Histoire de l’art

PRÉSENTATION


L’ART ET L’INVISIBLE

Modérateur : Philippe LORENTZ, professeur

Mardi 17 janvier 2017

Donnant à voir par définition, les arts plastiques mettent forcément des objets visibles en scène, qu’il s’agisse de représentations en rapport avec l’éventail protéiforme de la réalité sensible dans les arts dits « figuratifs » ou de la réalité matérielle des œuvres dans les arts qualifiés d’« abstraits ». L’histoire l’art démontre néanmoins que le « spectacle » artistique n’est pas une simple réplique ou une simple exposition de faits visibles, mais qu’au contraire d’être une manière de tautologie, elle a toujours prioritairement servi à désigner et à décrire des réalités invisibles. Les œuvres d’art ont ainsi constitué et constituent toujours des vecteurs privilégiés faisant accéder le spectateur à des réalités divines, idéologiques, sociales, spirituelles, psychologiques ou encore sentimentales qu’il ne leur est a priori pas
donné de représenter.

Ce postulat selon lequel toute image artistique s’attache à rendre visible une abstraction dérobée à la vue – qui constitue le cœur implicite de toute conception de l’art dépassant l’idée d’un art purement décoratif – pose également pour chacune d’elle la question fondamentale de son sens qui ne serait autrement pas pertinente. Le rapport entre le visible et l’invisible, qui se noue ainsi dans chaque œuvre et en élabore le sens, sollicite directement l’historien de l’art dont la tâche consiste dans une très large mesure à analyser la part et le rôle de chacun des deux membres de ce couple antinomique et leur implication réciproque dans le moment historique ou dans l’œuvre qu’il étudie.

La relation complexe entre le visible et l’invisible qui soustrait l’œuvre à une compréhension immédiate et évidente, n’est en effet, jamais simple ni mécaniquement transposable à d’autres réalisations, qui sont toutes très différentes du point de vue de ce rapport, selon les périodes, les aires culturelles et les œuvres données. De multiples pistes de recherches peuvent ainsi être dégagées dans l’approche de ce thème. Elles permettent d’envisager et de confronter partiellement les diverses manières dont l’invisible
est présent et représenté dans un ensemble ou dans une œuvre particulière, et d’avoir une meilleure appréhension du rapport de l’œuvre d’art avec ce qu’elle exprime effectivement.

Programme Histoire de l’Art 2017

Textes à venir.