Histoire de l’art

ART ET MORT

Modérateurs : Dany SANDRON et Catherine LIMOUSIN

Jeudi 18 janvier 2018

Thème proposé par Clémence LECOINTE, Doctorante en Histoire de l’Art.

Mystère insoluble, la mort demeure l’une des plus grandes interrogations de l’Homme. Pour les artistes, c’est une source d’inspiration inépuisable et un objet particulièrement privilégié de la représentation artistique. Des sarcophages antiques aux « Vanités » du Baroque en passant par les danses macabres du Moyen Âge, l’art se fait l’écho du quotidien, suggérant la finitude de la vie terrestre. Aujourd’hui, l’art s’est emparé de la mort d’une façon nouvelle. Littérature, peinture, sculpture, architecture, cinéma, théâtre, musique, bandes dessinées, mangas, taxidermie, aucun domaine artistique n’y échappe. Les médias s’en font l’écho. La presse l’étale en images. Certains pensent la contrôler en la représentant, d’autres cherchent à la fuir en la cachant ; un autre courant consiste à « brader la mort pour satisfaire le voyeurisme : on la banalise en la réduisant à un fait divers dont la répétitivité désamorce le tragique. » (L. V. Thomas)

Les écrits d’André Malraux en témoignent, l’art lutte contre la mort, la sublime ; il cherche à pallier le traumatisme et l’émotion de la disparition. Il nous invite à nous interroger sur nos désirs d’immortalité. Cette préoccupation, quasi-universelle, pose beaucoup de questions. Comment l’art représente-t-il la mort ? Pourquoi la représente-t-il ? Y a-t-il continuité ou mutation dans la façon de la représenter ? Quelles limites éthiques, esthétiques, culturelles et juridiques doit-il se donner ? L’art lui-même est-il immortel ?

Cette journée d’étude sera l’occasion pour les doctorants d’aborder la question de la mort dans l’art à travers une approche aussi large que possible, tant chronologiquement que géographiquement. La réflexion  pourra s’organiser autour des problématiques suivantes :

  • Figurer le mourant et le trépassé : esthétiques de la représentation de la mort et du corps mort ; diversité des manifestations (sueurs froides, souffrances, déformations) et des décors (ruines, temple antique) ; diversité des attitudes face à la mort (peur, tristesse, mélancolie, pardon, désir de vengeance) ; symboles, métaphores et métonymies ; ekphrasis et descriptions poétiques de la mort.
  • Des monuments et des rites funéraires : architecture et sculpture funéraire (mausolées, nécropoles royales, monuments aux morts, tombes, pleurants) ; cérémonies (corps embaumés, masques mortuaires).
  • La mort mise en scène : fêtes macabres; violence et mort dans les fictions cinématographiques ou télévisées ; eros et thanatos ; films noirs ; films de guerre ; mises en scène théâtrales.
  • Transcender la mort par la foi : représentations de la « bonne mort » ; Ars moriendi; résurrection des morts ; Ange de la Mort (Apocalypse) ; représentations du Paradis, du Purgatoire et de l’Enfer ; Pietà et manifestations intimes de la divinité cachée à travers la représentation du Christ mort.
  • Les raisons de représenter la mort : extériorisation d’une angoisse ou d’une fascination ; représentation de l’absent ou de l’être aimé ; quête de survie (exaltation de notre passage éphémère sur terre) ; témoignage, mémoire et identité ; corps morts porteurs de messages politiques (culpabilisation, victimisation, responsabilisation) ; sacrifice héroïque ; regards pathétiques sur la condition humaine.
  • Exposer la mort : valorisation des collections de sarcophages, de masques, etc.

Programme Histoire de l’Art 2018

Contributions à venir.