de petites communautés rurales en bordure de plaine. L’hypothèse d’un phénomène d’attractivité de la plaine du Sous, dans un contexte politique et économique favorable sous l’égide du nouvel État saadien, est sans doute à considérer ici comme une explication probable.

Figure 6 : Tinouaïnane n’Ufella. Vue des vestiges vers le sud.
Figure 6 : Tinouaïnane n’Ufella. Vue des vestiges vers le sud.

Le site de Tinouaïnane n’Ufella semble illustrer un phénomène de ce type. Situé sur le piémont de l’Anti-Atlas, au sud-sud-est de Taroudant (Fig. 5), cet établissement villageois installé dans une petite vallée séparée de la plaine par son versant nord compte une quarantaine de bâtiments répartis sur les deux rives d’un ruisseau de fond de vallée (Fig. 6). L’ensemble est partiellement circonscrit par une enceinte basse et associé à un système de surveillance des alentours composé de cinq tours de guet aménagées sur les sommets qui surplombent les vestiges. Le site a fait l’objet d’une campagne de sondages à l’automne 201133, révélant pour l’essentiel des occupations domestiques relativement courtes, marquées par une seule phase d’occupation. Le mobilier céramique associé est par ailleurs extrêmement homogène et datable de l’époque saadienne, par comparaison avec la typologie établie à partir des sucreries (Fig. 7). De plus, la tradition orale retient que le site fut abandonné dans le courant du XVIIe siècle, au profit du village actuel implanté en contrebas dans la plaine, information qui corrobore les observations archéologiques. Le site de Tinouaïnane n’Ufella nous offre ainsi l’occasion d’étudier la morphologie d’un établissement villageois de l’époque saadienne34.

Figure 7 : Mobilier céramique de Tinouaïnane n'Ufella. Céramique commune : marmites (1, 4 et 5), vaisselle de service (2, 6 à 8), pot pour la préparation de l’huile d’argan (3), petite jarre (9), couvercles (10 et 11) ; céramique fine : petits plats (12, 14 et 15), flacon (13) et forme fermée à pied annulaire (16).
Figure 7 : Mobilier céramique de Tinouaïnane n’Ufella. Céramique commune : marmites (1, 4 et 5), vaisselle de service (2, 6 à 8), pot pour la préparation de l’huile d’argan (3), petite jarre (9), couvercles (10 et 11) ; céramique fine : petits plats (12, 14 et 15), flacon (13) et forme fermée à pied annulaire (16).

Le choix d’implantation du site paraît correspondre à une volonté de se placer en léger retrait de la plaine, ce que semble accréditer la présence des tours de guet sur les hauteurs. La dimension défensive de l’établissement ne doit pas pour autant occulter l’importance d’autres contraintes pratiques. La nécessité de s’assurer un approvisionnement en eau suffisant, dans le contexte climatique semi-aride de la région, a ainsi sans doute également été prise en considération. La petite vallée constitue un bassin versant appréciable pour capter et exploiter au maximum les eaux de pluie et de ruissellement, en l’absence de sources pérennes. C’est d’ailleurs la découverte de telles sources qui précipitera ensuite l’abandon du site et l’établissement de ses habitants dans la plaine. Les vestiges archéologiques attestent par ailleurs l’importance du stockage de ces eaux. Trente-sept citernes ont été relevées, réparties sur l’ensemble du site, à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments. Plus d’une dizaine d’entre elles sont même regroupées en un point optimal de la vallée, où elles bénéficient d’un canal d’écoulement secondaire. Un grand bassin à ciel ouvert, aménagé en contrebas du centre bâti, permet enfin de récupérer une partie du surplus des écoulements et constitue une réserve supplémentaire pour les activités pastorales ou artisanales. L’établissement profite également de la proximité de terrains aisément cultivables en contrebas, dans l’ouverture sur la plaine d’une vallée plus importante. Ceux-ci sont d’ailleurs encore partiellement mis en culture. Les traces de l’installation d’un moulin hydraulique sur le cours du petit torrent non pérenne de fond de vallée, dans la partie amont du site, témoignent en outre de la transformation sur place d’une partie au moins des denrées agricoles, dans le cadre d’une production vivrière.

Tinouaïnane n’Ufella constitue donc un exemple d’établissement villageois installé en position intermédiaire entre la plaine et les piémonts, établi et occupé à l’époque saadienne, et dépendant au moins partiellement d’une économie agro-pastorale traditionnelle. L’étude du mobilier céramique rend toutefois compte d’échanges avec la plaine. Si la plus grande part du matériel recueilli correspond à une production de céramique commune à usage domestique, on dénombre également des éléments de céramique fine portant une glaçure verte. Si dans le premier cas, il s’agit sans doute d’un artisanat local, le second ensemble paraît procéder d’une fabrication et d’une diffusion à plus grande échelle. Les céramiques fines, identifiées parmi le mobilier associé aux sucreries, présentent notamment les mêmes caractéristiques techniques et, pour certaines, les mêmes formes. La qualité de cette production ainsi que sa grande dispersion – on en trouve des éléments sur la plupart des sites occupés à l’époque saadienne sur tout le pourtour de la plaine – suggèrent une fabrication dans quelques ateliers spécifiques, probablement associés aux centres urbains ou industriels. Quant à la présence de ce type de mobilier à Tinouaïnane n’Ufella, elle témoigne de l’existence d’échanges commerciaux avec les établissements de plaine sur lesquels l’emprise étatique est plus substantielle.

Dans quelle mesure alors le nouveau contexte de la plaine du Sous a-t-il favorisé l’implantation de centres de peuplement en bordure de plaine ? Le cas de Tinouaïnane n’Ufella paraît bien illustrer ce phénomène. Reste toutefois à déterminer d’où vient la population nouvellement établie. La tradition orale recueillie dans le village moderne retient que les habitants étaient auparavant installés plus en retrait dans les montagnes. Cette information est néanmoins à prendre avec toutes les précautions d’usage.

Les résultats de notre étude confirment l’établissement de nombreuses petites communautés rurales en bordure de plaine, sur les premiers reliefs des piémonts, à l’époque saadienne. L’exemple de Tinouaïnane n’Ufella témoigne même de l’implantation de nouveaux groupes à cette période, sans doute motivée par l’essor économique et la stabilité politique de la région. Si ce phénomène d’attraction paraît bien avoir existé, on ne peut pour l’heure en évaluer l’ampleur. On ne sait en effet rien du peuplement des piémonts pour la période précédant l’avènement des nouveaux souverains, en dehors des deux grands centres de Tiout et Tidsi évoqués dans les sources textuelles. La méconnaissance des productions céramiques des XIVe et XVe siècle dans la région ne permet pas d’identifier précisément les occupations de cette période. En l’absence de ce référentiel, on ne peut donc pas évaluer l’importance des bouleversements engendrés par le nouveau contexte saadien.

Par ailleurs, l’apparente dichotomie entre, d’une part, une plaine sous le contrôle de l’État central et, d’autre part, l’établissement de communautés rurales sur les piémonts doit être nuancée. L’occupation intensive des sols en plaine n’a épargné pour l’essentiel que les vestiges monumentaux de la capitale et des centres industriels. Les rares établissements repérés sur le glacis nord de l’oued Sous correspondent à des formes d’habitats fortifiés vraisemblablement liées à des domaines agricoles, types d’implantation qui diffèrent donc des établissements villageois observés sur les piémonts. Si à la fois les sources textuelles et les vestiges archéologiques suggèrent un contrôle important du pouvoir central sur l’occupation de la plaine, rien ne permet d’exclure que des implantations villageoises similaires à celles observées sur les piémonts y ait existé. Une partie des établissements actuels pourraient d’ailleurs en être les héritiers. De plus, l’emprise étatique sur les piémonts n’est probablement pas aussi lâche que le laissent penser les textes. À côté des établissements villageois, certains vestiges de bâtiments fortifiés pourraient correspondre à l’implantation de l’État sur la bordure des piémonts, soit directement, soit par délégation à des pouvoirs tribaux.

Enfin, bien que placés légèrement en retrait, ces établissements de piémonts paraissent participer au moins partiellement – si ce n’est pleinement – à l’économie de la plaine, à l’instar du village de Tinouaïnane n’Ufella. Ces pôles de peuplement peuvent d’ailleurs constituer un avantageux vivier de main-d’œuvre pour les activités liées à la production sucrière. Il apparaît ainsi plus vraisemblable d’imaginer des liens d’interdépendance entre la plaine dominée par l’État et les communautés rurales, bien que les éléments manquent encore pour étayer cette hypothèse.

 


TABLE DES ILLUSTRATIONS

Figure 1 : La plaine du Sous. Illustration de l’auteure.

Figure 2 : Le réseau de la seguia Mahdia. Illustration de l’auteure.

Figure 3 : La partie terminale de l’aqueduc de la sucrerie des Ouled Messaoud, vue vers le sud-est. Illustration de l’auteure.

Figure 4 : Plan schématique des vestiges de la sucrerie des Ouled Messaoud. Illustration de l’auteure.

Figure 5 : La plaine du Sous à l’époque saadienne. Illustration de l’auteure.

Figure 6 : Tinouaïnane n’Ufella. Vue des vestiges vers le sud. Illustration de l’auteure.

Figure 7 : Mobilier céramique de Tinouaïnane n’Ufella. Céramique commune : marmites (1, 4 et 5), vaisselle de service (2, 6 à 8), pot pour la préparation de l’huile d’argan (3), petite jarre (9), couvercles (10 et 11) ; céramique fine : petits plats (12, 14 et 15), flacon (13) et forme fermée à pied annulaire (16). Illustration de l’auteure.

 


SOURCES

AL-BAKRĪ, 1965
Al-Bakrī, Kitāb al-Masālik wa-l-mamālik, éd. et trad. Baron de SLANE, Description de l’Afrique septentrionale, 2e éd., Paris : Maisonneuve , 1965.

CENIVAL, 1934
CENIVAL Pierre de, Les Sources Inédites de l’Histoire du Maroc. Première série – Dynastie Saadienne. Archives et bibliothèques du Portugal. T. I : juillet 1486 – avril 1516, Paris : Paul Geuthner, 1934.

CASTRIES, 1918
CASTRIES Henry comte de, Les Sources inédites de l’Histoire du Maroc. Première série – Dynastie Saadienne. Archives et Bibliothèques d’Angleterre. T. I, Paris et Londres : Luzac & Cie, 1918.

IBN HAWQAL, 1967
Ibn Ḥawqal, Kitāb Sūrat al-ard, éd. et trad. Johannes H. KRAMERS, Leyde : Brill, 1967.

JEAN-LÉON L’AFRICAIN, 1956
Jean-Léon l’Africain, Description de l’Afrique, éd. trad. de l’italien A. ÉPAULARD, Paris : Adrien-Maisonneuve, 1956.

KRAMERS & WIET, 1964
KRAMERS Johannes H. et Gaston WIET, Configuration de la Terre, Paris : Maisonneuve et Larose, 1964.

LE TOURNEAU, 1977
LE TOURNEAU Roger, « Histoire de la dynastie sa’dide. Extrait de al-Turguman al-mi’rib ʿan duwal al-Masriq d’Abû al-Qâsim ben Ahmad ben ʿAli ben Ibrahim al-Zayyâni », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 23, 1977, p. 7-109.

MÁRMOL CARVAJAL, 1573
Luis del Mármol Carvajal, Libro tercero y segundo volumen dela primera parte de la descripcion general de Affrica con todos los successos de guerra, y cosas memorables, Granada : Casa de René Rabut, 1573.

PERROT D’ABLANCOURT, 1667
Nicolas Perrot d’Ablancourt, L’Afrique de Marmol, Paris : Louis Billaine, 1667.

BIBLIOGRAPHIE

BAZZANA, 2003
BAZZANA, André, « Les remparts de Taroudannt (Maroc du Sud) : un conservatoire des modes de constructions en terre crue (XIe-XVIe siècles) », dans CHAZELLES-GAZZAL, Claire-Anne (de) et Alain KLEIN (éds.), Échanges transdisciplinaires sur les constructions en terre crue, I, Montpellier : L’Espérou, 2003, p. 343-357.

BERTHIER, 1966
BERTHIER Paul, Les anciennes sucreries du Maroc et leurs réseaux hydrauliques, Rabat : Centre Universitaire de la Recherche Scientifique, 1966.

ETTAHIRI, FILI & VAN STAËVEL, 2013A
ETTAHIRI, Ahmed S., Abdallah FILI et Jean-Pierre VAN STAËVEL, « Contribution à l’étude de l’habitat des élites en milieu rural dans le Maroc médiéval : quelques réflexions à partir de la Qasba d’Îgîlîz, berceau du mouvement almohade », dans GUTIÉRREZ Sonia et Ignasi GRAU (éds.), De la estructura doméstica al espacio social, Alicante : Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2013, p. 265-278.

ETTAHIRI, FILI & VAN STAËVEL, 2013B
ETTAHIRI, Ahmed S., Abdallah FILI et Jean-Pierre VAN STAËVEL, « Nouvelles recherches archéologiques sur les origines de l’empire almohade au Maroc : les fouilles d’Îgîlîz », Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions & Belles-Lettres, II, avril-juin 2013, p. 1109-1142.

HUMBERT, 2002
HUMBERT, André, « Archéologie d’un système hydraulique. L’ancienne sucrerie d’Ouled Messaoud et le système hydraulique de la plaine du Souss », dans AIT HSSAINE, Ali, HUMBERT, André (dir.), Eau, environnement et histoire des paysages dans le Sous, Agadir/Nancy : université d’Agadir/université de Nancy 2/Comité Mixte Interuniversitaire Franco-Marocain, CD-Rom, 2002.

OUERFELLI, 2008
OUERFELLI Mohamed, Le sucre. Production, commercialisation et usages dans la Méditerranée médiévale, Leyde : Brill, 2008, p. 142-149.

OUERFELLI, 2009
OUERFELLI, « L’impact de la production du sucre sur les campagnes méditerranéennes à la fin du Moyen Âge », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 126, novembre 2009, p. 47-63.

VAN STAËVEL & FILI, 2008
VAN STAËVEL Jean-Pierre et Abdallah FILI, « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Iġerm (Anti-Atlas oriental, Maroc) », Mélanges de la Casa de Velázquez, 38-2, 2008, p. 293-308.

VAN STAËVEL & FILI, 2014
VAN STAËVEL Jean-Pierre et Abdallah FILI, « Centres de pouvoir dans le Sous (Maroc) entre le IXe et le XIIIe siècle : un premier inventaire d’après les textes et l’archéologie », dans Claude BRIAND-PONSART (éd.), Centres de pouvoir et organisation de l’espace, actes de colloque (Caen, 28-29 mai 2009), Caen : Presses universitaires de Caen, 2014, p. 117-140.


L’auteure

Morgane GODENER est docteur de l’Université Paris-Sorbonne, spécialisée en Archéologie islamique (ED 124 ; UMR 8167 « Orient & Méditerranée »).

Elle a soutenu en 2016 une thèse intitulée Archéologie du peuplement médiéval dans la plaine de Taroudant et les piémonts des Atlas, sous la direction de M. Jean-Pierre VAN STAËVEL (Université Paris-Sorbonne).

Article précédent

  1. JEAN-LÉON L’AFRICAIN, 1956, p. 89-93. Tidsi et Tiout sont situées en bordure du piémont de l’Anti-Atlas, la première au sud-ouest de Taroudant, la seconde au sud-est (voir Fig. 1). []
  2. Voir par exemple DE CENIVAL, 1934, en particulier le doc. IV, p. 32-35. []
  3. MÁRMOL CARVAJAL, 1573, Fol. 18 ; trad. française par PERROT D’ABLANCOURT, 1667, II, p. 33. []
  4. Une datation radiocarbone encore inédite, effectuée par MM. J.-P. Van Staëvel et A. Fili, sur un crochet en bois fiché dans la structure du mur et utilisé lors de la construction pour fixer les coffrages dans lesquels est coulé le béton de chaux, donne une fourchette chronologique comprise entre le début du XVIe et le début du XVIIe siècle. Les datations absolues proposées par A. Bazzana à la suite de l’étude archéologique des remparts, menée par une équipe franco-marocaine entre 1999 et 2001, doivent alors être revues à la lumière de ces nouvelles données. Celles-ci ne remettent toutefois pas en question la chronologie relative qui avait alors été établie : BAZZANA, 2003. []
  5. LE TOURNEAU, 1977, p. 15. []
  6. Le bâtiment fait actuellement l’objet de travaux de restauration après l’incendie qui l’a ravagé en mai 2013. []
  7. IBN ḤAWQAL, 1967, p. 91 ; trad. par KRAMERS & WIET, 1964, p. 89. []
  8. AL-BAKRĪ, 1965, ar. 162 ; tr. 357. []
  9. On trouvera un historique précis de la production sucrière dans le Sous dans BERTHIER, 1966, p. 43-61 ; et dans OUERFELLI, 2008, p. 142-149. []
  10. JEAN-LÉON L’AFRICAIN, 1956, p. 89 et 93. L’auteur mentionne notamment des cultures de canne à sucre autour de Tidsi et Tiout, qui sont alors les deux plus grandes localités de la plaine à côté de Taroudant (voir supra). []
  11. MÁRMOL CARVAJAL, 1573, es. fol. 16b ; tr. p. 30-31. []
  12. JEAN-LÉON L’AFRICAIN, 1956, p. 89. []
  13. Voir notamment le récit d’un voyage commercial mené par des trafiquants anglais entre mai et octobre 1552, dans lequel est mentionné l’importation de sucre depuis Santa Cruz sous forme de sucre raffiné, mélasse et sirop de sucre : CASTRIES, 1918 : doc. X, p. 17-20. []
  14. BERTHIER, 1966. []
  15. Cet ensemble a été étudié et décrit par Paul Berthier : BERTHIER, 1966, p. 104 à 107 (seguia) ; p. 119-120 (bassins d’accumulation) ; p. 176-184 (sucreries). []
  16. Ibidem, p. 104-107 et carte en annexe V-1. []
  17. S’il n’y a aucun doute sur ce point, en revanche, la localisation précise de la prise d’eau n’a jamais été identifiée. L’hypothèse la plus vraisemblable est qu’elle se soit trouvée sur la rive sud de l’oued Sous à proximité d’Igli. D’autres possibilités ont toutefois été évoquées et ne peuvent être totalement rejetées. P. Berthier propose notamment l’hypothèse, qu’il qualifie lui-même de « légendaire », qui place la prise d’eau à l’extrémité orientale de la plaine, à l’embouchure de l’oued Sous sur celle-ci (à Aoulouz) : voir Ibidem, p. 92. []
  18. Notamment dans le Haouz de Marrakech : cf. Ibidem, en particulier p. 157 à 175 pour la description des sucreries du Haouz de Marrakech ; p. 176 à 189 pour les sucreries du Sous. []
  19. En particulier en comparaison de la force de traction animale utilisée dans d’autres régions méditerranéennes à l’époque médiévale. Cf. OUERFELLI, 2008, p. 256-7. []
  20. Le plus grand d’entre eux, associé à l’installation de Tazemmourt I, présente une capacité estimée proche de 45 000 mètres cubes. Voir BERTHIER, 1966, p. 119. []
  21. Le bassin aurait alors pu être alimenté soit par ponction sur la branche inférieure de la seguia Mahdia (hypothèse de BERTHIER, 1966, p. 119), soit par une autre seguia prenant son eau sur l’oued Sdas issu du piémont de l’Anti-Atlas (hypothèse de HUMBERT, 2002). []
  22. Cf. BERTHIER, 1966, p. 119-121 ; HUMBERT, 2002. Cette ressource ne serait toutefois pas exclusive : A. Humbert propose l’hypothèse de l’exploitation complémentaire des eaux souterraines – aquifères contenus dans les accumulations du piémont et inféroflux de l’oued Sous – au moyen de galeries drainantes ou khettara, dont il a pu observer les vestiges à proximité de certaines installations sucrières. []
  23. La canne doit en effet être broyée dans les vingt-quatre heures suivant la coupe : voir OUERFELLI, 2008, p. 240. []
  24. MÁRMOL CARVAJAL, 1573, es. Fol. 18 ; tr. p. 33. La localité est toujours occupée par une petite agglomération dominée par une qasba au sommet du promontoire. Les prospections archéologiques menées sur le site n’ont pas permis d’identifier précisément les vestiges de l’occupation du XVIe siècle ; toutefois, la localisation de l’ancienne place fortifiée saadienne ne fait aucun doute. []
  25. Ibidem, Fol. 17 ; tr. p. 31-2. []
  26. Voir BERTHIER, 1966, p. 233 ; OUERFELLI, 2008, p. 248. []
  27. MÁRMOL CARVAJAL, 1573, Fol. 18 ; tr. p. 33 []
  28. BERTHIER, 1966, p. 244. []
  29. OUERFELLI, 2009. []
  30. Le programme de recherche, intitulé « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Igherm (Anti-Atlas central) : géographie historique et reconnaissance archéologique dans le Sud marocain », a été mené par J.-P. Van Staëvel et A. Fili dans le cadre d’une coopération franco-marocaine. Quelques résultats préliminaires ont été publiés dans VAN STAËVEL & FILI, 2008 ; VAN STAËVEL & FILI, 2014. []
  31. M. Godener, thèse en cours à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), sous la direction de M. le Professeur J.-P. Van Staëvel, inscrite sous le titre « Archéologie du peuplement médiéval de la plaine de Taroudant et des piémonts des Atlas ». []
  32. Ces fouilles ont été menées dans le cadre de la mission archéologique « La montagne d’Igiliz et le pays des Arghen. Enquête archéologique sur les débuts de l’empire almohade au Maroc », dirigée par A. S. Ettahiri, A. Fili et J.-P. Van Staëvel, depuis 2009. Pour les premiers résultats, voir par exemple (non exhaustif) : ETTAHIRI, FILI, & VAN STAËVEL, 2013A ; ETTAHIRI, FILI, & VAN STAËVEL, 2013B. Les résultats de l’étude céramologique sont en revanche inédits. Nous adressons ici nos plus vifs remerciements aux directeurs de la mission pour nous y avoir donné libre accès en nous intégrant à l’équipe de terrain. []
  33. Cette mission a été co-dirigée par M. Benoît Vinot-Battistoni et l’auteure. Nous souhaitons ici remercier en premier lieu l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine marocain (INSAP), qui nous a accordé l’autorisation de procéder à ces sondages. Nous souhaitons également exprimer nos plus vifs remerciements, pour leur précieux soutien administratif, aux membres de la Délégation de la culture de Taroudant, MM. Mouloud Chahboun et Mohamed Lamine, ainsi qu’aux directeurs de la mission archéologique d’Îgîlîz, MM. A. S. Ettahiri, A. Fili et J.-P. Van Staëvel, pour leur aide logistique. []
  34. Le site avait fait l’objet de prospections en 2004 dans le cadre du programme de recherche « Villages et sites-refuges du Sous et de la région d’Igherm (Anti-Atlas central) : géographie historique et reconnaissance archéologique dans le Sud marocain » mené par J.-P. Van Staëvel et A. Fili. On retrouvera les résultats de cette première enquête dans VAN STAËVEL, & FILI, 2014, p. 125-127. L’hypothèse alors proposée d’y voir la forteresse médiévale de Tīwīnwīn (XIe-XIIIe siècle) doit dorénavant être révisée au vu des résultats des sondages archéologiques, qui n’ont livré aucun indice d’occupation antérieure au XVIe siècle. []