Crédits

ISSN 2497-594X

Équipe de rédaction : Doctorants en Histoire de l’Art et Archéologie, École Doctorale 124, Université Paris-Sorbonne (Paris IV).

Crédits photographiques : Léon François COMERRE (1850-1916), La Grèce antique se dévoile à l’Archéologie, 1898, huile sur toile marouflée, 350×550 cm © Olivier Jacquet. Université Paris-Sorbonne. (Image du bandeau).

A propos de l’œuvre :
Il ne fallu que deux ans à l’artiste pour livrer cette œuvre commandée le 2 mars 1896 pour la somme de 7.000, francs. Dans un paysage méditerranéen rosi par les feux du crépuscule, on voit au premier plan un champ de fouilles : on distingue la base des colonnes, quelques chapiteaux, un torse, les restes d’un bas‑relief. La figure allégorique de la Grèce antique se dresse au milieu des ruines ; coiffée avec soin, les cheveux ceints d’un bandeau, vêtue d’une robe blanche, elle écarte de ses bras le voile qui la recouvrait, se dévoilant ainsi à l’Archéologie. Celle‑ci est assise sur les soubassements du monument. Sa longue chevelure rousse s’orne de bijoux, elle porte une robe verte ornée de motifs géométriques dorés ; sur ses genoux, des planches de textes, à ses pieds un vieux grimoire ouvert. Cette étrange rencontre a un témoin, l’archéologue, installé dans un coin du chantier, il examine un fragment. Mais, tout comme les ouvriers qui creusent un trou près de lui, il semble trop absorbé par sa tâche pour contempler la scène [1].

Léon-François COMERRE (1850-1916), La Grèce antique se dévoile à l’archéologie, (FNAC 1323). Cette toile marouflée décorant l’amphithéâtre Guizot à la Sorbonne, montre une grande liberté par rapport à l’iconologie classique : ici se mêlent allégorie et représentation d’un chantier de fouille. L’archéologue n’est autre que Maxime Collignon (1849-1917) qui devint professeur titulaire de la chaire d’archéologie peu après l’exécution de cette toile. Tout en examinant un tesson, il assiste à cette scène intemporelle, comme certains hommes fortunés du Moyen Âge et de la Renaissance semblaient assister aux scènes religieuses représentées sur les retables dont ils étaient commanditaires.


[1] Selon Jean Bonnerot, ce chercheur n’est autre que Maxime Collignon (1849-1917), professeur titulaire d’archéologie à la Sorbonne à partir de 1900.